Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Articles récents

My kingdom for a Rolls

23 Août 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #VTT, #Billet d'humeur, #Photo et poésie

Ah, vous allez une nouvelle fois me dire:

"Qu'est-ce que ce titre en anglais vient faire ici?

Et qu'est-ce ça va nous amener encore?"

Je savais que vous réagiriez de la sorte.

Je vais juste faire un rappel concernant cette citation, que l'on attribue à Shakespeare, et qu'il met dans la bouche de Richard III qui, pour sauver sa vie au cours d'une bataille et ainsi pouvoir s'échapper, était prêt à échanger son royaume contre un cheval.

Sauf que le roi ne dit pas exactement ce que j'ai écrit.

En ce qui me concerne, j'ai fait un affreux calembour en jouant sur la proximité phonique de ross et de Rolls!

Abandonnons pour un temps les chevaux en chair et en os tout autant que les chevaux vapeur des Rolls!

Hier, j'ai enfourché mon "cheval" électrique à deux roues... que je n'ai aucunement l'envie d'échanger!

Et je suis parti... Hambers, route de Jublains, à droite vers Doucé et sa charmante chapelle.

Retour à Jublains, où je ne pouvais faire autrement que de rendre visite à mon copain le soldat en tôle. Qui s'inquiétait de ne pas m'avoir vu depuis un bon moment, et qui de ce fait  était ravi que je sois là.

Mon copain le soldat "romain"
Mon copain le soldat "romain"

Mon copain le soldat "romain"

Face au musée, j'ai voulu remplir ma bouteille d'eau: toilettes fermées! Curieux tout de même en pleine période estivale. Il m'a fallu aller aux toilettes derrière la mairie.

Arrêt place de l'église, où là encore, le dieu barbu m'accueille avec joie.  Mais sa fontaine ne coule pas! Mesure prise en raison des restrictions d'eau qui touchent l'Est de notre département?

La fontaine au Dieu Barbu... tarie?

La fontaine au Dieu Barbu... tarie?

Et je quitte Jublains via la route d'Hambers, que je délaisse peu de temps après  pour bifurquer vers le Consent... où je m'arrête une fois encore afin de me désaltérer.

Sous les ombrages du ruisseau de Bias

Sous les ombrages du ruisseau de Bias

Et je repars...

A l'approche d'Hambers, je retrouve un phénomène déjà rencontré plusieurs fois aujourd'hui, avec le ballet des hirondelles se massant sur les fils d'une portée musicale à 4 lignes... et sans clé de sol.

 

Annonceraient-elles leur prochain  départ en vue d'un automne précoce?

Des noires, des blanches, des croches... pour une musique faite de petits cris. Avec le Montaigu en arrière-plan.

Des noires, des blanches, des croches... pour une musique faite de petits cris. Avec le Montaigu en arrière-plan.

Etape obligatoire au plan d'eau d'Hambers, pour également refaire le plein en eau.

Echanges avec des employées et des pensionnaires du Foyer Les Bleuets.

Puis je m'insinue dans le chemin creux qui va me faire grimper jusqu'au Montaigu via la Chesnaie.

Au passage je grappille de grosses mûres très sucrées.

Au sortir du chemin creux, je vois enfin se profiler  le Montaigu et sa chapelle. La petite côte bien raide me conduit au parking, où je trouve?

Où je trouve?

Mais enfin, vous devriez savoir... je vous ai soufflé la réponse dès le début!

Une magnifique voiture noire, à la calandre très caractéristique!

 

Une Rolls Royce!

Rarissime bijou dans nos contrées.

Je m'approche, pour découvrir à l'intérieur un couple de sexagénaires, à qui je m'adresse poliment, pour  demander si je peux faire quelques "pictures".

"Of course!" me répond la dame.

 

Alors voilà.

J'ai donc rencontré une Rolls.

A propos de laquelle je me suis plongé dans une recherche via le Net.

http://www.ukvehicle.com/YPP360/

 

My kingdom for a Rolls
My kingdom for a Rolls

La plaque d'immatriculation   semblerait  indiquer que ce véhicule a été mis en service le 18 mai 1954...

Jolie soixantenaire, aux chromes rutilants!

Je me suis approché un peu plus, afin de "capter" le bouchon du radiateur... tout un symbole!

 

My kingdom for a Rolls

Et puis je suis redescendu vers Bais, avec un regret toutefois: ne pas avoir pu bénéficier de la symphonie musicale qu'offre ce moteur de 4500 cm3 lorsqu'il met en route sa mécanique d'horlogerie.

 

N'empêche.

J'admire ce véhicule, mais je ne l'échangerais toutefois pas contre mon vélo électrique.

Pas davantage qu'avec mon Scénic.

 

My kingdom for a Rolls.

No Thank You!

Lire la suite

Une petite fleur...

21 Août 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Photo et poésie

En cette turbulente matinée  d'une fin août à la météo capricieuse, je descends chercher mon pain.

Et tout en marchant d'un pas enjoué, mon regard est à l'affût... comme toujours diront certain(e)s.

Et je tombe sur...?

Une petite fleur...

Comment ça?

Vous n'avez rien vu?

Alors usons du zoom, cette fois!

 

 

Une petite fleur...
Une petite fleur...

Un tout petit coquelicot, haut comme trois pouces, qui cherche à (sur)vivre au bord du trottoir.

Je n'ai pu m'empêcher alors d'évoquer le Petit Prince...

Et sa fleur...

Une petite fleur...

Ce petit bonhomme vert qui vivait sur une autre planète...

Et si je connais, moi, une fleur unique au monde, qui n'existe nulle part, sauf dans ma planète...

Et si je connais, moi, une fleur unique au monde, qui n'existe nulle part, sauf dans ma planète...

Je me suis soudain demandé si je ne vivais pas moi non plus sur une étrange planète.

Une planète où l'on saurait regarder, écouter, échanger... aimer.

 

Et j'ai repris ma descente vers le bourg.

Sauf que quelques dizaines de mètres plus loin, non plus en baissant le nez cette fois, mais bien en regardant vers le ciel...  j'ai eu droit à ce spectacle...

Des trémières...

Gracieuses, majestueuses.

Secouées par les rafales, mais qui pliaient, résistaient, toujours vaillantes.

Une petite fleur...
Une petite fleur...
Une petite fleur...
Une petite fleur...

Quand je suis entré dans la boulangerie, je riais sous cape en me disant:

"Ah! si Angélique et Méline savaient à quoi je viens de penser..."

 

Mais seraient-elles vraiment très surprises?

Lire la suite

Avoir été l'ombre de soi-même...

16 Août 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #VTT, #Photo et poésie

Avoir été l'ombre de soi-même...

Ce titre m'est venu à l'idée lorsque, pédalant tranquillement et sans souci, je me suis  souvenu de l'état physique dans lequel je me trouvais encore il n'y a pas si longtemps.

Parce que ce matin, j'ai voulu faire le circuit qui avait été prévu le 13 janvier... et qui s'était terminé par un "crash" sévère. Ce dont doivent se souvenir mon VTT et son rétroviseur.

J'ai donc emprunté la route d'Evron, en escaladant le "col de la Basse-Beucherie"...

Quelques centaines de mètres plus loin, c'est là que...

 

Le virage fatal, alors verglacé...  Pensez à cliquer sur les images pour les afficher en plus grand.
Le virage fatal, alors verglacé...  Pensez à cliquer sur les images pour les afficher en plus grand.

Le virage fatal, alors verglacé... Pensez à cliquer sur les images pour les afficher en plus grand.

C'est là que...

Je me suis arrêté afin de réaliser quelques clichés...

Mon vélo porte sur le côté la marque E-Motion...  Et j'étais moi aussi pris d'une certaine émotion en me souvenant de cette (peu) glorieuse chute!.

Je me suis approché de la cabane autrefois utilisée par les cantonniers...

J'y suis entré, pour découvrir une petite cheminée ainsi que des dessins aux murs. 

 

 

La cabane des cantonniers
La cabane des cantonniers
La cabane des cantonniers

La cabane des cantonniers

Et puis je suis remonté en selle... pour me laisser délicieusement glisser jusqu'à Sainte-Gemmes le Robert.

Là, virage à droite... et j'emprunte le chemin de liaison qui mène vers Gué de Selle.

Avoir été l'ombre de soi-même...
Avoir été l'ombre de soi-même...

Je prends largement mon temps  dans ce chemin ombragé,  m'arrêtant lorsque l'envie me prend de faire quelques photos.

 

Avoir été l'ombre de soi-même...
Avoir été l'ombre de soi-même...

La chaleur commençant  à pointer le bout de son nez, les vaches alanguies sont déjà couchées à l'ombre.

Quant à moi, je tape gentiment dans ma réserve de boisson.

Avant  Mézangers, je croise une femme âgée, à qui j'adresse un respectueux:

"Bonjour  madame!".

Elle fait la moue et ne me répond pas.

C'est alors que, avisant l'animal qui l'accompagne au bout d'une laisse,  je lance un ironique:

"Bonjour le chien."

Il va sans dire que, contrairement à toutes les autres personnes croisées, il ne me répondra pas non plus!

Un peu plus loin, je déguste mes premières mûres de la saison.

Avoir été l'ombre de soi-même...

Et puis quelques hectomètres encore, pour admirer, tout simplement.

Avoir été l'ombre de soi-même...
Avoir été l'ombre de soi-même...

Mézangers, arrêt "boisson" près d'une vieille maison inhabitée. 

 

Avoir été l'ombre de soi-même...
Avoir été l'ombre de soi-même...

J'arrive enfin à l'étang de Gué de Selle.

La plage est vide...

Tous les petits bateaux ainsi que les  pédalos sont à l'amarre.

Je profite du bloc sanitaire pour me désaltérer  et remplir ma bouteille.

 

Avoir été l'ombre de soi-même...
Avoir été l'ombre de soi-même...
Avoir été l'ombre de soi-même...
Avoir été l'ombre de soi-même...
Avoir été l'ombre de soi-même...

Je retrouve la route Evron-Hambers. Passage devant le centre équestre, dont j'avais "senti" la présence bien avant de le voir.

Et la promenade se poursuit...

La Grande Coudrière

La Grande Coudrière

Arrivée au hameau de Chellé... ses ruines, mystérieuses.

Avoir été l'ombre de soi-même...
Avoir été l'ombre de soi-même...

Direction Hambers, où je m'arrête d'abord au "Calme" avant d'atteindre le plan d'eau... pour me prélasser et faire à nouveau le plein de mon bidon.

Quelques photos encore...

 

Le Calme, c'est écrit dessus!

Le Calme, c'est écrit dessus!

Le plan  d'eau d'Hambers
Le plan  d'eau d'Hambers
Le plan  d'eau d'Hambers

Le plan d'eau d'Hambers

Et je repars en direction de Bais.

Quand,  apercevant de gros rouleaux de paille qui attendent dans un champ,  je me livre à quelques fantaisies!

Etre sur la paille, et heureux de l'être!
Etre sur la paille, et heureux de l'être!
Etre sur la paille, et heureux de l'être!
Etre sur la paille, et heureux de l'être!

Etre sur la paille, et heureux de l'être!

Mon parcours est maintenant sur le point de s'achever.

Qu'importe le temps que j'y ai mis.

 

Ma sortie avait d'autres objectifs que de battre des records:

- repasser à VTT sur l'endroit de ma chute,  et ainsi conjurer le sort.

- prendre mon temps... tout mon temps! Pour savourer.

- réaliser quelques clichés, pas forcément ordinaires...

- et surtout me prouver que j'étais à nouveau capable de reprendre des sorties "intéressantes", et que je n'étais donc plus l'ombre de moi-même.

 

Je pense avoir atteint mon but.

N'est-il pas?

 

En prime, je vous offre les documents ci-dessous:

http://www.visugpx.com/?valid=2XNJbq1gpi&pass=5310b

 

 

Avoir été l'ombre de soi-même...
Avoir été l'ombre de soi-même...

A la prochaine sortie, si vous le voulez bien!

Lire la suite

Mini caravane

15 Août 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #VTT

Vue l'autre jour sur le parking du Carrefour contact de Bais.

Tractée par une 4L camionnette blanche et rouge qui ne pouvait passer inaperçue.

Pour laquelle j'apprendrai plus tard qu'elle est équipée d'un surpuissant moteur de... Renault Super 5!...

Mais me  voyant tourner autour, le propriétaire m'a fait faire la visite, tout en m'expliquant qu'il avait construit la caravane de ses propres mains, alors qu'il n'y connaissait rien en menuiserie ou tôlerie.

Contreplaqué marine doublé... isolation nickel.

Lit deux places en 140... avec les pieds qui viennent se nicher sous la cuisine.

En effet, toute la partie arrière se soulève et donne accès à une mini-cuisine rudement bien conçue, avec four micro-ondes.

Vous admirerez également l'aspect fleuri du véhicule; qui ne pèse que 350 kg tout équipé.

Ne nécessitant donc pas de carte grise...

 

 

Do It Yourself... Faites-la vous-même.
Do It Yourself... Faites-la vous-même.

Do It Yourself... Faites-la vous-même.

Mon globe-trotter venait d'Oléron,  mais je n'ai pas pensé à lui demander où il se rendait...
 
Génial, non?
Mieux qu'une Eriba...Emoji
 
Mais cette mini caravane m'a donné envie d'aller voir plus loin.
C'est ainsi que j'ai découvert le  site  de la firme Caretta, où l'on proposait à la vente tout une série de mini...
 
 
Avec plus ou moins de confort à la clé...
Mini caravaneMini caravane

Mais dans le domaine du monde réducté, je n'avais encore rien  vu!

Parce que hier, via Facebook, je découvre encore plus petit.

Une mini, que dis-je? Une micro-caravane que l'on peut atteler à... un vélo! 

Le modèle déplié...

Le modèle déplié...

Je me vois bien avec ça au cul de mon vélo électrique!
 
 
J'adore!!!
 
Une question me vient toutefois à l'esprit:
 
Comment se fait-il que les pédaleurs émérites qui "sévissent" chez nous n'aient pas encore adopté ce mode de "logement".
 
Je pense à Béatrice et Dominique dont je vous ai relaté les épopées via le Cap Nord ou la Mer Noire.
 
Mais aussi à Nicole et Jean-Claude, qui pédalent souvent en duo sur un tandem...
Ou encore Maryvonne et Michel...
 
Voire Martine et Michel, Eriba-istes convaincus, dont le tandem dort paisiblement au fond de leur garage! 
 

Y'a quand même un truc qui me gratte la cervelle: 

Parce que je n'ai pas trouvé le poids total roulant de ce micro véhicule, et que j'ai peine à imaginer ce que doit donner la traction avec un vent de face!

 

Déjà que seul sur un vélo, c'est bigrement gênant...

Et en tant que caravanier de longue date, je sais qu'il vaut mieux tracter avec le vent "dans le cul"... Le conducteur et la consommation en carburant apprécient!

 

Mais bon, la découverte de ce mini-monde valait bien un billet d'humeur, n'est-ce pas?

 

 

 

Mini caravane
Lire la suite

Septième mois-versaire après la chute

13 Août 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #VTT, #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale

Treize janvier.... 13 août 2016.

Cela fait donc sept mois tout juste  que mon cheval à roulettes s'est dérobé devant un obstacle.

Sept mois au cours desquels j'ai parfois tenté de remonter en selle... rarement avec succès.

Mais après avoir effectué quelques tentatives un peu plus fructueuses au  début du mois d'août, ce matin, j'ai décidé de tenter ma chance.

 

Je suis donc parti en direction de l'Hôtellerie, puis les Aulaines, la Guinebaudière...

Virage à gauche en direction du Tay.

A la fontaine, longue pause pour se désaltérer, échanger quelques mots avec un couple qui faisait le plein d'eau, me disant qu'il la  trouvait meilleure que la plupart des eaux vendues en bouteilles.

Quelques marmots s'approchent de la fontaine, l'un d'eux me demande comment je m'appelle. (A ce propos, pensez à lire les commentaires, où je vous réserve une petite surprise)

Puis je redémarre direction Hambers.

Nouvel arrêt au plan d'eau de ce charmant village.

Nouveaux échanges avec des camping-caristes fort intéressés par mon vélo "électronique".

Conversation à laquelle se mêle un pêcheur  au fort accent belge.

Pêcheur qui s'est installé à Hambers "depouis houit ans"... et qui s'en trouve ravi.

Qui possède un vélo très spécial...avec remorque immatriculée...d'une plaque belge.

 

Septième mois-versaire après la chute
Septième mois-versaire après la chute

Remplissage de mon bidon au robinet des sanitaires.

Et je repars.

La cassante côte de la Bolinière  est avalée avec une assistance "normale".

Longue descente vers Marche... savoureuse... sans aucun pédalage...

 

Avec une rituelle pause au château de Montesson... pour quelques selfies.

Le château de Montesson et ses douves

Le château de Montesson et ses douves

Redémarrage, détour par la piscine déjà très fréquentée en cette fin de matinée.

Contour du plan d'eau de Bais.

Et juste au moment d'attaquer la grimpette rue de Oy-Mittelberg, je perds la première barre du graphe de la batterie.

 

 

Le circuit du jour

Le circuit du jour

Bilan des courses: un parcours de 20 km effectué sans trop de difficultés.

Et j'en suis très heureux!

Lire la suite

Bais-Mer Noire

7 Août 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #VTT, #Photo et poésie

Dans un lointain  article, je vous avais parlé de nos deux pédaleurs émérites qui avaient pointé les roues de leurs engins vers le Cap Nord en 2010,

http://bernardino.over-blog.net/article-cap-nord-un-projet-un-peu-fou-49599750.html

 

Et en 2016, changement de direction: ils décident de partir cap à l'Est.

http://bernardino.over-blog.net/2016/07/de-bais-vers-la-mer-noire-a-velo.html

 

Après avoir  rencontré des heurs et des mal-heurs... ils sont rentrés à Bais... 

 

La presse s'en est fait l'écho.

Un attelage d'une certaine longueur... mais que l'on peut scinder, heureusement!

Un attelage d'une certaine longueur... mais que l'on peut scinder, heureusement!

Juste un petit regret: que l'on n'ait pas signalé le lien vers le site où Béatrice a déposé son carnet de voyage.

Illustré de nombreuses photos.

Et que l'on peut lire avec gourmandise.

 

Alors, si le coeur vous en dit, et  pour réparer cet oubli, pointez donc votre curseur ici:

 

www.bais-mer-noire.fr

Lire la suite

En Harley Davidson...

31 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

La célèbre BB ne chantait-elle pas: 

"Je n'reconnais plus personn'... 

en Harley Davidson."

 
Alors que j'étais en train de faire évoluer un planeur juste à côté de la chapelle du Montaigu, j'ai entendu monter des motos... au bruit moteur très caractéristique.
Et comme je savais qu'Evron accueillait un rassemblement de Davidsoniens...
 
En Harley Davidson...

Ils m'ont rejoint tout là-haut à pied.

Nous avons discuté...
Nous sommes redescendus au parking ensemble...
 
Et avant qu'ils ne quittent les lieux, j'ai réalisé quelques clichés.
Faut dire qu'ils se sont prêtés au jeu.
 
"On pourrait récupérer les photos?
- Je vais vous donner ma carte de visite, vous m'enverrez un mail... et je vous retournerai tout ça en pièce jointe!
- Ok"
Comme à la parade!

Comme à la parade!

 

C'est alors que, avisant la 4CV Renault qui orne mon document, l'un des motards me dit:

"Ah, la 4CV, ça été ma première bagnole... Je lui ai changé plusieurs fois le moteur. Faut dire que j'avais tendance à lui tirer un peu trop dessus.  Jusqu'au jour où je lui ai greffé un moteur de 4L...
- Et alors ? ont demandé ses compagnons... fort intéressés par les résultats de cette  migration mécanique.
- Ben une réussite totale!(sic) Parce que le moteur tournait à l'envers. J'avais donc 3 vitesses en marche arrière et une seule en marche avant. Pas vraiment très pratique, vous en conviendrez. J'ai laissé tomber!"
 
Propos qui ont déclenché  l'hilarité générale!!!
 
Voilà donc pour le compte-rendu d'une brève rencontre fort sympathique.
Merci à eux!
Et aussi à elles, car figuraient également dans le groupe des motardes aux chromes rutilants!
Contrairement à Georges Bizet, moi, j'ai vu une Harleysienne!
Contrairement à Georges Bizet, moi, j'ai vu une Harleysienne!

Contrairement à Georges Bizet, moi, j'ai vu une Harleysienne!

Lire la suite

Je vous ai conquis!

31 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Veuillez me pardonner  de paraphraser le Grand Charles  lorsqu'il s'était exprimé:

"Je vous ai compris"...

Car ce matin, dans mon quotidien préféré, et à propos du phénomène Pokémon Go, qui envahit les villes, mais qui ne m'a pas encore conquis... j'ai trouvé:

Le phénomène grossit et ... conquiert les villes!

Le phénomène grossit et ... conquiert les villes!

Conquis, conquit, con qui?

Pas moi, dit le dindon...
Parce que le verbe conquérir est classé dans le troisième groupe, et que dans une phrase rédigée au présent de l'indicatif, il se décline sous la forme "conquiert"
La preuve ici:
"Il conquiert les villes... et les campagnes?" , questionna  le rat des champs!

"Il conquiert les villes... et les campagnes?" , questionna le rat des champs!

Et au passé simple, vous nous conquîtes (en un seul mot!!!)Emoji
Allez, je vous quitte!

 

Mais  avant de vous "conquitter", j'aimerais vous  dire que si des gens sont en mesure de conquérir les Pokémons (ou de simplement les quérir),  il reste encore de la place pour toutes celles et tous ceux qui veulent maîtriser, voire  conquérir la conjugaison française!
 
Vous ai-je dès lors conquis?
 
 
 
Bernard Munoz, el conquistador!Emoji
Lire la suite

Au bon vieux temps des ateliers modélisme

30 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Modélisme

Il y a quelque temps déjà, je reçois un appel téléphonique d'un jeune homme qui me dit:

"Je m'appelle Pascal N... J'ai été votre élève...

- Oui,oui, je me souviens.

- Je parle souvent de vous à mes enfants... et nous aimerions vous rencontrer...

- Ok!"

 

La 1ère rencontre s'effectue alors que je suis au Montaigu où je fais évoluer mon motoplaneur Solius.

Je regrette de ne pas avoir pris une  caméra, qui aurait pu filmer tout ce petit monde au sol.

Mais rendez-vous est pris pour une autre séance.

C'était hier.

Sauf que la météo trop venteuse ne permet pas de faire évoluer sereinement un modèle.

Tout va donc se dérouler dans mon atelier.

La gamine  (qui entre au CM2 en septembre)  n'a pas assez de ses deux yeux pour tout voir.

Et les questions fusent.

Elle me montre le livret que lui a offert son père à propos de la découverte du Géocaching... via mon blog!

Elle me dit avoir fait un exposé sur cette activité à l'école, et que sa maîtresse semble avoir été très intéressée, tout autant que les autres élèves...

 

Et puis le père intervient pour expliquer: la construction des planeurs dans ma classe, avec une pédagogie particulière.

Il cite avec gourmandise les noms des différents éléments d'un planeur de vol libre.

Me rappelle que je proposais trois types de modèles différents pour la construction:

-  le D-Un

- l'Aiglette

- L'Isba (conception personnelle au profil Jedelsky)

Le planeur Isba, tout en bois, facile à réparer.

Le planeur Isba, tout en bois, facile à réparer.

Détaille un peu ce dernier modèle tout en bois, sans entoilage, rustique,  pouvant affronter les haies de notre bocage sans être percé comme une passoire.

Je lui  demande alors s'il sait pourquoi j'avais nommé ce planeur Isba.

"Ben c'est le nom des maisons tout en bois que l'on trouve du côté de la Russie...

- Oui, mais c'est aussi l'anagramme de notre village, Bais!

- Ah, ben j'en apprends encore!."

 

Et au fil de la conversation, je comprends que...

Je m'en vais alors fouiner dans mes étagères, et j'en sors une boîte complète de D-Un.

Je l'ouvre.

Un kit de D-Un... collector!

Un kit de D-Un... collector!

Ses yeux s'écarquillent.

"Si tu le souhaites, elle est à toi!

- Non?

- Si, si... tu peux l'emmener.

- Euh, ben... je ne sais comment dire... Vous pouvez pas savoir..."

 

Et la gamine d'ajouter:

"Chouette, papa, on va le construire, et puis on le fera voler, hein?

- Ok, dit le père, faudra aussi qu'on achète de l'enduit cellulosique, et puis de la mèche d'amadou.

- C'est quoi, ça, l'amadou?

- C'est un petit bout de mèche qu'on allumait  à l'arrière du modèle pour qu'il grille un élastique, suite à quoi le planeur redescendait obligatoirement s'il était pris dans une grosse ascendance..."

 

Et la conversation va bon train entre le père et la fille.

Moi, j'assiste au spectacle, fort amusé.

Et le père de poursuivre:

"On tirait ça comme un cerf-volant avec un câble de trente mètres, et le chronométreur inscrivait 60 pour un maxi... Cinq vols possibles, on retenait les 3 meilleurs temps... On faisait un classement par équipes, que Bais remportait très souvent."

Et de me rapporter aussi quelques anecdotes liées à ces fameux concours de vol libre.

Bref, nous étions revenus au bon vieux temps des rencontres du CLAP 53.

 

Mais le temps passait, vite, très vite, et il fallait qu'ils repartent.

La gamine a toutefois voulu savoir plus précisément ce qu'était un objet voyageur de Géocaching.  J'ai expliqué, elle m'a demandé si on pouvait voir la carte de l'itinéraire effectué par le mien...

 

Et puis on a promis de se revoir plus tard... ou de communiquer à propos de la construction du fameux D-Un.

Dont on a examiné le plan, la notice de construction... oeuvre du talentueux Gérard Pierre-Bès, que je devais retrouver quelques années plus tard lorsqu'il illustra mes histoires dans la revue MRA. Et avec lequel j'échange encore!

    

 

 

La notice de GéPéBé  (Gérard Pièrre-Bès)

La notice de GéPéBé (Gérard Pièrre-Bès)

"A ce propos, me dit Pascal, j'ai commandé vos deux bouquins, que je viendrai vous demander de dédicacer prochainement!

- Très volontiers!"

 

Ah, j'ai oublié de mentionner un détail.

Lorsqu'ils sont arrivés tous les deux, ils m'ont offert une bouteille de bière artisanale... breuvage fabriqué par leurs propres  soins.

Et en plus, c'est de la rousse, celle que je préfère.

 

Au bon vieux temps des ateliers modélisme

Voilà pour aujourd'hui.

Avouez que des rencontres comme celle-là, seul le métier d'enseignant peut  sans doute les générer.

Quel bonheur!

 

Lire la suite

Quand je retrouve mon VTT... avec le bonheur en prime!

27 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #VTT, #Photo et poésie, #Billet d'humeur

Ah, sacré VTT!

Lui dont la roue avant s'est sauvagement dérobée sur une plaque de verglas en ce funeste 13 janvier 2016...

Avec pour conséquences un bras endommagé et une situation virant vers une capsulite rétractile.

J'avais pourtant essayé une première fois en février de remonter sur ma bécane...

Mais le déplaisir était vraiment trop grand.

J'avais remis ça en avril... avec une conclusion tout aussi négative.

Ce fichu bras gauche n'étant pas en mesure de suivre le mouvement.

 

Et depuis, rien... fichtre rien.

Parfois l'envie de remonter en selle... mais...

 

Alors?

Ben j'ai raté la période des colzas, avec les champs tout jaunes.

J'ai raté les cerises sauvages, dont je me gavais lorsqu'elles s'offraient à moi.

J'ai raté les digitales aux fières hampes.

J'ai raté l'odeur des foins.

J'ai raté...

 

Et juillet s'achevait.  Tranquillement.

Il s'était écoulé environ 6 mois depuis ma chute.

 

Mais ce matin... je me suis dit que la situation s'était améliorée, et qu'il était peut-être envisageable d'effectuer un test.

Alors j'ai examiné mon VTT, qui porte encore les griffures de sa "gamelle".

J'ai vérifié la pression des pneus.

J'ai repris mon sac à dos dans lequel j'ai enfourné mes ustensiles habituels...

Et puis je suis parti en direction d'Hambers.

Vent de face! C'était bien ma chance.

Mais j'ai puisé dans l'assistance électrique.  Un peu plus que d'habitude.

Arrivé à Hambers, je me suis installé à une table du plan d'eau, j'ai admiré, j'ai réhydraté la machine.

Et j'ai tenté l'ascension du Montaigu.

Au parking, j'ai longuement admiré le paysage.

Sans oublier d 'envoyer un selfie à ma fratrie!

Au parking du Montaigu

Au parking du Montaigu

Et puis, soyons fou (*)! Je suis monté jusqu'à la chapelle.

Là encore, un petit clic... pour le plaisir!

Près de la chapelle St Michel. Avec la plaine d'Evron en toile de fond...
Près de la chapelle St Michel. Avec la plaine d'Evron en toile de fond...

Près de la chapelle St Michel. Avec la plaine d'Evron en toile de fond...

Longue halte... avec le regard qui porte loin...

Mais il faut songer à redescendre.

Et là, je tente d'emprunter le petit chemin qui passe au pied de la butte.

Dans ce qui ressemble à un boyau de verdure, les chatons de châtaigniers  jonchent parfois le sol tout en dégageant une suave odeur de miel...

Dommage que je ne puisse vous transmettre l'odeur de miel...
Dommage que je ne puisse vous transmettre l'odeur de miel...
Dommage que je ne puisse vous transmettre l'odeur de miel...

Dommage que je ne puisse vous transmettre l'odeur de miel...

Mais le revêtement n'est pas assez régulier... et mon bras n'apprécie que moyennement.

C'est pourquoi, arrivé au carrefour des Pommiers,  je décide sagement de reprendre le goudron.

Je perdrai une barre de la charge batterie aux alentours du 15ème kilomètre.  Ce qui veut dire que j'ai davantage puisé dans l'aide par rapport à mon habitude.

Mais faut pas casser "la mécanique" pour une reprise trop "sauvage", n'est-ce pas?

Et la descente vers Bais se fera gentiment.

 

Le parcours du jour... presque 17 km pour une "reprise" (double clic pour afficher l'image en plus grand)

Le parcours du jour... presque 17 km pour une "reprise" (double clic pour afficher l'image en plus grand)

Tout  en effectuant mon parcours, je me suis souvent posé cette question apparemment anodine:

"Au fait... C'est quoi, le bonheur?"

 

Avec cette réponse,  qui vaut ce qu'elle vaut, banale sans doute:

Parce que,  si les moments que j'étais en train de vivre avec  la renaissance de mon activité vététesque, ce n'était  pas forcément du bonheur, il me semblait pourtant que ce devait en être  proche...

Très proche!

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En guise de Post-Sciptum: les jours qui ont suivi ont été nettement moins joyeux. Car il m'a fallu "un certain temps" avant de récupérer.  On dira donc que la machine humaine n'était pas encore tout à fait au point!

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>