Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Articles récents

Le Montaigu vu par un autre Bernard

21 Janvier 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie

Montaigu
Le Montaigu vu par un autre Bernard
Le Montaigu vu par un autre Bernard
Le Montaigu vu par un autre Bernard
Le Montaigu vu par un autre Bernard

Voilà donc qui est fait.

 

Merci encore.

Lire la suite

Mon prochain livre

16 Janvier 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Chroniques d'un instituteur original, #Tranches de vie, #Billet d'humeur

J'ai une petite nouvelle à diffuser.

En effet, face à la demande de plus en plus pressante...

J'ai fini par me remettre à l'ouvrage.

Faut dire que j'avais quand même été "abattu en plein vol" lorsque, voulant proposer de fêter les 20 ans du groupe scolaire, je m'étais entendu dire, émanant d'un enseignante:

"Ce qui s'est passé avant moi ne me regarde absolument pas.... et d'ailleurs, je m'en fiche complètement!"  sic!

Nos avions fêté dignement le 10ème anniversaire... nous nous préparions  pour une nouvelle fête......

Adieu donc le 20ème qui aurait dû avoir lieu en 2014... date que j'avais choisie pour "sortir"  ma nouvelle "dinguerie" d'instituteur original.

Pour en revenir donc à ma future parution,  il vous faudra encore attendre un peu.

J'ai embauché mon correcteur d'orthographe, en l'occurrence mon épouse, afin de dénicher les éventuelles coquilles.

 

 

 

Mon prochain livre

Et dans la mesure où j'avais besoin d'une "quatrième de couverture", que je ne souhaitais pas rédiger moi-même, (ben ça fait quand même bizarre de pondre un  truc pour vanter sa camelote et donner envie de la lire), j'ai fait appel à celle qui prononça  mon "éloge funèbre" lors de mon départ à la retraite.  

Merci Isabelle d'avoir accepté ma proposition "malhonnête."

Vous voudrez donc bien attendre que ces deux tâches soient terminées...

J'enverrai ensuite  mon "manuscrit" à l'imprimeur, enregistrement ISBN auprès de la BNF (Bibliothèque Nationale de France)...

En enfin diffusion: tel Larousse, je sème à tous vents!

Prenez vos places, prenez vos billets.

Kinenveut? 

Chroniques d’un instituteur « original »

Avec sous-titre:

Les tribulations anachroniques d’un maître d’école bucolique
Mon prochain livre
Lire la suite

Au-dessus du brouillard

8 Janvier 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur

Au-dessus du brouillard

J'aime bien quand on me fournit des nouvelles...

Quand on partage des tranches de vie...

 

Tranches de vie(s)... qui font mieux apprécier les bons moments.

A propos de bons moments, nous avons eu le plaisir de recevoir ce jour un appel téléphonique d'Olivier, le fils aîné:

"Y aurait pas  un peu de rab dans votre repas de ce dimanche?

- Pas de problème!"

 

Il s'est donc pointé à la maison, une peu "cassé"...

Sciatique d'enfer... qui le ronge.

Mais nous avons passé un fort bon moment à converser, à deviser... à évoquer justement les petits plaisirs de la vie.

Et lui de me dire.

"Tiens, l'autre jour, mon copain Nicolas me téléphone.  Dans la conversation, je lui explique que la Harasserie -où j'habite- est dans le brouillard givrant... Beurk  Et Nicolas de me répondre que lui, au-dessus de la couche de brouillard, il bénéficie d'un soleil radieux..."

 

Olivier me dit alors  avoir eu envie de "prendre de la hauteur" au mont Rochard pour effectuer une virée à pied,   au-dessus des nuages.

Avec la plaine d'Evron entartrée dans la ouate.

 

Et justement à propos de sa promenade:

"Tiens, p'pa, faut que je te montre...  avec mon smartphone, j'ai fait  quelques clichés... pour me souvenir.  Parce que j'en ai vraiment pris plein les yeux."

 

J'ai transféré  sur l'ordinateur...

Et j'ai vu...

Regrettant de ne pas avoir bénéficié d'un tel spectacle.

J'ai alors demandé à lui "piquer" ses photos... dont je vous livre quelques extraits.

Au-dessus des nuages...

 
Le mont Rochard et ses ré-émetteurs.

Le mont Rochard et ses ré-émetteurs.

La très nette séparation avec la brume... mer de nuages. Comme lorsqu'on se trouve dans un avion de ligne.

La très nette séparation avec la brume... mer de nuages. Comme lorsqu'on se trouve dans un avion de ligne.

Au-dessus du brouillard
Au-dessus du brouillard
Au-dessus du brouillard
Au-dessus du brouillard

Et puis dans la redescente à travers la brume... avec un  cheval pour complice.

 

Petits plaisirs, vous disais-je.

Au-dessus du brouillard
Au-dessus du brouillard
Au-dessus du brouillard
Lire la suite

La magie du givre

1 Janvier 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Tranches de vie, #Billet d'humeur

Dimanche premier janvier 2017.

Dans les maisons, restes de cotillons et serpentins.

Mais dehors?

Le brouillard givrant a paré ce début d'année  d'innombrables paillettes.

Les toiles d'araignées deviennent des sortes de cordages plus ou moins réguliers.

La magie du givre
La magie du givre
La magie du givre
La magie du givre
La magie du givre
La magie du givre

La végétation n'échappe pas à cette décoration naturelle, avec des effets parfois surprenants...

La magie du givre
La magie du givre
La magie du givre
La magie du givre
La magie du givre
La magie du givre
La magie du givre

Et même le pilote de mon avion-girouette  se trouve embarrassé pour ramener son bolide à bon port!

Il en a plein les lunettes... pas équipées de système anti-givre!

 

La magie du givre
La magie du givre

Dommage que le soleil n'ait pu filtrer la grisaille.

Cela nous aurait fourni une lumière avec de bien meilleurs contrastes.

 

Mais quoi qu'il en soit, contentons-nous du spectacle tel qu'il est.

 

Bonne année à vous tous!

Lire la suite

Sapiens, une brève histoire de l'humanité

31 Décembre 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Sapiens, une brève histoire de l'humanité

Le père Noël m'a offert un imposant bouquin dont on dit que c'est un "best-seller"

"Sapiens, une brève histoire de l'humanité."

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sapiens_:_Une_br%C3%A8ve_histoire_de_l'humanit%C3%A9

J'ai commencé à fourrer mon nez dans l'épais document, dont on peut extraire en quatrième de couverture cette phrase:

"Véritable phénomène d’édition, traduit dans une trentaine de langues, Sapiens est un livre audacieux, érudit et provocateur. 

Provocateur? Sans aucun doute!

Et générant souvent un long arrêt sur un chapitre, une phrase, ayant le magique pouvoir de titiller la cervelle.

Ma "pause" du jour aura été déclenchée lorsque, après avoir pris connaissance de l'intéressant  mythe "Peugeot", je suis tombé page 44 sur ce qui suit:


 

Sapiens, une brève histoire de l'humanité

D'où j'ai extrait ce court passage:

"La difficulté n'est pas de raconter l'histoire (avec ou sans H majuscule, note personnelle), mais de convaincre tous les autres d'y croire..."

Et j'ai refermé provisoirement l'imposant pavé.

Pour me poser une  question relative à des événements  très proches de nous.

(Je vous laisse le soin de puiser  les références  de style Brexiste, Trumpiste ou autres...)

Et si, en effet,  toute l'Histoire de l'humanité ne découlait  pas uniquement  de cette puissante capacité à convaincre?

En feuilletant mes livres, j'aurais matière à accréditer la thèse...

Et reprenant la fin du paragraphe:

"Essayez donc d'imaginer  combien il eût été difficile de créer  des Etats, des Eglises, ou des systèmes juridiques, si nous ne pouvions parler que de ce qui existe réellement, comme les rivières, les arbres, les lions..."

 

Je me dis que mon "pouvoir" doit être infinitésimal   , moi qui ne parle certes pas des lions, mais qui évoque très souvent les  rivières, les arbres, la nature...

 

 

 

 

Lire la suite

Quand mon VTT reprend du service

29 Décembre 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #VTT, #pho

Un p'tit coup dans le rétro...

Un p'tit coup dans le rétro...

Il faisait trop beau...

Et devant les récriminations de mon VTT qui s'ennuyait au fond du garage depuis de (trop) longues semaines...

Je n'ai pas pu résister.

Une petite reprise vers le Montaigu.

 


 

Quand mon VTT reprend du service

Quinze kilomètres, afin de ne pas casser le bonhomme!

Quand mon VTT reprend du service

Et un plaisir inversement proportionnel à la distance parcourue!

Lire la suite

Liberté, Egalité, Fraternité... Justice et Equité!

23 Décembre 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Liberté, Egalité, Fraternité... Justice et Equité!

Lettre à Monsieur Clément LE FISC

Chargé du recouvrement des sommes dues à l’Etat

 

Le 23/12/16

 

Cher Monsieur

 

 

A quelques jours de Noël, cela devait sans doute déjà être la trêve des confiseurs.

Je veux en effet évoquer avec vous la triste affaire des 400 millions dont tout le monde a parlé ces derniers temps.

Madame Christine Lagarde a été reconnue coupable de négligence dans l’affaire Tapie, mais pas condamnée.

Que signifie une telle mascarade ?

 

Indigne d’une République dont la devise est bafouée à tous les niveaux, ce « bel » épisode nous ramène à la fable de La Fontaine, « Les animaux malades de la peste », texte dans lequel on trouve ce vieil adage :

« Selon que vous serez puissant ou misérable...»

 

Je voudrais maintenant vous faire part d’une aventure qui date de quelques années.

Lorsque l’on considéra que ma belle-mère nonagénaire n’était plus autonome, on prit la décision de la mettre en maison de retraite.

Et un jour, par hasard, ma femme découvre sous une pile de journaux et autres prospectus un courrier émanant du Trésor Public,

Suite à certaines mesures racornissant la situation des veuves, ma belle-mère qui n’avait jamais payé d’impôts sur le revenu se voyait désormais assujettie à une redevance,

Sauf que la date de paiement était un peu dépassée.

Ma femme prend alors sa plus belle plume, expliquant la situation et, tout en réclamant la clémence des services du fisc, elle joint un chèque du montant de la somme demandée.

Quelques semaines se passent, avant de voir fleurir un jour dans notre boîte aux lettres un courrier réclamant 10 % supplémentaires pour retard de paiement.

Liberté, Egalité, Fraternité... Justice et Equité!

Envoi d’une seconde missive demandant à nouveau que, étant donné le problème, on puisse faire preuve de clémence vis à vis d’une nonagénaire dépendante.

Rien n’y fit !

Nous dûmes verser les 12,85€ que l’on réclamait encore à cette pauvre femme.

Dont le seul « crime » avait été de se montrer « négligente »...à propos d’une somme sans commune mesure avec les 400 millions évoqués plus haut !

 

Vous comprendrez aisément l’état d’esprit qui est le mien quand j’examine le cas de la patronne du FMI, adoubée par ses pairs, faisant tous front avec elle pour que la vie puisse continuer en toute impunité.

Avec affront...

Avec morgue et arrogance.

 

Suis-je en devoir de vous adresser mes plus sincères salutations comme il sied entre gens de bonnes manières ?

Réflexion faite, je ne m'y plierai pas, car je risquerais de devoir m’acquitter d’une taxe sur la politesse.

Majorée éventuellement des fameux  10%.

----------------------------------

PS: ruminant sur le sujet, je me suis souvenu d'une expression utilisée par mon grand-père maternel, homme digne et respectueux de la morale.

Face à de tels comportements, et utilisant sa langue maternelle, il disait:

sinvergüenza

Je vous laisse le soin de trouver la traduction:

http://dictionnaire.reverso.net/espagnol-francais/sinverg%C3%BCenza

----------------------------------

Et puis si le coeur vous en dit... il vous est possible de vous manifester:

https://www.change.org/p/un-vrai-proc%C3%A8s-pour-christine-lagarde

 

 

Lire la suite

Joyeux Noël 2016

22 Décembre 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Joyeux Noël 2016
Lire la suite

Quand le brouillard joue à cache-cache

11 Décembre 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Billet d'humeur, #Eoliennes, #Modélisme

Quand le brouillard joue à cache-cache

Depuis le matin, le brouillard rampe sur le sol, laissant parfois apparaître un soleil pâlot qui voudrait bien pointer le bout de son nez...

Et dans l'après-midi, il finit par se déchirer,  laissant  place à de jolis rayons  bienfaisants.

Vite, je "jette" un modèle dans la voiture et je pars au Montaigu.

Assemblage, visite pré-vol... et je lance.

L'air est vraiment très froid, et absolument pas porteur. Pour preuve...

Toutes les dix secondes, je suis informé par la télémétrie que le planeur chute d'environ 6 à 7 mètres... pas brillant.

Et puis, venant de l'Ouest, un gros paquet cotonneux semble approcher assez rapidement.

Je comprends très vite qu'il vaut mieux procéder prudemment à un atterrissage avant que mon joli modèle ne se fasse avaler par le brouillard.

Le temps de  remballer mes affaires, et je suis complètement enveloppé par la crasse. On n'y voit goutte.

Je reprends la route vers Bais, pour déboucher soudain dans la lumière. Je file alors  sur l'autre versant de la colline en direction des Batailles. Là où apparemment on peut encore espérer faire voler sans trop de risque.

Mais  avant de lancer, j'installe une caméra Mobius.

 

 

Les éoliennes de Bais et Hambers émergent de la brume

Les éoliennes de Bais et Hambers émergent de la brume

Le vol ne va cependant guère durer... je vous laisse deviner pourquoi.

J'ai toutefois le temps de filmer en direction de Trans, où l'on distingue également les moulins à vent.

A gauche les éoliennes, alors qu'un paquet de coton  s'insinue dans le creux d'un vallon.

A gauche les éoliennes, alors qu'un paquet de coton s'insinue dans le creux d'un vallon.

Et je ramène bien vite mon oiseau au bercail.

Quand le brouillard joue à cache-cache
Quand le brouillard joue à cache-cache

Je remballe une nouvelle fois... et je file en direction du chantier éolien de Trans, là où j'ai passé beaucoup de temps ces derniers jours.

Pour  rencontrer à nouveau le brouillard, qui me laisse toutefois  le loisir de prendre quelques clichés..

Les nouvelles éoliennes de Trans  émergeant de la brume... sous le regard de la lune.

Les nouvelles éoliennes de Trans émergeant de la brume... sous le regard de la lune.

Et je me dirige ensuite vers le chantier.

A l'entrée duquel j'ai la surprise de trouver une voile de paramoteur bouchonnée à côté de son chariot.

Je demande alors à une dame si elle a besoin d'un petit coup de main.

Tout en  me remerciant, elle me dit que son mari est parti à pied à travers champs en direction de Fléchigné, afin de récupérer voiture et remorque qui permettront de rapatrier le matériel.

http://mayenneparamoteur.com/intro/lecole/

Et avec un grand sourire, elle ajoute:

"Mon mari vient d'obtenir le brevet qui lui permet de prendre un passager. On est donc allé faire un tour du côté de Saint Léonard des Bois... et c'est en revenant  que la brume nous a bouffés. On est rapidement descendu dans l'espoir de trouver une éclaircie... pour apercevoir le champ de blé  de l'autre côté de la route... poser, et se faire de nouveau avaler.  C'était la première fois que mon mari et moi faisions un vol ensemble... Pour mon baptême, avouez que  j'ai été servie."

Peu de temps après arrivait la voiture de dépannage...

Mais  n'ayant ni les uns ni les autres envie de jouer à cache-cache avec la brume... nous sommes rentrés chez nous!

Et moi, je me suis réfugié près du joli feu de cheminée!

 

 

 

Lire la suite

Mon passé simple à la sauce saint Nicolas

6 Décembre 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Hé oui, le  6 décembre, c'est la saint Nicolas.

Cette date que l'on fête dans certains pays.

 

Ecoutant ce matin France Musique, dans une séquence particulière où la chroniqueuse décortique chaque jour une "oeuvre musicale"... 

J'ai donc entendu une chanson à la "gloire" du saint patron...

 

Que voici...

https://www.youtube.com/watch?v=WRkYtP_Bijo

 

Je vous invite à vous caler directement vers 2 minutes 30... où vous pourrez entendre:

 
www.youtube.com
Pour les enfants et les grands, un montage-vidéo musical sans prétention mais à point nommé pour la St-Nicolas, le 6 décembre...

 

"Du p'tit salé je veux avoir, 
Qu'il y a sept ans qu'est dans l'saloir.
Quand le boucher entendit cela, 
Hors de sa porte il s'enfuya."

 


Et moi, déjà pété de rire en face de la cucuterie de ces paroles...

 

Il s'enfuya!

 

Ah, présentement, quel  joli passé simple... très futuriste!  

Et trituré pour que la rime soit en accord avec "cela" situé juste au vers du dessus.

 

Licence poétique qu'on appelle ça!

 

Mais le vrai passé simple de "s'enfuir", le voici:

 

je m'enfuis
tu t'enfuis
il s'enfuit
nous nous enfuîmes
vous vous enfuîtes
ils s'enfuirent

 

 

Jolie "fuite"... me direz-vous!

 

Il s'enfuyait

à l'imparfait, 

 

Mais il s'enfuit,

Cela suffit.

 

 

Ah, la conjugaison.

Quelle obsession.

C'est plus de notre temps,

Mes pauvres gens.

 

Et pourtant cette chanson n'est surtout pas contemporaine.

 

Jugez plutôt:

 

Cette chanson populaire a été recueillie pour la première fois par Gérard de Nerval qui la rendra célèbre en la publiant dans la Sylphide en 1842, puis dans Les filles du feu (Chansons et légendes du Valois, 1856). Il existe plusieurs versions.

 

 

Quoi qu'il en soit,

Allez en joie!

C'est la saint Ni...

Saint Nicolas. 😄

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>