Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Une journée bien ordinaire

30 Mai 2014 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Une journée bien ordinaire
Ce matin, comme il fait beau, j'enfourche mon VTT pour une virée vers le Montaigu, Sainte-Gemmes le Robert, Gué de Selle.
Passage devant la cabane dans les branches au Relais éponyme.
http://www.relais-du-gue-de-selle.com/hotel-mayenne/cabane-arbre-mayenne.php
 
 
Chellé, re-passage au Montaigu...  pour rentrer  à Bais avec 33km au compteur... non sans avoir effectué la descente de la Beslière à donf. 
 
Cet après-midi, je propose à mon épouse de sortir.
Elle accepte de m'accompagner vers le Montaigu, où pendant qu'elle bouquinera gentiment, je m'offrirai une petite séance de vol.
Pas de vent... pas de vol de pente, donc obligation de rechercher les ascendances thermiques.
 
J'en trouve assez facilement, et il est fort agréable de faire spiraler mon planeur dans ces "bulles".
Quand tout à coup, j'aperçois... mais oui! Une cigogne. A l'allure très caractéristique en vol:  cou tendu, et fort distincte des hérons dont le cou est replié.
D'ailleurs on perçoit très nettement le blanc et le noir de son plumage.
Et merdrrrrrrrrrrrrrrre! J'ai pas emmené de mini-caméra...
Je m'amuse quand même à faire tourner mon modèle en sa compagnie... mais grrrr!
Cela n'aurait peut-être rien donné au niveau des images, mais là, c'est sûr, ça donnera forcément rien!
 
Une fois que la cigogne a gagné un max d'altitude, elle met le cap au Nord... et disparaît.
 
Quelques minutes plus tard, j'aperçois un planeur, un vrai, qui tourne gentiment sous un nuage noir, il semble être au-dessus de Jublains, la ville romaine.
Il est nettement trop loin pour que je puisse envisager de faire évoluer mon oiseau en sa compagnie.
Mais à la forme de ses ailes en flèche vers l'avant, je crois pouvoir identifier un ASK13. (Photo issue du site Planeur passion)
 
 
Lui aussi grimpe gentiment.
Il vient sans aucun doute de la base vélivole située à quelques kilomètres de là: Mézangers.
 
 
Puis il disparaît lui aussi.
 
Et... et... que vois-je?
Venant du Sud, une autre cigogne, volant encore plus bas que la première.
Grrrrrr! Et je n'ai pas ma mini-caméra.
Je me traite de tous les noms d'oiseaux possibles.
Là encore, je partage l'ascendance avec cet échassier rare dans nos contrées... sauf en période de migration, comme cela semble être le cas.
Il grimpe en se laissant dériver... et je finis par l'abandonner.
Jusqu'à ce que... mais oui, un oiseau noir lui fonce dessus!
Corbeau, buse?
C'est trop loin pour que je puisse identifier l'agresseur.
Mais les deux oiseaux font des cabrioles, esquivent, montent, descendent, jusqu'à ce la cigogne -nettement moins manoeuvrante-  mette le pied au plancher et finisse par semer son adversaire.  Cap au Nord itou. Comme la précédente.
 
Bref, malgré toutes ces péripéties, j'ai fait tenir l'air plus de 3/4 d'heure à mon modèle.
Et "assoiffé" par toutes ces aventures, je propose à mon épouse de nous rendre à Sainte Suzanne, la 3ème cité "préférée des Français" lors du dernier challenge.
Sur les parkings, plein de bagnoles; dans les rues, pas mal de monde.
Aux terrasses des bistrots, il ne reste guère de place!
Comme quoi, une bonne couverture médiatique amène des "clients", guide et dépliant  touristique en main!
 
Nous sirotons une bière "La Suzanaise", une ambrée de la Poterne
Et avant de mettre le cap sur Bais, nous effectuons une halte à la brasserie, afin de refaire notre stock personnel.
 
 
Voilà donc une journée... bien ordinaire, n'est-ce pas?
Vous dites? 
Qu'elle n'est pas si ordinaire que ça?
Ah bon!
 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article