Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

De l'homo erectus à l'homo connectus ?

3 Décembre 2014 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

A chaque fois que mon esprit n'est plus accaparé par des tâches bassement matérielles, une info parue les jours passés dans les médias n'a cessé de me trotter par la tête.

Et je me suis souvenu,

Le Lycée, la classe de Sciences Expérimentales, les cours de philo.

On nous posait un problème, on en débattait... oralement.

Le prof apportait les connaissances nécessaires en faisant référence à Platon, Diogène, Aristote…

Et ensuite ?

Ben il nous dictait une phrase, la ponctuant de la traditionnelle formule :

« C'est le sujet de votre nouvelle dissertation. Copies à me rendre pour le ... »

Quelques jours plus tard, il relevait les copies, leur accordait une note. Il évaluait...

Tout comme le fait la personne chargée d'un examen,  pouvant  être à l'origine du précieux sésame... ou du recalage!

Le Certificat d'Etudes de ma mère

Le Certificat d'Etudes de ma mère

J'avais en horreur  ces dissertations…

Mais aujourd'hui, je me suis imposé le sujet à moi-même ! Curieux, n'est-ce pas ?

 

« Ne plus apprendre à écrire avec un stylo, mais avec un clavier. En Finlande, dès la rentrée 2016, l’écriture cursive (dite aussi "en attaché", à l'aide d'un crayon ou d'un stylo) ne sera plus enseignée aux élèves du primaire. Les cours d’écriture seront remplacés par de la dactylographie, discipline jugée plus utile.

Développez.»

 

Je ne vais certes pas me livrer au schéma classique de la dissert'.

Mais cette info m'interpelle et bouscule carrément mes mécanismes de pensée.

Moi, qui ai passé une bonne partie de ma vie dans des classes… élève, puis instit'.

Moi qui ai maudit le porte-plume agressif aux doigts du gamin que j'étais en raison de sa base métallique.

Moi qui ai enseigné à des enfants de CP comment calligraphier aussi proprement que possible.

Douce encre violette...

Douce encre violette...

Moi qui, enfin, ai découvert les bienfaits du traitement de texte…

 

Ben moi, je m'interroge.

 

Au nom de quels principes va-t-on zigouiller l'écriture manuscrite à l'école primaire?

Parce que c'est du temps « perdu » dans les apprentissages fondamentaux?

Parce que cela représente une contrainte tant au niveau des enseignants que des élèves ?

Parce que… c'est ringard d'écrire à la main ?

Alors, vive le modernisme!

Se profile pourtant au-dessus de nos têtes une véritable épée de Damoclès, qui ne tient que par un minuscule fil...

Un fil électrique.

 

Que deviendrait en effet notre société si tout à coup l'électricité venait à manquer ?

Plus d'ordinateurs, plus de tablettes, plus de smartphones…

Plus de paiements bancaires par carte bleue…

Plus d'ascenseurs...

Plus de soins dans les hôpitaux...

Plus rien !

De l'homo erectus à l'homo connectus ?

Vous comprenez dès lors que l'homme déconnecté de sa perfusion informatique serait devenu carrément infirme, impotent, moribond!

 

Et puis, ne plus noter furtivement une adresse, un N° de téléphone…

N'envoyer des condoléances ou une carte d'anniversaire que par message virtuel…

Ne plus être en mesure d'écrire à la main sur le sable de la plage ou sur un morceau de papier :

« Je t'aime »... « Gros bisous »...

 

Non merci, c'est pas pour moi !

 

 

Mais suite à cette info, j'ai parcouru de nombreuses pages… sur le Net (ben oui, faut quand même vivre avec son temps!)

 

Pour apprendre qu'aux USA les dirigeants des grandes entreprises informatiques envoient leurs enfants dans des écoles… traditionnelles !

 

Où même si on utilise un génial tableau interactif,  on apprendrait encore à écrire avec la main, où on enseignerait encore le calcul mental, où on demanderait encore aux élèves d'apprendre des textes, des poésies…

Curieux, non ?

 

Loin de moi pourtant l'idée de me caler sur des pratiques pédagogiques ancestrales. Je pense que mes anciens élèves pourraient témoigner sur le sujet…

Deux témoignages "manuscrits" réalisés par mes élèves de CM2... avec humour!
Deux témoignages "manuscrits" réalisés par mes élèves de CM2... avec humour!

Deux témoignages "manuscrits" réalisés par mes élèves de CM2... avec humour!

Par ailleurs, je ne suis pas le dernier, loin s'en faut, à utiliser les nouveaux moyens « branchés », « connectés »....

 

Mais je me dis : « Jusqu'où  faut-il ne pas aller ? »

 

Si je pouvais donc me permettre de donner un conseil à ceux qui sont chargés de prendre des décisions à la place du bon peuple…

Si je pouvais dire à ces gens qui ont reçu mandat de nous représenter…

 

J'aurais envie de leur dire :

« Hâtez-vous… mais lentement »

Dans une société où priment l'immédiateté, le « tout-de-suite », le « sur-le-champ », le « dare-dare »

Ayez la sagesse de prendre  votre temps.

 

Laissez les Finlandais et autres Etas-Uniens expérimenter leurs méthodes pédagogiques ainsi que leurs contenus.

J'ai encore en mémoire la réforme des maths modernes, ou l'apprentissage de la lecture par la méthode globale… dont on a constaté au bout de très peu de temps les ravages que cela pouvait entraîner.

 

Tout comme pour mon prof de philosophie, il sera toujours temps d'évaluer les « bienfaits(?) » consécutifs à la suppression de l'écriture cursive à l'école primaire.

A moins qu'il n'y ait une volonté réelle ou inconsciente de nous faire gentiment passer du stade homo erectus à celui d'homo connectus…

De l'homo erectus à l'homo connectus ?

Mais ceci est une autre histoire !

Qui demanderait de nombreux développements sur ce que représente la trace laissée par l'Homme tout au long de l'Histoire,

Qui demanderait de savantes études quant à l'usage de la main et la fabrication des outils qui n'en sont que ses prolongements… intellectuels!

 

Moi, je veux bien être un homo erectus, de temps à autre connectus…

Mais surtout pas rien qu'un homo connectus !

 

J'ai pas un disque dur à la place du cerveau. (Même s'il s'agirait d'un SSD!)

Et encore moins un micro-processeur quad core  ( donc à 4 coeurs)  bardé de barrettes de RAM à la place de mon seul et unique coeur…

 

 

PS : précisons que  si ce texte a été rédigé sur ordinateur, il convient tout de même que je vous rassure: 

 

Je sais encore me servir d'un outil 

 

 

ancestral qu'on appelle le crayon. 

 

 

 

Autre témoignage de mes élèves, où figurent en bonne place côte à côte un des ordinateurs de l'école et un crayon!.  Avec quelques autres objets qui scellaient notre complicité. C'était dans le temps, en 1998... au siècle dernier! Au temps des dinosaures!!!

Autre témoignage de mes élèves, où figurent en bonne place côte à côte un des ordinateurs de l'école et un crayon!. Avec quelques autres objets qui scellaient notre complicité. C'était dans le temps, en 1998... au siècle dernier! Au temps des dinosaures!!!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Adealis CBE 07/12/2014 15:32

Bientôt que tout sera complètement informatisé, on a tout à fait raison d’être angoissé de devoir délaisser les outils traditionnels tels que crayon et stylo. On ne va plus avoir le plaisir de dessiner, de griffonner quelque chose avec ces éléments sur un papier, etc. Ainsi, par rapport au fait que l’informatique prenne une grande et importante place dans notre quotidien, sommes-nous obligés d’abandonner toutes les vieilles méthodes d’autrefois ?

Didier 03/12/2014 23:18

Tout à fait d'accord avec toi, il faut préserver l'écriture. Par contre pour moi, la modernisation a été : le stylo à bille. En effet, comme toi je maudissais la plume métallique, mais pas pour les mêmes raisons. La première est le fait que je suis gaucher. Je m'explique. Pour vous autres droitiers, votre main précède votre stylo plume, aucun problème de propreté. Au contrario, pour nous autres gauchers, notre main suit notre stylo plume et de ce fait, on torche allègrement notre écriture. Il fallait donc incliner notre cahier pour que la main passe en-dessous du texte.
Enfin la seconde, le planter de plume. Combien de fois ai-je planter ma plume dans le papier lors de sa remontée, occasionnant ainsi un petit trou et une magnifique tâche.
Par contre le seul plaisir de la plume était : la fléchette. On assemblait deux plumes dos à dos maintenues par un petit morceau de scotch et on découpait deux petits rectangles dans du papier. On les pliait en deux et on les mettait dos à dos dans l'un des réservoir de la plume. Et notre fléchette était prête. Ensuite planter de fléchette sans se faire gauler.
C'était le bon temps. Pas de portable, pas de smartphone, pas de PC. L'homo écritus tout simplement
Didier