Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

J'vous connais !

31 Décembre 2014 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Tranches de vie

Que je vous raconte.

Il fait un froid sec sous le soleil d'hiver,

Peu ou pas de vent : même l'éolienne de La Roche est immobile. C'est dire !

Je décide alors de filer au Montaigu, mon Dream Surfer « sous le bras »... vous savez bien, ce motoplaneur équipé d'une petite caméra qui peut varier les plans et que je peux commander depuis mon émetteur.

Le parking, et ma voiture, facilement reconnaissable avec sa caisse de toit!

Le parking, et ma voiture, facilement reconnaissable avec sa caisse de toit!

Décollage du parking.

Et mon petit modèle diffuse le cri suraigu de son hélice dans le silence du Montaigu, jusqu'à ce que je coupe le moteur.

Le Dream Surfer plane en silence… et filme.

La Chapelle Saint Michel, Hambers et ses éoliennes.

La Chapelle Saint Michel, Hambers et ses éoliennes.

Arrive un monsieur.

Il porte un trépied pliant qu'il tient derrière son dos.

« Je peux vous observer ? J'espère que je ne vous dérange pas ?

- Non, non... »

Il reste un moment sans parler, observe mon modèle qui filme les environs, puis il finit par me dire :

« Mais j'vous connais !

- Ah bon ? Moi, j'ai pas l'impression, mais comment me connaissez-vous ?

- Ben par votre blog !

- Vraiment ? »

Et lui d'expliquer :

« J'aime me promener au Montaigu, j'y viens assez souvent... Et un jour que je cherchais un schéma de balade dans le coin, j'ai tapé des trucs sur Google, qui m'a proposé d'entrer dans votre blog.

- Ah, c'est donc ça !

- En plus,  quand je vous ai aperçu tout à l'heure, habillé de rouge et noir… j'ai tout de suite compris que je tenais-là le bonhomme dont je lis les écrits avec un énorme plaisir !

J'ai même acheté votre bouquin sur les années 50! »

A droite, l'ombre du modèle prêt à se poser. Au fond, le p'tit bonhomme en rouge!

A droite, l'ombre du modèle prêt à se poser. Au fond, le p'tit bonhomme en rouge!

Moi, un peu embarrassé… (mais flatté tout de même ! Chut, gardez ça pour vous!)

« Ravi d'apprendre que… Pourrais-je savoir ce qui vous attire dans ma prose ? »

 

Et le monsieur de poursuivre : 

« Je me retrouve pleinement dans ce que vous faites. Vous avez une approche de la Nature qui correspond à la mienne. Je suis capable de m'asseoir sur mon tabouret pliant pendant de très longues minutes en espérant voir surgir du bois une biche, un lapin…

Je suis capable de m'arrêter devant un tout petit coquelicot qui pousse là de façon incongrue. Je suis capable de regarder les nuages se déformer au fil du vent.

J'aime me promener dans les chemins creux. J'adore flâner le long du halage de la Mayenne, à pied, ou à vélo. D'ailleurs, j'ai mon VTT dans la voiture. J'ai hésité à le sortir, et aujourd'hui, finalement, je suis parti à pied…

Et puis j'adore vos billets d'humeur ! »

 

Pendant que je pilote, ma petite tête engendre des idées confuses : 

« Tu vois Bernard, où te mène ton goût pour l'écriture, ta manie de la mise en scène, ton narcissisme en quelque sorte.»

Puis je demande à mon interlocuteur de se reculer quelque peu afin que je puisse atterrir mon Dream Surfer sans faire prendre de risques.

 

Arrive alors un jeune homme à VTT.

Qui commence à poser lui aussi des questions sur le moteur, le matériau utilisé, les batteries, la caméra...

Au fil de la conversation, mon marcheur me dit avoir mis en chantier une réplique de gabarre comme celles qui naviguaient sur la Loire, et qu'il compte la radio-commander avec… un ensemble Robbe qui date des années 70 !

Pour du vintage, ça c'est du vintage !

 

La discussion à trois se poursuit longuement.

 

Je refais un vol. Toujours filmant.

Vue vers le mont Rochard

Vue vers le mont Rochard

Atterrissage… autres questions.

Puis mon jeune vététiste finit par nous remercier d'avoir pu discuter avec des personnes plus âgées que lui, exprimant le grand plaisir qu'il avait à tirer profit de leur expérience.

Il enfourche son bicycle afin de redescendre vers Bais, et disparaît au détour du  bois de sapins.

 

Mon marcheur regarde sa montre, et juge qu'il est temps pour lui aussi de rentrer à la maison… St Georges sur Erve…

Il remonte dans sa voiture.

 

Je remballe mon matériel, et je prends le chemin du retour.

 

Voilà comment on peut passer un bien bel après-midi au soleil d'hiver.

             Simplement.

                         Naturellement.

 

 

 

J'vous connais !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article