Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Au pays du soleil couchant

24 Janvier 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale

Il est des soirs où l'on croirait vivre au pays... des matins calmes!

Ne croyez tout de même pas que j'habite la Corée.

Mais après avoir effectué le matin une jolie balade dans les chemins creux emperlés de givre, après avoir fait voler en soirée un modèle dans une atmosphère très calme... on peut encore avoir la chance de bénéficier d'une autre parcelle de bonheur.

Lorsque le soleil se couche.

Que tout va s'éteindre...

Hier soir, j'ai -aussi longtemps que possible- observé la grosse boule de feu qui passait derrière le rideau d'arbres, pour enfin disparaître sous la ligne d'horizon...

Le côté éphémère du temps...

Que l'on voudrait pouvoir maîtriser.

 

Mais comme je voulais absolument vous faire partager ces instants magiques, j'ai sollicité l'aide d'un éternel compagnon...

Vous le connaissez fort bien bien: il s'agit de mon appareil numérique.

Lui qui permet de faire arrêt sur image!

 

Le reste se passe de commentaires...

 

La chaleur d'un instant magique
La chaleur d'un instant magique
La chaleur d'un instant magique
La chaleur d'un instant magique
La chaleur d'un instant magique

La chaleur d'un instant magique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LE JAN Daniel 24/01/2015 18:17

Magnifiques photos!
"Ô temps ! Suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours
Laissez-nous savourer les rapides délices.
Des plus beaux de nos jours !"
Combien de fois n'ai-je pas déclamé ces vers en admirant ces fabuleux couchers de soleil
lorsque j'habitais les hauteurs de La Pallu!
En voyant le soleil s'enfoncer dans l'horizon on a un aperçu visuel du temps qui passe,
saisissant, un peu effrayant...

Bernardino 25/01/2015 11:59

Alphonse de Lamartine
Ô temps ! Suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent,
Oubliez les heureux.

Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.

Aimons donc, aimons donc ! De l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons

Yve 24/01/2015 14:14

Un grand merci pour ces magnifiques photos

Lacaze 24/01/2015 12:06

Magnifique !