Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Quel merveilleux métier!

29 Juillet 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Tranches de vie

Quel merveilleux métier !

 

C'est encore et toujours ce que je me dis lorsque j'évoque toutes les anecdotes accumulées au long de ma carrière d'enseignant… même plusieurs années après avoir quitté les bancs de l'école.

Cependant, il risque de ne pas y avoir les mêmes souvenirs joyeux chez tout le monde.

Mais lisez plutôt...

 

Comme vous le savez déjà si vous êtes habitué(e) de ce blog, je nourris une dévorante passion pour l'aéromodélisme.

De ce fait, je n'oublie jamais d'emporter dans mon grand coffre de toit quelques modèles afin de les faire évoluer sur tous terrains.

L'autre soir, au bout du camping de Murat, je vois approcher deux gamins et leur mère.

Au-dessus du camping de Murat (15300)

Au-dessus du camping de Murat (15300)

Qui me bombardent de questions sur mon modèle, sa caméra embarquée…

Et la maman de me dire :

« N'auriez-vous pas été enseignant par hasard ?

- Si… Pourquoi ?

- Ben à la façon dont vous faites partager votre activité… votre passion… avec des images très parlantes pour les enfants… Avec en permanence, au travers des questions que vous leur posez, le souci de savoir s'ils ont compris ce que vous dites…

- Ah… déformation professionnelle sans doute…

- Peut-être, mais…  »

 

Puis après quelques autres échanges évoquant les méthodes pédagogiques, le fait que j'avais mis en place au sein de l'école un atelier modélisme (j'y reviendrai un peu plus loin...), la jeune femme, apparemment très gênée, me demande :

«  Et vous avez fait le même métier toute votre vie ?

- Oui, pourquoi ?

- Ben… je suis professeur des écoles… Et… J'avoue… comment dire ? Je ne me sens pas à ma place dans cette institution qu'est l'Education Nationale. J'envisage de bifurquer vers un autre métier… et abandonner le Mammouth… (cf le ministre Claude Allègre).

Faut aussi vous dire que je suis très admirative devant votre fougue encore juvénile pour évoquer ce métier d'enseignant que vous semblez avoir exercé avec passion... »

Fin ce ce premier acte… que je perçois toutefois avec une profonde tristesse vis à vis de cette jeune femme.

 

Parce que, même si cela fait déjà 15 ans que j'ai quitté ma classe, ce métier d'enseignant me procure encore bien des satisfactions.

Jugez plutôt :

Nous déambulons dans les rues de Salers.

A Salers

A Salers

S'approche un grand gaillard qui nous dit :

« Bonjour Madame et Monsieur Munoz ! »

Et moi immédiatement :

« Salut Vincent...  Vincent… Vincent… Ah, zut, j'ai oublié ton nom de famille. »

Le jeune homme me donne alors la première syllabe, et toc… tout est recadré.

Il nous présente sa femme, ses trois enfants, et le voilà parti à évoquer ses souvenirs.

 

« Ah, le CP avec madame Munoz…

Et le CM avec monsieur Munoz… »

Puis s'adressant à moi :

« J'étais pas un bon élève, hein ? Mais qu'est-ce que j'aimais le mardi après-midi, quand l'école était complètement éclatée en différents ateliers.

Moi, j'avais choisi l'aéromodélisme. Ben… vous me croirez si vous voulez, mais le modélisme, ça a beaucoup aidé les manuels comme moi à surmonter pas mal de difficultés… et même encore maintenant.

Et puis il faut que je vous dise : j'ai déménagé plusieurs fois depuis que j'ai quitté l'école… Mais mon « avion » me suis partout. Bien emballé… Je fais attention à ne pas lui casser la moindre nervure… J'y tiens comme à la prunelle de mes yeux. »

Les trois enfants sont là, bouche bée, écoutant leur père avec grand intérêt…

Et moi, je prends encore une fois conscience de ce que ma façon d'enseigner a pu « marquer » certains élèves.

 

Elèves que je retrouve toujours avec grand plaisir.

Comme ce fut le cas l'autre jour à Aurillac.

Où je savais dénicher Florian.

Avec le sourire de Florian

Avec le sourire de Florian

 

Qui tient avec sa jeune épouse un restaurant nommé… la Table des Matières.

Restaurant sur les étagères duquel figurent d'anciens manuels que les instit's Munoz leur ont procuré quand l'établissement a ouvert.

Et Florian d'évoquer son passage dans notre école.

Et de dire avec une certaine fierté à ses clients installés en terrasse :

« Voyez, j'ai le grand plaisir aujourd'hui de servir ma maîtresse de CP et mon maître de CM2... »

 

Voilà…

Souhaitant presque occulter la première anecdote qui me peine, je préfère plutôt me tourner vers les deux dernières.

A elles seules, ne suffiraient-elles pas à justifier pleinement le titre de ma rubrique du jour ?

 

 

Quel merveilleux métier  que celui d'enseignant!

 

Le barbu de service à Salers

Le barbu de service à Salers

 

 

A propos de "la Table des Matières"  où nous avons magnifiquement déjeuné, vous pouvez toujours dire que vous venez de ma part… mais n'oubliez pas de réserver !

 

In-dis-pen-sable !

 

 

La Table des Matières
5 rue de l’Hôtel de Ville
15 000 AURILLAC
04 71 48 25 50

 

 

http://www.restaurant-latabledesmatieres-aurillac.com/

Quel merveilleux métier!
Quel merveilleux métier!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sablé M 29/07/2015 12:18

Et bien, après toutes ces années, une chose est sûre : les enseignants n'ont pas changé. Quant au petit bonhomme Florian qui a fréquenté la belle école de Bais, je ne l'aurai pas reconnu !! merci pour tes articles que j'aime lire et ces petits moments de divertissement et merci aussi pour l'adresse à Aurillac!
Bonne continuation