Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Les joies du téléphone

5 Décembre 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Je suppose que, tout comme moi, sauf si vous figurez sur liste rouge, vous devez être assez souvent confronté(es) à des appels téléphoniques intempestifs, à des heures où ça ne vous arrange guère…

 

Pour vous demander si vous êtes propriétaire de votre maison, si vous avez plus de 70 ans, si vous ne souhaitez pas isoler vos combles, si vous ne voulez pas soutenir la sauvegarde des grenouilles à points roses dans le Bidulistan du Nord…

 

« Je m'appelle Véronique Dupont, et je vous appelle de la part de EDF...

- Je suis Jean-Marc Lafeuille, et je vous contacte de la part de... 

- ...» 

Tout ça très souvent avec un accent fort « méditerranéen... », disons "méditerranéen du Sud de la Méditerrannée".

Bref !

J'en passe et des meilleures.

 

Mais ce qui a le don de m'agacer encore bien davantage, c'est quand je décroche, et qu'au bout du fil... il semble n'y avoir personne.

 

Je raccroche avec rage, en maudissant ces fichus robots qui testent pour savoir si on peut vous appeler à certains horaires !

 

Et hier, forcément, cela aurait été un triste jour si je n'avais pas encore subi une once de bombardement téléphonique.

 

« Allo, je suis Marie-Hélène… je vous propose de faire des économies sur votre facture d'énergie..

- ???

- Je ne vous dérange pas trop ? »

 

Ah, c'est justement ce qu'il ne fallait surtout pas me demander !

Parce que j'étais avec le mini fer à souder dans la main, et je remettais un poil d'étain sur la patte d'une diode qui refusait de s'allumer.

Ma réponse ?

Elle a fusé, tel un filament de soudure surchauffé : 

 

« Ben si, mademoiselle, vous me dérangez profondément, et j'ai beaucoup plus intéressant à faire que de perdre mon temps à vous écouter ! »

 

Là, je vous sens dans la position de quelqu'un qui se dit : 

« Et la suite ? »

 

Je dois dès lors vous avouer que j'ai été pris de court.

Car si la plupart du temps j'ai le réflexe très prompt qui me fait raccrocher à la vitesse d'un éclair, ce coup-ci, mon interlocutrice a dégainé (rengainé?) bien plus rapidement que moi.

Et je me suis retrouvé comme un couillon, avec le combiné près de l'oreille, qui égrenait :

« Tuuut... Tuuut... Tuuut... Tuuut... »

Allô, allô?

Allô, allô?

Dans la mesure où, pour une fois, le numéro n'était pas caché et apparaissait en clair sur l'écran de mon combiné, j'aurais pu rappeler, pour…

 

Pour quoi faire d'ailleurs ? Inviter la demoiselle à un peu plus de courtoisie ?

 

Mais à quoi bon, cela aurait été de très mauvais goût…

 

Et puis j'avais beaucoup plus intéressant à faire, n'est-ce pas ?

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article