Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

L'heure de la révolte aurait-elle sonné?

15 Mai 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Billet d'humeur

J'aurais pu vous le faire pathétique...

J'aurais pu vous le faire emphatique...

J'aurais pu vous le faire romantique...

 

J'aurais pu vous le faire ...

Mais qu'aurais-je donc bien pu vous le faire?

Parce qu'il n'y pas que les habitués de ce blog qui savent...

Qui savent à quel point j'ai trouvé particulièrement  #%*$?  (à vous de mettre l'adjectif qui vous conviendra) le fait d'avoir "zigouillé" les trémières qui ornaient le mur de la rue Oy-Mittelberg.

A leur propos, les anciens du village prétendent avoir vu rôder une sorte de gnome barbu et peu chevelu qui, les nuits sans lune, se promenait le long de ce mur, prononçant des paroles auxquelles ils ne comprenaient rien. Cette sorte de nain se baissait parfois, et semblait disperser au sol comme une poudre de Perlin-pimpim... dont on ignorait les vertus... ou les maléfices.

Mais pas de fées, pas de sorcières... pas de potion magique...

Non... un seul individu aux allures louches.

 

Et puis quelque temps plus tard, là où avait rôdé le gnome, on vit sortir de terre des plantes aux larges feuilles... leur tige prit de la hauteur, pour donner des grappes très colorées.

Ce mur très minéral était devenu particulièrement végétal.

Comme dans certains lieux magiques tels que Oléron, l'Ile de Ré...

Le Paradis des roses trémières!

Egalement sur la planète Baidiscus...

L'heure de la révolte aurait-elle sonné?
L'heure de la révolte aurait-elle sonné?

Et durant quelques années, certains habitants du lieu prirent même l'habitude de relever les tiges tombées au sol pour les "ficeler" le long du mur.

Afin qu'elles retrouvent leur dignité.

Droites et fières!

 

Tout semblait donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes...

Jusqu'au funeste jour où...

Aussi cruel que la guillotine, le rotofil municipal avait accompli ses basses oeuvres.

Plus de pissenlits, mais pas de pitié non plus pour les trémières!

 

Il paraît cependant  que le gnome avait des liens avec les forces du Bien.

On ne le voyait pourtant plus traîner rue de Oy la nuit...

 

Ce drôle de gnome qui, tel le Petit Prince amoureux d'une rose, se prenait à rêver que les trémières allaient revenir.

 

Et c'est alors que le miracle se produisit.

Un soir, alors qu'il descendait paisiblement une rue de la planète "Tichamp", quelle ne fut pas sa surprise de voir "fleurir" un écriteau surplombant une jeune et frêle trémière, écriteau sur lequel on pouvait lire:

 

"Laissez-moi grandir.

Je pourrai fleurir

et

embellir ma rue."

 

Laissez-moi grandir. Je pourrai fleurir et embellir ma rue...

Laissez-moi grandir. Je pourrai fleurir et embellir ma rue...

Etait-ce le fruit de ces guerriers de l'ombre qui militent au sein d'une association  nommée Guérilla jardinière?

http://guerilla-gardening-france.fr/wordpress/guerilla/references/

 

Qui avait bien pu avoir l'audace d'affronter  le rotofil communal?

Le petit gnome n'en savait pas davantage.

Mais il se prenait  à rêver.

Rêver que d'autres citoyens imitent l'impertinent(e) qui avait osé...

 

"Dessine-moi une trémière...

Mieux, plante-moi une trémière..."

 

Joli conte, n'est-ce pas?

 

Mais si vous aussi avez envie de le faire vivre... il ne tient qu'à vous!

 

La Rose du Petit Prince

La Rose du Petit Prince

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article