Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Les Lutins Gourmands

26 Février 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Billet d'humeur, #Tranches de vie, #Chroniques d'un instituteur original

Que je vous raconte.

Après avoir trimbalé le chariot à commissions dans toutes les allées de notre supérette locale, je dois forcément me diriger vers un point incontournable : la caisse !

Où l’hôtesse accueille notre couple par le traditionnel message de bienvenue, enseigné lors des séances de formation qu’on leur accorde.

Et après lui avoir répondu par un bonjour amusé que j’accompagne d’un sourire, je commence à déverser les achats sur le tapis roulant.

Quand, avisant la grande diversité de nos tablettes au chocolat, elle commente:

«Ah, je vois qu’il y a des gourmands par ici ! »

Les Lutins Gourmands

Et moi, avec le plus grand sérieux :

« Mais détrompez-vous ! Ces tablettes ne sont pas pour nous ! »

- Ah, bon ? »

Laissant passer la surprise, j’enchaîne avec la phrase qui tue :

« Ces tablettes, ce sont nos Lutins qui vont les manger,

- Les Lutins ?

- Mais oui. Avant d’aller nous coucher, nous laissons quelques morceaux de chocolat sur la table. Et quand passent nos Lutins, Les Lutins Gourmands, ben ils les dégustent. Voilà tout !»

Les Lutins Gourmands

La jeune femme ne sait si elle doit éclater de rire ou me demander d’être un peu plus sérieux.

Et moi d’enfoncer le clou encore un peu :

« Même que certains matins, alors que le linge attendait son repassage dans une corbeille, on se retrouve avec une pile prête à ranger dans les armoires ! C’est leur façon à eux, les Lutins, de montrer leur gratitude ! »

Cette fois l’hôtesse éclate d’un rire bien franc,

« Ah, comme j’aimerais avoir plus souvent des clients dans votre genre ! Cela agrémenterait les journées !

Merci pour ces quelques joyeux moments !

A la prochaine ! »

 

Les Lutins Gourmands

Et moi, tel un gamin en culottes courtes amusé par ses propres bonimenteries, de pousser gaillardement le chariot vers la voiture qui nous attendait sur le parking.

Cette facétie me remet en mémoire le joyeux temps où, comme me le rappelait tout dernièrement Charline, «Ah, M’sieur, ça vannait dur dans votre classe, et dans les deux sens ! Mais toujours avec respect ! »

Cette boîte à chocolats que j'utilise quotidiennement, héritage de ma mère.

Cette boîte à chocolats que j'utilise quotidiennement, héritage de ma mère.

Et donc de revisionner la blague que j’utilisais, souvent  lors de l’entrée en classe.

Que je vous explique :

Les élèves de service récupéraient les cahiers, empilés ouverts à la page que je devais vérifier. Après quoi, ayant gribouillé un « vu » à l’encre verte, ou apposé une note, je les entassais fermés, prêts à être redistribués le matin.

Cahiers ouverts : à corriger. Cahiers fermés : à distribuer. Simple comme un bonjour.

Combien de fois ai-je entamé la journée de classe par cette boutade où, avisant une ou deux piles fermées :

« Tiens, mes Lutins sont passés cette nuit, ils ont corrigé mes cahiers! Va encore falloir que je leur laisse quelques caranougats(1) sur le bureau afin de les remercier du travail qu’ils ont  effectué à ma place… Sinon, ils risquent de se fatiguer à bosser sans contrepartie ! »

Bien sûr mes « zèbres » n’étaient pas dupes, mais cela permettait de démarrer joyeusement une longue journée de classe.

 

J’ai même toujours eu l’impression que cette potion magique avait une faculté bienfaisante !

Alors si ça fonctionnait en classe, pourquoi pas au super-marché, n’est-ce pas ?

 

 

(1) Voir http://bernardino.over-blog.net/tag/chroniques%20d'un%20instituteur%20original/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article