Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Pris dans la nasse

10 Octobre 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur, #Tranches de vie

Ah! Que peut bien cacher ce titre de la part d'un individu non pêcheur?

Episode pourtant très ponctuel dans ma vie de Baidicéen.

Figurez-vous que, des gens ayant trouvé que cela circulait un peu vite dans le bourg, on a décidé d'apporter quelques aménagement supplémentaires. A savoir, mise en place d'un "plateau ralentisseur".

Mais ces fichus travaux imposaient un coupure de la circulation...  deux jours durant.

La population locale avait été avisée par voie de presse... des panneaux annonçaient ladite coupure et "proposaient" une déviation à chaque bout de la rue.
 

 

Pris dans la nasse
Pris dans la nasse
Pris dans la nasse

Mais vous connaissez tous le tempérament "joueur" du Français moyen.

Et c'est sûrement la raison pour laquelle j'ai vu débouler pendant deux jours une quantité industrielle de véhicules toutes tailles confondues.

Si paisible en temps normal, mon gentil  lotissement n'avait jamais connu une telle animation!

J'ai donc pu pendant deux jours  m'amuser(?) comme un petit fou.

Avec des automobilistes qui, bien que prévenus, et arrivant de Mayenne pour prendre la direction du Mans, se sont retrouvés "coincés" au bas de la rue Oy-Mittelberg.

Et que fait-on alors? Ben on tourne à gauche afin de tenter une sortie de la souricière...

Pour explorer à droite: cul de sac!

Pour explorer  tour droit: cul de sac.

Pour virer à gauche vers le haut du lotissement, et redescendre en trombe... au point qu'à certains moments, c'était un encombrement pas possible au petit carrefour!

Et que dire de ceux qui arrivaient tout excités  devant chez moi... qui pestaient au volant. Marche arrière brutale et redémarrage sur les chapeaux de roues.

J'ai alors cru bon de mettre ma propre signalisation.

Voies sans issue(s)

Voies sans issue(s)

Mais l'effet dissuasif tant attendu s'avéra quelque peu stérile...

Mardi matin, dernier jour des travaux, je me suis rendu sur le chantier...

Pour entendre un ouvrier fort mécontent: pensez que, enfreignant de nuit toutes les interdictions, un poids lourd   avait totalement défoncé un regard qui venait d'étre réaménagé!

Regard défoncé  signalé par la balise blanche

Regard défoncé signalé par la balise blanche

J'ai également vu des gens affolés sonner à ma porte en me disant:

"Monsieur, monsieur,  aidez-nous! On est complètement pris au piège... on voudrait aller..."

J'ai à chaque fois répondu poliment à ces braves automobilistes que s'ils avaient suivi les consignes, ils n'en seraient pas là...

Et j'ai enchaîné, toujours avec le sourire, pour leur proposer une voie de sortie.

Ces désagréments ont toutefois satisfait  des gens qui ont été tranquilles pendant deux jours.

L'un des riverains proches des travaux ne me disait-il pas:

"Ah, ben moi, si ça avait pu durer encore!

Imaginez: pas de camions bruyants, pas de mobylettes pétaradantes!

Une rue piétonne pour nous tout seuls!"

 

Pas sûr quand même que cela ait rendu service à tout le monde.

Parce que j'ai aussi vu des gens qui, pour se rendre à leur travail dans le haut du bourg, avaient été contraints de laisser leur véhicule sur le parking de l'église.

 

Comme quoi, on vérifie une fois de plus le vieil adage qui dit que c'est pas facile de  contenter tout son monde!

Quelques clichés réalisés durant le chantier
Quelques clichés réalisés durant le chantier
Quelques clichés réalisés durant le chantier
Quelques clichés réalisés durant le chantier
Quelques clichés réalisés durant le chantier
Quelques clichés réalisés durant le chantier

Quelques clichés réalisés durant le chantier

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

germain 11/10/2017 10:31

Beau reportage!