Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Renaissance d'une "gueule cassée"

30 Mars 2007 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Humour et modélisme

Dans le texte intitulé "La galère", je racontais comment mon planeur avait fait naufrage en se fracassant au pied des falaises de Carolles. Le fuselage avait été englouti  par la mer. Disparu à jamais sans doute.

Tel un pilleur d'épaves, j'avais réussi à récupérer  seulement l'aile...

 Fortement commotionnée,   (pas autant que moi peut-être!), elle était du  style "Gueule cassée"... cette expression me rappelant d'ailleurs mon époque "culottes courtes", où mon grand-oncle Jean m'envoyait acheter des billets  au dixième de la Loterie Nationale... "une main innocente", disait-il!l

 Mais face à cette aile esseulée et un peu "destroy",  je ne pouvais rester insensible. J'ai donc entrepris de  "restaurer" l'épave.

Petit à petit... un peu de colle époxy  par-ci, un peu de colle polyuréthane par-là...

La voilure  semblait reprendre goût à la vie.

Puis, avisant un fuselage qui traînait  sur une étagère, j'ai tenté une greffe.  Il s'agissait d'un motoplaneur nommé Diamant, qui possède encore sa voilure en parfait état de marche, elle!

L'adaptation n'a pas été trop difficile: l'intrados de l'aile du Prodij épousant parfaitement le fuselage du Diamant... Il a juste fallu insérer deux servos dans la voilure... (Sur le Prodij, ils étaient dans le fuselage...)

J'avais toujours envisagé de motoriser le Prodij, mais   la place étant  plutôt chichement comptée dans ce fuselage suppositoire...  j'avais toujours  remis au lendemin ce projet récurrent.

Je viens de procéder aux essais en vol de ma "nouvelle" machine: cela dépasse presque mes espérances les plus osées!!!!...

Le "nouveau" modèle nommé ProDiaJ (Contraction de Prodij et de Diamant...)  pèse 876 grammes. (Contre 785 pour le planeur Prodij avant sa chute à la mer.)

ProDiaJ  est équipé d'un moteur électrique  bruhless X-Power 2820/12, d'un accu Lipo 1700mAh  en 2S, et d'une hélice 10x8.

La machine possède un taux de grimpée fort intéressant: ça déménage!

Par temps neutre de ce jour, j'ai utilisé le moteur 3 mn 34, et le vol a duré 20 minutes.  Apparemment, l'accu n'était pas vide puisque son voltage était encore de 7.56V à la fin du vol... (Vérification après recharge, l'accu a repris 1.2A pour 1.7A de capacité nominale.)

Ce qui maintenant m'encourage à refaire la peinture de l'aile... long ponçage en perspective... certes!

Mais je crois vraiment que le jeu en vaut la chandelle.

J'ajouterai plus tard des winglets en bout d'aile... comme ceux que j'avais confectionnés, mais qui sont partis à la mer... (voir photo ci-contre)

Et mon Prodij va revivre, sous une autre forme...

Qui a dit qu'il fallait jeter les épaves à la poubelle?

 

Lire la suite

La galère

18 Mars 2007 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Humour et modélisme

 Hier au soir,  mon fils Olivier me dit: "P'pa,   demain samedi, entre deux passages dépressionnaires,  la météo annonce une fenêtre  sympa :  un vent impec pour Carolles!"   (site en bord de mer, dans la Manche, au pied du Cotentin, face au Mont Saint Michel)

 Lui, il pratique le parapente après avoir longtemps tâté les manches d’un émetteur. Moi, je suis resté sur le plancher des vaches à piloter mes planeurs radiocommandés..

 Nous nous retrouvons donc ce samedi  vers midi au parking de La Croix Paqueray. Il a déjà volé une bonne heure.

Restau...

 Puis  dans l'après-midi, le vent vire lentement à l’ouest et monte en puissance: tous les parapentistes posent les uns après les autres. Y compris les delta-planes, pourtant moins mal à l'aise dans le vent...  Moi je continue de faire évoluer mon Ippon en compagnie de 4 autres modélistes.

 

 

 Après plus d'une bonne heure de vol, je décide de changer de modèle: je passe au Prodij, mieux adapté au vent du moment... Vingt minutes d'un vol tonique...  Puis ma femme  me dit qu'elle a froid,   et elle décide de retourner à la voiture en compagnie d'Olivier et  de sa copine Sophie..

"OK, dis-je,   je pose..."

Mais avant, offrons-nous un dernier petit passage à donf pente à gauche, remontée fantastique (faut dire que la dynamique est joufflue !), léger virage à droite... Le planeur a presque effectué un 180° sans que je touche à grand chose… puis le modèle étant maintenant très haut, je le  laisse plonger afin qu’il prenne un maximum de badin … mais  ... que se passe-t-il... . merde, il ne répond plus !!!

 Accélérant comme un dingue et maintenant vent dans le cul,  le Prodij continue son léger virage en descendant, très stable sur trajectoire. Longues… et courtes secondes à la fois, où  j'ai tout  le temps de  mesurer  mon désarroi, incapable d'imprimer le moindre mouvement à mon modèle. Il va où il veut!!!!  J'essaie d'évaluer  le point d'impact futur, et  je me dis qu'avec un peu de bol, il va emplafonner la planète  vent arrière  à mi-hauteur du talus... entre la crête et les rochers battus par la mer montante. Ce qui me permettrait au moins de récupérer quelque chose. Même en mauvais état...  

Ben nippe, j'ai entendu un grand boum, mais j'ai pas vu où il a tapé... A pied de la falaise sans doute: dans l'eau, sur les rochers, sur le sable????

Aussi vite que possible, Olivier et moi nous  descendons  pour aller voir, mais  la progression vers le bas est  très   difficile...  http://www.francevuesurmer.com/grand.php?id_photo=2206

 

Car  la putain de végétation nous   bouffe les genoux, les cuisses, les mollets...

Je suis tombé je ne sais combien de fois... J'en ai perdu ma casquette favorite, que je n'ai pas retrouvée...

 Et puis nous avons fini par apercevoir  l'aile ballottée par les flots, surfant  magnifiquement à la crête des vagues et galopant vers le petit bout de sable qui restait à découvert. Puis après quelques courts moment d ‘hésitation, elle   semblait  vouloir repartir comme à regret vers la mer sous l'effet du ressac. Etait-elle attirée par le chant des sirènes lui ayant promis de jouer avec les gentils dauphins ?

 Olivier a fini par récupérer l'aile... mais aucune trace du fuselage dans la petite crique que l'on ne pouvait voir d'en haut.

 Je suis remonté de mon côté,  totalement épuisé...

Tentant une autre voie qu'il pensait moins épineuse, mon fils  m'a remonté l'épave de l'aile... qui est bonne à jeter. C’est sûr! Et quand je dis qu'elle est bonne à jeter, ceux qui me connaissent savent qu'elle a dû vraiment morfler  pour que je dise une chose pareille!!!!  Même sous l'effet du dépit!!!!

 J'ai souvent réparé des trucs que d'éminents spécialistes  de la résine et du tissu de verre n'auraient jamais tenté de réparer!!!  Cette fois, je jette l'éponge. 

 

 

 

 

L'origine de ce crash?  Je pointe très fort du doigt l’accu réception  qui  a pu tomber en rade, une prise qui a  lâché, la  réception radio...  ???

 Jamais je ne saurai.

Mais les gouvernes  n'ont esquissé aucun  mouvement  durant la descente aux enfers... dans le cas d’un brouillage, les symptômes auraient été très différents.

Je perds donc presque  "corps et biens" un très bon modèle... avec tout son équipement radio.

 Malgré la grosse toile de mon  jeans (fichu lui aussi !) j'ai les jambes en feu, lacérées par les épines et les ajoncs.  Les mains pleines de piquants. La tête dans le sac.

 Et comme le disait  mon ami Pierre,  qui a connu une  mésaventure  un peu similaire avec son aile volante Fauvel : «Il persiste après coup, comme une rage, que rappelleront    sans cesse les griffures et autres épines qui vont mettre des mois à bien vouloir sortir de la couenne. »

 

 Sûr que je vais passer une très mauvaise nuit!

 PS1: Ceci dit, faut quand même relativiser; ce qui m'arrive n'est que perte matérielle. Un incident portant sur le physique est nettement plus "douloureux"! Plaie d'argent n'est pas mortelle, dit-on!

PS2: Si je peux me permettre d'ajouter ce commentaire à propos de mon Prodij:

En début de vol, un promeneur passe sur le sentier des douaniers, et voyant mon modèle évoluer, il me  pose cette question apparemment anodine:
"Et vous avez pas peur que vot' planeur y tombe à l'eau?"
Ben  moi de répondre posément:
"Oh, vous savez, cela fait des années que je fais voler ainsi en bord de mer...
D'autres modélistes pratiquent également ce genre de vol
La portance y est très régulière... et quand le vent mollit, on le sent venir...
Une erreur de pilotage? Il y a encore de l'eau sous la quille pour rattraper...
A part une panne radio, je ne vois pas ce qui pourrait entraîner le modèle à la  baille... d'autant plus qu'on ne s'aventure jamais bien loin au-dessus des flots, et que le vent a tendance à ramener  vers la pente..."
 
Une demi-heure plus tard...
 
Ironie du sort!
 
 Mais je l'aimais bien mon petit Prodij.... Nous avions lui et moi quelques bons  souvenirs à partager. Voir autre texte intitulé « Attelle-toi ! »     Sur ce lien:

  http://bernardino.over-blog.net/article-4072870.html

Lire la suite

Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

15 Mars 2007 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Humour et modélisme

Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

 Question banale il est vrai, surtout en ce qui concerne nos modèles réduits, puisque par nature, ils sont pilotés du sol ! ! !

Mais cette simple interrogation est à la base d’un bon nombre de blagues mises sur pied par les grands gamins que nous sommes.

 

Déjà au temps des hélices, les aviateurs de “ grand papa ” agrémentaient les meetings en campagne avec la séance d’Adémaï aviateur. Le speaker  captait soudain l’attention des spectateurs en annonçant qu’un type inconnu,  ne sachant sans doute pas piloter,  venait de “ dérober ” un avion…  Et il s‘évertuait dans le micro à donner des conseils que le type se trouvant dans l’avion ne pouvait  forcément pas entendre. La supercherie marchait  à tous les coups ! ! !  Un “ vrai ” pilote  se trouvait dans l’avion,   un bon comme on dit ! Il était le plus souvent aux commandes d’un Stampe ou d’un Piper Cub, auquel il faisait subir  tout un tas de pitreries  du style  décollage sur une roue, glissade très  prolongée, ratatouillage de moteur… et le commentateur complice en rajoutait une louche afin  de faire frissonner  la foule des spectateurs. Succès garanti  à chaque fois.

 Ce numéro, combien de fois l’avons-nous repris à notre compte  lors de nos “ démos ” d’aéromodélisme. Un émetteur bidon était tendu à un spectateur “ innocent ”,  mais un vrai  néophyte à qui on faisait croire que c’était facile, et qu’il n’aurait qu’à suivre nos conseils… Il va de soi qu’un pilote chevronné s’occupait en cachette du modèle réduit auquel il imprimait  des cabrioles propres à émoustiller le public complaisant. Et là encore, succès garanti…

 Cette aventure se décline sous d’autres versions, dont celle que je vais vous narrer, mais dont je n’ai pas été témoin ! Dommage…

 Et c’est un modéliste, un vrai, qui cette fois en fit les frais.

 Imaginez une bonne dizaine de  galopins réunis pour une séance de vol de pente. L’un d’eux subtilise le quartz émetteur avant le vol  de la victime … Au moment du lancer, c’est bien évidemment un autre pilote qui, bien planqué, gère le vol du planeur. Mais “ bizarrement ”, notre piégé  semble troublé.  Les complices scrutent ses faits et gestes, attendant  quelque commentaire. Quand il finit par lâcher : “C’est curieux, mais ce planeur, je ne le sens pas comme d’habitude ; il a un comportement étrange ! ! ! ”

 Son propre fils, complice, se voit confier l’émetteur “ inactif ” et clame bien fort (à l’intention du “ vrai ” pilote qui se montrera obéissant pour sûr !) :  “ Ben non, regarde, il va très bien ce planeur. Ordre à piquer, il pique, ordre à cabrer, il cabre. Pour un looping et hop ! Tu vois bien, il va tout seul, ton planeur ! ”

 Fort étonné, le père reprend les manettes…tâte les commandes… mais il est bien évident  que son scepticisme ne peut s’améliorer. Car il constate que « ça fait pas comme d’habitude ! »

 « Je vais poser, » confie-t-il.

 Et le planeur   se pose.

 Je ne vous décris pas la magouille à laquelle il avait fallu se livrer afin que la blague réussisse.

 Il paraît même que trois vols furent ainsi réalisés dans ces conditions.

 Le soir, tout ce petit monde se retrouva à la crêperie. Et notre héros ne cessait de dire : «  C’est bizarre, mais mon planeur, aujourd’hui, je ne le sentais vraiment pas. Il doit être complètement déréglé ! »

 Et les autres de lui affirmer que non, ce planeur était fort correct…

Mais la plaisanterie ne pouvait durer qu’un temps… La cruauté a ses limites!!!

Et on finit par lui avouer la blague.

 Dès lors, notre piégé,  pas rancunier pour deux sous, se contenta d’ajouter :

 « Ah... Je me doutais quand même bien qu’il y avait un truc ! »

 

 

Lire la suite

Aux pieds!

1 Mars 2007 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Humour et modélisme

  Aux pieds !

 Le modèle réduit, c'est le pied, à condition bien sûr de maîtriser  son modèle, et de ne pas piloter comme un pied. Et bon an mal an, nous accumulons ainsi bon nombre de souve­nirs au fil des années.

 Chacun de nos modèles, par exemple, nous marque plus ou moins. N'avez-vous jamais dit de l'un d'eux qu'il était gentil, lorsqu'il pardonnait généreusement vos erreurs de pilotage ?

 Dans votre panoplie, vous avez dû égale­ment rencontrer des trucs bizarres avec des réactions pas toujours très saines et que vous n'arriviez pas forcément à com­prendre. Ceux-là étaient assurément affu­blés de qualificatifs comme vicieux... (il en existe bien d'autres, mais la décence m'oblige à ne pas les citer) indomptables, capricieux, que sais-je encore ?

 Cela ne vous est jamais arrivé ? Je vous vois sourire... Oseriez-vous cacher que certains sentiments vous lient, vous et vos "petits avions" ?

 En ce qui me concerne, j'ai des modèles avec lesquels le courant passe bien, et d'autres que j'affectionne nettement moins, pour les raisons invoquées un peu plus haut. S'il m'arrive de casser l'un d'eux, j'en éprouve moins de regrets. En août 1981, j'avais un planeur tout jaune, de 2 mètres d'envergure, équipé 3 axes, planeur avec lequel mon fils avait fait toutes les pitreries possibles (lorsque je n'étais pas présent sur la pente... ! A savoir jeu de quilles avec des maxi bou­teilles d'eau minérale, atterrissage volon­taire en vol dos, percussion (involontaire) en vol...

 Et dans un grand élan de générosité, mon rejeton m'avait dit cet après-midi là : "Tiens, P'pa, j'te l'prête !" Il pouvait bien le bougre, c'est moi qui l'avais construit ce planeur !

 Après quelques minutes de vol, je me mis à préparer l'atterrissage. Quand j'enten­dis soudain derrière moi quelqu'un crier : "Aux pieds !" (vous voyez que les pieds jouent un rôle important en modèle réduit ! A qui s'adressait cet ordre ?

 A moi ? Peut-être, après tout ? C'est vrai qu'on est très fier de l'effet produit sur la galerie quand on pose le modèle pas très loin de ses pieds : cela prouve en tout cas qu'on maîtrise suffisamment le pilotage si on réussit fréquemment ce genre d'exer­cice.

 Au planeur ? Pourquoi pas ! Je vous ai déjà parlé d'un prototype à commande vocale, mais le dit planeur n'en était pas équipé. II est possible aussi que le galo­pin ayant donné cet ordre se soit adressé à son chien. Ou bien qu'il ait compris que entre le planeur et moi, s'étaient noués des liens d'amitié comparables à ceux qu'échangent un chien et son maître. Le "aux pieds" n'est-il pas utilisé par l'homme qui veut montrer sa domination sur l'animal ?

 Et puis après tout, si j'essayais de me l'amener effectivement "aux pieds". Vous n'avez sûrement jamais succombé à ce genre de défi ; vous êtes de marbre, vous ?

 Je me campai donc sur mes deux pieds, dos au vent et à la pente, le planeur reve­nant face à moi. La brise étant assez sou­tenue, il me fallait garder au modèle un peu plus de vitesse qu'à l'accoutumée. Pas mécontent du tout de mon approche ; à dix mètres de moi, le planeur se présen­tait bien dans l'axe, les ailes à plat. J'étais même obligé de pousser un peu à la pro­fondeur afin de ne pas le voir repartir au trou. Cinq mètres : c'est tout bon, je pique encore un peu. Ça y est, le fuselage caresse la bruyère, glisse un peu, puis sous l'effet d'une rafale (si, c'est plus glo­rieux que d'avouer qu'il s'agit d'une fausse manoeuvre de ma part) le planeur redécolle. Ah, M...! Je pousse alors à fond le manche de profondeur et... Clac ! Imaginez la scène : mon gentil planeur se posant sèchement, l'avant du fuselage coincé entre mes deux jambes, et les ailes s'arrêtant au contact de mes chers tibias, après avoir exprimé leur satisfaction dans un craquement joyeux.

 Les deux bords d'attaque étaient enfon­cés jusqu'au longeron ; et je garde le dou­loureux souvenir d'un atterrissage "aux pieds".

 Ce planeur, qu'est-ce qu'il était docile, et bien dressé.

 Ne venait-il pas de se blottir contre moi, afin de me montrer toute son affection ? Touchant, n'est-ce pas ?

 

Texte rédigé en 1987

 Illustration de Gérard Pierre-Bès  

Lire la suite