Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Le piquet

23 Février 2009 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Humour et modélisme

Je  suis sûr que vous n'avez pas eu la chance de voler dans un environnement aussi bucolique que le mien.

 Il y a de cela quelques "bonnes années", la piste de notre club était tracée au beau milieu d'un herbage. Ainsi n'était-il  pas rare de jouer les cow-boys avant ou pendant une séance de vol, car les gentils ruminants qui partageaient le pré que nous louions semblaient irrésistiblement attirés par nos modèles réduits.

Vous me direz que pendant la semaine, afin de protéger une zone à peu près respectable, nous posions une clôture électrique pour délimiter notre territoire. Mais les "sales" bêtes finissaient parfois par abattre les piquets... et laissaient de "grassieux" souvenirs de leur passage. Ces épisodes, nous les rencontroins bien évidemment à l'époque où les bovidés vont paître.


Mais je connais quelques enragés humains qui sont capables de braver les intempéries afin d'ingurgiter leur dose de vol... sinon, c'est l'état de manque assuré.


Je veux vous entretenir d'une de ces fois où... il y a quelques lustres...

C'est l'hiver, il gèle à pierre fendre.

Je rumine dans mon atelier, n'osant braver la froidure.

La sonnette... un homme encagoulé vient me proposer une sortie "vol". Vraiment, je ne suis pas "chaud" ! Il réussit pourtant à me convaincre, et nous voilà partis chacun avec un modèle vers la lieu de nos exploits aéromodélistiques. Rituellement, notre premier boulot est de sortir les piquets de terre, afin de "coucher" la clôture électrique.

Chacun par un bout, nous procédons méthodiquement à l'arrachage des fichus piquets... et pas même une vache pour nous regarder.

Arrivés comme par hasard en même temps à l'angle de la piste, nous nous faisons des politesses, mon compagnon et moi, pour savoir qui aurait l'honneur de s'occuper de l'ultime et dernier piquet. LE piquet "majeur", LE symbolique, celui que nous avons fabriqué en tube de 4 cm de diamètre, inséré dans une cornière, elle-même plantée dans le sol.

Pourquoi tant de précautions ? Nous avions remarqué qu'à l'angle de la piste, les bestioles venaient souvent se frotter, et qu'elles finissaient par mettre par terre notre réseau de fil; et une fois les fils par terre,  à elles la liberté,:et une bouse par-ci, et une bouse par-là. .. notre piste était devenue un "bousodrome". Avec LE piquet nous avions trouvé LA parade !


Michel, le plus costaud des deux, essaie de retirer le piquet "majeur". En vain. J'essaie : pas mieux !

Eh oui ! Le sol gelé a emprisonné LE fameux piquet. Comment dégeler la terre? En la réchauffant bien sûr! L'homme est décidément plein de ressources naturelles ! Lequel des deux souffla à l'autre: "Y'a qu'à uriner* dessus ! A 37°, ça devrait faire fondre la glace !"

*(je ne suis pas sûr que ce verbe ait été celui que.. . mais la bienséance m'oblige à surveiller mon langage...)

Il fallait être fou, ou particulièrement courageux, pour sortir son appendice par un froid pareil. Chacun notre tour, et de façon pudique, nous abreuvons donc notre piquet majeur... deux doses... En vain ! Même quelques ultimes gouttes ne parvinrent pas à débloquer la situation. 


"On a du carburant !" tonna l'un des comparses. Ce n'était plus d'urine que l'on parlait!


Et une grande rasade de méthanol + huile fut versée  au pied du piquet. On y craqua une allumette, avec la satisfaction béate de celui qui se dit : "Rira bien qui rira le dernier!"

Quelques litres de carburant furent ainsi consommés. Toujours en vain !

L'un des deux propose même, dans un ultime effort, de satisfaire à des besoins (sur)naturels. En vain à nouveau.

LE piquet nous narguait, là, au bout de notre piste.

Mais la sagesse nous enjoignit de ne pas tenter un vol. Chacun sait que, s'il n'y a qu'un obstacle, aussi minime soit-il, c'est là qu'on se le paye !


Nous décidâmes sagement de remettre:

    - notre partie de vol à un autre jour

    - et les autres piquets dans leurs trous respectifs, non sans mal d'ailleurs.


C'est ainsi que nous rentrâmes, fort marris, "la queue entre les pattes'... mais avec une grande satisfaction : celle de n'avoir rien cassé ce jour-là !

On se console comme on peut, non ?

Lire la suite

Orange amère... suite (et fin?)

5 Février 2009 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur


Suite du feuilleton débuté avec "le connard à l'Orange"

Samedi matin 31 janvier, mon camarade Manu m'appelle pour me dire qu'il a fait  jouer ses contacts chez Orange; objectif:  tenter d'accélérer le mouvement, ajoutant, promis juré, que l'on doit m'appeler lundi.
Merci à lui.

Lundi  2 février, 8h45.
Un charmante dame m'appelle, me dit qu'elle a pris connaissance de la situation, que je fais malheureusement partie des nombreux possesseurs de cartes SIM non activées. Qu'elle s'occupe personnellement du dossier, et que sous 72 heures maximum, ma carte sera opérationnelle.
Merci Madame.

Ce même lundi, 13h15.
Un monsieur prénommé Dominique se présente comme collaborateur de Orange/FT.
Chouette, n'est-ce pas?

Lui:
"Vous êtes avec un contrat 8Mo +......
Moi:
- Ah, non... je viens de passer à 18Mo avec formule Everywhere!
Lui:
- Ah bon, je ne le vois sur votre profil client...
Moi
- Ah si... Même que ma carte SIM n'est toujours pas activée...
Lui
- Ah bon?
Moi,  mort de rire
- A ce que je vois, la communication interne laisse vraiment à désirer dans les quartiers d'Orange! Vous me téléphonez pour activer ma carte?
Lui
- Ah non, moi je viens vous proposer la télévision gratuite.
Moi
- Alors va falloir que je vous dise à quel point je ne suis pas intéressé par cette offre! Que j'ai déjà déclinée...
Lui
- Mais c'est gratuit!
Moi
- Sauf que je dois aller chercher le décodeur en agence et laisser un chèque de caution de 49 Euros.
Lui
- Non, je peux vous faire envoyer le boîtier gratuitement.
Moi
- Mais la caution?
Lui:
- Ah ben faut quand même  faire le chèque...
Moi
- Et puis il me faudra(it) deux boîtiers CPL parce que ma livebox est très loin de mon TV.
Lui:
- Euh?
Moi:
- Ouais, bon, on n'insiste pas: je ne suis pas intéressé par cette offre!
Lui:
- Dommage. Je vous souhaite au nom d'Orange une agréable journée...
Moi:
- Au revoir Monsieur"
------------------------------------------------------------------
La suite ci  dessous:

Hier mercredi 4 février, je m'aperçois que ma carte Huawei Internet Everywhere détecte par moments le réseau Orange.
J'essaie de connecter: en vain.
Pourtant, à un moment, je vois s'allumer l'indicateur SMS, me signalant la réception de deux messages. Je réussis à les ouvrir, et je découvre enfin mon N° en 06  lié à la carte USIM.
Ah, y'a du mieux... Mais c'est pas encore parfait.
Je tente alors  de joindre l'assistance... débordée, et on me donne RDV pour ce jeudi matin.
Ce jeudi matin donc, j'allume mon PC portable, afin de tenter une nouvelle connexion.
Le bazar trouve le réseau... puis  annonce  encore et toujours  "Echec!"

C'est alors que je me souviens avec consulté des forums, où l'on parlait d'un paramétrage erroné.
Je vais donc vérifier ces fameux paramètres... Les seuls que je n'ai pas modifiés sont ceux concernant APN. A l'écran, le mien est "orange-home.ie"
 Sur le site Internet, on dit d'essayer trois bidules.
Le premier qui me tend la main est   "orange.fr"
Je le glisse dans la fenêtre dédiée, je relance la connexion, et ô miracle! ça marche!
Je me marre!!!
Car un type de l'assistance doit me téléphoner ce jour entre 11heures et midi...
Et de fait:
Vers 11h45, j'ai  une dame de l'assistance  à qui je  signale que j'ai enfin débourré le bazar tout seul comme un grand. Ce sur  quoi, dans un grand éclat de rire, elle m'a dit: "Bravo! Je vais proposer à mes patrons de vous embaucher, vous nous rendriez grand service!"
Si c'est pas de l'humour, ça lui ressemble, non?

Mais quand je pense que cette histoire  a débuté le 21 janvier pour se terminer le 5 février, et que la notice décrit une mise en oeuvre idyllique... où rien n'est à paramétrer. Si, si!!!

Il y a des jours où j'aurais envie de faire la peau... d'Orange. Amèrement!
Un zeste, ça va, mais trop c'est trop!!!

Bof... il me semble toutefois que suis maintenant  au bout de mes peines!
Enfin, je l'espère!

Lire la suite