Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

e-commerce or not e-commerce?

31 Mai 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Peu après la parution de  mes "Chroniques des années 50 en Mayenne...", j'avais été contacté par quelques libraires à qui des gens avaient demandé un exemplaire. 
Suite à quoi, je leur avais laissé en dépôt quelques bouquins... et nous avions négocié ensemble la part de leur "ristourne".
Et ce matin, afin de faire le point, je passe un petit coup de téléphone par-ci par-là.
Tout semble se dérouler normalement avec toutefois une remarque  déjà formulée, et que j'avais  déjà rapportée  à mon "imprimeur":
"Pas facile de se procurer des ouvrages  hors circuit traditionnel de diffusion..."
Rappelons que j'ai entrepris la publication de ce livre  via une solution  numérique, dont je suis le principal artisan: écriture, choix du format, mise en page, couverture....
Internet permet cette possibilité...  que je n'aurais jamais pu mettre en oeuvre en utilisant le circuit "éditeur classique".
C'est alors qu'une  des "dépositaires"  a ajouté, un peu amère:
"Si tous les auteurs font comme vous, à diffuser par Internet, qu'est-ce qu'on va devenir, nous les libraires?"
That is the  question!!!
 
Je n'ai donc pas été spécialement surpris, mais voici la réponse -un peu agacée- que j'ai été amené à fournir:
"Ce n'est  pas moi qui ai demandé à déposer des livres chez vous.  (deux "petits" exemplaires...) et s'ils vous embarrassent, je passe les récupérer dans la foulée.
Par ailleurs, vous n'ignorez pas le parcours du combattant que doit effectuer celui qui veut éditer un livre via le circuit classique. Faut d'abord qu'un éditeur "ose", et ensuite si tant est qu'il accepte, il vous propose à compte d'auteur. D'où une mise de fonds non négligeable. Ce à quoi je n'étais surtout pas prêt!"
... 
S'écoule un léger temps... une page "blanche"... et la dame de  reprendre:
"Ah ben... va quand même y avoir la fête des mères et la fête des pères, votre bouquin peut intéresser quelques personnes... Vous n'avez qu'à me les laisser  quand même !"  
 
Soit!

Mais en présence de  cette situation, je ne manque pas de me poser quelques questions...
Les commerçants "classiques" doivent affronter  la concurrence d'Internet, et je suis bien conscient de  la difficulté devant laquelle ils sont placés...
Néanmoins,  les choses évoluent, les techniques itou, et les procédés de fabrication s'en trouvent facilités.
N'oublions pas que les copistes ont beaucoup râlé  quand l'imprimerie "moderne" a pointé le bout de son nez avec Gutenberg...
Et le Monde s'est forcément adapté... déjà!
 
Serait-ce à moi  de subir l'ancestralité du système?
Je peux maintenant partager ma prose très facilement... même si le cercle de mes lecteurs peut paraître dérisoire aux "grands éditeurs".
Il y a là une niche dont  certains ont saisi l'opportunité
Loi de l'offre et de la demande, c'est vieux comme le Monde.
Au fil des siècles, des métiers naissent,  d'autres disparaissent! A qui la faute?
 
Le monde du commerce et de la distribution est appelé à subir encore de profonds changements....
Qui doit s'y adapter?
Sans doute les deux mon adjudant: le commerçant tout autant que le client potentiel.

On pourra dès lors le regretter...
Moi le premier, pour qui arpenter les centaines de m² d'un Hyper n'est pas dans ma culture.
Tous ces Hypers qui ont bien souvent ouvert un espace "Média"... avec vente de revues, de livres, concurrençant fortement les petits détaillants.
Mais quand je ne trouve pas ce dont j'ai besoin dans mon environnement propre,  je suis parfois contraint de fréquenter ces monstres de la distribution!

Alors?
Hyper or not Hyper?
e-commerce or not e-commerce?
That is the question!

Il serait toutefois intéressant que le système  "numérique" puisse permettre aux commerçants "classiques"  de s'approvisionner  en livre papier afin de continuer leur vente de détail,  non?
 
Et pardonnez-moi de ne pas même avoir abordé les problèmes que soulève la diffusion des écrits via e-book!!!
Ce propos ne figure pas encore sur mes "tablettes"!
Lire la suite

Politesse...

28 Mai 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Ce matin, une histoire très courte.

Figurez-vous qu'en ce lundi de Pentecôte, je vois trois gamins arriver à la porte de la maison.

Ils me saluent, et presque en choeur:

"On vient s'excuser pour l'autre jour..."

DSCN3725-copie-1.JPG

Mais, me direz-vous,  qu'avaient-ils donc commis comme délit?

Il font partie du petit groupe de gamins qui jouent habituellement dans la haie derrière chez moi.

 

Certains y ont  entrepris la construction d'une cabane, alors que d'autres avaient trouvé sans doute plus marrant de balancer sur ma pelouse  tout un tas de vieilles branches déglinguées.

Suite à quoi,  j'avais croisé un jour  une maman du lotissement, et je lui avais fait part de mon léger désagrément...

Le message a dû être transmis...

D'où la visite de mes petits repentants!

DSCN3726


A qui j'ai dit tout le bien que je pensais de leur démarche, et à qui j'ai offert quelques bonbons...  


Faut-il aussi que j'évoqu
e ce que je pense de la façon dont leurs parents les éduquent?

 

 

 

Je suppose que vous avez compris ce que je veux dire...

Il est encore des gens qui savent enseigner la politesse et les "bonnes manières"!


 

Lire la suite

Je l'ai lu dans ton regard…

25 Mai 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie

Je l'ai lu dans ton regard…

 

C'est ainsi que ma femme ponctua  une conversation dès potron-minet.

Il faut dire que lire, ça la connaît: avec tous les ouvrages qu'elle a dévorés, j'en arrive à craindre pour elle  que l'ophtalmo lui trouve des caries dans les yeux.

Et  si j'ajoute que dans sa carrière d'institutrice, elle aura vu passer environ 800 paires d'yeux  éblouis par l'apprentissage de l'acte de lire dans une classe de Cours Préparatoire, vous comprendrez que  nous sommes là face à une   "espécialiste" de la prise de sens.

N'empêche que cette expression

"Je l'ai lu dans ton regard…" me troubla ce matin-là.DSCN3523

On pouvait  donc   explorer le tréfonds  de mon cerveau, me déshabiller l'esprit; en un mot, faire de moi un involontaire nudiste  cérébral.

 

Troublé, inquiet, abasourdi…

 

Depuis ce jour, je me guette.

Je me place en vis à vis de mon miroir.

Et je m'interroge.

Vous remarquerez que ma démarche n'est pas celle de Blanche Neige: "Miroir, mon beau miroir…" Je me fiche de savoir si je suis le plus beau. Les autres, je m'en moque éperdument.  ( quoi que…)

C'est surtout moi que je voudrais connaître.

Et parfois cacher aux autres.

Alors?

 

Je guette le plus imperceptible signe qui pourrait m'aider à me comprendre.

Je me questionne, je m'interprète; et je me soupçonne parfois: ne me cacherais-je pas des choses à moi-même?

Je m'aide, je m'encourage. J'essaie d'y mettre le ton.

Je m'efforce de n'oublier aucune liaison.

Mais des liaisons  entre...   ce que je pense et ce que je crois en avoir  compris…

J'ai même parfois l'impression que, si je ferme les yeux, tout cela s'éclaire  nettement mieux.

Je crois bien qu'on y voit plus distinctement  quand on a les yeux fermés!

Mais alors comment interpréter  "l'Autre" si on ne perçoit pas son regard?

Je m'approche du miroir, je scrute. "Tiens, une ride de plus à  la  paupière gauche!"

Mais  à part ça, rien de neuf sous le soleil.

Faudra-t-il donc qu'un jour je me fasse lire mon regard, comme d'autres se font lire les lignes de la main?

 

Plus le temps passe, et plus je me  trouve analphabète de la lecture du regard.

 

"Je l'ai lu …" Vous ne pouvez pas savoir  ce que cette anodine phrase a pu jeter le trouble dans mon esprit.

Pourvu que mon regard ne m'ait pas trahi!

 

A bien y réfléchir, je  me prends à penser que je ne dois pas être le seul à…

Vous n'en connaîtriez pas par hasard,   qui,  comme moi, s'interrogent  de la sorte?

Non? Vraiment ? C'est pourtant simple!

 

Vous n'avez qu'à suivre mon regard!

 


Lire la suite

A propos de mon livre...

24 Mai 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Chroniques des années 50

Ma jeune soeur ne m'avait-elle pas adressé un courriel qui débutait ainsi:

"A propos de ton livre...

Dis quand l'écriras-tu?

Dis, quand le feras-tu?

Car le temps qui passe ne se rattrape guère...

Le temps qui passe ne se rattrape pas!"

 

Ce qui avait constitué un  facteur déclenchant!

Il n'y avait plus à reculer: il fallait  que je  me mette -enfin- sérieusement au travail.

 

Cela fait donc quelques semaines que mon opuscule est édité.

Que  le nombre de personnes l'ayant acheté me surprend...

  DSCN3662

Et qu'au niveau des surprises...

 

Lisez plutôt:

 

 

Hier  matin, rentrant de ma balade à pied vers le Montaigu, je croise deux personnes... L’une à la sortie de la boulangerie, l’autre un peu plus loin, près du mur où croissent les roses trémières que j’ai semées là clandestinement !

Et qui prospèrent !

L’une et l’autre de mes rencontres :

« On pourrait pas avoir un bouquin sur vos souvenirs de gamin ? »

Cet après-midi, je m'en vais chez la coiffeuse.

Et sur le trottoir une dame, ancienne parente d'élève, qui m'arrête:

"Ah, Bernard, j'ai commencé votre livre. J'arrive au chapitre le camion. C'est rudement bien. C'est facile à lire. Je me régale!"

 

 A signaler que d'habitude la dame s'adresse à moi en y allant d'un "Monsieur Munoz"... Etonnant, non? Comment expliquer cette soudaine familiarité? Qui ne me gêne pas, bien au contraire!



 

Quelques pas encore, et je passe devant un commerce. Les jeunes patrons sont sur le pas de la porte.

M'apercevant, il m'interpellent!

Je fais un crochet:

"Alors, et votre bouquin? C'est la gloire, hein! Tout le monde à Bais en parle!

On peut en avoir un?

-         Ben quand j'aurai refait mon stock, début de semaine prochaine. Je n’arrive pas à fournir…"



 

Arrive une jeune dame, la trentaine. Qui nous entend causer du fameux livre.

S'adressant aux commerçants:

"Ah! moi, ma belle-mère l'a apporté l'autre soir à la maison.

J'ai juste eu le temps d'en lire un chapitre, parce qu'elle me l'a vite repris des mains, en me disant qu'elle le dévorait.

Si les autres valent le seul chapitre que j'ai lu: les cabinets! 

Ben ça promet!!!

Ah, c'est trop!!!"

 

Fin de journée, afin de renouveler mon ordonnance, j'avais rendez-vous chez le toubib, qui m'avait dit au téléphone:

"Ben faudra m'apporter un bouquin, n'est-ce pas? Avec une dédicace!"

 

Forcément, je me suis exécuté.

A (nom du toubib)…

Guérisseur de mes maux

Ce qui me permet ainsi d’écrire encore mes mots risibles…

Afin que je m’en souvienne comme mes mots "risables"…

(mes mots "risables"…  mémorisables?) 

PS : cette dédicace n’est pas remboursée par la Sécu !

 

Et enfin, dans la soirée.

 

Cet appel téléphonique :

« Je viens de lire votre bouquin. Je me suis régalée. J’y ai retrouvé plein de souvenirs personnels : les métiers, les jeux,  les odeurs, les couleurs, les bruits… Merci à vous.

Mais dois-je-vous dire que vous m’avez donné envie ?

Envie de vous imiter, et de me lancer moi aussi à écrire.

Pour que les générations à venir sachent comment nous vivions… »

 

Et mon interlocutrice de commencer à rédiger oralement son récit…

 

Poursuivant : 

« Si j’ai besoin, pourrais-je m’adresser à vous pour me donner un petit coup de main ? »

  

J’ai hésité à vous faire part de ces quelques témoignages.

Mais je me dis quand même que je vous devais un retour sur ce fameux bouquin  destiné à une diffusion restreinte, et que l’on m’a « poussé » à publier... bien au-delà du cercle familial!

 Il  mériterait maintenant presque à lui seul un roman entier !

  DSCN3721.JPG

 

  

Je me dois aussi de préciser que si j’ai réussi à faire lire des gens qui ne sont pas de « grands » lecteurs, et faire écrire des personnes qui n’auraient pas osé… 

Ben… J’ai obtenu là une  des immenses satisfactions qui font suite à cette modeste publication.

 

Et je ne parle même pas des jolis moments passés chez les gens lorsque je vais effectuer moi-même la livraison de mon opuscule.

 

Conséquences inattendues, mais ô combien réjouissantes !

 

Merci à tous !

      ---------------------------

 

PS: cette autre remarque obtenue quelque temps après..............

"Ton livre est, comment dirais-je... parce que tu utilises parfois un vocabulaire choisi, faut pas que je dise une banalité... ton livre est ... gouleyant!!! c'est ça... gouleyant!

C'est pour ça que je le prends à petites doses, je voudrais pas le finir trop vite!"
Sachant que cet adjectif est plutôt utilisé  à propos d'un vin...
 Qu'importe le flacon...

PS2...
Toujours à propos de ce bouquin qui n'en finit pas de m'étonner, deux réactions:
- hier, je m'en vais livrer un bouquin, et  au cours de la conversation, on  me dit:
"Ah, tu peux pas savoir l'émotion... c'est la première fois que je peux rencontrer l'auteur d'un livre que je vais lire, un auteur encore vivant!"
- ce soir, je m'en vais livrer un autre bouquin. Arrive la fillette de la maison à laquelle la mère explique,: "C'est Bernard, il vient nous apporter un livre, un livre qu'il a écrit."
Et la gamine de me regarder avec un drôle d'air, et de me dire:
"Alors toi, t'es écrivain? Ouah!!!"
Bonnard, non?

PS3: pour faire suite au commentaire qui a été posté  par un lecteur de ce blog. Comment se procurer ce petit livre, pour lequel on me réclame de récidiver!

Ici: (Copier et coller le lien dans le navigateur)
Lire la suite

Brèves images en descendant du Montaigu

22 Mai 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Ce matin, le ciel semble convalescent.

Il faut dire qu'après ces longues journées de bruine, de pluie et de vent, il devient nécessaire de  savourer l'instant présent!

Le soleil perce à travers de légers bancs de brume, et cela suffira à mon bonheur.

Je vais enfin pouvoir aller traîner dans les chemins de mon bocage.

Armé d'un appareil photo, du Nokia GPS enregistreur de parcours, et de mon baladeur diffusant de la musique dans mes écouteurs, je pars vers le Montaigu.

Choix pas forcément judicieux,  car je vais avoir le vent de face durant presque toute la montée. Easy-Glider-Old--4-.jpg

Bruckner...  Requiem... http://www.youtube.com/watch?v=hSN3vvvp4YI

Après 5 km pile, j'arrive sur le banc du parking. Je m'y assois, et je contemple la  campagne qui s'étend à mes pieds. Sous le soleil, seuls quelques gros  damiers jaunes de colza tranchent nettement avec le vert sombre  qui domine 

 Tiens, le coucou. J'ai quelques pièces dans ma poche, ça tombe bien!

      Puis je monte à la chapelle.

Là, je m'installe sur l'arbre coupé qui me sert habituellement de trône.

 Face à moi, Hambers, Jublains, Mayenne...

Mais une  bise aigre  transperce  férocement ma polaire rouge...

Le fût du tronc  est gorgé d'eau, et mon jeans ne tarde pas à devenir tout humide.

Vite, j'abandonne la place, non sans avoir observé au sol de nombreuses pelotes de réjections... souvenez-vous, la chouette effraie qui niche sous la cloche de la chapelle!

Et je m'engouffre dans l'épaisse végétation, bien à l'abri du vent que j'entends gémir dans les arbres.

Soudain, un petit lapin sort du fourré, il bifurque très rapidement vers la descente, ne me laissant comme souvenir qu'un toupet blanc qui effectue de brusques sauts...

Un pois sauteur!... 22052012241.jpg

Même pas eu le temps de dégainer l'appareil photo!

Quelques dizaines de  mètres sur ce qui semble être une piste de descente VTT...

Et hop, un autre toupet blanc qui détale vivement.

 

Tournant à droite, je longe maintenant une corniche sur laquelle je vais découvrir un rocher à la forme bizarre.

 Je voudrais me prendre en photo assis dessus, mais j'ai oublié mon trépied aux jambes molles, celui qui peut s'entortiller aux branches.

 

DSCN3686.JPG

Tant pis, je vais suspendre mon appareil numérique à une branche, en espérant que le vent ne le fasse pas tourner.

C'est alors que,   à travers une trouée d'arbres,  je vois apparaître une buse.

Utilisant les courants frappant la colline pour gagner de l'altitude,  elle pratique le vol de pente, 

 Assis sur mon rocher, je vais alors  m'amuser pendant un bon moment à imaginer que j'ai un émetteur dans les mains, et que je pilote l'oiseau!

Concerto pour clarinette de Mozart.

http://www.youtube.com/watch?v=K98Rwo1fI1U

 

Après s'être immobilisé en vol stationnaire,  l'oiseau va brusquement se laisser tomber à la verticale tel un caillou.

Vision fugitive... malheur  au petit animal qui servira de proie!

 

Je reprends la marche en descente. Dans mes écouteurs, Wagner, le Hollandais volant.

A quelques dizaines de mètres, un magnifique geai ne m'a pas vu venir. Je m'apprête à dégainer mon numérique... mais l'oiseau ne m'en laisse pas le temps: il part vivement en poussant des cris aigus.

Je suis toujours à l'abri du vent. DSCN3694.JPG

Mais débouchant  au carrefour de la Caillardière,  je me fais agresser par les rafales.

 

Sur la route, un papillon: se cramponnant  au goudron,  il a toutes les peines du monde à  ne pas se faire emporter par le vent ... Mais si une voiture passe...

 

 Plus loin, quelques chevaux dans un pré où fourmillent les boutons d'or...

 

Pointillisme  à la Sisley!

DSCN3696.JPG

 Un peu plus loin encore, des genêts éclatants illuminent le bleu du ciel. DSCN3699.JPG

Au carrefour des Ormeaux, c'est le gazouillis du ruisseau qui m'attire. Je vais rester là un bon moment, charmé par la scène.

 

Je repars.

Sur le talus à gauche, des marguerites ploient leur  frêles tiges. DSCN3704.JPG

A droite, le vent fripon retrousse la jupette jaune des fleurs de colza!

Ah, le coquin...

 DSCN3702

 

Le Bois-Mabon... sur la haie, des myosotis, des rugosas.

J'attaque la côte de la Beslière.

    Quelques vues sur le château de Montesson. DSCN3708.JPG

Le champ offre de magnifiques ondulations dues au vent qui balaie le coteau.

DSCN3710.JPG

 Juste avant le lotissement du Montaigu, je retrouve l'abri du talus.

J'aperçois la pancarte d'entrée du bourg.

Beethoven, l'Hymne à la joie!

http://www.youtube.com/watch?v=U8lpPZdBYL0

 

Le lavoir de la rue Henri Quentin...

L'Eglise...

Au sortir de la boulangerie:

"Ah, vous tombez bien! On pourrait avoir votre livre?

- Mais bien sûr... sauf qu'il faudra attendre la prochaine livraison"

 

Rue de Oy Mittelberg.

Et là encore, je rencontre quelqu'un:

" J'ai appris par le journal, votre bouquin... je pourrais pas..."

 

Et pendant qu'on bavarde, une magnifique chenille grasse et dodue se trémousse sur le mur aux roses trémières!

DSCN3712.JPG

Là, contrairement aux situations rencontrées avec les petits lapins ou les oiseaux, j'ai tout le temps de cadrer!

 

 Mon périple s'achève.

 J'ai dix kilomètres au compteur...



 Et matière à partager le plaisir éprouvé au long de cette balade.

  

Lire la suite

L'Etrier

12 Mai 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Il y a quelque temps de cela, j'ai découvert dans ma boîte mail l'invitation suivante:

 

12052012227.jpgNathalie et Alain Galesne vous invitent à l'inauguration du restaurant L'Etrier  de Vimarcé, qui vous ouvre ses portes spécialement le

samedi 12 mai à 11h

pour une présentation de l'activité (cuisine au four à bois de fouaces angevines), des dégustations et des échanges.

 

Je reviens tout juste de Vimarcé.

12052012234.jpgJ'y ai bien entendu rencontré Nathalie et Alain Galesne.

Et nous avons choqué nos verres. 

La spécialité du lieu? Les fouaces célébrées parFrançois  Rabelais! 

http://www.commeautrefouee.com/les_fouaces_historique.html

 

Cuites au feu de bois devant les convives, les Fouaces d12052012229-copie-1.jpge l'ETRIER sont garnies à volonté de:

  • Rillettes
  • Beurre au sel de Guérande
  • Gratiné de légumes
  • Poulet sauce Layon (recette unique)
  • Fromage gratiné
  • Ganache de chocolat faite maison

   Le tout arrosé d'un vin  qui sait parler de son terroir!

La Fouace est une galette de pâte à pain, fine, qui gonfle au four à bois t

12052012231.jpgDans la petite salle de ce tout nouveau restaurant régnait  une ambiance très conviviale.

 

Parmi les "convives" qui exprimaient pleinement  leur  bonheur de voir rouvrir un commerce,  d'anciens Vimarcéens,  12052012235 dont les ouvriers bourreliers ayant travaillé  dans ce local, avant qu'il  ne devienne épicerie... pour s'endormir quelques années... et qu'il ne ressuscite aujourd'hui!

 

 

 Chacun s'accordait à dire que cette ouverture redonnerait un peu de souffle à ce petit bourg paisible.

 

Au fil de mes rencontres, j'ai croisé le Maire de la commune, le responsable tourisme au sein du SVET des Coëvrons, des membres d'associations...

 

Et puis aussi  des amoureux de notre région, au point de s'y investir fortement.

Je citerai:

- "Le Bistrot d'Izé", tenu par des motards originaires de Toulouse

http://restaurant-letrier.pagesperso-orange.fr/amis_avec_lieux_superbes_087.htm 

ou:

http://www.facebook.com/pierrepptlv

 

 

ou bien encore

- "Lhomme Vert" à Saint Pierre sur Orthe...  dont  la very british  patronne   assure  une ambiance fortement  festive grâce à son accordéon!!

Et, dès qu'elle le peut,   elle n'hésite  pas  à se faire épauler par d'autres musiciens!

Le site, rédigé en anglais:  (Dis madame  "Homme Vert", on pourrait pas en avoir une version française?heureusement, il y  a  Google traduction!)

http://www.upstandinghommevert.com/

 

 

12052012236Saluons tous ces  aventuriers qui tentent de dynamiser notre territoire en y apportant une touche personnelle... teintée d'un poil d'exotisme!

 

Bonne chance à eux!

   

http://restaurant-letrier.pagesperso-orange.fr/accueil_038.htm

 

PS: et  comment mettre le pied à l'Etrier?

Ben, c'est facile, dans  Vimarcé, le resto est juste en face l'église, et il fait l'angle avec la rue qui mène à... la Petite Folie!!!

Lire la suite

La montgolfière

4 Mai 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Avisant une fin de journée qui s'annonçait pour une fois printannière, je propose à mon épouse d'aller faire une petite promenade au Montaigu. Mais j'ai aussi l'intention de traquer photographiquement la chouette qui niche sous la cloche de la chapelle. (voir texte qui précède, intitulé: C'est chouette!)

 

Sauf qu'une fois là-haut, il m'est impossible de réaliser mon souhait: je suis en effet  beaucoup  trop bas par rapport à l'aire de nichage.

Tant pis, nous profitons du calme que dégage le lieu, l'atmosphère est sereine, la température fort douce...

 

Nous nous prélassons sur un banc, en admirant notre bocage qui s'étend  vers le Sud et vers l'Ouest aussi loin que peut porter la vue. Vers le Nord, la ligne d'horizon s'arrête aux collines d'Hardanges et au  Mont du Saule... Et quelques pales d'éoliennes dont on ne voit que l'extrémité, immobiles.

 

Quand tout à coup, lorgnant du côté de Gué de Selle et son étang, j'aperçois une petite boule colorée qui semble s'élever lentement  dans le ciel. Elle contraste avec le halo blanc que diffuse  la carrière "Dolomie" de Neau...2011-2721.JPG

Il ne peut s'agir que d'une montgolfière dont "le commandant de bord" a saisi l'opportunité du temps calme afin d'effectuer un petit vol.

 

Et là, je me dis que je suis un sacré  petit veinard! Car j'ai eu l'heureuse idée d'emporter un appareil photo plus "zoomant" que celui utilisé lors de mes virées à pied ou à VTT.2011-2732.JPG

 

Je vais donc réaliser une série de clichés... plus ou moins zoomés, avec ou sans premier plan...   

  

Et même le vent m'est favorable: le très faible courant d'air pousse la grosse boule vers le Montaigu!!!

 

 

De temps à autre  la  bulle multicolore semble amorcer une descente, bien vite compensée par un bruyant coup de brûleur que l'on perçoit de plus en plus nettement.

 

L'aérostat se rapproche... les flammes rugissent par intermittence.


On perçoit même les paroles des occupants de la nacelle... sans les comprendre toutefois.

 

 

 

Je me prends parfois à rêver que la montgolfière va venir survoler la chapelle... et j'entrevois alors le cliché du siècle.

 

 

2011-2741.JPGArrivée au-dessus d'Hambers, la montgolfière amorce un léger virage vers l'Est...

 

Elle avance en effectuant de courtes ondulations  dans le plan vertical: et hop, un petit coup de brûleur permet de reprendre de l'altitude.

 

En dérivant vers Bais,  le ballon à air chaud risque  d'être caché par la luxuriante végétation située côté  Nord  de la colline... et je ne voudrais pourtant pas  le perdre de vue.

 

Je  décide alors de retourner précipitemment à la voiture, afin de  tenter un pari un peu fou: assister à l'atterrissage. Mais où?

 

C'est alors que, débouchant au virage de la Caillardière, je me rends compte  que le ballon semble se diriger vers une prairie située sur la Gueffière.  C'est sur ma route! Chouette!

  2011-2748.JPG

J'en ai très rapidement confirmation quand  je vois arriver le 4x4 tractant la remorque chargée de récupérer l'engin.

Jour de chance!

 

Quelques clichés au zoom.

 

Puis  je parviens dans le pré où l'on m'accueille avec joie.

 

Là, se trouve bien sûr le pilote Jacques Triquet, accompagné par deux personnes  de Jublains qui viennent de fêter un anniversaire en effectuant une virée en ballon. Et, micro à la main, Benoît Prospéro, reporter de la radio départementale  France Bleu Mayenne!

 

Le vent étant  insignifiant, la bulle reste  immobile  un bon moment, avant que l'on ne décide de la dégonfler.

 

J'assiste à toute la manoeuvre.2011-2765.JPG

 

Et une fois que tout est remballé,  le pilote coiffé de son   bonnet noir sacrifie à la tradition. Il sort flûtes et bouteille de champagne afin d'arroser l'événement.

 

2011-2770.JPGJe suis même convié à trinquer!!!!

Tchin tchin!!!

 

Un poète n'avait-il pas écrit:

"Le bonheur est dans le pré... cours-y vite, cours-y vite..."

 

Revenons toutefois sur un détail:  depuis le début,  tous ont remarqué mon appareil numérique  avec lequel je "mitraille".

 

Je ne suis donc pas surpris lorsqu'on va me demander s'il serait possible de récupérer mes photos.

 

"Sans problème...  j'ai le vol du début à la fin, mais contrairement à vous, moi, c'est vu du sol!"

 

J'ai à peine le temps de répondre  que  je vais être fort surpris d'entendre cette question, posée par le pilote:

"Dis-moi, je vois que tu t'intéresses à la photo... ça te plairait de m'accompagner quand  mon photographe attitré n'est pas disponible?"

 

Et que croyez-vous que fut ma  réponse????

 

Les bulles du champagne se sont mises à danser encore plus fort dans ma tête!!!!

 

Je vais donc faire comme Brassens; mais lui, il   guettait l'orage.

Parce que  si je suis intéressé par les nimbus, les cirrus et surtout les  cumulus générateurs d'ascendances pour mes planeurs... à l'inverse du bon Georges,  je vais lorgner le ciel  en lui adressant ma prière:.

"Maître des Cieux, faites que les conditions de la météo soient propices au vol d'une montgolfière, et ne vous inquiétez pas trop  si  le photographe habituel est  indisponible!"   (Ben quoi, n'en feriez-vous pas autant?)

 

Et depuis ce jour où j'ai "trouvé" un ballon dans un pré,  trottine dans ma tête,  à la manière d'une lancinante comptine que je m'adresse à moi-même:

 

"Le bonheur est dans le pré... cours-y vite, cours-y vite..."

 P5030110.JPG

PS: je viens de rencontrer madame et monsieur Foubert, les passagers de la montgolfière. Nous avons échangé nos clichés. Ce qui me permet de vous offrir une vue prise de la nacelle, où l'on distingue l'ombre du ballon sur le  sol, puis la chapelle du Montaigu, où j'étais placé, et le bourg de Bais en haut à gauche de l'écran.  Sur la droite, l'antenne relais du Rochard.

 

 

Lire la suite

C'est chouette!

3 Mai 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Il était une fois une petite chapelle qui trônait au sommet d'une colline. Easy Glider chapelle Montaigu

Elle était exposée à tous les vents...

Tout autour, l'herbe  était  si rase qu'on aurait dit de la  moquette.

Et au milieu de tout ça, des milliers de petites billes rondes laissées par les innombrables lapins qui peuplent le lieu.

C'était la chapelle dédiée à saint Michel, sur la colline de Montaigu.

On dit qu'autrefois, il y aurait eu un important ermitage, ce que laisseraient  supposer les murs qui courent côté Sud, et  attenant au bâtiment actuel, les bases de constructions côté Nord.

Il y eut bien quelques tentatives de fouilles...

Mais rien qui puisse vraiment donner corps à l'hypothèse.

Et pourtant, il se dit que cette chapelle n'était peut-être pas très  loin d'une voie romaine... ( proximité avec le camp du Rubricaire et la  cité romaine de Jublains) ou plus vraisemblablement sur un chemin montais... A savoir qu'elle figurait sur  le tracé  d'un des itinéraires  empruntés par les pélerins afin de se rendre au célèbre  Mont  Saint  Michel

http://www.mont-saint-michel.net/

 

Aujourd'hui, on n'y célèbre plus qu'une messe le 29 septembre, jour où l'on fête le saint...

Mais de moines,  ou d'ermites, point!  Sauf que...  attendez plutôt la suite!

 

vlcsnap-2012-05-01-10h14m11s175.pngIl n'empêche que ce haut lieu attire de nombreux touristes, car la vue y est imprenable. Mieux qu'au mont des Avaloirs, pourtant point culminant de l'ouest.

Et si j'ajoute que le site du Montaigu a été aussi adopté par de nombreux vététistes, randonneurs ou cyclistes, voire des  marathoniens, vous aurez compris qu'il s'agit d'un lieu quasi mythique chez nous. quadricopt.JPG

 

C'est aussi sans doute pourquoi je me plais à "coller" ma caméra de poche sur le dos de mon motoplaneur électrique, afin de  réaliser quelques  films.

  

Mon idée a dû faire son chemin, car mon camarade de club Lénaïck a entrepris une démarche similaire à la mienne.

Mais il utilise un engin nommé quadricoptère, sorte d'hélico muni de 4 hélices, ce qui permet de faire du vol stationnaire, et ainsi tenter de réaliser un cadrage un peu plus "serré".

 

 

 


C-est-chouette-.JPGEquipée d'un "fish-eye", sa caméra offre l'avantage de posséder un très grand angle permettant de filmer très très près,  avec un champ vraiment large; mais elle a  le gros inconvénient de "bomber" les formes situées un peu en arrière plan.... Et puis, elle coûte beaucoup plus cher que ma caméra à 30 euros!

 

V'là-ty pas que le 1er mai dans l'après-midi, Lénaïck est donc allé filmer les lieux touristiques des proches alentours... dont le Montaigu.

Et en visionnant ses images, quelle ne fut pas sa surprise!

 

cloche.jpgZoomant sur la petite cloche située au-dessus  du portail de la chapelle, il aperçut....

 

Un truc vraiment très chouette!!!!

 

Et comme me faisait remarquer un spécialiste des oiseaux: "Au vu des déchets qui encombrent  son aire... ça doit faire un bon moment  qu'elle niche là, c't' bestiole... "

 

Comme quoi, le site est tout de même habité...

 

Hanté même,  peut-être!!!! 

 

 

Par ce cousin des hiboux qui ne vit pourtant pas  à la cloche de bois! Chouette-gros-plan.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PS1: je suis retourné le lendemain pour essayer de voir la "chouette" sous sa cloche. Et qu'ai-je trouvé au pied de l'édifice? De nombreuses pelotes de réjections, qui trahissent justement la présence d'un rapace nocturne.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Pelote_de_r%C3%A9jection2011-2720.JPG

 

PS2: confirmé par un ornitholgue... qui a écrit:

"Il s'agit bien d'une chouette effraie. Même dans la pénombre de son abri,  on distingue nettement  le V formé par son visage,  caractéristique de l'espèce."

Lire la suite