Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

La chasse aux papillons

21 Juillet 2013 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Hier soir, il a plu. Une pluie d'orage bienfaisante après les fortes chaleurs que nous avons dû affronter.

Et comment la Nature a-t-elle profité elle aussi de l'aubaine?

Pour le savoir, il suffit de chausser mes godasses de marche, et de partir dans le bocage.

 

D'emblée, je remarque les nombreuses rigoles avec une multitude  de méandres bordés de branchettes qui permettent d'imaginer comment l'eau de  pluie a pu dévaler la pente des chemins.

 

En débouchant du couvert au pied de la côte qui mène aux  Batailles, j'aperçois l'imposant relais du Rochard qui trône fièrement dans un ciel tout bleu.

 

 

La chasse aux papillons

Et déjà, je prends conscience de l'omniprésence des papillons.

Bien qu'il soit un peu encombrant, j'ai eu la bonne idée d'emporter mon "gros" appareil numérique Sony... équipé d'un zoom fort intéressant.

 

Mais avez-vous déjà essayé de capturer des photos de papillons en vol?

 

 

Et hop, le papillon s'enfuit vers la gauche!

Et hop, le papillon s'enfuit vers la gauche!

La chasse aux papillons
La chasse aux papillons
La chasse aux papillons

Belle école de patience! Je vous l'assure.

Et même quand ils parviennent à se poser!

Le temps de régler le zoom, faire la mise au point... et hop, plus de papillons!

 

Malgré tout, j'ai réussi quelques prises de vues qui me semblent intéressantes.

 

L'album complet sous PicasaWeb est consultable à cette adresse (je vous ai concocté un lien court):

http://redir.fr/gzstb

 
Posibilité de démarrer en Diaporama
Ou bien défilement image par image:  en cliquant sur chacune d'entre elles, vous pourrez voir le commentaire en haut à droite de l'écran...
Sous un châtaignier aux chatons parfumés...

Sous un châtaignier aux chatons parfumés...

La chasse aux papillons
Et auto-portrait!

Et auto-portrait!

Lire la suite

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

17 Juillet 2013 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

En ces périodes de forte chaleur, mieux vaut pédaler le matin!

C'est pourquoi j'ai enfourché mon VTT et, poussé par une petit brise de Nord-Est, je suis parti vers le château de Montesson.

Ascension de la côte des Bleuets, et juste avant Hambers,  virage à droite en direction du Tertre, où je chipe quelques cerises "domestiques" dans un arbre dont les branches s'aventurent un peu trop sur la route!

J'arrive en vue de l'éolienne Hambers N°4, immobile.

Un petit coup pour se désaltérer, et je repars.

Croisement avec la D35 Bais/Mayenne, pour arriver près du Teil, où je rejoins le chemin dit "GR du Pays de la Mayenne profonde"!

Je l'emprunte par un virage à gauche... et je "trotte" à l'ombre un bon moment avant de rejoindre le chemin de Montpion.

 

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

A nouveau virage à gauche, passage dans l'ombre de l'éolienne N°1 qui brasse l'air lentement, puis je croise à nouveau la D35.

Passant devant la Broudière, je remarque des pannonceaux indiquant "chien mal nourri et affamé"!

A la Pitière, des britanniques taillent, coupent, élaguent dans leur propriété arborant un panneau "A vendre".

Descente vers "La Musette" et entrée dans le bourg d'Hambers.

Je rejoins rapidement le plan d'eau où je me désaltère grâce à mon bidon isotherme..

Puis je joue avec le rétroviseur du vélo.

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"
Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

Après une courte pause, j'enfourche à nouveau mon fier coursier pour escalader les pentes qui mènent vers le Montaigu.

Mais j'entends une voix qui appelle:

"Monsieur, monsieur, vous avez oublié votre bidon!"

Un jeune garçon arrive en courant et me tend mon récipient. 

Je le remercie vivement, et je reprends ma "course".

 

Je ne tarde pas à retrouver mon  "Paris/Roubaix".

Les pavés du Nord? De la rigolade à côté des miens!

Afin de  boucher quelques ornières, des agriculteurs ont déposé de jolis cailloux "récoltés" dans leurs champs!
Afin de  boucher quelques ornières, des agriculteurs ont déposé de jolis cailloux "récoltés" dans leurs champs!

Afin de boucher quelques ornières, des agriculteurs ont déposé de jolis cailloux "récoltés" dans leurs champs!

Quelques passages encore bien humides malgré la sécheresse ambiante et,  me rapprochant de la Chesnaie, j'arrive en vue de MES cerisiers sauvages.

Un arrêt est indispensable, d'autant plus que les guignes sont maintenant bien mûres!

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"
Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

L'estomac bien  lesté et les mains bien rouges, je reprends le guidon pour cheminer tantôt à l'ombre, tantôt en plein soleil.

C'est dans ces endroits exposés à la chaleur que je rencontre des volées de moucherons, sans doute attirés par les crottins que des chevaux ont abandonnés lors de la récente sortie organisée par l'association "Les chevaux du Montaigu".

http://www.chevalvert53.com/les-acteurs/reseau-associatif/les-chevaux-du-montaigu/

Mieux vaut alors rouler en fermant la bouche.

Par contre, il est impossible de se boucher les narines... Ce qui aurait permis de se protéger contre les odeurs d'urine de ces mêmes équidés!

 

Magnifique crottin de cheval déposé à l'entrée du boviduc!

Magnifique crottin de cheval déposé à l'entrée du boviduc!

Contournement du Montaigu par la droite... Mais aujourd'hui, je ne vais pas effectuer l'ascension! Je préfère m'engouffrer dans le chemin qui me conduira au carrefour des Pommiers.

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

A peine ai-je effectué une cinquantaine de mètres, mon dérailleur se bloque littéralement: une grosse touffe d'herbe sèche a tout enveloppé, faisant même sauter la chaîne.

J'enfile les gants de travail qui se trouvent dans ma sacoche de selle, et je parviens -non sans peine- à solutionner le problème.

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

Réparation effectuée, je musarde à l'ombre, tout en fermant la bouche, vous savez maintenant pourquoi.

Croisement avec la route qui descend vers Sainte Gemmes, le fameux carrefour des Pommiers ou de la Godmerrerie... pour effectuer 20 mètres, et retrouver des cerisiers sauvages.

Cueillette sans même descendre du vélo! 

Lorsque je repars, je retrouve très rapidement un autre passage  très gadouilleux.

Un peu plus loin,  on se demande si l'automne ne se pointe pas avec un peu d'avance tant le chemin est encombré de feuilles mortes.

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

Mais il convient de ne pas regarder trop vers le sol! Ce serait oublier les traîtresses orties ou les mordantes épines qui ne manquent pas d'agresser les avant-bras!

 

Sur la gauche, le panorama s'élargit, et j'arrive en vue de la Colouzière où deux chevaux paissent calmement.

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

Descente du petit chemin qui file vers la Beslière.

Le ruisselet babille sur ma droite.

De fortes odeurs de bois me parviennent:

- bois mort,  à la senteur âcre,

- bois fraîchement scié,  aux parfums plus suaves...

Et odeur d'huile grillée  que prodigue un tracteur tirant une lourde remorque!

Un peu plus bas, alors que j'ai dépassé la Beslière,  les chatons des châtaigniers embaument l'atmosphère avec des accents de miel.

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

Jolies perspectives sur la plaine de Bais et le château de Montesson que je retouve cette fois vu d'en-haut.

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

Virage à droite et descente vers Bais.

Mais la pancarte se sent vraiment très mal!

Quand j'emprunte les "Pavés du Nord!"

Un peu plus bas, je m'offre un tour du plan d'eau.

Et après avoir suivi dans le bourg une file d'enfants cyclistes portant casque et gilet fluo, je tourne à gauche rue de Oy-Mittelberg afin de regagner mes pénates.

J'ai un peu plus de 20 km au compteur... dans un temps qui n'a rien d'exceptionnel.

Mais le tout étant de se faire plaisir, n'est-ce pas?

-----------------------------------------------

Le schéma détaillé de mon circuit du jour:

http://www.visugpx.com/?i=1374064055

 

Ou bien la carte simplifiée:

 

 

Parcours effectué en "tourne à gauche" au départ de Bais. Un peu plus de 20 km.

Parcours effectué en "tourne à gauche" au départ de Bais. Un peu plus de 20 km.

Lire la suite

Pédaler ou filmer? Pédaler ET filmer!

15 Juillet 2013 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Cela faisait déjà un certain temps que l'idée me trottait derrière la tête:

pouvoir mettre en oeuvre très rapidement un appareil photo et/ou vidéo lors de mes virées à vélo.

Vous me direz que les petites caméras que je fixe sur mes modèles réduits auraient pu faire l'affaire... mais on ne sait pas ce qu'on cadre, et leur mise en route nécessite de s'arrêter, appuyer sur un premier bouton, attndre les 3 clignotements de la LED, rappuyer... bref, pas top!

Un appareil numérique ordinaire est bien plus souple en pareil cas!

Mais  il devient  nécessaire de ne plus le trimballer dans une sacoche.

D'où la solution "on fixe sur le guidon".

Je me suis donc inspiré d'un système très courant utilisé pour les GPS et autres appareils mobiles...

Et voilà ce que ça donne:

 

Pédaler ou filmer? Pédaler ET filmer!
Pédaler ou filmer? Pédaler ET filmer!

L'appareil est vissé sur une lamelle composée d'aluminium et de PVC elle-même solidaire de la pièce noire équipée de rainures (Contreplaqué peint).

J'ai opté pour un vis en nylon (diamètre 6mm) susceptible de faire fusible en cas de choc...  faut penser à une gamelle possible!

Le tout est enquillé à force dans un sytème de glissières + ergots.

 

C'est très facilement démontable, et cela  permet de retirer l'ensemble du guidon pour cadrer "à l'oeil" si besoin est.

 

Pédaler ou filmer? Pédaler ET filmer!
Pédaler ou filmer? Pédaler ET filmer!

Quand j'ai eu terminé ma bidouile, je suis allé au Montaigu.

Via Hambers, La Chesnaie, puis carrefour des Pommiers, et enfin la chapelle St Michel.

De là-haut, j'ai contemplé le paysage.

Puis je me suis lancé dans une aventure un peu folle: utiliser la piste  de descente qu'empruntent habituellement des Vététistes chevronnés!

C'est à dire descendre  par des voies pas vraiment raisonnables pour "un jeune homme" comme moi!

 

Mais on a le droit d'être un peu fou, n'est-ce pas?

Même si mes avant-bras portent maintenant de "jolies" griffures dues aux ronces qui jalonnaient une partie du parcours!

 

Et puis tendez attentivment  l'oreille...

Vous "verrez" que les oiseaux m'ont offert une bien belle aubade! 

Rien que pour ça...

Si vous souhaitez visualiser le parcours:

Le "descente aux enfers"  entre les fougères et les ronces commence au km 9.4

http://www.visugpx.com/?i=1373904997

Pédaler ou filmer? Pédaler ET filmer!
Lire la suite

Feu d'artifice

14 Juillet 2013 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Que je vous raconte...

Nous sommes au matin du  14 juillet.

C'est dimanche.

L'air est encore calme, la fraîcheur bienfaisante. Mais cela ne durera pas.

Je suis tranquillement installé sur mon balcon.

Solitaire.

Les seuls "bruits" qui me parviennent sont ceux d'un petit coq qui s'égosille d'une voix criarde.

Puis le roucoulement de quelques tourterelles.

Sur mon toit, des passereaux pépient gentiment.

Au loin, une machine ahane en bottelant du foin.

Sur ma gauche, le cerisier des voisins, pas encore squatté par les merles.

 

Feu d'artifice
Feu d'artifice

Mes voisins? Ils  sont partis en vacances et nous ont confié les clefs.

"Faites comme chez vous..." avaient-ils dit.

C'est pourquoi je décide d'aller entamer mon petit-déjeuner directement sur l'arbre.

Au vu de la brume qui monte doucement du sol, je me dis que l'appareil photo devrait sans doute m'accompagner.

Lui qui me suit presque partout, il a aussi le droit d'être de la fête! 

 

Je le visse sur son support.

Mais  juste  au moment où j'arrive sous le crisier et que je m'apprête à déposer le trépied au sol...

Vroum!

Je vois débouler deux écureuils qui, tels une tornade,  me passent littéralement entre les jambes!

J'en tremble encore.

Je change alors de stratégie. Les cerises attendront!

Je m'approche prudemment de la haie dans laquelle ils se sont réfugiés, et j'ai la surprise d'en découvrir un, arrêté  à mi-tronc. Il  me regarde, tourne la tête, et  finit tout de même pas disparaître dans le feuillage! 

J'ai eu la chance de prendre quelques clichés... zoom x3... un peu juste, mais on fera avec.

Feu d'artifice
Feu d'artifice
Feu d'artifice

Remis de ma surprise, je m'installe alors sous l'arbre, et je cueille des fruits très frais.  Que je prends le temps de déguster.

N'avez-vous jamais remarqué que c'est bien meilleur quand on se sert soi-même!!!

Puis, ayant suffisamment joué les merles pilleurs de cerises, je contourne la maison pour me rendre aux framboisiers.

Là encore, c'est directement du producteur au consommateur!

Feu d'artifice
Feu d'artifice
Feu d'artifice

L'estomac  un peu lesté après avoir effectué une modeste  cueillette,  je retourne chez moi afin d'y prendre maintenant un mug de  thé.

Mais dans la mesure où je suis accompagné de mon fidèle numérique, je ne peux m'empêcher de compléter mon feu d'artifice par quelques autres clichés.

 

Près des chèvrefeuilles, l'air encore humide exalte leurs douces senteurs.

 

Feu d'artifice

Vexées sans doute de ne pas participer à la fête, les roses  tentent,  elles aussi,  de conquérir l'espace olfactif.

 

Feu d'artifice
Feu d'artifice

Même la pelouse a revêtu ses plus beaux atours... 

Avec la complicité de la rosée ayant  emperlé les toiles des petites araignées qui la  peuplent!

Feu d'artifice

Curieux matin de 14 juillet qui débute vraiment comme une fête!

 

A cet instant précis, je me dis très  naïvement(?)  que j'ai bien de la chance de vivre dans un tel pays de Cocagne.

 

Avec le spectacle "son et lumière" offert par un feu d'artifice qui s'exécute en plein jour.

 

Dès lors, une citation va me trotter dans la tête, toute la journée sans doute:

 

"Carpe diem"...

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Carpe_diem

 

 

Lire la suite

Anis del mono

13 Juillet 2013 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Chroniques des années 50

Que je vous raconte!

Pris d'une soudaine envie de rangement dans ma cave, j'ai commencé à fouiner,  à trier... Quand je  suis tombé sur deux bouteilles.

Sans doute récupérées peu après le  décès de  ma mère Marietta.
 
Immédiatement de nombreux souvenirs sont remontés à la surface... et quand j'ai ôté le bouchon fort bien conservé de celle ayant encore son étiquette d'origine... je vous dis pas!
 
 
 
Anis del mono
Je n'ai pas eu que les odeurs d'anis à revenir!  Celle des paëllas, ou bien du crabe "Kamchatka" en boîte qui agrémentait la macédoine de légumes/jambon blanc que préparait la grand-mère Antonia.
Et puis tant d'autres, fort agréables!
 
J'aimais nettement moins les  relents de cigarettes que fumait mon grand-père Duarté, pas plus  que ses cigarillos à l'odeur vraiment âcre...
La pause café. José-Bernardino Duarté (coiffé d'un béret),  Miguel Oltra (beau-père de mon oncle Gaby), puis mon cousin Jean-Louis. Et dans l'angle gauche: mon cousin Pascal

La pause café. José-Bernardino Duarté (coiffé d'un béret), Miguel Oltra (beau-père de mon oncle Gaby), puis mon cousin Jean-Louis. Et dans l'angle gauche: mon cousin Pascal

Quant à la seconde  bouteille, elle est "dédicacée" par ma grand-mère Antonia: Cassis, 1966.  Presque un demi-siècle!
Son contenu étant devenu saumâtre, je l'ai jeté.
Mais pour l'autre, elle contient toujours un quart de liqueur qui semble  "dégustable"!!! (Avec modération, bien sûr!)
 
Il va sans dire que ces deux reliques  n'ont pas été destinées à la déchetterie, c'eût été un crime! Et que je vais les conserver précieusement.
Et puis, un peu "grisé" par cette  dégustation abusive(?) du passé,  je suis retourné voir ce que je possédais comme autres documents. 
C'est alors que j'ai retrouvé ce que je cherchais: un cliché -sans doute fourni par le cousin Pascal, l'archiviste de la famille (merci à lui!)-, où l'on voit en premier plan une de ces fameuses bouteilles, "Anis del Mono!"
Produit encore commercialisé
 
De gauche à droite, Miguel Oltra, son épouse Marie-Louise, ma grand-mère bisaïeule Encarnacion au visage à demi-caché par la bouteille "Anis del Mono"), moi(!), Antonia et mon cousin Michel Duarté.

De gauche à droite, Miguel Oltra, son épouse Marie-Louise, ma grand-mère bisaïeule Encarnacion au visage à demi-caché par la bouteille "Anis del Mono"), moi(!), Antonia et mon cousin Michel Duarté.

Bouteille à la silhouette un peu floue, certes, mais facilement identifiable grâce à ses losanges de verre.
Ce cliché a été réalisé  dans la petite cuisine de  "La Forge", à Pré en Pail, chez  la famille Oltra, lors d'un de ces repas dominicaux où les discussions regroupant un maximum d'Ibères finissaient forcément par glisser du français...  à l'espagnol.
Chassez le naturel....
 
 
Ma bouteille "Anis del mono"...  et son singe.

Ma bouteille "Anis del mono"... et son singe.

Un  dernier détail concernant ces bouteilles.
Souvent achetées au Perthus(66) où elles donnaient lieu à un minutieux contrôle effectué par les douaniers, elles étaient  ramenées par des membres de la famille ayant accompli un "pélerinage".
Et quand elles ne contenaient plus d'anis, elles reprenaient toutefois du service en stockant la "petite goutte" locale, qui venait "arroser" le traditionnel café dégusté en fin de repas...
Café... pousse-café...
Ces bouteilles qui, au même titre que le "Cuarenta y tres", symbolisaient  le côté très  "cordial"*  de l'entente entre la France et l'Espagne!
 
Ah, souvenirs, souvenirs!
Pour ma part, j'ai l'intention de les "consommer"... sans modération!
 
 

* cordial: (nom masculin)  Petit verre d'alcool.

Lire la suite

Les guignes du Montaigu

8 Juillet 2013 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Ce n'est qu'en ce début juillet que j'ai eu vraiment l'impression d'être entré dans "le temps des vacances".

Celui où l'on peut prendre son petit déjeuner sur la terrase, à la fraîche...

Celui où les oiseaux chantent à tue-tête...

Celui où il est préférable d'aller randonner le matin...

C'est pourquoi dès 8h30, j'ai commencé à préparer mon barda afin d'attaquer le Montaigu à pied. 

Direction la côte de La Beslière, pour me rendre compte que mon smartphone s'est arrêté de fonctionner! J'ai dû malencontreusement appuyer sur le bouton d'arrêt.

Je le remets en route... afin qu'il enregistre le parcours.

Ce qui donnera au final:

http://www.visugpx.com/?i=1373282714

ou très détaillé:

 http://www.visugpx.com/?i=1373282714&ign&big

 

Un coup d'oeil vers le panorama, et je bifurque à gauche, où la route s'élève gentiment.

Je pénètre dans le petit chemin sur la gauche duquel sautille un ruisselet.

A la Colouzière, le chien des occupants anglais aboie pour signaler ma présence.

Après un cheminement bien à l'ombre, je parviens en vue du carrefour des Pommiers.

J'y rencontre mes premières guignes, que je peux atteindre grâce à mon pied photo!

Le pied caoutchouc de mon appareil photo encore dans le cerisier sauvage.

Le pied caoutchouc de mon appareil photo encore dans le cerisier sauvage.

Un peu plus loin, je croise le circuit "Etiveau", et les résineux exhalent une forte odeur exarcerbée par la chaleur naissante.

Puis d'autres petits cerisiers sauvages.

A chaque fois, je fais le plein... et mes doigts commencent à poisser sérieusement!

Sur ma gauche se déroule la plaine d'Evron.

Dans mes écouteurs, le concerto pour alto de Dvorak.

http://www.youtube.com/watch?v=mL_kU47IYvY

 

 

Les résineux, et la plaine d'Evron.Les résineux, et la plaine d'Evron.

Les résineux, et la plaine d'Evron.

Je sors du chemin et je bifurque à droite pour parvenir au parking du Montaigu.

Le goudron commence à marquer sa présence  olfactive...

Un banc, une  halte, un peu d'eau pour se désaltérer. Une photo.

Là encore, je profite du paysage qui s'étend à mes pieds.

 

Un banc sur le parking du Montaigu.

Un banc sur le parking du Montaigu.

Et puis je grimpe vers la chapelle.

Avec des digitales qui me saluent gentiment, peut-être parce que le vent les y oblige!

 

Les guignes du Montaigu
Les guignes du Montaigu
Les guignes du Montaigu

Quelques minutes de repos à l'ombre, et je plonge dans la descente habituellement utilisée par les VéTéTistes, où j'ai du mal à me frayer un chemin parmi les ronces et les fougères.

Dans mes écouteurs, France Musique diffuse Till l'Espiègle!

http://www.youtube.com/watch?v=izu_2E3LwzM

 

 

Les guignes du Montaigu
Les guignes du Montaigu

Tout en souriant au côté "Espiègle" de ma petite aventure,  je n'ai qu'à tendre la main pour atteindre les  "cerisettes" qui bordent le sentier!

Je débouche enfin sur la route qui fait le tour de la butte, et j'emprunte le boviduc qui  me conduira vers la Chesnaie.

 

 

Le boviduc entre le Montaigu et la Chesnaie.

Le boviduc entre le Montaigu et la Chesnaie.

Sur ma droite, des vaches, que j'ai senties bien avant de les apercevoir.

Puis de fortes odeurs d'ensilage se mêlent au doux parfum des sureaux et des aubépines...

Quand enfin je parviens à l'endroit que j'attendais avec impatience.

Parce que à quelques dizaines de mètres après la Chesnaie, je sais que je vais longer une haie où abondent les cerisiers sauvages.

C'est une véritable cure qui s'offre à moi!

 

 

Sous les cerisiers sauvages. Ah, le gourmand!
Sous les cerisiers sauvages. Ah, le gourmand!

Sous les cerisiers sauvages. Ah, le gourmand!

Lorsque je reprends la marche, je longe un pré dans lequel fane un tracteur qui soulève un léger nuage de poussière

Le foin est "à la galette".

Il dégage une agréable odeur qui me rappelle nos jeux de gamins dans les paillers.

 

 

Les guignes du Montaigu

Et par instants autour de moi, une véritable nuée d'insectes en tous genres, jusqu'à ce que je croise...

Les guignes du Montaigu
Les guignes du Montaigu

Le chemin complètement défoncé me rappelle qu'au moins une fois j'ai dû faire demi-tour avec mon VTT, tant il ressemblait davantage à un bourbier qu'à un sentier praticable.

Les guignes du Montaigu

Carrefour de la Louvetière. Virage à droite vers le hameau de Marche.

J'ai retrouvé  le vent: pleine face.

Un héron au vol lourd décolle du champ voisin.

Les maïs me semblent ridiculement peu développés. La faute à une météo précédemment fort défavorable!

Puis j'arrive au château de Montesson.

 

Les guignes du Montaigu

Entrée dans le bourg de Bais.

Avec l'entêtante odeur des troënes qui se mêle à celle du goudron frais que viennent d'appliquer des ouvriers de la voirie.

Lavoir de la rue Henri Quentin, et le gazouillis de la rivière Aron.

L'église sous le porche duquel je peux admirer un nid d'hirondelles qui effectuent un incessant ballet.

Les guignes du Montaigu

Rue de Oy Mittelberg et ses trémières. MES trémières?

Les guignes du Montaigu

Et retour au bercail.

En comptabilisant ce que m'a bouffé le GPS au début du parcours, je totalise une douzaine de km.

Mais déjà la chaleur se montre (trop) présente.

Je sais  très bien où je vais passer l'après-midi: terré dans mon sous-sol, où je rédige(rai) ce compte-rendu.

En pensant aux jolies petites cerises, les guignes du Montaigu!

 

------------------------------ Schéma du parcours-------------------------------

http://www.visugpx.com/?i=1373282714&ign&big

Lire la suite

Les buses et les couleuvres

1 Juillet 2013 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Je me rendais gentiment au Montaigu pour faire voler un planeur  quand,  juste avant de basculer dans la descente du  Val-Auray, j'aperçois un rapace sur le bord gauche de la route.

Il a les pattes dans l'herbe de la berme, et semble ne pas vouloir quitter les lieux. J'arrête alors ma voiture un peu plus bas sur la droite, et au moment où je plonge la main dans le vide-poche pour en extraire mon appareil photo, je vois l'oiseau qui commence à battre des ailes...

Mais le décollage semble être particulièrement difficile... et soudain...

Mais oui!

Dans  les serres de l'oiseau, un reptile, qui pendouille en gigotant.

Surchargé par sa proie, et afin d'acquérir un peu de vitesse, l'oiseau a effectué sa manoeuvre dans la descente de la route.

Mais si vous avez déjà observé un décollage de buse  même "à vide", vous comprendrez que l'emport d'une charge complique encore la chose.

C'est pourquoi ses congénères préfèrent se poster sur un piquet d'où l'envol sera facilité.  Voir les abords des autoroutes en particulier, où les buses semblent monter la garde!

Mais le vol n'aura duré qu'une cinquantaine de mètres avant que mon rapace ne  choisisse de se poser sur les basses branches d'un arbre,  lui-même niché au sein d'une haie touffue.

J'ai alors le temps de saisir mon numérique... mais le zoom "un peu court" et le camouflage de la verdure ne me permettent pas d'effectuer un cliché potable...

Je repars alors vers mon site de vol... où le planeur va taquiner les nombreuses ascendances présentes.

Trois quarts d'heure plus tard, je poursuis ma route et je remonte vers le parking du  Montaigu, côté Sud.

Et là?

Surprise!

Est-ce le même oiseau et la même couleuvre?

Toujours est-il que je vois passer en vol un assemblage  identique à celui observé près du Val-Auray.

Là encore, je n'aurai pas le temps de me saisir du numérique!

 

D'autres ont eu davantage de chance que moi:

http://www.oiseaux.creationsnature.com/71.html

 

Mais deux fois le même spectacle en si peu de temps, avouez que c'est assez exceptionnel...

Lire la suite