Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Pour le simple plaisir des yeux

26 Mai 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie

Ce matin, j'ai enfourché mon VTTélectrique... sans trop savoir quel parcours j'allais emprunter.

Et j'ai tourné par-ci, et j'ai tourné par-là... au gré de mon humeur

Et je me suis souvent arrêté pour fourrer  mon  nez dans les petites fleurs...

 

Tel un gamin qui picore le long de son parcours, pour déballer tout ça sur la table lorsqu'il rentre...

Mon circuit du jour... 32 km

Mon circuit du jour... 32 km

Je n'ai pourtant pas pu emmagasiner les odeurs ou les bruits de la Nature.

Donc... rien que pour le plaisir des yeux...

Ce qui n'est déjà pas si mal.

 

Au hasard de mes rencontres...
Au hasard de mes rencontres...
Au hasard de mes rencontres...
Au hasard de mes rencontres...
Au hasard de mes rencontres...
Au hasard de mes rencontres...
Au hasard de mes rencontres...
Au hasard de mes rencontres...
Au hasard de mes rencontres...
Au hasard de mes rencontres...
Au hasard de mes rencontres...

Au hasard de mes rencontres...

Lire la suite

Et comment vous faites pour le faire revenir?

25 Mai 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Modélisme, #Humour et modélisme, #Billet d'humeur, #Tranches de vie

Faut que je vous raconte.

Comme j'ai l'habitude de le faire très  souvent, je me suis posté  au pied du Montaigu.

Parce que j'y suis tranquille

Parce que les rares personnes qui empruntent cette portion de route sont des connaissances qui m'adressent un signe de main  au passage...

Parce que,  avec un petit coup de moteur,  hop, c'est parti pour des vols qui durent parfois une heure... laps de temps que mes cervicales ont du mal à franchir.

Parce que le vent de Nord génère une portance que mes planeurs apprécient.

Parce que...

Et puis, parce que...

 

Mais pourquoi est-ce que je suis en train de vous bombarder avec des Parce que? Vous ne m'avez rien demandé en fait!

 

Décollage... et au bout de la route...

Décollage... et au bout de la route...

Bref..

Hier, pendant que mon planeur évolue sous un gros nuage noir,  j'avise tout au bout de la route un marcheur arborant un "marcel" rouge, short bleu,  bâton noueux à la main... et tongs aux pieds.

Lorsqu'il arrive à ma hauteur, il me salue, je lui réponds, il s'arrête... et  commence alors son long questionnaire.

"Vous avez pas de drones?

- Non...

- Ben pourquoi?

- Parce que ça ne m'intéresse pas.

- Et pourquoi ça vous intéresse pas?

- Parce que ça plane pas.

- Mais c'est pourtant la mode..."

Là, j'ai failli lui répondre que la mode, je me la mettais...

Mais j'ai encore quelques bribes de bienséance... jusqu'à un certain point toutefois.

Et lui d'ajouter:

"C'est quoi qui cause?

- La dame qui est dans mon émetteur, elle  indique l'altitude du modèle.

- Ah... ben, c'est pas une dame qu'est dedans!

- Je sais, il s'agit d'une voix de synthèse, mais je trouve le renseignement très pratique.

 

GPS et variomètre embarqués fournissant les renseignements sur le vol.

GPS et variomètre embarqués fournissant les renseignements sur le vol.

- Ah, et pourquoi?

- Cela permet de confirmer mon impression visuelle pour savoir si le modèle est dans une ascendance ou pas.

-  Pas mal... J'y avais pas pensé... Et vous pouvez le faire monter jusqu'à combien?

- Mieux vaut s'arrêter avant de ne plus rien voir..."

Mon interlocuteur marque un temps, et renchérit avec la question qui tue:

"Et comment vous faites pour le faire revenir quand vous le voyez plus?"

 

Et moi, quelque peu agacé:

"Ben je le siffle, je lui dis Aux pieds!, et mon modèle accourt!"

 

 Aux pieds!

Aux pieds!

Là, j'ai eu  comme la vague impression -sans doute réelle- qu'il avait compris que  je me payais sa tête.

J'ai vite ajouté:

"Plus sérieusement... ça existe, certains drones sont équipés d'un système qui, grâce à un simple basculement d'interrupteur sur l'émetteur, reviennent à la maison. Tout dernièrement, j'ai  d'ailleurs acheté un bidule dans ce genre... Mais, 

  • soit je me suis gourré à l'achat, 
  • soit  j'ai pas su le programmer...

J'ai pourtant pas dit mon dernier mot... parce que  je me remettrai prochainement les mains dans le cambouis, parce que le système m'intéresse, ne serait-ce que pour programmer un parcours via des way-points (points de passage)

Et puis parce que les nouvelles  technologies constituent  un vaste champ d'investigation...

Parce que je voudrais pas mourir idiot...

Parce que..." 

 
Enregistrement de deux vols. Où l'on voit bien le suivi de quelques ascendances.
Enregistrement de deux vols. Où l'on voit bien le suivi de quelques ascendances.

Enregistrement de deux vols. Où l'on voit bien le suivi de quelques ascendances.

Là, mon bipède au marcel rouge a semblé perturbé.

Je n'ai plus eu droit au moindre Pourquoi ou au plus petit Comment... et je n'ai donc pas eu à balancer le fatal Parce que...

Mon questionneur  est resté muet quelque temps; puis il m'a souhaité bon vol... et a disparu un peu plus tard  à la faveur  d'un virage.

L'homme aux tongs et aux multiples questions, je ne le voyais plus...

 

C'est alors que je me suis demandé pourquoi je me posais  cette stupide question (c'était bien mon tour, non, de demander et pourquoi et comment):

"Ben... quand tu ne le vois plus, comment tu fais pour le faire revenir?"

- Parce que... 

Bien sûr!

 

Lire la suite

Epouvantails et VTT

17 Mai 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Tranches de vie, #Photo et poésie

En ce dimanche où le soleil semble revenu, j'ai pris mon courage à deux mains, le guidon de mon VTT des deux autres, et je suis parti effectuer une virée.
Les premiers tours de pédales ont été difficiles! Pensez, cela faisait plus de 15 jours que je n'avais ni marché, ni vététisté!

 

Et comme j'ai eu la "bonne"(?) idée de partir vers La Chapelle au Riboul, je me suis trouvé avec le vent dans le nez dès l'entame de mon parcours!

J'ai donc mis lentement et progressivement la machine humaine en route, en l'accompagnant d'une aide électrique bienvenue.

Après avoir atteint le couvert de l'ancienne voie ferrée, j'ai pu rencontrer une multitude de gens qui marchaient, qui couraient, qui pédalaient...

J'ai même vu déboucher subitement un petit écureuil, qui a trotté une vingtaine de mètres devant moi, avant de bifurquer sans prévenir en direction d'un cerisier sauvage qu'il a escaladé en un éclair.

Nippe pour la photo.

Toujours bredouille quand un geai s'est posé sur ma droite: arrêt, prise de l'appareil numérique... appui sur le bouton marche... et l'oiseau multicolore  s'enfuit à tire d'ailes.

Pas davantage de réussite avec une buse, qui se pose sur un poteau téléphonique, redécolle... plane en effectuant un virage, revient se poser sur le même poteau, et au moment où je suis prêt à déclencher le déclic, pftttt, elle s'en va... avec le soleil pile dans l'axe. Ce qui m'éblouit bien  évidemment!

 

Un peu dépité tout de même, j'ai mieux réussi mon coup  lorsque, dans un champ,  j'ai aperçu deux épouvantails dont les jupailles virevoltaient sous la brise.

Deux épouvantails...
Deux épouvantails...

Deux épouvantails...

Entre Grazay et Jublains, je pénètre dans le bois de la Guesnerie... où un autre "épouvantail" vient juste de se désaltérer!

Epouvantails et VTT

Chapelle de Doucé, Jublains, virage à gauche direction Hambers, où un jeune cycliste me double dans l'ascension de la Saulaie.

Dans la descente, je croise un couple assez âgé qui escalade la côte sur de magnifiques vélos au cadre tout carbone.

Hambers... et son plan d'eau, où quelques pêcheurs s'adonnent à leur loisir favori.

Je refais le plein de liquide, je bois un bon coup, et je repars en direction du Montaigu.

Juste avant "La Mare", je bifurque à gauche pour emprunter le chemin de terre. A partir de cet instant, je  vais pratiquement abandonner le goudron pour utiliser un itinéraire nettement plus bucolique.

Par endroits, le sol est tapissé de pétales blancs  comparables à des confettis.

Epouvantails et VTT
Epouvantails et VTT

Il faut dire que les haies sont abondamment fleuries et qu'elles embaument l'atmosphère.

Epouvantails et VTT
Epouvantails et VTT

Quant aux cerisiers sauvages, ils laissent entrevoir une excellente récolte dans les semaines à venir...

Arrivé au parking du Montaigu, je contemple le paysage tout en me désaltérant, puis je me laisse glisser vers le chemin qui, via le carrefour des Pommiers, me ramènera vers Bais.

Quelques passages boueux m'obligent à mettre pied à terre.

Je parviens à la Colouzière, qui m'offre un vaste panorama vers  la gauche.

Arrêt pour une photo... d'un autre épouvantail!

 

 

 

 

 

Epouvantails et VTT

Et je plonge dans le chemin creux.

Sur ma droite, un ruisselet distille un gentil gazouillis qu'accompagne  le chant des oiseaux...

N'hésitez pas à monter le volume du son...

Sortant du petit chemin, je découvre à nouveau un vaste panorama qui embrasse le tranquille bocage verdoyant.

 

Je boucle enfin mon circuit avec un peu plus de 37 km au compteur... et je n'ai "mangé" qu'une seule barre sur les 5 que propose  la batterie.

C'est dire si j'ai  été peu "gourmand"!

Epouvantails et VTT
Epouvantails et VTT

Il est presque midi...

Et l'épouvantail au maillot rouge se montre très satisfait de sa sortie...

En effeuillant la marguerite...

En effeuillant la marguerite...

A la prochaine!

Epouvantails et VTT
Lire la suite

Boum dans les carreaux... ou les méfaits du GPS!

15 Mai 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Tranches de vie, #Billet d'humeur, #Photo et poésie

Il y a quelques minutes, j'entends un grand "Boum" dans la baie vitrée.
Je me dis: "C'est tout de même pas les gamins qui remettent ça?"
 
Mais non, c'est un oiseau qui a percuté la vitre plein pot!
Complètement groggy!
 
Un jeune merle? 
 
Je suppose que cet "innocent" avait encore en tête les derniers mots de la dame qui cause dans le GPS: "Allez tout droit!"
Et tel un écervelé, il a obéi.
Vous me direz que je connais des humains qui...
Bref, là n'est pas mon propos!
 
 
 
Groggy-merlot!
Groggy-merlot!

Groggy-merlot!

Je l'ai ramassé, déposé sur une hauteur afin que les chats voisins ne soient pas tentés de le bouffer...
 
Et quand il a eu repris ses esprits, ben il a redécollé.
 
Boum dans les carreaux... ou les méfaits du GPS!
Boum dans les carreaux... ou les méfaits du GPS!
Boum dans les carreaux... ou les méfaits du GPS!
Contrairement à ce qui se passe parfois avec mes modèles réduits en cas de crash(?) , j'ai même pas eu à effectuer la moindre réparation!
Pas une seule goutte de colle!
Pas un seul morceau de balsa...
Pas le plus petit morceau de tissu de verre + résine époxy!
 
C'est pas beau ça?
 
Allez.
Bon vol mon gars!
Mais  puis-je me permettre de te donner quelques conseils?
 
 
En un premier temps, change donc de GPS, essaie d'en trouver un à jour, qui précise bien qu'à l'endroit où tu as voulu passer,  il existe une maison, ma maison...
 
Et puis quand tu seras un peu plus "grand",  que tu auras pris un peu de plomb dans la cervelle (et pas 36 chandelles!)  n'en profite pas pour venir bouffer les cerises de mon voisin... il risquerait de ne plus y en avoir assez pour moi!
Ou alors tu t'occupes de celles qui sont dans les hautes branches, et tu me laisses celles qui sont à portée de mes petites mains...
N'est-ce pas?
Lire la suite

Héron Multiplex

14 Mai 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Modélisme

Juste un préambule concernant le nom de cet "oiseau" produit par Multiplex.

Faut-il y voir une référence avec notre héron?

Un jour, sur ses longs pieds, allait, je ne sais où,

Le héron au long bec emmanché d'un long cou... (La Fontaine)

Je pense plutôt que les gens de chez MPX ont voulu faire référence au mathématicien grec nommé Héron d'Alexandrie

http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9ron_d'Alexandrie

Héron  Multiplex
Héron  Multiplex

Quoi qu'il en soit, j'ai tâté de nombreux planeurs Multiplex, avec toujours autant de bonheur... y compris quand leur fabrication a délaissé  les matériaux "conventionnels" au profit des "mousses".

C'est ainsi que j'ai acquis un premier Easy-Glider, puis un Easy Glider Pro, puis un Solius... puis un Héron.

Après avoir constaté que ces modèles apportaient à chaque fois un petit "plus" par rapport à la version précédente, le Héron me tentait vraiment, particulièrement du fait de ses volets.

Pour qui a déjà pratiqué le planeur avec utilisation des volets, ma remarque va sembler très évidente.

Bien sûr, le pilotage est plus "subtil", plus "technique" mais, du moins en ce qui me concerne, le plaisir est nettement supérieur.

J'ai donc fait venir un Héron, en version "yapukabrancher-le- récepteur-et-la-batterie"

 

 

 

 

Héron  Multiplex

Faut quand même passer un petit bout de temps afin de régler l'émetteur et les différents mixages pour que tout ça fonctionne correctement.

Mais l'émetteur Taranis est suffisamment souple, surtout pour quelqu'un comme moi qui est très familier de la logique Multiplex (MC3000, MC4000...)

 

Et puis un jour... c'était hier... je suis allé au Montaigu, pour constater que le vent était faible, très faible...et qu'il était hors de question que je puisse m'aider d'un quelconque effet de pente.

Vérification pré-vol aussi soigneuse que possible... et on jette.

La première impression est que le moteur est bien présent

Premier décollage du Héron, filmé par la caméra Mobius dont est ornée la visière de ma casquette
Premier décollage du Héron, filmé par la caméra Mobius dont est ornée la visière de ma casquette

Premier décollage du Héron, filmé par la caméra Mobius dont est ornée la visière de ma casquette

Quand on a atteint une altitude respectable, il est alors possible de tester le décrochage, l'efficacité des volets en positif et/ou en négatif, les volets "crocos".

Et comme cela demande quelques ajustements, on pose, on redécolle, on repose, on re-décolle...

Et au fil des vols, tout ça commence à prendre une tournure sympathique.

 

 

Passage rapide avec un léger sifflement très sympathique
Passage rapide avec un léger sifflement très sympathique
Passage rapide avec un léger sifflement très sympathique
Passage rapide avec un léger sifflement très sympathique

Passage rapide avec un léger sifflement très sympathique

Alors que vous dire?

Ben que cet oiseau est vraiment le maillon qui manquait dans la lignée "mousse" des planeurs MPX.

Agréable en vol, gratteur à souhait, ne dédaignant pas de voltiger d'une manière  sympathique... avec une allure nettement plus "maquette" que le Solius.

 

A ce propos, il faut faire remarquer que le fuselage est absolument identique pour les deux modèles, que l'aile du Héron possède un poil plus d'envergure,  et qu'elle est plus jolie... à mon goût!

Que toujours à propos de ces ailes, elles sont interchangeables, mais qu'il vaut mieux assortir ailes et stabilisateur  en cas de panachage... (le plus grand stab avec les ailes du Héron, dans l'autre sens, c'est moins gênant)

Attention également  au centrage qui n'est pas au même endroit... (Il suffit de déplacer la batterie)

 

 

Héron et Solius: même fuselage, ailes et stabilisateur différents
Héron et Solius: même fuselage, ailes et stabilisateur différents

Héron et Solius: même fuselage, ailes et stabilisateur différents

 

Et surtout, ces fameux volets.

Pour ma part, la solution "croco" est de loin la plus intéressante.

Surtout au moment de l'atterrissage.

 

Atterrissage, en position "croco": volets baissés, ailerons relevés, profondeur légèrement compensée en piqueur
Atterrissage, en position "croco": volets baissés, ailerons relevés, profondeur légèrement compensée en piqueurAtterrissage, en position "croco": volets baissés, ailerons relevés, profondeur légèrement compensée en piqueur

Atterrissage, en position "croco": volets baissés, ailerons relevés, profondeur légèrement compensée en piqueur

En guise de conclusion provisoire(?), je voudrais dire que malgré mes décollages/ atterrissages à répétition, mon modèle a cumulé 30 minutes de vol pour 3 minutes de moteur, et qu'au retour j'ai ré-injecté 1800mA dans la batterie dont la capacité est de 2200Mah.

 

J'en termine donc ici avec une présentation certes sommaire de ce Héron.

Mais  je ne pense pas devoir insister sur le fait que je suis très satisfait de ce modèle.

 

 

Héron, et ron petit patapon!           https://youtu.be/HlLRuhq5Gq0

Héron, et ron petit patapon! https://youtu.be/HlLRuhq5Gq0

Lire la suite

Sur la façon d'éduquer les enfants...

13 Mai 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Tranches de vie

Que je vous raconte...

J'habite dans un charmant village, un petit coin tranquille nommé résidence des Petits Champs, au-dessus de laquelle se trouve la résidence Baudiaca.

De ce fait, ma maison est en contrebas... et on peut donc ausculter sa toiture sans besoin d'échelle.

 

La toiture de ma maison, et le bosquet attenant.

La toiture de ma maison, et le bosquet attenant.

En y regardant de plus près, on peut même y découvrir quelques cailloux arrivés là on ne sait trop comment...

 

Exemples de projectiles ayant atterri chez moi...
Exemples de projectiles ayant atterri chez moi...
Exemples de projectiles ayant atterri chez moi...

Exemples de projectiles ayant atterri chez moi...

Sauf que moi,  je sais...

Figurez-vous que  déjà par le passé, ma noble demeure avait subi l'attaque de malandrins qui trouvaient très plaisant de balancer d'en haut quelques cailloux ou autres branchages disponibles à proximité.

Après avoir réussi à mettre la main sur les fautifs... j'avais retrouvé ma petite quiétude...

Jusqu'à ce que ces derniers jours, je me retrouve à nouveau avec des cailloux sur ma terrasse, des branches au devant de ma porte... et qu'hier,  alors que je me trouvais dans mon atelier, je perçoive nettement des bruits de choc contre les murs.

Je sors précipitemment, et je vois déguerpir une bande de gamins qui escaladent le talus en direction de Baudiaca.

Le vieux bonhomme que je suis s'empare d'un long bâton dont sa terrasse a hérité au même titre que les cailloux, et tel le père Fouettard, je prends en chasse les malandrins.

Qui courent plus vite que moi, forcément!

Le père Fouettard muni de son bâton

Le père Fouettard muni de son bâton

Et qui s'éparpillent dans le lotissement.

Mais ayant choisi de "courser" une gamine plus lente que les autres,   je parviens avec quelque retard jusqu'à la porte de sa maison.

Toujours muni de mon bâton et fort essouflé... je sonne.

La maman m'ouvre.

J'explique le pourquoi de ma venue.

La dame appelle sa fille qui fond en larmes.

"C'est pas moi, j'ai rien jeté!

- Ben tant pis, tu n'as pas fait ton boulot. Tu aurais dû dire à tes copains que ce n'était pas bien Tu vas commencer par t'excuser auprès du monsieur!"

Après quoi, j'ai demandé si je pouvais "embarquer" la gamine afin qu'elle me conduise vers le domicile des autres compères.

Seconde maison.

Accueil presque similaire, avec remontée de bretelles.

 

Troisième maison...

Je suis accueilli à la porte du garage, par une dame tout sourire.  Ben voyons!

Et qui, avant même que j'aie expliqué quoi que ce soit,  me dit tout de go:

"Ben il est monté dans sa chambre, il ne veut pas descendre."

Et moi, furibard:

"Mais  c'est ça toute l'autorité que vous avez sur vos enfants???"

Au fond du garage,  le père, passif, les mains dans les poches, qui ne décoince pas un mot.

J'ajoute alors:

"Mais qu'est-ce que vous avez l'intention de faire?

- Ben j'sais pas... on.. on lui dira... on lui  dira que c'est pas bien..

- Et c'est tout?

- Ben... Heu... "

 

Devant une telle "connerie", j'ai tourné les talons...   sans oublier de préciser que si je chopais un autre de ces loustics, c'était mon pied au cul illico... et que je mettais en place  dès aujourd'hui un dispositif capable d'identifier les éventuels contrevenants.

 

Je ne sais pas si ma démarche aura un effet positif...

Mais ne  vous avais-je pas laissé entendre en préambule  qu'il existait plusieurs façons "d'éduquer" les enfants?... 

La bonne...

Et la moins bonne.

Je vous laisse choisir celle qui vous semble la plus pertinente!

 

 

Lire la suite

Quand c'est l'heure du thé...

11 Mai 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Humour et modélisme, #Tranches de vie

En ce matin  de mai  particulièrement "chaleureux", je suis monté une première fois vers le Montaigu, où j'ai lancé mon Solius.

Au second vol, j'ai mis en route la caméra Mobius arrimée sur ma casquette...

Quand c'est l'heure du thé...
Quand c'est l'heure du thé...

Et puis j'y suis retourné cet après-midi... afin de tester le stabilisateur de vol acheté chez Hobby King.

http://www.hobbyking.com/hobbyking/store/__38543__OrangeRX_RX3S_3_Axis_Flight_Stabilizer_V2_V2_1_firmware_V_tail_Delta_AUX_.html

http://www.hobbyking.com/hobbyking/store/__38543__OrangeRX_RX3S_3_Axis_Flight_Stabilizer_V2_V2_1_firmware_V_tail_Delta_AUX_.html

Et là, y'a pas photo: le vol est nettement plus stable, plus fluide...

Il me faut également signaler que durant quelques minutes, mon planeur a partagé une ascendance avec un oiseau échassier, qui me faisait penser à une cigogne. Mais ce n'était certainement pas un héron, reconnaissable à son cou  replié quand il vole.

Et pendant que je faisais évoluer mon modèle, j'entends soudain des pas derrière moi.

Je me retourne furtivement, et je vois un monsieur  en tenue estivale, lunettes de Mickey relevées, short, chaussures et chaussettes de ville...qui entame la conversation.

A  son accent, je comprends qu'il n'est pas Français.

Je lui demande d'où il vient: "Irlande..." me dit-il fièrement

Puis  au cours de nos échanges dans un franco-anglais assez hilarant, il me dit avoir quand même eu peur. 

M'expliquant (Je vous fournis directement la traduction, vaut mieux!): "Je croyais que c'était un vrai planeur, et je me disais que le pilote était en bien mauvaise posture à une altitude aussi faible!"

 

Quand c'est l'heure du thé...

Il m'explique également que tout près de chez lui se trouve un club de modélisme, et qu'il trouve nettement plus sympathique le bruit émis par mon moteur électrique... ajoutant que les moteurs thermiques  lui pètent les oreilles... "Et je ne parle pas des mini-réacteurs, dit-il, c'est affolant."

Au loin, il aperçoit une tache blanche sur l'horizon, me demandant de quoi il s'agissait.

"C'est la Dolomie Française, carrière qui produit des ingrédients pour le ciment.

- Ils travaillent pour Lafarge?" me questionne-t-il alors. (Ce qui prouve qu'il avait compris ce que je lui disais)

Puis regardant sa montre, il me fait:

"Ah! Désolé de vous quitter, mais c'est l'heure du thé!".

Un bref coup d'oeil en direction de ma tocante digitale, qui  affiche 16h58!!!

Quelques instants plus tard, je fais atterrir mon modèle, et je vais me réfugier à l'ombre afin de profiter de la tranquillité du site.

 

Quand c'est l'heure du thé...
Quand c'est l'heure du thé...

J'aperçois  soudain mon Irlandais  qui sort de son mini-camping-car... et  le voilà qui se met à  secouer  violemment  deux arbustes.

Quid?

C'est en le voyant revenir avec ce qui paraît  être un filet dans les mains  que je saisis  soudain le but de la manoeuvre: il a l'intention d'installer un hamac.

Sacré bonhomme!

 

J'effectue un second vol...

Atterrissage... démontage et rangement du modèle dans le coffre de toit.

Et lorsque je passe devant lui en voiture, il lève une main amicale pour me dire au revoir.

 

Good bye, mister  Irish man!

Have fun in France...

 

Toujours est-il que des rencontres comme celle-là, moi, j'en redemande!

Lire la suite

Duxford, Pomp and circonstance

7 Mai 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Ce matin, alors que j'étais encore douilletement lové au creux de mon lit,   et jugeant qu'il était encore trop tôt pour me lever, je dépose mon casque audio sur les oreilles... et ...

France Musique diffuse la marche N°1 composée par Sir Edward Elgar... juste au moment où, comme en communion avec l'orchestre, le public reprend en choeur le puissant et célèbre refrain.

Presque élevé au rang d'hymne national par nos voisins britanniques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Sir Edward Elgar - Pomp and Circumstance March No.1

C'est alors que me reviennent  en mémoire les fabuleuses images emmagasinées à Duxford lors d'un des nombreux meetings auxquels j'ai eu le bonheur d'assister.

 

Et terminant  le spectacle en apothéose, cet imposant et   grandiose défilé composé par  tous ces vieux avions disposés dans un "box" impeccable vrombissant au-dessus de nous... 

Avions  et pilotes étroitement liés dans la mémoire collective à la victoire des Alliés... et au refus de plier sous le joug nazi.

 

Duxford, Pomp and circonstance

Avec comme musique d'accompagnement?

Le concerto pour moteurs Rolls-Royce en harmonie avec  la marche N° 1 de Sir Elgar que diffuse  la puissante sono.

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui... veille du 8 mai, date ô combien symbolique.

Et si j'ajoute que la matinée débute aussi avec le soleil...

 

Have fun!

Lire la suite

Histoires de batteries

5 Mai 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Bidouilles en tout genre, #Bidouille informatique, #Billet d'humeur

Histoires de batteries

Qu'y a-t-il de particulier à photographier ces deux batteries au lithium apparemment plus toutes jeunes?

Tout simplement qu'elles ont montré leurs faiblesses, et qu'elles ne tenaient plus la charge.

C'est alors que s'offraient à moi deux seules solutions:

- la première, celle qui me dérange toujours  le plus: direction déchetterie pour recyclage via la poubelle idoine...

- la seconde: passer un peu de temps sur le Net pour voir si on ne leur dénicherait pas des "remplaçantes".

 

C'est donc bien évidemment cette option que j'ai choisie.

Pour l'une comme pour l'autre des deux batteries, après avoir mesuré leurs  cotes  respectives,  j'ai parcouru quelques pages sur le Net...  plus particulièrement du côté des Chinois...

Et je suis tombé  sur des sites qui proposaient de quoi me donner satisfaction.

Pour exemple: la grande batterie sortait d'une tablette MpMan   MPQC 784

Je l'ai acquise ici:

http://www.aliexpress.com/snapshot/6544941524.html?orderId=66263848966516

 

 

Tablette MpMan et son ancienne batterie

Tablette MpMan et son ancienne batterie

Commandée en Chine, elle m'est arrivée au bout d'une quinzaine de jours.

Deux soudures... et ma tablette a repris du service... pour la modique somme de 7.98$

 

 

L'Inforad Ci au côté de sa vieille batterie.

L'Inforad Ci au côté de sa vieille batterie.

La seconde batterie est issue de mon appareil Inforad Ci. Elle non plus ne tenait pas la marée.

Chez AliExpress, la remplaçante m'a coûté...2.99$   Et à chaque fois, port compris!!!

 

Mais,  où l'histoire se corse, c'est que j'ai omis (volontairement) de vous dire que dans le paquet contenant la "grosse" batterie, se trouvait un circuit électronique, muni de deux prises USB "sortie", d'une mini USB "entrée"... d'une diode.

Bizarre... Je n'avais pas remarqué ce bidule sur le descriptif de la page web.

Mais puisqu'il était là...

A quoi  pouvait-il bien servir, parce que je ne disposais d'aucune notice.  Forcément!

Faut dire aussi que  dans la mesure où  je possédais déjà une batterie externe qui me permet de regonfler mes appareils en cas de faiblesse, je me suis dit que, peut-être... de la même manière... il me serait possible de  brancher un cordon pour recharger mon smartphone ou ma tablette... 

Là encore, j'ai manipulé mon fer à souder, pour greffer à cette platine une batterie Li-po en un seul élément... pour voir... Et rien n'a fumé.

 

Mais plutôt que de sacrifier dans l'expérience un appareil récent, j'ai préféré utiliser  ma vieille tablette MPMan comme cobaye à recharger.

Et sitôt après branchement, quatre petites diodes bleues se sont alors allumées sur mon gadget, et ma tablette a affiché  "En charge"!

 

Youpi...  Mon expérience  se montrait prometteuse!

Je me suis alors tourné vers une "vieille"  batterie d'ordinateur portable, pour en extraire les bâtonnets d'accu li-ion.

 

Histoires de batteries

Une petite boîte en plastique dans laquelle on aménage les trous "kivonbien".

Arrimage des éléments avec un pistolet à colle.

Et après avoir assemblé ces éléments en parallèle,  je me retrouve quelques soudures plus tard avec une batterie externe, dont la capacité est de 8.8A... Bidule muni de deux sorties!!!

Le tout rechargeable:

  • soit par la mini USB d'origine,
  • soit via un de mes chargeurs de modélisme après ajout d'une de mes prises standards!
Une seule diode bleue allumée: il reste 25% de  charge dans la réserve
Une seule diode bleue allumée: il reste 25% de  charge dans la réserve

Une seule diode bleue allumée: il reste 25% de charge dans la réserve

Voilà pour aujourd'hui...

C'est ma façon de lutter contre l'obsolescence programmée.

Et, tout en jouant,  de ne pas (trop) tomber dans la spirale ambiante où l'on jette à tout-va.

 

Il suffit de posséder un peu de temps, d'être un poil curieux, de ne pas rechigner à faire des expériences... et de manier le fer à souder avec un minimum de dextérité.

 

Si cela peut vous donner envie...

Mon smartphone en train de s'alimenter sur une batterie externe (modifiée également par mes soins)

Mon smartphone en train de s'alimenter sur une batterie externe (modifiée également par mes soins)

Quelques exemples d'appareils "recyclés" avec des éléments de batterie issus d'ordinateur portable
Quelques exemples d'appareils "recyclés" avec des éléments de batterie issus d'ordinateur portable
Quelques exemples d'appareils "recyclés" avec des éléments de batterie issus d'ordinateur portable
Quelques exemples d'appareils "recyclés" avec des éléments de batterie issus d'ordinateur portable

Quelques exemples d'appareils "recyclés" avec des éléments de batterie issus d'ordinateur portable

Lire la suite

Nikon Coolpix S9600

2 Mai 2015 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Bidouilles en tout genre

L'occasion fait le larron, dit-on parfois!

Ce fut sans doute le cas lorsque, passant dans les rayons d'une grande surface, je suis "tombé" sur une promotion.

Le Nikon Coolpix S9600 était proposé au prix de  129€. (meilleur prix actuellement sur le Net: 149€ hors frais de port)

Moi qui étais à la recherche d'un numérique plus performant que mon fidèle Lumix, mais pas trop volumineux (quand je m'en vais pédaler dans les chemins creux...), j'ai trouvé là un appareil possédant  un zoom optique intéressant (x22) et une résolution "correcte" (16 millions de pixels);  je me suis donc  laissé tenter.

Il faut dire pourtant que j'étais satisfait de mon "petit" Lumix, mais  je le trouvais malgré tout un peu "court" avec son zoom optique x10.

 

Le nouveau Nikon et l'ancien Lumix côte à côte...

Le nouveau Nikon et l'ancien Lumix côte à côte...

Le nouveau venu est donc un tout petit plus volumineux que son prédécesseur, mais encore facile à glisser dans une poche.

De plus, il accepte les cordons de charge normalisés (ce qui n'était pas le cas du Lumix). Je peux ainsi utiliser mes chargeurs pour smartphone ou tablette, et greffer également une batterie dite de secours externe que l'on trouve maintenant un peu partout pour une somme modique.

Batterie externe

Batterie externe

Dans la boîte, j'ai trouvé un mini-livret "prise en mains rapide"...  que j'ai consulté bien évidemment.

Et puis... je suis tombé en panne face à la fonction wifi.

Jusqu'à ce que, en allant visiter le site Nikon, j'apprenne que pour ce faire, il fallait utiliser  un "périphérique mobile intelligent", sur lequel il était indispensable de charger une application nommée : "Wireless Mobile utility"...

https://nikoneurope-fr.custhelp.com/app/answers/detail/a_id/52894/~/wireless-mobile-utility

 

Le "petit"  Lumix à côté du Nikon
Le "petit"  Lumix à côté du Nikon

Le "petit" Lumix à côté du Nikon

Moyennant quoi, j'ai pu connecter mon Nikon avec mon smartphone plus déjà tout jeune, ou ma tablette Samsung beaucoup plus récente.

Les deux appareils "intelligents" fonctionnent sous Androïd.

Avec un petit avantage à la tablette... qui permet de "piloter" le zoom à distance!

La tablette connectée au Nikon par wifi

La tablette connectée au Nikon par wifi

Il est donc très plaisant de "jouer" avec cette connexion,  de prendre des clichés à distance, de visualiser les photos sur la tablette qui dispose d'un écran plus grand que le numérique...

A noter toutefois qu'il existe un  léger décalage dans le temps entre l'appui sur le déclencheur "tablette" et la prise de vue... voir ci-dessous.

Déclenchement via la tablette

Déclenchement via la tablette

Autre "gadget" dont est doté ce Nikon: la prise automatique de cliché par la  détection... d'un museau de chat ou de chien.

Là, je n'ai pas franchement compris l'intérêt.

Cela m'a semblé beaucoup plus pertinent quand il s'agit de la détection de sourire qui, lorsque cette option est activée, permet un déclenchement automatique de l'appareil.

 

Petit désagrément  à signaler quant à la position du flash,  situé en haut à gauche du boîtier, qui se soulève seul quand le besoin s'en fait sentir, et qui oblige à tenir l'appareil un peu bizarrement...

Photos gigognes...

Photos gigognes...

Pour tenter d'apporter une conclusion -sans doute provisoire- à l'article du jour, je regrette une fois encore  que certains  fournisseurs nous obligent à fouiner sur le Net afin de trouver une documentation plus intéressante que la simple notice accompagnant l'appareil  dans sa boîte.

Un Cd Rom... ou un simple papillon fournissant les liens idoines seraient les bienvenus.

http://downloadcenter.nikonimglib.com/fr/products/118/COOLPIX_S9600.html

 

Malgré tout, je suis ravi d'avoir acquis cet appareil numérique qui s'avère nettement plus performant que mon bon "vieux" Lumix. dont je vous ai narré naguère les péripéties.

Voir ici:

http://bernardino.over-blog.net/quand-l-honn%C3%AAtet%C3%A9-n-est-pas-un-vain-mot

 

 

Dans la cité de Jublains (53160)...détection de sourire(?) en compagnie d'un gallo-romain... peu souriant!

Dans la cité de Jublains (53160)...détection de sourire(?) en compagnie d'un gallo-romain... peu souriant!

Nul doute que ce Nikon S9600 se trouvera pendant un bon moment à mes côtés lors de mes sorties Electro-VéTéTesques... dont je ne manquerai pas de vous rendre compte prochainement.

Lire la suite