Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Un dimanche matin ordinaire...

27 Mars 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale

Ayant  découvert ma messagerie en  ce dimanche matin du 26 mars,   je m'apprête à répondre à l'une de mes soeurs qui a mal dormi.

Et j'écris:

"Salut les lève-tôt!

On vient de changer d'heure.
Que dire... si ce n'est que ce rythme  me convient nettement mieux que l'horaire d'hiver...
Lever à 7h30 heure officielle.
Ouverture du volet roulant.
Le ciel roule de gros nuages gris annonciateurs de grains.
 

 

Un dimanche matin ordinaire...
La lune (gibbeuse décroissante) m'adresse un léger sourire en coin.
Dans le bosquet voisin, les oiseaux s'égosillent sans se soucier de l'heure.
 
 
Le bosquet fleuri, refuge de nombreux oiseaux.

Le bosquet fleuri, refuge de nombreux oiseaux.

Soudain, un petit écureuil déboule le talus, zigue-zague sur la rue, longe les voitures en stationnement... s'arrête... repart... traverse brusquement et disparaît dans la haie du voisin.
Pas le temps de saisir l'appareil numérique.
Et je m'apprête à conclure:
Dimanche matin ordinaire...
Bonne journée à tous
 
Lorsque me tournant vers la baie vitrée, j'aperçois...
La chatte des voisins qui "s'amuse" avec un petit rongeur.
Combat inégal... perdu d'avance.
J'assiste impuissant à ce jeu cruel.
Rempli d'orgueil, le félin,  semble un temps délaisser sa proie, qui se rebiffe, se dresse sur ses pattes de derrière, tentant en vain d'intimider son agresseur.
Un dimanche matin ordinaire...
Un dimanche matin ordinaire...

Quand soudain apparaît la voiture du livreur de journaux.

Mais les deux bestioles sont en plein sur son passage.

Il s'arrête, attendant que la chatte s'écarte... mails elle ne bronche pas...

Il attend encore...

Profitant de cette mini-trêve, la souris se met à fuir... (Ne serait-ce pas plutôt un mulot?)

La voie étant maintenant devenue libre, le livreur avance son véhicule jusqu'à la boîte aux lettres, y glisse le journal...

Et au moment de repartir... il finit par sortir de sa voiture, s'empare de son smartphone et...

 

Pour "immortaliser" l'instant...

Pour "immortaliser" l'instant...

Puis se tournant vers moi qui suis sur le balcon, numérique à la main, il me lance:

"Quel jeu cruel..."

 

Et  il repart pour terminer sa tournée.

Pendant ce temps, le combat se poursuit...

Je descends récupérer ma gazette.

Parvenu près du muret auprès duquel il tente de trouver refuge,  le petit animal tremble de tous ses membres.

Il est là, à mes pieds...

Un dimanche matin ordinaire...
Un dimanche matin ordinaire...

Quant au félin, il se pavane... balance un coup de patte afin de "réveiller" son jouet qui s'épuise...

 

Le jeu va ainsi durer de (trop) longues minutes, jusqu'à ce que la victime finisse par ne plus bouger... allongée au milieu de la rue...

 

Cruauté du monde animal...

Qui se fiche des changements d'horaire.

 

Pour qui la vie... et la mort... font partie du quotidien...

Et pour qui "La raison du plus fort est toujours la meilleure..."

 

Mais cette maxime ne serait-elle applicable qu'au monde animal?

Lire la suite

Géocaching. Quand la presse parle...

18 Mars 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #geocaching, #Scènes de la vie rurale

Dans un village de la taille du mien, les nouvelles se propagent très vite...

D'autant plus que mon blog agit un peu à la manière d'un journal parallèle.

D'ailleurs, je ne pense  pas que  les correspondantes de presse me contrediront, elles qui de temps en temps me sollicitent afin que je leur fournisse une info par-ci, une photo par-là...

Juste de quoi agrémenter un de leurs articles.

 

Toujours est-il que... 

Il y a quelque temps déjà, curieuse de savoir en quoi consistait mon nouveau hobby,  la dame qui oeuvre pour le quotidien Ouest-France m'avait questionné... ("Un hobby de plus!"  avait-elle d'ailleurs ajouté malicieusement!)

Et de fil en aiguille, ayant obtenu suffisamment de matière pour envisager d'écrire un papier, elle me dit un jour:

"La rédaction est intéressée par votre activité. Seriez-vous d'accord pour me fournir quelques clichés?

- OK, pas de problème. Passez me voir un de ces jours,  et nous parcourrons ensemble un certain nombre des dossiers enregistrés sur mon ordinateur, puis vous choisirez."

Géocaching. Quand la presse parle...

Vous connaissez maintenant la suite...

Mais depuis la parution de l'article,  j'ai dû faire face à de mutiples taquineries lors de mes rencontres avec les Baidicéens...

Sympathiques, bien entendu.

Mais je les garde pour moi!  Voyons.

Je ne révèle que ce que je veux bien révéler!!!

 

Ainsi va la vie des petits villages ruraux où il fait bon vivre!

En toute quiétude...

Où certains peuvent  encore se permettre l'imprudence de se garer devant la boulangerie et d'acheter leur   pain, alors que le moteur de leur  voiture est toujours  en marche!!!

Lire la suite

Sortie géocaching dans les Coëvrons

10 Mars 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #geocaching

En ce jeudi où la météo nous accordait une trève, je suis parti à la chasse aux trésors.

Non pas à VTT... pour les raisons que vous connaissez, mais avec une Géomobile à moteur thermique.

Première cache à Montsûrs, chapelle Saint Martin.

Faaaacile... trop facile presque!

Avec découverte d'un TB ( Travel Bug, traduisez par objet voyageur)

L'objet voyageur solidaire d'une ancienne pièce de monnaie. Et mon fidèle smartphone.

L'objet voyageur solidaire d'une ancienne pièce de monnaie. Et mon fidèle smartphone.

C'est ma découverte N° 50!

Je mets le TB dans ma poche, et je file vers la mairie de Montsûrs.

Là, je suis confronté à une énigme, qui débouchera sur un échec cuisant...

Pas de géocache à mon actif.

Un peu plus loin, se trouve La Chapelle Rainsoin.

Grâce aux indices, il m'est facile de dénicher la cache qui s'y trouve.

La Chapelle Rainsoin

La Chapelle Rainsoin

Filons maintenant vers le pont des Alleux.

Descente par l'escalier qui mène vers l'ancienne voie ferrée, et  là encore, les indices vont m'aider à corriger l'erreur de tir consécutive à des coordonnées erronées.

Enregistrement sur le logbook, replacement de la boîte parmi les cailloux...

 

Sur l'ancienne voie ferrée, au pont des Alleux.

Sur l'ancienne voie ferrée, au pont des Alleux.

Dans les parages se trouve le lavoir de Gesnes.

Un petit tour du "propriétaire"...

Je signe le logbook. Et je replace  tout ce petit monde à l'abri.

Après être  remonté dans ma géocachique voiture,  je décide de revenir à la Fenderie, là où, bien qu'ayant déjà mis la main sur 3 caches, une autre se montre particulièrement rétive.

Et en cours de route, j'ai la surprise de rencontrer deux biches, qui galopent lestement dans le champ situé sur ma droite...

Je m'arrête, je saisis l'appareil photo, juste au moment où mes deux sauvageonnes choisissent de traverser la route... Sans cadrage, sans mise au point, il faut faire vite!

Et hop, le duo se met à couvert dans le bois, ne me laissant comme souvenir que le toupet blanc de leur arrière-train!

Les deux biches traversant la route pour se réfugier dans le bois.

Les deux biches traversant la route pour se réfugier dans le bois.

J'arrive à l'étang de la Fenderie. Je repasse devant des caches déjà découvertes...

Et je me retrouve sur le banc à partir duquel je devrais être en mesure de...

Nippe..  Signalée difficulté 5 étoiles!

.

J'ai beau caresser le lierre des arbres, fouiner sous le banc, aller à droite, devant, derrière, revenir sur mes pas...

Sans succès.

Et si je faisais le tour de l'étang, histoire de me dégourdir les jambes?

Cela me sera impossible, car au niveau du pont, c'est l'inondation...

 

Que d'eau!  Que d'eau...

Que d'eau! Que d'eau...

Je suis contraint de rebrousser chemin..

Repassant alors devant l'endroit de la cache qui me met en échec, pour arriver au niveau d'un pêcheur qui est en train de peser une carpe.

Il annonce:

"10.140 kg...  C'est ma seule prise de la journée. D'autres collègues carpistes ont fini par abandonner; mais il s'avère que ma persévérance a porté ses fruits."

Et puis délicatement, il remet le poisson à l'eau... comme tout bon carpiste!

La carpe regagne son élément naturel...

La carpe regagne son élément naturel...

Je retourne  à la voiture... tout de même satisfait d'avoir ajouté 4 géocaches à mon score, le portant ainsi à 53...  Comme le numéro de ma Mayenne natale!

 

Je file alors vers Jublains, où je salue au passage   mon soldat gallo-romain, et direction le bois du Tay .

Là, je monte vers la chapelle près de laquelle se trouve  la cache GC53160TAY

https://www.geocaching.com/geocache/GC6BW93_gc53160tay

 J'y dépose  l'objet voyageur déniché à Montsûrs... tout en lui souhaitant  bonne chance!

Pour voir le chemin qu'il a effectué:

https://www.geocaching.com/track/map_gm.aspx?ID=5865592

Ma boîte au bois du Tay... et le nouvel objet voyageur. Combien de temps restera-t-il pensionnaire ici?

Ma boîte au bois du Tay... et le nouvel objet voyageur. Combien de temps restera-t-il pensionnaire ici?

Et  je rentre à la maison, où je vais pouvoir  enregistrer  mes découvertes, signaler que j'ai prélevé un TB (objet voyageur) pour le placer quelques kilomètres plus loin au bois du Tay...

 

Occupation somme toute très ordinaire  de la part  d'un géocacheur néophyte!

Avec ses réussites, et ses balbutiements...

A défaut de pédaler...

 

Lire la suite

Curieuses rencontres

8 Mars 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur

En enfilant ce matin un très ancien tee-shirt, je me suis souvenu.

Tout ça parce que hier, à propos d'une étonnante rencontre au Montaigu avec 4 jeunes filles un peu particulières, notre ami Alain écrivait:

"Il n'y a que toi pour faire " des rencontres " comme cela !!!"

Ces demoiselles fêtaient très joyeusement l'anniversaire d'une d'entre elles... Nous avons beaucoup échangé... Elles ont souhaité qu'on prenne une photo souvenir.  Mais je leur ai promis de ne pas en dire davantage...

Pour revenir au début de mon propos... C'était au cours de l'été dernier...

Sur le camping de Murat dans le Cantal. Lors d'un pot de bienvenue aux nouveaux campeurs.

J'arborais le t-shirt auquel je fais référence en début de récit. Je vois une dame s'approcher, et qui me dit, avec une pointe d'accent néerlandais:  

"Joli... Vous êtes allés à Mirecourt? Parce que moi j'y suis allé..."

Et pourquoi Mirecourt? (la cité des luthiers)

http://www.luthiers-mirecourt.com/

Et elle continue son discours, en me disant qu'elle était violoncelliste professionnelle... Que, avec son dessin très sobre, mon tee-shirt lui plaisait beaucoup, et que si je voulais bien le lui vendre...

Le fameux t-shirt, souvenir d'un lointain passage à Mirecourt, la cité des luthiers.

Le fameux t-shirt, souvenir d'un lointain passage à Mirecourt, la cité des luthiers.

J'ai gentiment décliné l'offre, à propos d'une pièce de vêtement plus tout à fait neuve, et qui date un peu (mais il faut sans doute dire que je n'use guère mes vêtements...)
Nous avons néanmoins continué la conversation, échangeant sur certaines oeuvres  de Bach...
 
Et puis  à propos d'un certain Pablo Casals...
 
 

Et puis aussi, puisque le violoncelle était notre fil conducteur,  nous avons forcément évoqué la prestation de Rostropovitch lors de la chute du mur de Berlin..

https://www.youtube.com/watch?v=ZBDD7aLd6lc

Comme quoi, hein?
 
Mais je me pose quand même la question de savoir pourquoi les gens viennent aussi aisément à moi, me facilitant ainsi grandement ces drôles de rencontres!
Dont je suis très friand...  
Et que je déguste avec une énorme gourmandise!
 
Lire la suite

Quand les arbres s'expriment

4 Mars 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #VTT, #Scènes de la vie rurale, #Photo et poésie

Jeudi matin.

La nuit a été quelque peu agitée.

Les gourous de la météo ne s'étaient pas trompés.

Une forte dépression a effectivement pris en écharpe toute la partie Ouest de la France.

Et dans mon petit lit douillet, j'ai pu me féliciter d'être bien au chaud... bercé par le rugissement du vent dans les arbres peuplant le parc voisin de ma maison.

C'est donc maintenant le calme après la tempête...  quelques nuages encore affolés semblent courir afin de rattraper leurs devanciers...

Et bien qu'encore un peu présent, Eole offre un léger répit au  ciel qui paraît soulagé après tous les tourments qu'il a dû subir.

J'en profite pour aller faire un tour du côté de Gué de Selle, là où il me reste à dénicher une cache posée par mon neveu.

Avant d'emprunter le chemin qui en fait tout le tour, je gare la voiture vers la queue de l'étang.

Témoin de la tourmente passée, le sol  est jonché de débris tels que  branches mortes, feuilles, morceaux d'écorces...

Et on peut voir un peu partout des arbres qui n'ont pas pu résister à la violence du choc.

 

 

Quand les arbres s'expriment

Ayant découvert la cache et signé le livret de bord, je retourne à la voiture.

 

La cache débusquée ce jour...

La cache débusquée ce jour...

C'est alors que je croise le tracteur conduit par un employé chargé de l'entretien, qui me demande si j'ai vu des arbres en travers du chemin. Ma réponse est négative, mais comme nous nous trouvons près d'une zone particulièrement touchée, il se saisit de sa tronçonneuse et finit d'abattre les troncs brisés.

Quand les arbres s'expriment
Quand les arbres s'expriment
Quand les arbres s'expriment

A partir de cet instant, je vais regarder mon environnement  d'une toute autre façon, pour m'apercevoir que, les arbres eux aussi, peuvent témoigner de  leurs souffrances.

Quand les arbres s'expriment

Tels des "gueules cassées", leurs troncs reflètent de nombreux tourments ayant contrarié leur stature...

Quand les arbres s'expriment
Quand les arbres s'expriment

Il faut dire aussi que certains évoluent dans un environnement  pas toujours favorable...

Inégalité des chances dès la naissance?

Tout comme chez les humains?

La mangrove évronnaise

La mangrove évronnaise

Et on est parfois surpris des formes tortueuses offertes en spectacle...

Quand les arbres s'expriment

La suite de ma promenade consistera donc à observer de plus près tous les arbres environnants.

 

 

Quand les arbres s'expriment

Et là encore, je vais pouvoir découvrir des squelettes aux formes tarabiscotées, ou des troncs comportant  d'importantes blessures.

Quand les arbres s'expriment
Quand les arbres s'expriment
Quand les arbres s'expriment

Cela ne doit pourtant pas me faire oublier que le spectacle  offert par la Nature a de quoi combler même les plus blasés d'entre nous.

Quand les arbres s'expriment
Lire la suite