Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

GéPéBé a pris son dernier envol

28 Février 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Humour et modélisme, #Modélisme

Mon compère GépéBé a donc pris son dernier envol.

 

Lui avec lequel j'ai effectué un long parcours au MRA...

Lui qui a contribué avec talent à illustrer mes "Histoires du mois".

Lui qui m'avait fourni l'illustration pour mon bouquin "Délices d'hélices et d'ailes lisses..."

GéPéBé a pris son dernier envol

Plus jamais je n'aurai l'immense plaisir d'échanger avec cet homme à l'humour exubérant, voire "délirant".

Digne successeur d'un certain Albert Dubout pour le dessin, ou d'un Rabelais pour le texte.

 

Sacré Gérard!

 

J'espère que tu trouveras "tout là-haut" d'immenses bulles.

Et que, la bille au centre, tu pourras encore profiter un max de très longs vols sur un planeur bois et toile!

 

Adieu Gérard.

GéPéBé a pris son dernier envol
Lire la suite

Les Lutins Gourmands

26 Février 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Billet d'humeur, #Tranches de vie, #Chroniques d'un instituteur original

Que je vous raconte.

Après avoir trimbalé le chariot à commissions dans toutes les allées de notre supérette locale, je dois forcément me diriger vers un point incontournable : la caisse !

Où l’hôtesse accueille notre couple par le traditionnel message de bienvenue, enseigné lors des séances de formation qu’on leur accorde.

Et après lui avoir répondu par un bonjour amusé que j’accompagne d’un sourire, je commence à déverser les achats sur le tapis roulant.

Quand, avisant la grande diversité de nos tablettes au chocolat, elle commente:

«Ah, je vois qu’il y a des gourmands par ici ! »

Les Lutins Gourmands

Et moi, avec le plus grand sérieux :

« Mais détrompez-vous ! Ces tablettes ne sont pas pour nous ! »

- Ah, bon ? »

Laissant passer la surprise, j’enchaîne avec la phrase qui tue :

« Ces tablettes, ce sont nos Lutins qui vont les manger,

- Les Lutins ?

- Mais oui. Avant d’aller nous coucher, nous laissons quelques morceaux de chocolat sur la table. Et quand passent nos Lutins, Les Lutins Gourmands, ben ils les dégustent. Voilà tout !»

Les Lutins Gourmands

La jeune femme ne sait si elle doit éclater de rire ou me demander d’être un peu plus sérieux.

Et moi d’enfoncer le clou encore un peu :

« Même que certains matins, alors que le linge attendait son repassage dans une corbeille, on se retrouve avec une pile prête à ranger dans les armoires ! C’est leur façon à eux, les Lutins, de montrer leur gratitude ! »

Cette fois l’hôtesse éclate d’un rire bien franc,

« Ah, comme j’aimerais avoir plus souvent des clients dans votre genre ! Cela agrémenterait les journées !

Merci pour ces quelques joyeux moments !

A la prochaine ! »

 

Les Lutins Gourmands

Et moi, tel un gamin en culottes courtes amusé par ses propres bonimenteries, de pousser gaillardement le chariot vers la voiture qui nous attendait sur le parking.

Cette facétie me remet en mémoire le joyeux temps où, comme me le rappelait tout dernièrement Charline, «Ah, M’sieur, ça vannait dur dans votre classe, et dans les deux sens ! Mais toujours avec respect ! »

Cette boîte à chocolats que j'utilise quotidiennement, héritage de ma mère.

Cette boîte à chocolats que j'utilise quotidiennement, héritage de ma mère.

Et donc de revisionner la blague que j’utilisais, souvent  lors de l’entrée en classe.

Que je vous explique :

Les élèves de service récupéraient les cahiers, empilés ouverts à la page que je devais vérifier. Après quoi, ayant gribouillé un « vu » à l’encre verte, ou apposé une note, je les entassais fermés, prêts à être redistribués le matin.

Cahiers ouverts : à corriger. Cahiers fermés : à distribuer. Simple comme un bonjour.

Combien de fois ai-je entamé la journée de classe par cette boutade où, avisant une ou deux piles fermées :

« Tiens, mes Lutins sont passés cette nuit, ils ont corrigé mes cahiers! Va encore falloir que je leur laisse quelques caranougats(1) sur le bureau afin de les remercier du travail qu’ils ont  effectué à ma place… Sinon, ils risquent de se fatiguer à bosser sans contrepartie ! »

Bien sûr mes « zèbres » n’étaient pas dupes, mais cela permettait de démarrer joyeusement une longue journée de classe.

 

J’ai même toujours eu l’impression que cette potion magique avait une faculté bienfaisante !

Alors si ça fonctionnait en classe, pourquoi pas au super-marché, n’est-ce pas ?

 

 

(1) Voir http://bernardino.over-blog.net/tag/chroniques%20d'un%20instituteur%20original/

Lire la suite

Prendre ses nouilles à son cou

17 Février 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Ah, là... vous allez me dire que j'ai dû perdre la tête.

Que nenni!

Oyez plutôt.

Parcourant comme d'habitude mon quotidien Ouest-France, je m'arrête à la dernière page... celle où l'on trouve souvent des infos  qui sortent de l'ordinaire.

Entre un "Chaban  au divan" et un "Coqs en stock", je m'arrête sur un petit article intitulé "Bain quoi?"

Où on nous explique qu'un type est réveillé par un bruit. Et fouinant dans sa maison, il découvre un olibrius qui s'apprêtait à prendre un bain dans sa propre baignoire!

D'où le titre:  "Bain quoi"!  Amusant, non?

Il me faut également préciser que l'intrus avait dû être tenaillé  par une petite faim, et qu'avant d'aller prendre son bain, il avait fait cuire ... des nouilles.

Pas si nouille que ça le gars quand même. N'est-ce pas?

Sauf que, voulant sans doute pimenter encore son "papier", le journaliste a écrit:

"Voyant la porte un poil ouverte, l'homme est entré, et s'est fait cuire des ... des?   ah...ah... il a fait cuire  des pattes!!!"

Des pattes de poule?

Là, les bras m'en tombent, et mes guiboles flageolent!


 

L'article du journal.

L'article du journal.

Et comme on précise quelques lignes plus loin que le type n'a pu être inquiété car il n'y avait ni vol ni effraction, tout "baigne"...  Quel humour!

Je suppose toutefois que le visiteur d'un soir n'a pas attendu son reste, et qu'il a pris ses jambes à son cou pour détaler.

Pardon, j'aurais dû écrire: il a pris ses "pattes" à son cou!

Bref, cette drôle d'histoire, que l'on aurait pu agrémenter de sauce bolognaise, ben, elle finit tout de même en spaghetti!

 

Lire la suite

En passant par la cabane du cantonnier

16 Février 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #VTT

Depuis le matin, se faufilant  parfois derrière un nuage, le soleil me fait un clin d'oeil , et il semble vouloir dire:

"Alors, tu ne sors pas?  As-tu vu comme il fait bon?"

Oh que si, j'en ai grande envie. Mais d'abord, une sortie style "vol calme" au pied du Montaigu...

Le VTT attendra.

Dream Surfer, équipé d'une caméra Moebius

Dream Surfer, équipé d'une caméra Moebius

C'est donc  dans l'après-midi que je sors mon fier coursier au moteur électrique.

J'escalade alors la côte de la Ligerie, pour arriver à la Poterie... Où je vois? Une petite voiture blanche et jaune à côté de laquelle se trouvent deux employés du Conseil Départemental.  Ils devisent apparemment à propos de cette drôle de maison! Je m'arrête. On échange quelques propos. Je leur explique pourquoi je connais particulièrement l'endroit! Et je leur demande de me faire quelques clichés, non sans avoir précisé que j'ai déposé sur  mon blog un mini-reportage concernant justement cette cabane.

"Et on peut voir ça où?

- A cette adresse internet, leur dis-je en  tendant ma carte de visite.

- C'est notre Chef qui va être content, lui qui tenait tant à préserver la petite maison!"

La maison du cantonnier, entièrement rénovée.

La maison du cantonnier, entièrement rénovée.

On se quitte, et je dévale avec délices la route vers Sainte Gemmes le Robert, afin d'emprunter la liaison menant à  Gué de Selle.

En passant par la cabane du cantonnier

Au détour d'un virage, j'aperçois un VTT les roues en l'air, et un homme qui actionne une pompe à vélo. 

"Puis-je vous aider?

- Je vous remercie, mais je viens de changer la chambre... pleine d'épines ramassées le long des haies... Vous savez,  quand les ouvriers de la ComCom ont déblayé les dégâts de la dernière tempête."

Et avisant mon VTT:

"Vous en êtes content? Quelle autonomie?..."

Et puis avant de repartir dans des directions opposées, nous nous saluons  chaleureusement.

J'arrive à l'étang...  où je compte récupérer de l'eau. Nippe: robinets fermés, sans doute par précaution lors des derniers grands gels.

Sur la digue, je croise un nombre impressionnant de promeneurs.

Alors que je me repose sur un banc,  deux gamins en trottinette m'apostrophent:

"Bonjour Monsieur, c'est notre papy et notre mamie là-bas. Nous,  on est chez eux parce que c'est les vacances, et c'est rudement bien!" 

Une gorgée prélevée dans mon bidon isotherme, et je repars, pour constater  de grandes trouées dans les bois.  Avec des vues dont je n'avais  pu bénéficier en raison de la  végétation autrefois fort  dense, et qui est maintenant très  éclaircie.

 

En passant par la cabane du cantonnier
En passant par la cabane du cantonnier
En passant par la cabane du cantonnier

C'est alors qu'au pied d'un arbre abattu, je trouve une immense tranche de melon!

La tranche de melon...

La tranche de melon...

Un peu plus loin, une petite photo, pour amuser la galerie... (Encore?)

En passant par la cabane du cantonnier

Lorsque mon tour d'étang s'achève,  je découvre  sur le parking un gigantesque tas de bois, résultat de l'immense nettoyage qu'il  a fallu effectuer, toujours  à cause des dégâts occasionnés par la tempête.

En passant par la cabane du cantonnier
En passant par la cabane du cantonnier

Je retrouve alors une route goudronnée... pour arriver à la Grande Coudrière...

 Ses  propriétaires ne m'avaient-ils pas  invité à venir les voir?...

J'emprunte le petit chemin... Mais il m'est impossible de frapper à leur huis...  Le portail me rappelant une  herse!!!  Imparable, incontournable!

Ce sera donc pour une prochaine fois.

Au bout de l'allée, comme une sorte de herse!

Au bout de l'allée, comme une sorte de herse!

La Grande Coudrière
La Grande Coudrière
La Grande Coudrière

La Grande Coudrière

Je repars en direction de Chellé où, le long d'un talus,  je découvre de jolis crocus.

En passant par la cabane du cantonnier
En passant par la cabane du cantonnier

C'est juste à ce moment que je croise de nouveau mon infortuné pédaleur à la roue crevée... Quelques mots... "Salut, et bonne route!"

En passant par la cabane du cantonnier

Quand j'arrive près des ruines de Chellé, je me demande toujours quelle allure devaient avoir  ces bâtiments lorsqu'ils étaient encore en bon état...

Ils conservent à mes yeux tous leurs mystères.

En passant par la cabane du cantonnier
En passant par la cabane du cantonnier
En passant par la cabane du cantonnier
En passant par la cabane du cantonnier

Un peu plus loin, j'aperçois sur ma droite la butte de Montaigu... où j'ai décidé de ne pas me rendre aujourd'hui.

En passant par la cabane du cantonnier

La côte de Toucheronde n'est pas aussi "Calme" que ça à avaler... Heureusement, mon moteur compense  mes faiblesses.

Descente vers Hambers, son joli plan d'eau... et comme à Gué de Selle, je suis une nouvelle fois bredouille face aux robinets... fermés.

Quelques clichés..

En passant par la cabane du cantonnier
En passant par la cabane du cantonnier

Et j'en finis avec la "côte de la Bolinière", courte, mais  ô combien  "casse-pattes"!

Je débarque enfin à la maison après une virée de 30.600km.

Je n'ai consommé qu'une barre dans la charge de la batterie.

"Exploit" salué par un gentil papillon se dorant au soleil, et qui me laisse tout juste le temps de le photographier.

Il faut dire que, tout comme lui sans doute,  j'ai  vraiment eu l'impression de ressentir les premiers effets du printemps... tout autant que  les personnes croisées cet après-midi!

A la prochaine!

 

En passant par la cabane du cantonnier
En passant par la cabane du cantonnier
Lire la suite

Connaissez-vous le moteur de recherche Qwant?

16 Février 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Bidouilles en tout genre, #Bidouille informatique

Cela fait un bon moment que je lorgne...

Parce que l'hégémonie de Google me gonfle.

Même si ce moteur de recherche est performant, il cache des pratiques qui ne me plaisent guère.

Alors, vers quel moteur de recherche se tourner?

Il en est qui vous arrivent parfois à votre insu lorsque vous téléchargez un programme... et dont vous avez bien du mal à vous débarrasser car ils ont pris la place de vote "moteur par défaut".

Il faut donc croire que sur un PC, la place de moteur de recherche semble être lucrative.

Je n'entrerai pas dans les détails à propos des rémunérations que touchent ces fameux moteurs, car je n'en ai pas les compétences.

Mais je me vois mal ne posséder qu'un seul tournevis dans ma boîte à outils.

J'aime bien diversifier mon matériel.

Tout comme pour les opérateurs systèmes, où j'ai fourré mon nez dans les différentes variantes de Linux.  Non, non, vous n'êtes pas obligé de "subir" Microsoft et son OS Windows,  à propos duquel je connais plein de gens qui pensent qu'un ordinateur, c'est forcément livré avec du Windows.

Voilà où on en arrive quand un "géant" écrase tout, en imposant sa force...

Asservissement total, perte d'esprit critique. Non, merci, c'est pas mon genre.

Mais revenons plutôt à ces fameux moteurs de recherche qui permettent de trouver notre bonheur sur le Net.

J'avais déjà tâté du yahoo, du Bing, du Duckduckgo...  et du Qwant.

 

 

Je laisse au sérieux site "Les Numériques" le soin d'analyser le produit.

Si la curiosité vous pousse, essayez donc  ce Qwant, au nom curieux, mais derrière lequel se profile une start-up bien française.

 

 

Connaissez-vous le moteur de recherche Qwant?

Et pendant que je "bricolais" sur Qwant, j'ai constaté qu'à gauche de l'écran figuraient certains onglets, dont un consacré à la vidéo.

 

Ce qui m'a permis de re-découvrir un de mes films déposé sur Youtube il y a de cela quelques "bonnes" années, et que vous aurez peut-être plaisir à (re?)-visionner!!!

Bonnes et fructueuses recherches sur le Net!

Lire la suite

La cabane du cantonnier

12 Février 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale, #Tranches de vie, #VTT, #Billet d'humeur

On m'a gentiment fait remarquer à plusieurs reprises que je me montrais moins bavard sur ce blog depuis quelque temps.

Mais c'est qu'on ne peut pas être partout...   le "métier" d'éditeur indépendant est parfois dévoreur de temps.  Même pour un instit' original qui effectue la livraison de ses bouquins chez les particuliers!

Toujours est-il que j'avais mis de côté un sujet que je me propose de vous livrer aujourd'hui.

Je veux évoquer la petite maison du cantonnier.

 

Après les travaux de réfection (virage et cabane)

Après les travaux de réfection (virage et cabane)

Elle est située à la sortie d'un  virage que je connais trop bien, puisque c'est là que je me suis "gamellé" avec mon VTT électrique le 13 janvier 2016, chute aux  conséquences que certains connaissent bien.

Dois-je cependant préciser que  cette toute petite "maison"  est souvent prise pour une chapelle.

Pourtant, le seul lien qu'elle puisse avoir avec la religion se trouve dans une niche... discrète.

Madame de Bonsecours?  (Voir autres clichés un peu plus loin)

Madame de Bonsecours? (Voir autres clichés un peu plus loin)

Mais à part ça, elle n'a rien  de très "catholique".

Je m'empresse d'ajouter que, en raison des travaux de réfection du remblai effectués à l'automne dernier,  cet édifice a été "démonté" pour être reconstruit à l'identique quelques mètres en retrait.

Comme neuf!

http://bernardino.over-blog.net/2016/10/le-virage-et-la-brume.html

La chaussée refaite sur le talus qui commençait à s'éroder. Et la "nouvelle" cabane en retrait.

La chaussée refaite sur le talus qui commençait à s'éroder. Et la "nouvelle" cabane en retrait.

A l'intérieur, on  trouve une petite cheminée, que les ouvriers utilisaient pour réchauffer leurs repas,   et par la même occasion se procurer un peu de chaleur.

Un vieux vélo a été posé contre le mur, avec une grosse chaîne et un cadenas afin qu'on ne puisse pas le dérober.

En haut du mur, quelques vieilles photographies fort intéressantes, mais  que l'on a du mal à  détailler quand il nous manque de précieux centimètres... dommage.

 

 

Lors du 1er anniversaire de ma chute... Vendredi 13... Une bonne bière Bonsecours!
Lors du 1er anniversaire de ma chute... Vendredi 13... Une bonne bière Bonsecours!

Lors du 1er anniversaire de ma chute... Vendredi 13... Une bonne bière Bonsecours!

C'est en fouinant via le  Net que  je suis tombé sur un article paru dans le journal Ouest-France, où l'on nous apprend que ces cabanes de cantonnier deviennent rares...  (Voir ci-dessous)

C'est sans doute la raison pour laquelle on a préservé celle de la Poterie.

A son propos, je trouve dommage que,  extérieurement, rien ne signale le petit édifice à la curiosité des passants.

Saluons donc le travail   effectué par la  Société d'archéologie et d'histoire de la Mayenne qui cherche à recenser, voire restaurer ces vestiges du passé.

Contact: tél. 02 43 53 64 55, Gervais Barré tél. 02 43 90 63 23.

http://sahm53.fr/

 

Auriez-vous  connaissance d'une telle cabane?

Alors n'hésitez surtout pas pas à la signaler!

  • La cabane du cantonnier, route de Sainte-Gemmes, en direction de Bais.
    La cabane du cantonnier, route de Sainte-Gemmes, en direction de Bais. | 

 

La société d'archéologie et d'histoire de la Mayenne lance un appel pour rechercher et identifier les cabanes de cantonnier dans le département. Celle de Sainte-Gemmes, restaurée par le conseil général, est située au lieu-dit la Poterie, à environ 3 km en direction de Bais.

La maisonnette témoigne d'une époque encore proche où elle servait d'abri aux cantonniers, et dont l'emploi fut institutionnalisé le 16 novembre 1811, par le décret de Napoléon.

Communément appelées cabanes de cantonnier, souvent bâties par l'utilisateur, elles permettaient à celui-ci de se protéger des intempéries et d'y ranger ses outils. Celle de la Poterie, d'une surface de 4 m2, était équipée d'une cheminée pour que l'ouvrier puisse y préparer ses repas et se réchauffer l'hiver.

« Très souvent construites au bord des routes et des chemins, elles ne demandent qu'à revivre comme témoin d'une époque. À notre connaissance, celle de Sainte-Gemmes-le-Robert est la seule connue dans la Mayenne, explique Gervais Barré, membre du conseil d'administration de la société d'archéologie et d'histoire. Nous aimerions retrouver ces petites cahutes pour en faire l'inventaire, comme nous l'avons fait pour les chapelles, dont 850 sur les 1 200 que compte le département sont dans nos bases de données. »

Lire la suite

Instituteur original... suite...

11 Février 2017 , Rédigé par Bernardino

Coucou!

Coucou!

Le stock commandé à la parution du bouquin n'a pas fait long feu. J'ai donc procédé à un réassort...

Ce qui va me permettre de pouvoir -enfin- satisfaire les nombreuses demandes figurant sur la  liste d'attente!

A la santé de ce petit livre!

A la santé de ce petit livre!

Lire la suite

Chroniques d'un instituteur original

7 Février 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Chroniques d'un instituteur original, #Tranches de vie, #Billet d'humeur

Chroniques d'un instituteur original

Dans Ouest France de ce mardi  7 février 2017.

 

Vous noterez une "petite" redite...

 

Mais on fera avec!

Lire la suite

Pénélope et Ulysse

4 Février 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

La chaude actualité m'a fourni tout dernièrement une excellente occasion de revoir mes classiques.

Tout comme moi, vous n'aurez pas pu passer au travers, voyons!

Parce qu'un certain malfaisant bipède à la fureur "déchaînée" aurait eu  l'outrecuidance de réécrire l'Histoire à sa façon!

Grands Dieux!

Alors, afin de rétablir la vérité, voyons voir.  Qui est donc cette fameuse Pénélope?

Pénélope... vous savez bien, la femme d'Ulysse qui, pendant que son époux était parti guerroyer du côté de Troie, était sollicitée par des soupirants qui la demandaient en mariage.

Prétendants fort intéressés, qui affirmaient qu'Ulysse était "mort"...(pour de vrai, ou politiquement?)  et ils la pressaient de choisir un nouvel époux parmi eux. 

Et  qu'avait trouvé cette vertueuse épouse comme parade face au tintouin qui l'empêchait de dormir?

Fort simple:

Pour faire attendre ces nombreux prétendants qui, durant ce temps, la courtisaient et pillaient la maison, elle leur promit de choisir l'un d'entre eux quand elle aurait achevé de tisser le linceul  de son beau-père Laërte.

Et afin que la besogne perdure, la rusée défaisait la nuit ce qu'elle avait tissé le jour.

Très très silencieusement, car elle avait affirmé qu'elle ne souhaitait pas se mêler aux débats.

Source : https://mythologica.fr/grec/penelope.htm

Comme quoi, même si elle n'était pas experte en confitures, notre élégante Pénélope bossait,     trimait, souffrait

Même sous la pression médiatique, voire celle des ses prétendants (les concurrents de son mari en quelque sorte) qui ne cherchaient donc qu'à abattre son époux,  notre femme au foyer s'évertuait à être fidèle envers son vaillant guerrier.


 

Pénélope et Ulysse

La probité même!

D'une honnêteté irréprochable.

Du moins, c'est ce que nous racontent les journalistes de l'époque, et particulièrement celui qui travaillait à l"Odyssée sarthoise", quotidien fort connu pour la crédibilité de ses enquêtes.

 

Alors, faites donc fi des ragots!

Et admirez Pénélope, la femme fidèle entre toutes.

A la foi inébranlable, indestructible.

 

Moi, je trouve ça admirable!

 

PS1: y'en a même qui osent prétendre que la guerre de Troie n'aura pas lieu...  Que même en rusant avec un cheval rempli d'affamés qui voudraient prendre la place d'Ulysse, rien n'y fera, droit dans ses bottes, le gars!

 

PS2:  Venu de l’Antiquité, ce modèle d’amour humain peut être interprété comme une préfiguration de l’amour conjugal chrétien.   (in:  http://www.la-croix.com/Actualite/France/Ulysse-et-Penelope-couple-mythique-_EP_-2012-11-12-874826

Puisqu'on vous le dit!

 

Lire la suite