Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Quand je monte au sommet d'une éolienne

30 Septembre 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur, #Tranches de vie

Si vous avez suivi ce blog depuis un certain temps, vous savez que j'ai passé de nombreuses heures sur le chantier de construction du parc éolien de Trans/Courcité.

Que j'ai eu la chance d'entrer en contact avec ses responsables... qui, sans doute en remerciement des clichés réalisés, m'ont invité à l'inauguration.

Et, cerise sur le gâteau, on m'avait offert un bon me permettant d'aller jusqu'en haut de la nacelle.

Quand je monte au sommet d'une éolienne
Quand je monte au sommet d'une éolienne

Départ ce vendredi matin en compagnie de mon binôme Michel...  mais le temps semble s'obscurcir... Des nuages rampants "dégueulent" des pentes du mont Rochard

Arrivée sur le chantier... salutations d'usage.

 Et je fais la connaissance de Sabine Brousse avec laquelle j'ai échangé de nombreux courriels.

On me briefe  sur les modalités,  signature de quelques documents. Puis vient le moment de se harnacher comme il convient. Pire qu'un pilote de chasse avant un vol.

La taille des mousquetons est impressionnante... Et tout l'attirail qu'on nous met sur le dos commence à peser.

Quand je monte au sommet d'une éolienne

Et puis on me propose d'entrer dans la cabine d'ascenseur, une peu étroite, conçue pour deux personnes de taille pas trop importante.

Fermeture des portes... vérifications d'usage... et c'est parti pour sept minutes vers la dernière plateforme.

Quand je monte au sommet d'une éolienne
Quand je monte au sommet d'une éolienne
Quand je monte au sommet d'une éolienne

Il reste quelques marches à escalader pour se retrouver au coeur de la nacelle.

Il y règne une douce chaleur. Et je peux contempler les entrailles du monstre qui, extérieurement semble d'une simplicité et d'une pureté des formes en opposition à la complexité de l'intérieur. 

Quand je monte au sommet d'une éolienne
Quand je monte au sommet d'une éolienne
Quand je monte au sommet d'une éolienne

Explications... questions de ma part... et par un petit trou, j'aperçois le hub soutenant les trois pales.

Quand je monte au sommet d'une éolienne

Puis mon accompagnateur ouvre les deux trappes... Nous montons chacun sur une traverse, et j'ai maintenant le torse hors de la nacelle.

Drôle d'impression que de savoir le sol 100 mètres plus bas... sol que malheuresement je n'aperçois  pas du tout:  la brume ayant envahi la contrée.

Dommage.

Mon guide me propose de réaliser quelques clichés. Pour ce faire, il sort complètement de la "boîte", s'empare de mon appareil photo que je maintenais attaché afin de lui éviter une chute fatale, et s'arrimant de crochet en crochet, il se dirige vers le gros radiateur.

Quand je monte au sommet d'une éolienne
Quand je monte au sommet d'une éolienne

D'où il effectue quelques prises de vue.

Quand je monte au sommet d'une éolienne
Quand je monte au sommet d'une éolienne

Il est temps maintenant d'envisager la descente.

C'est alors que je croise mon compère Michel qui vient d'arriver dans la nacelle.

Quand je monte au sommet d'une éolienne

Juste un petit mot sur les importantes mesures de sécurité qu'impose l'utilisation d'une éolienne.

C'est  arrimage obligatoire, avec des ustensiles capables de soulever bien plus qu'un être humain... C'est obligation d'exercer une pression sur le bouton "marche" dans l'ascenseur, sinon, il s'arrête.

Ce sont des trappes à différents étages, comme dans les moulins à vent d'antan.

Et puis cet outil minuscule comparé au reste, ce cliquet anti-retour accroché à l'ensemble du harnais, qui se bloque en cas de chute à partir de l'échelle... et dont il faut apprendre le maniement. L'insérer dans le rail situé au milieu de l'échelle, le faire glisser...

Quand je monte au sommet d'une éolienne

Et puis c'est la descente.

J'y serais pourtant bien resté encore un peu plus longtemps, là-haut... Pour évoquer tout un tas de problèmes sur le serrage des "petits" boulons par exemple!

Quand je monte au sommet d'une éolienne

Ou la torsade de fils qui descend vers le sol... pour laquelle la nacelle n'a que trois tours à sa disposition sinon, ça va se tortiller un max.

 

Mais je ne peux pas non plus abuser de la patience des gens.  D'autres attendent leur tour pour la visite.

Au sol, je vais retrouver les enfants de quelques écoles.

Et l'après-midi, j'assisterai à l'inauguration officielle en présence des élus et de madame la sous-préfète.

 

Quand je monte au sommet d'une éolienne
Quand je monte au sommet d'une éolienne
Quand je monte au sommet d'une éolienne

Voilà... Je suis rentré chez moi avec plein d'images... De magnifiques souvenirs...

Et avec toutefois un (petit) regret: ne pas avoir pu admirer le paysage à partir de cette magnifique tour d'observation qu'est une éolienne. 

Lire la suite

Inauguration parc éolien Trans Courcité

29 Septembre 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur

Pour répondre rapidement à celles et ceux qui m'ont demandé des photos de mon ascension dans l'éolienne E3...

Dommage... la brume avait tout avalé!

Dommage... la brume avait tout avalé!

Ce que j'aurais pu voir...

Ce que j'aurais pu voir...

Suite du reportage demain...

Inauguration parc éolien Trans Courcité
Lire la suite

Vive l'amitié franco-espagnole

17 Septembre 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Tranches de vie

Cela faisait longtemps que j'avais envie de faire un tour en Andalousie...

Mais le temps passait... et l'espoir demeurait!

Jusqu'à ce que l'on décide avec mon épouse de mettre cette virée à notre programme.

Septembre 2017... Décollage de Nantes-Atlantique... direction Séville. Et son très gracieux pont qui enjambe le Guadalquivir.

 

Où à la descente de l'avion, nous retrouvons avec grand plaisir  la charmante Lucie, la guide qui nous avait accompagnés à la fin d'un précédent périple au Portugal.

Française définitivement installée chez les sévillans, et dont les compétences sont au top!

 

Et puis arrive la visite de Madrid... avec repas prévu au Musée du Jambon.

Entrée du restaurant   Musée du jambon

Entrée du restaurant Musée du jambon

La salle dans laquelle nous allons prendre notre repas nécessite une descente vers le sous-sol.

Juste à côté de notre groupe se trouve une bande joyeuse qui s'exprime avec une certaine verve.  Mon vis à vis français commence à vouloir entamer des échanges avec nos voisins... mais  cette fichue langue, quand on ne la connaît pas... c'est difficile.

Il s'adresse à moi, et me demande de traduire. Ce que je fais avec plaisir. J'apprends alors que le monsieur en bleu fête son mariage avec la dame vêtue de rouge.

Dont il parle en disant:

"Mi muñeca, mi muñequita..." (ma poupée, ma petite poupée)

​​​​​​​Je communique aussitôt l'information à la troupe de Français.

Les mariés au milieu des convives de la noce.
Les mariés au milieu des convives de la noce.

Les mariés au milieu des convives de la noce.

Et comme Lucie a initié tout ce petit monde  au flamenco pendant  les trajets dans le car, voilà-t-y pas que commencent des clapements de mains très cadencés afin de manifester notre joie envers les convives de la noce.

Surprise totale des Espagnols... qui me demandent. J'explique alors.

Le monsieur se lève, et trinque à la santé de l'amitié franco-espagnole.

Sauf que je lui lance gentiment.

"Moi, je préfère votre vin sans gaz..."

Vin + eau gazéifiée...

Vin + eau gazéifiée...

Nous échangeons alors quelques propos sur l'aspect "naturel" des ingrédients composant leur breuvage fait de vin additionné de limonade. Et j'ajoute malicieusement que le gaz est sûrement moins naturel que le vin...  (bien que?)

Il traduit en direction de ses convives. Eclats de rires.  Et il me confie alors qu'en effet, mieux vaut boire le vin pur.

Ajoutant que pour son coeur, il ne dédaigne pas déguster un petit whisky: "C'est bon pour mes artères également! Et ça fluidifie le sang!"

Il finit par me demander pourquoi je parle (baragouine...) espagnol (presque?) sans accent français.

Je lui réponds que, en raison de mes origines, j'ai entendu "causer" espagnol durant mon enfance... mais que je n'ai pas eu la chance d'étudier la langue au Lycée.

"Et d'où est donc originaire ta famille? questionne-t-il.

- Provincia de Murcia!

- La mía también!  (Ma famille aussi!)

- El Puerto Lumbreras!

- No me digas!    Ne me dis pas! Je suis né à 20 km de cette ville."

Je ne vous décris pas alors le délire!  Le voilà qui se lève, m'enlace...et me montre comment enchevêtrer nos bras afin de lier notre amitié!

Vive l'amitié franco-espagnole
Vive l'amitié franco-espagnole

Et comme il a fallu poser à plusieurs reprises afin que les nombreux  photographes officient, nous avons dû refaire le plein de nos verres!

C'était la grande joie dans ce restaurant, où nos amis espagnols ont bénéficié d'un plat à base de "garbanzos" (il était d'ailleurs étonné que je connaisse comment on disait pois-chiches...) alors que nous avons eu droit à de la banale purée...

Mes compagnons de voyage ont fini par me demander si je n'allais pas terminer la journée avec les "noceux"... que j'ai quittés à regrets. 

Mais pour la suite du voyage, on m'a souvent rappelé cet épisode inattendu, qui a réjoui tout le monde!

C'est pourquoi je trinque à l'amitié  franco-espagnole!

 

Mais sans gaz dans le vin!

 

 

 

 

Lire la suite

L'arbre à vent nouveau est arrivé

14 Septembre 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes, #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur, #Tranches de vie, #Bidouilles en tout genre

Lors de mes mes précédentes interventions, je vous ai présenté un bidule sorti tout droit de mon imagination que certain(e)s disent fertile.

 

Il s'agissait d'un arbre à vent.

 

Quelle ne fut pas ma surprise de trouver un concept similaire implanté sur un rond-point lors de ma récente escapade en Andalousie!

L'arbre à vent nouveau est arrivé

Le mien est nettement plus modeste, puisque je n'utilise qu'un seul mât.

Et ses composants me semblent plus variés.

 

N'empêche qu'à mon retour, j'ai constaté que mon bel arbre avait été durement secoué par les vents qui avaient soufflé durant mon absence

.

J'ai donc dû procéder à une maintenance relativement importante. Ce qui tombait presque à propos, puisque les petits roulements à billes que j'avais commandés étaient arrivés.

 

Je vous livre donc le résultat de mes "travaux".

L'arbre à vent nouveau est arrivé

C'est presque du son et lumière, dans la mesure où certaines roues "claquettent" sur leur axe quand les rafales se montrent un peu plus virulentes.

Comme vous pouvez le constater, le "gamin" qui sommeille en moi continue de se livrer à certaines facéties.

 

Et comme le dit mon Très Brave Voisin:

"Tu es en quelque sorte notre facteur Cheval"...

A vous de juger!

 

 

 

L'arbre à vent nouveau est arrivé
L'arbre à vent nouveau est arrivé
Lire la suite