Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur / Modélisme  / Années 50

Articles avec #photo et poesie tag

Les petits lapins

20 Août 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur

Quand on réside à la campagne...

Quand en prenant le petit déjeuner...

J'aperçois dans le pré voisin...

Les petits lapins

Vous ne voyez pas?

Allons, faites un effort!

Je vous propose donc un petit coup de zoom.

Les petits lapins

Toujours pas?

Ah, c'est vrai... Il faut avoir l'oeil un peu "rural"!

Les petits lapins

Et cette fois? c'est plus net?

Quelques toupets blancs qui gambadent!

Les petits lapins

Et voilà ce simple plaisir éprouvé par un campagnard... loin des villes et de leur tumulte.

 

Les petits lapins
Les petits lapins
Les petits lapins

Et se réveille alors un souvenir d'enfance, avec ce texte appris à l'école...

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Sonnailles et Clochettes"

Les petits Lapins, dans le bois,
Folâtrent sur l’herbe arrosée
Et, comme nous le vin d’Arbois,
Ils boivent la douce rosée.

Gris foncé, gris clair, soupe au lait,
Ces vagabonds, dont se dégage
Comme une odeur de serpolet,
Tiennent à peu près ce langage:

Nous sommes les petits Lapins,
Gens étrangers à l’écriture
Et chaussés des seuls escarpins
Que nous a donnés la Nature.

Près du chêne pyramidal
Nous menons les épithalames,
Et nous ne suivons pas Stendhal
Sur le terrain des vieilles dames.

N’ayant pas lu Dostoïewski,
Nous conservons des airs peu rogues
Et certes, ce n’est pas nous qui
Nous piquons d’être psychologues.

Exempts de fiel, mais non d’humour
Et fuyant les ennuis moroses,
Tout le temps nous faisons l’amour,
Comme un rosier fleurit ses roses.

Nous sommes les petits Lapins,
C’est le poil qui forme nos bottes,
Et, n’ayant pas de calepins,
Nous ne prenons jamais de notes.

Nous ne cultivons guère Kant;
Son idéale turlutaine
Rarement nous attire. Quant
Au fabuliste La Fontaine,

Il faut qu’on l’adore à genoux;
Mais nous préférons qu’on se taise,
Lorsque méchamment on veut nous
Raconter une pièce à thèse.

Étant des guerriers du vieux jeu,
Prêts à combattre pour Hélène,
Chez nous on fredonne assez peu
Les airs venus de Mitylène.

Préférant les simples chansons
Qui ravissent les violettes,
Sans plus d’affaire, nous laissons
Les raffinements aux belettes.

Ce ne sont pas les gazons verts
Ni les fleurs, dont jamais nous rîmes
Et, qui pis est, au bout des vers
Nous ne dédaignons pas les rimes.

En dépit de Schopenhauer,
Ce cruel malade qui tousse,
Vivre et savourer le doux air
Nous semble une chose fort douce,

Et dans la bonne odeur des pins
Qu’on voit ombrageant ces clairières,
Nous sommes les tendres Lapins
Assis sur leurs petits derrières.

27 novembre 1888.

Lire la suite

Le jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers

16 Août 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur, #geocaching

Hier, c'était donc le "cainzoux"... 
Et depuis plusieurs jours,  je savais qu'une 7ème cache naîtrait sur St Thomas... mais quand? et je guettais...
Revenant de chez mon fils qui réside sur St Martin de Connée,  je fais un crochet vers St Thomas, et au détour d'un virage, je rencontre... mes Très Braves Voisins qui randonnent! Quelques joyeux échanges...   
Et je repars vers St Thomas, après avoir ausculté cgéo...  qui ne me fournit pas le renseignement attendu... Rien.
Mais en passant devant le four à chanvre, je dis à Annie: 
"Tiens, la nouvelle cache, elle serait là, que je ne serais pas autrement surpris" et je continue ma route.

Cette nuit, 4 heures du matin... je me lève pour boire, et grappiller quelques grains de raisin.
Et puis, poussé par la curiosité, j'allume mon smartphone... où j'apprends que la cache est enfin sortie... au four à chanvre!😉
Le jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers

Avec une note de Pirates53 qui,  en tant que membre Premium (ce que je ne suis pas),  a entendu  son téléphone donner l'alerte, mais qui déplore être parti chez les Bretons...
Laissant donc le champ libre aux courageux qui se lèveront tôt. (Lui, il aurait foncé, même en plein nuit!!!  Cf ma cache "les Brosses")
Ce matin donc, voyant le jour filtrer à travers les volets, je décide de partir en chasse... avec aussi l'intention de réaliser quelques clichés du soleil levant qui semble vouloir pointer le bout de son nez.
 
Ne dit-on pas que la chance sourit à ceux qui se lèvent tôt?
Mais j'aurai juste droit  à un tout petit créneau de 10 minutes, pas davantage, au cours duquel il me sera possible de signer le logbook, et d'actionner le déclic de mon numérique!
Le jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers
Le jour se lève sur Saint Thomas de CourceriersLe jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers
Le jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers
Le jour se lève sur Saint Thomas de CourceriersLe jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers

Les nuages venant occulter très rapidement le joyeux soleil...

 

 

Le jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers
Le jour se lève sur Saint Thomas de CourceriersLe jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers
Le jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers
Merci à vous deux, Françoise et Margaret,  pour votre investissement afin de donner vie à votre  charmant village... où la vache-épouvantail a enfin retrouvé sa tête!
Amitiés
Le jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers
Le jour se lève sur Saint Thomas de CourceriersLe jour se lève sur Saint Thomas de Courceriers
Lire la suite

Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

13 Août 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur, #VTT, #geocaching

Après avoir été présent lors de la mise en place de ces épouvantails dont le thème cette année était le cirque, je me devais de concrétiser le parcours...

Un dimanche ensoleillé, vent faible... un peu plus de courage que les semaines précédentes.

Il n'en fallait pas davantage pour que j'enfourche mon VTT à assistance électrique.

Au départ de Bais, on attaque la longue côte qui monte vers Trans... village que  je n'aurai pas le loisir de traverser sans avoir mis pied à terre quelques 200 mètres avant la pancarte.

Et pourquoi me direz-vous?

Ben quoi, c'est évident! J'ai encore crevé!!!

Roue avant à plat... Je sors alors ma bombe miracle, et après avoir lu attentivement la notice... je procède à l'injection salvatrice.

Pschiiiitttttt....Pschiiiitttttt....

Pschiiiitttttt....

Maintenance effectuée, je remonte vite en selle afin que la mousse se répartisse dans toute la chambre... Rien d'anormal?... alors je poursuis mon chemin, pour arriver à St Thomas.

Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

Quelques clichés avec les personnages du bourg... et j'emprunte le petit circuit.

Les deux circuits proposés..

Les deux circuits proposés..

Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

Où je passe devant la première cache déposée par Margaret et Françoise dans le cadre du Géocaching.

En face se trouve une géocache...

En face se trouve une géocache...

Le chemin ombragé descend doucement, avant d'atteindre la route où se dresse une femme métallique.

Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

Retour au village, pour admirer le "chapiteau" avec ses drapeaux multicolores.

Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

Descente ensuite vers le petit lavoir... où je croise des promeneurs effectuant eux aussi la balade des épouvantails.

Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

Et je file vers le "grand circuit", où je prends de nombreux clichés.

Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

Je débouche alors près du pont romain, où je rencontre des pêcheurs... d'écrevisses, avec lesquels je discute longuement.

Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

Poursuivi par un chien un peu trop affectueux, je continue ma route... pour tomber sur des géocacheurs en train de loguer la cache "Le portail", et qui me font remarquer que le logbook d'origine a été remplacé. Etait-il trop humide?  Echanges à propos de géocaching. Ils repartent vers leur voiture... et le chien les suit! Ouf...

 

Autres rencontre d'épouvantails...

Les épouvantails à Saint Thomas de CourceriersLes épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

Retrouvant la route goudronnée, je remonte vers le village, où je croise d'autres "acrobates"...  Dont monsieur le Maire qui scie consciencieusement une de ses administrées sous l'oeil "protecteur"  de Jésus en croix!

Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

J'entame enfin le chemin du retour... satisfait que ma chambre ait tenu le coup....

Mais, et j'avais remarqué le détail à l'aller, je ne manque pas de m'arrêter près d'une haie remplie de prunes!

 

Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers
Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

Sauf qu'en voulant descendre dans le fossé, je glisse sur cet amas gluant et à l'odeur fortement acidulée... chute  dont mon pantalon va garder une magnifique trace.

Cela ne m'empêchera pas de déguster ces délicieux fruits jaunes, encore abondants sur les branches.

Remontant en selle j'achève mon circuit  par le petit chemin creux de la Brosse.

 

J'ai effectué presque 24 km...

 

Les épouvantails à Saint Thomas de Courceriers

En tapant néanmoins très peu dans la batterie, puisque je reviens avec 4 barres sur 5.

Je ne pourrais cependant conclure sans  faire  mention de tous les artisans à l'origine des diverses animations pittoresques de ce village mayennais.

Grand merci à eux!

Lire la suite

L'ennui de la pluie

10 Août 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #photos, #Billet d'humeur, #Photo et poésie

Droite et drue 

La pluie faisait drôlement cloqueter ses gouttes sur le sol

L'ennui de la pluie

Triste

Morne

 

 

Et pourtant si vitale

L'ennui de la pluie

Et dire que nous sommes en alerte sécheresse!

Renforcée qui plus est!!!

L'ennui de la pluie
Lire la suite

Poussez pas...

29 Juin 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur, #Tranches de vie

Poussez pas...

Alors que je visitais le jardin bio de mon fils hier soir...  cette image sur une tige de sauge.

Une coccinelle voulant en "doubler" une autre.

 

Et la première de dire:

"Faut pas pousser quand même!".

Mais ne dit-on pas que sur la route, il faut être maître de sa vitesse?

Ce qui ne devait sans doute pas être le cas de la plus rouge des deux!

 

Un point, c'est tout!"  

Lire la suite

Choucas des villes, Lapins des champs

11 Juin 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur

Suite à mon billet de la veille, où je vous narrais les aventures de mes corvidés, j'ai reçu quelques commentaires, dont celui-ci:

"Ces corvidés ce sont des choucas reconnaissables à leur relative petite taille et à leur tête grise. Je les subis depuis plusieurs années dans les grands arbres et je fais tout pour les chasser plus loin.  Aurais-je réussi ????   Signé: R.M."

Ce à quoi j'ai répondu: "Merci du renseignement. Quoi qu'il en soit, je leur ai balancé une pancarte sur laquelle j'ai écrit:"Veuillez avoir l'obligeance de retourner chez R.M...!"

Reste à savoir si ces volatiles savent lire...

Je verrai bien comment ils se comporteront suite à mon message."

Et puis ce matin, petit-déjeunant à nouveau sur mon balcon, j'ai eu tout loisir d'admirer les alentours.

Depuis mon balcon

Depuis mon balcon

Les choucas braillaient encore; certains revenaient vers le bosquet sur ma droite avec une cerise dans le bec.

Choucas des villes, Lapins des champs

Et puis,  dans le pré en pente situé sur ma gauche... alors que je lorgnais ces "gueulards" semblant picorer dans l'herbe...

Des lapins sauvages!

Choucas des villes, Lapins des champs
Choucas des villes, Lapins des champs
Choucas des villes, Lapins des champs

Cohabitation parfois pacifique. Mais si Jules Renard définissait l'âne comme un lapin devenu grand, mes  ânes devenus petits semblaient fuir la proximité des corvidés.

Bien que pas du tout  intéressés par la même nourriture,  les choucas semblaient vouloir varier leur alimentation fruitière en y adjoignant des vers ou des insectes... voire de petits rongeurs?

Choucas des villes, Lapins des champs
Choucas des villes, Lapins des champs

N'avez-vous déjà pas  oublié que je vous avais signalé des retours de lecteurs?

Parmi lesquels je vous propose celui qui va suivre:

Bonjour Bernard
Je ne sais pas ce qui se passe dans le monde des oiseaux en ce moment, les nôtres réclament de la nourriture pire qu'en hiver. J'ai posé la question à plusieurs personnes de différentes régions, elles font les mêmes constats. L'attitude de tes corbeaux a attiré mon attention, ils pillent les nids au besoin.
L'absence d'insectes en ce moment semble bizarre, même les pare-brises des voitures restent propres. L'aérodynamique des véhicules modernes doit y être pour quelque chose, mais ce n'explique pas tout.
Nous avons constaté une floraison précoce en Bretagne, suivie de gelées inhabituelles, même les feuillages naissants ont noirci. C'est peut-être une réponse.
D'autre part, la mortalité des abeilles est observable. Comme notre lieu d'habitation est relativement  éloigné des cultures traitées, nous avons imaginé que le froid a détruit les éléments nourriciers des insectes butineurs.Ils doivent peut-être bêtement mourir de faim... Nous attendons le fleurissement de notre lavande qui généralement attire les insectes. Notre piège à frelons asiatiques est resté vide et n'a attiré que quelques mouches. Je ne vois plus ces bestioles sortir du trou d'un mur de parpaings le long de notre propriété. 
As-tu constaté pareilles chose dans ton secteur?

Et vous?

C'est sur ce beau sujet de réflexion que je vous quitte  pour aujourd'hui!

Cohabitation pas forcément "électrique"
Cohabitation pas forcément "électrique"

Cohabitation pas forcément "électrique"

Lire la suite

La chasse aux coquelicots

10 Juin 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur

Un bon petit diable à la fleur de l'âge,
La jambe légère et l'œil polisson,
Et la bouche pleine de joyeux ramages,
Allait à la chasse aux... coquelicots!

Cela faisait déjà un certain temps que, en descendant du Montaigu, j'apercevais sur le versant d'en face un champ aux couleurs vives.

Et que je me promettais d'aller y voir de plus près, avant que ces fichus coquelicots ne perdent leurs pétales.

 

https://www.youtube.com/watch?v=DLOePPaTUm0

La chasse aux coquelicots
La chasse aux coquelicots

Et tout en essayant de soigner le premier plan, de ne pas trop amocher l'arrière-plan, de cadrer au moins mal... je chantonnais la chanson de Georges Brassens, dont j'ai emprunté les paroles en introduction de mon billet.

Ce sera tout au niveau commentaires.

Ouvrez les yeux, et savourez...

 

La chasse aux coquelicots
La chasse aux coquelicots
La chasse aux coquelicots
La chasse aux coquelicots
Lire la suite

Connaissez-vous Albert Dubout?

23 Avril 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Billet d'humeur, #Tranches de vie, #Poésie

Ah, ce Dubout!

Un drôle de dessinateur qui agrémenta mes années Lycée.

Et pourquoi donc ce matin évoquer ce facétieux personnage?

Tout simplement, parce que,   me rendant le plus sérieusement du monde  en mairie afin d'effectuer mon devoir de citoyen, je suis tombé sur une image qui m'a rappelé Dubout.

Lui, le spécialiste des tuyaux de poêle raccordés avec des morceaux de ficelle, il avait dû passer dans mon village incognito.

 

La preuve! Dites-moi donc où débouche cette gouttière?

Ousque ça débouche?

Ousque ça débouche?

Directement sur une plaque de fonte.

Avec la même logique d'échappement que pour cette cheminée de locomotive!

Connaissez-vous Albert Dubout?
Connaissez-vous Albert Dubout?

Les dessins de Dubout, moi, j'adore.

Et sa logique déjantée, j'en redemande!

Le petit train de Palavas

Le petit train de Palavas

Je me remémore avec bonheur l'année 2002, où je me rendis à Palavas les Flots pour visiter le musée qui lui est dédié.

 

 

Promenade en bateau dans les canaux de Palavas. Baissez la tête!

Promenade en bateau dans les canaux de Palavas. Baissez la tête!

Où avant même d'y pénétrer, on est mis dans m'ambiance.

Avec des lampadaires "rafistolés" logique "Dubout"
Avec des lampadaires "rafistolés" logique "Dubout"

Avec des lampadaires "rafistolés" logique "Dubout"

Ce fut aussi l'occasion pour moi d'acquérir un ouvrage, que je compulse de temps à autre.

Ouvrage qui se trouve juste à côté des deux volumes "Gargantua et Pantagruel"... écrits par un certain François Rabelais, un autre de mes "dadas", deux gros bouquins  illustrés par... Albert Dubout bien sûr...

 

 

 

Connaissez-vous Albert Dubout?
Coucou!

Coucou!

Vivez en joie!

 

http://www.dubout.fr/

Connaissez-vous Albert Dubout?
Lire la suite

Les arbres, si divers...

21 Avril 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale, #photos, #Billet d'humeur, #Tranches de vie, #VTT

En ce jour ayant débuté par une gelée fort nuisible au niveau des arbres fruitiers, j'ai enfourché mon VTT en pensant à eux.

Certes, le long du parcours que j'avais décidé d'emprunter, je savais que je ne trouverais pas forcément toutes sortes d'essences...  Mais c'était à ma manière une sorte d'hommage que je voulais leur rendre à tous...

Y compris par le premier trouvé sur mon chemin... Sec, sec, sec...

Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...

Un peu plus loin, ce drôle de tronc auquel on ne comprend pas grand'chose.

Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...

Et puis je pénètre dans Mézangers, à l'endroit précis où j'ai crevé l'autre jour..

Les arbres, si divers...

Près de l'étang, je m'arrête pour refaire le plein de mon bidon, puis je longe la jetée... Pour admirer de petits arbres isolés sur leur île.

Les arbres, si divers...

Je m'enfonce ensuite dans une végétation plus dense, pour y trouver, là encore, des troncs curieux...  Parallèles, ou traumatisés.

Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...

Dans certains cas, il ne reste que des vestiges... troncs carrément sciés à la base suite à la terrible tempête dont a été victime la forêt.

Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...

Continuant sur cette longue allée, je découvre encore des bizarreries...

Les arbres, si divers...

Encore, et encore... des trucs tarabiscotés...

Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...

Et puis au coeur d'une cépée, je m'amuse à me "selfier"... bien que dans l'ombre, et les pieds au fond du tronc!

Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...

J'arrive enfin sur le parking, où gisent d'innombrables troncs que les bûcherons ont amassé là, afin sans doute de les acheminer plus tard vers les scieries. Voire au broyage...

Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...

Certains résineux montrent encore leurs plaies non cicatrisées, et continuent de saigner leur résine...

Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...

Récupérant la route goudronnée, je file alors vers le manoir de la Grande Coudrière, où, juste en face l'allée... se dressent des troncs alignés comme à la parade.

Les arbres, si divers...

Quelques arbres encore, 

Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...

J'arrive enfin à Hambers, où m'accueille le coquet plan d'eau fréquenté par de nombreux pêcheurs...

Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...
Les arbres, si divers...

Une halte pour refaire le plein du bidon, me désaltérer, et emprunter la route qui me ramènera chez moi.

 

Parcours de 32km, effectué "gentiment" en puisant dans la batterie lorsque mes jambes gourdes ont du mal à traîner la masse de ce VTT avec ses 21 kilos.

Je n'ai tout de même pas été trop gourmand puisque je n'ai perdu qu'une barre sur 5; c'était  au 23ème kilomètre.

 

Et voilà.

 

.

Les arbres, si divers...

Cela faisait longtemps que j'avais envie de prendre des clichés sur le thème des arbres, témoins de mes passages, et que j'avais déjà remarqués pour leurs allures parfois bizarres.

J'ai donc aujourd'hui rempli ma mission... jusqu'à la prochaine sortie, dont je n'ai pas encore arrêté le sujet!

Lire la suite

Ce Béluga, quel drôle d'avion!

14 Avril 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Billet d'humeur, #Tranches de vie

Mercredi 12 avril... c'est la saint Jules.  Mais aucun rapport avec ce qui va suivre! Et toc.

En fait, je suis assis sur mon banc devant la maison, et je prends ma dose de soleil. Quand, levant le nez vers les nuages (totalement absents ce jour-là!), j'aperçois quelques traînées blanches  sillonnant le ciel.

Et sur ma gauche... un avion filant vers le Sud-Ouest... apparemment volant à une altitude nettement inférieure à celle de ses congénères...

Et puis cette forme bizarre... un fuselage qui semble d'une hauteur supérieure à la normale...

Dans ma petite tête de "spotter", une idée germe immédiatement: "Ne serait-ce pas un...?"

Je me rentre bien vite afin d'aller consulter sur mon ordinateur un site que j'affectionne particulièrement. 

https://www.flightradar24.com/

Et là, bingo: il s'agit bien d'un Béluga.

Passant très légèrement à l'Est de Bais, volant à environ à 7000 mètres d'altitude.

Appareil aux formes facilement reconnaissables, avec un fuselage très haut sur lequel le soleil se reflète fort bien.

Le Béluga N°3

Le Béluga N°3

Capture d'écran lors du passage de ce Béluga dans les environs de Bais

Capture d'écran lors du passage de ce Béluga dans les environs de Bais

"Mon" Beluga  N° 3 vient donc de Hambourg et il se rend à Saint Nazaire.

Que transporte-t-il?

Si j'en crois les renseignements glanés ici et là, son ventre doit contenir un fuselage d'Airbus.

http://www.airbus.com/aircraftfamilies/freighter/beluga/

 

En effet, les différents éléments constituant ces avions  sont construits un peu partout en Europe, pour être  rapatriés finalement sur le site d'assemblage.

Si le coeur vous en dit, vous pourrez aller consulter cette page qui  vous détaillera l'aventure "Béluga"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Airbus_A300-600ST

 

 

 

Ce Béluga, quel drôle d'avion!

Vous pourrez également reproduire le vol de "mon" Béluga ce 12 avril en cliquant ici:

https://www.flightradar24.com/data/aircraft/f-gstc#d0a1662

 

Plaisir futile qui fut le mien ce jour-là...

Plaisir  gratuit de savoir que, dans le ciel au-dessus de ma tête,  passe un des maillons de l'aventure aéronautique.

 

 

PS: j'évoquais un jour avec une personne le fameux site flight radar, et je disais tout mon contentement d'observer la carte et d'identifier les avions qui sillonnaient le ciel au-dessus de Bais.  Ou d'ailleurs...

Quelle ne fut pas ma surprise de l'entendre dire:

"Bof! Je trouve ça d'un niaiserie sans nom..."

Inutile de vous dire que notre conversation fut très rapidement close!

 

 

 

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>