Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur /  Géocaching / Modélisme / Années 50

En Harley Davidson...

31 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

La célèbre BB ne chantait-elle pas: 

"Je n'reconnais plus personn'... 

en Harley Davidson."

 
Alors que j'étais en train de faire évoluer un planeur juste à côté de la chapelle du Montaigu, j'ai entendu monter des motos... au bruit moteur très caractéristique.
Et comme je savais qu'Evron accueillait un rassemblement de Davidsoniens...
 
En Harley Davidson...

Ils m'ont rejoint tout là-haut à pied.

Nous avons discuté...
Nous sommes redescendus au parking ensemble...
 
Et avant qu'ils ne quittent les lieux, j'ai réalisé quelques clichés.
Faut dire qu'ils se sont prêtés au jeu.
 
"On pourrait récupérer les photos?
- Je vais vous donner ma carte de visite, vous m'enverrez un mail... et je vous retournerai tout ça en pièce jointe!
- Ok"
Comme à la parade!

Comme à la parade!

 

C'est alors que, avisant la 4CV Renault qui orne mon document, l'un des motards me dit:

"Ah, la 4CV, ça été ma première bagnole... Je lui ai changé plusieurs fois le moteur. Faut dire que j'avais tendance à lui tirer un peu trop dessus.  Jusqu'au jour où je lui ai greffé un moteur de 4L...
- Et alors ? ont demandé ses compagnons... fort intéressés par les résultats de cette  migration mécanique.
- Ben une réussite totale!(sic) Parce que le moteur tournait à l'envers. J'avais donc 3 vitesses en marche arrière et une seule en marche avant. Pas vraiment très pratique, vous en conviendrez. J'ai laissé tomber!"
 
Propos qui ont déclenché  l'hilarité générale!!!
 
Voilà donc pour le compte-rendu d'une brève rencontre fort sympathique.
Merci à eux!
Et aussi à elles, car figuraient également dans le groupe des motardes aux chromes rutilants!
Contrairement à Georges Bizet, moi, j'ai vu une Harleysienne!
Contrairement à Georges Bizet, moi, j'ai vu une Harleysienne!

Contrairement à Georges Bizet, moi, j'ai vu une Harleysienne!

Lire la suite

Je vous ai conquis!

31 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Veuillez me pardonner  de paraphraser le Grand Charles  lorsqu'il s'était exprimé:

"Je vous ai compris"...

Car ce matin, dans mon quotidien préféré, et à propos du phénomène Pokémon Go, qui envahit les villes, mais qui ne m'a pas encore conquis... j'ai trouvé:

Le phénomène grossit et ... conquiert les villes!

Le phénomène grossit et ... conquiert les villes!

Conquis, conquit, con qui?

Pas moi, dit le dindon...
Parce que le verbe conquérir est classé dans le troisième groupe, et que dans une phrase rédigée au présent de l'indicatif, il se décline sous la forme "conquiert"
La preuve ici:
"Il conquiert les villes... et les campagnes?" , questionna  le rat des champs!

"Il conquiert les villes... et les campagnes?" , questionna le rat des champs!

Et au passé simple, vous nous conquîtes (en un seul mot!!!)Emoji
Allez, je vous quitte!

 

Mais  avant de vous "conquitter", j'aimerais vous  dire que si des gens sont en mesure de conquérir les Pokémons (ou de simplement les quérir),  il reste encore de la place pour toutes celles et tous ceux qui veulent maîtriser, voire  conquérir la conjugaison française!
 
Vous ai-je dès lors conquis?
 
 
 
Bernard Munoz, el conquistador!Emoji
Lire la suite

Au bon vieux temps des ateliers modélisme

30 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Modélisme

Il y a quelque temps déjà, je reçois un appel téléphonique d'un jeune homme qui me dit:
"Je m'appelle Pascal N... J'ai été votre élève...
- Oui,oui, je me souviens.
- Je parle souvent de vous à mes enfants... et nous aimerions vous rencontrer...
- Ok!"
 
La 1ère rencontre s'effectue alors que je suis au Montaigu où je fais évoluer mon motoplaneur Solius.
Je regrette de ne pas avoir pris une  caméra, qui aurait pu filmer tout ce petit monde au sol.
Mais rendez-vous est pris pour une autre séance.
C'était hier.
Sauf que la météo trop venteuse ne permet pas de faire évoluer sereinement un modèle.
Tout va donc se dérouler dans mon atelier.
La gamine  (qui entre au CM2 en septembre)  n'a pas assez de ses deux yeux pour tout voir.
Et les questions fusent.
Elle me montre le livret que lui a offert son père à propos de la découverte du Géocaching... via mon blog!
Elle me dit avoir fait un exposé sur cette activité à l'école, et que sa maîtresse semble avoir été très intéressée, tout autant que les autres élèves...
 
Et puis le père intervient pour expliquer: la construction des planeurs dans ma classe, avec une pédagogie particulière.
Il cite avec gourmandise les noms des différents éléments d'un planeur de vol libre.
Me rappelle que je proposais trois types de modèles différents pour la construction:
-  le D-Un
- l'Aiglette
- L'Isba (conception personnelle au profil Jedelsky)
Le planeur Isba, tout en bois, facile à réparer.

Le planeur Isba, tout en bois, facile à réparer.

Détaille un peu ce dernier modèle tout en bois, sans entoilage, rustique,  pouvant affronter les haies de notre bocage sans être percé comme une passoire.
Je lui  demande alors s'il sait pourquoi j'avais nommé ce planeur Isba.
"Ben c'est le nom des maisons tout en bois que l'on trouve du côté de la Russie...
- Oui, mais c'est aussi l'anagramme de notre village, Bais!
- Ah, ben j'en apprends encore!."
 
Et au fil de la conversation, je comprends que...
Je m'en vais alors fouiner dans mes étagères, et j'en sors une boîte complète de D-Un.
Je l'ouvre.
Un kit de D-Un... collector!

Un kit de D-Un... collector!

Ses yeux s'écarquillent.
"Si tu le souhaites, elle est à toi!
- Non?
- Si, si... tu peux l'emmener.
- Euh, ben... je ne sais comment dire... Vous pouvez pas savoir..."
 
Et la gamine d'ajouter:
"Chouette, papa, on va le construire, et puis on le fera voler, hein?
- Ok, dit le père, faudra aussi qu'on achète de l'enduit cellulosique, et puis de la mèche d'amadou.
- C'est quoi, ça, l'amadou?
- C'est un petit bout de mèche qu'on allumait  à l'arrière du modèle pour qu'il grille un élastique, suite à quoi le planeur redescendait obligatoirement s'il était pris dans une grosse ascendance..."
 
Et la conversation va bon train entre le père et la fille.
Moi, j'assiste au spectacle, fort amusé.
Et le père de poursuivre:
"On tirait ça comme un cerf-volant avec un câble de trente mètres, et le chronométreur inscrivait 60 pour un maxi... Cinq vols possibles, on retenait les 3 meilleurs temps... On faisait un classement par équipes, que Bais remportait très souvent."
Et de me rapporter aussi quelques anecdotes liées à ces fameux concours de vol libre.
Bref, nous étions revenus au bon vieux temps des rencontres du CLAP 53.
 
Mais le temps passait, vite, très vite, et il fallait qu'ils repartent.
La gamine a toutefois voulu savoir plus précisément ce qu'était un objet voyageur de Géocaching.  J'ai expliqué, elle m'a demandé si on pouvait voir la carte de l'itinéraire effectué par le mien...

 

Et puis on a promis de se revoir plus tard... ou de communiquer à propos de la construction du fameux D-Un.
Dont on a examiné le plan, la notice de construction... oeuvre du talentueux Gérard Pierre-Bès, que je devais retrouver quelques années plus tard lorsqu'il illustra mes histoires dans la revue MRA. Et avec lequel j'échange encore!
    
 

 

La notice de GéPéBé  (Gérard Pièrre-Bès)

La notice de GéPéBé (Gérard Pièrre-Bès)

"A ce propos, me dit Pascal, j'ai commandé vos deux bouquins, que je viendrai vous demander de dédicacer prochainement!
- Très volontiers!"
 
Ah, j'ai oublié de mentionner un détail.
Lorsqu'ils sont arrivés tous les deux, ils m'ont offert une bouteille de bière artisanale... breuvage fabriqué par leurs propres  soins.
Et en plus, c'est de la rousse, celle que je préfère.

 

Au bon vieux temps des ateliers modélisme
Voilà pour aujourd'hui.
Avouez que des rencontres comme celle-là, seul le métier d'enseignant peut  sans doute les générer.
Quel bonheur!

 

Lire la suite

Quand je retrouve mon VTT... avec le bonheur en prime!

27 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #VTT, #Photo et poésie, #Billet d'humeur

Ah, sacré VTT!

Lui dont la roue avant s'est sauvagement dérobée sur une plaque de verglas en ce funeste 13 janvier 2016...

Avec pour conséquences un bras endommagé et une situation virant vers une capsulite rétractile.

J'avais pourtant essayé une première fois en février de remonter sur ma bécane...

Mais le déplaisir était vraiment trop grand.

J'avais remis ça en avril... avec une conclusion tout aussi négative.

Ce fichu bras gauche n'étant pas en mesure de suivre le mouvement.

 

Et depuis, rien... fichtre rien.

Parfois l'envie de remonter en selle... mais...

 

Alors?

Ben j'ai raté la période des colzas, avec les champs tout jaunes.

J'ai raté les cerises sauvages, dont je me gavais lorsqu'elles s'offraient à moi.

J'ai raté les digitales aux fières hampes.

J'ai raté l'odeur des foins.

J'ai raté...

 

Et juillet s'achevait.  Tranquillement.

Il s'était écoulé environ 6 mois depuis ma chute.

 

Mais ce matin... je me suis dit que la situation s'était améliorée, et qu'il était peut-être envisageable d'effectuer un test.

Alors j'ai examiné mon VTT, qui porte encore les griffures de sa "gamelle".

J'ai vérifié la pression des pneus.

J'ai repris mon sac à dos dans lequel j'ai enfourné mes ustensiles habituels...

Et puis je suis parti en direction d'Hambers.

Vent de face! C'était bien ma chance.

Mais j'ai puisé dans l'assistance électrique.  Un peu plus que d'habitude.

Arrivé à Hambers, je me suis installé à une table du plan d'eau, j'ai admiré, j'ai réhydraté la machine.

Et j'ai tenté l'ascension du Montaigu.

Au parking, j'ai longuement admiré le paysage.

Sans oublier d 'envoyer un selfie à ma fratrie!

Au parking du Montaigu

Au parking du Montaigu

Et puis, soyons fou (*)! Je suis monté jusqu'à la chapelle.

Là encore, un petit clic... pour le plaisir!

Près de la chapelle St Michel. Avec la plaine d'Evron en toile de fond...
Près de la chapelle St Michel. Avec la plaine d'Evron en toile de fond...

Près de la chapelle St Michel. Avec la plaine d'Evron en toile de fond...

Longue halte... avec le regard qui porte loin...

Mais il faut songer à redescendre.

Et là, je tente d'emprunter le petit chemin qui passe au pied de la butte.

Dans ce qui ressemble à un boyau de verdure, les chatons de châtaigniers  jonchent parfois le sol tout en dégageant une suave odeur de miel...

Dommage que je ne puisse vous transmettre l'odeur de miel...
Dommage que je ne puisse vous transmettre l'odeur de miel...
Dommage que je ne puisse vous transmettre l'odeur de miel...

Dommage que je ne puisse vous transmettre l'odeur de miel...

Mais le revêtement n'est pas assez régulier... et mon bras n'apprécie que moyennement.

C'est pourquoi, arrivé au carrefour des Pommiers,  je décide sagement de reprendre le goudron.

Je perdrai une barre de la charge batterie aux alentours du 15ème kilomètre.  Ce qui veut dire que j'ai davantage puisé dans l'aide par rapport à mon habitude.

Mais faut pas casser "la mécanique" pour une reprise trop "sauvage", n'est-ce pas?

Et la descente vers Bais se fera gentiment.

 

Le parcours du jour... presque 17 km pour une "reprise" (double clic pour afficher l'image en plus grand)

Le parcours du jour... presque 17 km pour une "reprise" (double clic pour afficher l'image en plus grand)

Tout  en effectuant mon parcours, je me suis souvent posé cette question apparemment anodine:

"Au fait... C'est quoi, le bonheur?"

 

Avec cette réponse,  qui vaut ce qu'elle vaut, banale sans doute:

Parce que,  si les moments que j'étais en train de vivre avec  la renaissance de mon activité vététesque, ce n'était  pas forcément du bonheur, il me semblait pourtant que ce devait en être  proche...

Très proche!

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En guise de Post-Sciptum: les jours qui ont suivi ont été nettement moins joyeux. Car il m'a fallu "un certain temps" avant de récupérer.  On dira donc que la machine humaine n'était pas encore tout à fait au point!

Lire la suite

Une araignée "Bernard l'hermite"

19 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale, #Photo et poésie

Hier soir, alors que la chaleur avait plombé nos activités, je prenais tranquillement le frais sur ma terrasse.

Quand mon regard fut attiré par une minuscule tache bizarre.

 

Sur l'enduit gratté du mur ponctué de petits cailloux plus foncés, un drôle de "petit caillou"...

En m'approchant un peu, je vis comme de fines pattes qui dépassaient.

 

 

Une araignée "Bernard l'hermite"

Ma première impression fut de me dire:

"Tiens, une araignée qui se prend pour un "bernard l'hermite".

Sauf que la coquille utilisée est nettement plus encombrante puisqu'il s'agit de la maison entière.

 

Vite, l'appareil photo... réglage en mode macro... et clic!

 

 

Le trou  ne fait que quelques millimètres de diamètre...

Le trou ne fait que quelques millimètres de diamètre...

Je prends ensuite une brindille afin de titiller la bestiole, qui finit par sortir de son trou, se laisse glisser le long d'un filin, et se met à courir sur le béton de la terrasse.

Là, mon appareil photo est carrément pris en défaut, puisque le mode macro était devenu inutile...

 

La bestiole s'en est allée...

Je ne sais où.

 

Mais au matin, je me suis collé sur Internet, où j'ai fini par trouver quelques renseignements.

Il s'agirait d'une Segestria florentina...

De plus amples renseignements sur ce site:

http://www.dipode-vie.net/arachnides/Segestriidae/Segestria/florentina.html

Où l'on nous explique:

"Segestria florentina est une grosse araignée noire bien connue chez nous qui niche dans les trous des murs en se construisant une retraite tubulaire dans laquelle elle se tient les 3 premières paires de pattes dirigées vers l'avant." 

 

Etonnant monde des insectes... n'est-il pas?

 

Lire la suite

Jolies trémières...

18 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Photo et poésie, #Scènes de la vie rurale

Je ne vous apprendrai sans doute rien en vous disant à quel point je tombe sous le charme de ces roses trémières.

Les rares plantes que mes "pouces pas verts du tout" sont en mesure de faire pousser!

 

Depuis quelques jours déjà, celles qui se trouvent juste au pied du mur de clôture se montrent pimpantes.

D'une élégance raffinée.

Altières...

 

Et comme elles se comportent comme des demoiselles parfaitement coquettes, elles se plaisent à jouer avec les rayons du soleil.

Comme des miss soucieuses de leur aspect séducteur!

Alors, je me suis dit que, à travers ces quelques clichés, mon plaisir pourrait être partagé.

 

Pour le simple plaisir des yeux...

Jolies trémières...
Jolies trémières...
Jolies trémières...
Jolies trémières...
Jolies trémières...
Jolies trémières...
Jolies trémières...

Et puis une petite butineuse est arrivée, se roulant littéralement dans le pollen...

Jolies trémières...
Jolies trémières...
Jolies trémières...
Jolies trémières...
Lire la suite

Retransmission vidéo

14 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Modélisme, #Photo et poésie, #Bidouilles en tout genre

En ce 14 juillet, je me suis fait ma propre fête nationale.

A savoir que je me suis offert un "défilé aérien" pour moi tout seul.

J'ai embarqué mon Solius vers le Montaigu; sur le dos,  je lui ai installé une caméra Möbius raccordée à un mini-émetteur.

Sur la plage arrière de la voiture, j'ai délicatement posé la partie réception... à l'ombre. Pour éviter les reflets.

Ecran de contrôle posé à l'ombre sur la plage arrière de ma voiture... et à hauteur des yeux pour ne pas risquer de perdre de vue le planeur.

Ecran de contrôle posé à l'ombre sur la plage arrière de ma voiture... et à hauteur des yeux pour ne pas risquer de perdre de vue le planeur.

Et après avoir effectué une minutieuse visite "pré-vol" (tout comme en aviation grandeur) j'ai propulsé mon "drone"* à l'assaut des nuages.

Un coup d'oeil de temps à autre vers l'écran de contrôle.

Une oreille tendue vers l'émetteur Taranis qui me donne à la fois le temps de vol et l'altitude...

 

 

Vue sur la chapelle Saint Michel

Vue sur la chapelle Saint Michel

Et puis un petit passage basse altitude  afin d'exécuter une vidéo-selfie...

Souriez, vous êtes filmé...

Souriez, vous êtes filmé...

Quelques petites cabrioles telles que loopings, tonneau ou  vol dos...

En vol dos, la tête en bas...

En vol dos, la tête en bas...

Un atterrissage, un redécollage...

Et j'accumule ainsi de nombreuses minutes de vol... venant s'ajouter à ce que mes copains de club jugent comme étant  un carnet de vol au total sans doute impressionnant. Pensez, depuis plusieurs décennies que je tripatouille les manches!

Approche, puis atterrissage...
Approche, puis atterrissage...

Approche, puis atterrissage...

Et puis l'écran de contrôle qui affiche soudain "pas de réception".

Ah dommage...

 

Mais d'où cela peut-il provenir?

Il aura fallu que je rentre à la maison pour m'apercevoir que j'avais oublié de vider la carte SD de la caméra... et que cette dernière était forcément  pleine!

 

Bref... cela n'a pas entamé du tout mon plaisir.

Depuis le temps que, pour d'innombrables raisons,  je ne m'étais pas livré à ce jeu!!!

 

 

Tous les éléments du jeu: partie réception à gauche, l'émetteur Taranis qui "cause",  et mon fidèle planeur Solius Multiplex avec  la caméra sur son socle "émission"

Tous les éléments du jeu: partie réception à gauche, l'émetteur Taranis qui "cause", et mon fidèle planeur Solius Multiplex avec la caméra sur son socle "émission"

La partie réception avec  son antenne "dôme" et son écran de contrôle.

La partie réception avec son antenne "dôme" et son écran de contrôle.

"drone"*... c'est quoi?

Dans l'imagerie populaire, un drone est un engin équipé de plusieurs hélices tournant dans un plan horizontal.

 

 

 

Un "drone" tel que l'imaginent les gens.

Un "drone" tel que l'imaginent les gens.

 

Sauf que normalement, pour certains, dont les militaires, un drone est un aéronef sans pilote à bord, chargé d'effectuer un travail aérien. Cela peut s'avérer être de la photographie, de la reconnaissance... mais également des choses nettements moins pacifiques.

Dans le cas de la photo aérienne que je pratique depuis plusieurs lustres, je me trouve dans la situation de monsieur Jourdain: j'ai donc fait du drone sans le savoir!

Etonnant, non?

Lire la suite

De Bais vers la Mer Noire à vélo

14 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #VTT, #Photo et poésie

Figurez-vous que ce matin, j'avais dans ma messagerie une bien curieuse nouvelle.

Ben ouais... A Bais vivent des gens sans doute un peu spéciaux.

Des qui  rêvent...

Des qui font voler...

Des qui s'extasient devant une petite fleur...

Et aussi des qui pédalent.

 

Mais rassurez-vous, aujourd'hui ce n'est pas  moi qui suis sur la sellette,  d'autant plus que mon VTT électro est au chômage pour un certain temps... because méforme physique et médicale que j'espère voir s'estomper rapidement... Mais avec cette injonction de mon toubib, comment voulez-vous que je fasse?: "Monsieur Munoz, je ne veux pas vous voir sur votre, vélo, hein? C'est bien compris?"

 

Là, il s'agit de deux  "dangereux récidivistes", qui ont à leur compteur des km et des km, à pied...et aussi à vélo.

Mais pas des vélos comme ceux de  tout le monde.

Ces deux-là se nomment Béatrice et Dominique.

Dominique, qui figura dans la première cohorte d'élèves qui me fut confiée lorsque je débarquai à Bais en 1966.

 

Comme le temps passe.

 

Et après avoir "fait" le cap Nord  en 2010, ce couple de baroudeurs a changé de direction pour pointer cette fois vers l'Est. 

 

Alors si le coeur vous en dit, faites un détour vers le fabuleux carnet de route qu'entretient avec détails et beaucoup d'humour notre amie Béatrice; cela vous permettra également de leur envoyer un petit signe d'encouragement!

 

http://www.bais-mer-noire.fr/

Lire la suite

Géocaching: centième cache!

9 Juillet 2016 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #geocaching

Au soir du 8 juillet 2016...  la 100ème découverte!

Au soir du 8 juillet 2016... la 100ème découverte!

Ce vendredi 08 juillet, il faisait beau et chaud (contrepèterie belge!)

J'aurais volontiers enfourché mon VTT électrique...mais mon toubib m'a actuellement mis sur le banc des remplaçants pour méforme (temporaire, je l'espère!).

Alors je suis parti faire du Géocaching.

Avec un "challenge" un peu fou: atteindre la 100ème cache découverte.  Cela voulait dire qu'il m'en fallait  10 afin de compléter mon score...

Et comme j'avais encore quelque potentiel  du côté de Saint Loup du Gast et Ambrières, c'est ce coin charmant de Mayenne qui a été mon terrain de chasse du jour.

Au passage, avant d'adresser un carton rouge à tous ceux qui font la sourde oreille (dont je tairais les noms),  je voudrais remercier grandement certains membres qui, eux,  sont très réactifs, qui n'hésitent pas à répondre promptement à une question, une demande d'aide, une opération de maintenance signalée... Salut Pirates53  ou GRV53 entre autres!

Il en va donc ainsi dans le petit monde du géocaching,  tout comme dans le reste de la société.

Que dire de plus?

Que, au cours de mes recherches,  je me suis bien amusé, je me suis également bien piqué aux orties et aux ronces qui sont en ce moment les reines de la végétation, et que je me suis parfois posé de nombreuses questions... quant à la fiabilité des données GPS.

Je voudrais donc  maudire les facéties de mon GPS ou du réseau Internet dont la couverture est bien souvent aléatoire dans les coins reculés de notre bocage...

Ce qui implique parfois d'importants égarements de ma part, m'obligeant à abandonner, rentrer à la maison afin de  consulter confortablement sur le Net les renseignements par rapport aux caches ratées, et revenir plus tard en étant mieux armé... 

 

 

 

Heureux, le gars!

Heureux, le gars!

Il est d'ailleurs souvent une question à laquelle j'aimerais pouvoir apporter une réponse: quelles sont les motivations de certains géocacheurs lorsqu'ils décident de placer une boîte?

J'avoue que lorsqu'il faut escalader un talus abrupt, glissant, (voire carrément dangereux)...afin de dénicher une petite boîte camouflée comme un militaire en campagne, alors que l'environnement n'a rien de follichon...

Ou bien au fin fond d'un bois où, même la photo indice fournie est d'un apparente inutilité...

Ou encore dans une haie remplie de détritus...

Mais il s'agit d'un jeu, et il faut savoir "perdre"! Evidemment.

 

Une cache découverte, parmi tant d'autres.

Une cache découverte, parmi tant d'autres.

Autre question, face aux scores annoncés par certains... 1.000, 5.000 voire 10.000 caches débusquées!!! ERT même encore davantage!

En me rendant sur le site d'un de ces champions, je découvre qu'il s'est inscrit en 2008, qu'il totalise 5.400 caches, soit environ 600 par an... et qu'au cours du mois de mai 2012, il a scoré 540 fois...  Dix-huit découvertes en moyenne par jour!!!  Ebourrifant.

Ce même joueur a déposé plus de 140 "boîtes"...  Je me pose sincèrement la question de savoir s'il effectue la maintenance régulière de son "patrimoine"!

Et il ya nettement plus fort ...  voir ci-dessous.

M'enfin...

Géocaching: centième cache!

Tout aussi intéressante à mon goût est l'activité "Travel Bug"   TB en anglais. A savoir les objets voyageurs!

Pour ma part, j'en ai acheté un, avec son numéro matricule propre, et je l'ai inséré dans une boîte.

Et puis j'ai suivi son périple: la Savoie, où il a connu beaucoup d'endroits. Et c'est pour moi l'occasion de remercier les géocacheurs qui promènenet votre TB de  cache en cache, vous adressent une photo souvenir de votre objet avec le panorama en arrière-plan.

Voyage par procuration fort plaisant.

Où est donc actuellement mon TB? Après avoir séjourné au Nord des Alpes, puis opté pour le Sud vers Collioure, il est aujourd'hui  entre les mains d'un Néerlandais  (Pseudo N2kill habitant Engelen)  qui m'a promis de le remettre en route très rapidement!

Mon TB en Savoie... avec de la glace!

Mon TB en Savoie... avec de la glace!

Mon modeste score ne m'autorise sans doute pas à pérorer plus longuement.

Tiens, à ce propos: comment font ceux qui affichent plus de 5000 caches découvertes? Là... j'ai pas tout compris!

Ou alors ils font partie d'une équipe et cumulent leurs découvertes à plusieurs...

 

Mais c'est pas le score qui m'intéresse.

Il n'est rien face au plaisir que procure cette chasse aux trésors.

 

 

 

 

Centième cache trouvée. A la base de Vaux près Ambrières (à  côté de la piscine) Tchin tchin!
Centième cache trouvée. A la base de Vaux près Ambrières (à  côté de la piscine) Tchin tchin!

Centième cache trouvée. A la base de Vaux près Ambrières (à côté de la piscine) Tchin tchin!

Et comme je vous l'ai annoncé en préambule, c'était hier ma 100ème découverte.

Et cela méritait d'être arrosé!  N'est-ce pas?

Géocaching: centième cache!
Lire la suite