Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur /  Géocaching / Modélisme / Années 50

eoliennes

Les vertus du calcul mental

8 Juillet 2022 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Eoliennes, #Chroniques d'un instituteur original

Les vertus du calcul mental
Les vertus du calcul mental

Jeudi 7 juillet 2022.

Sans doute parce que j'avais réalisé des clichés "intéressants" lorsqu'il avait fallu faire passer les pales des éoliennes Vestas V 150 au-dessus de la voie ferrée à Conlie...

 

 

 

C'est peut-être la raison pour laquelle j'ai reçu une invitation à l'occasion de l'inauguration de ce parc.

Sur le terrain, la conversation s'engage à propos de ces machines aux dimensions peu communes.

Lorsqu'un de mes voisins demande:

"La surface balayée par les pales, ça fait combien? Et par rapport à un terrain de foot?

Les vertus du calcul mental
Les vertus du calcul mental

Spontanément, j'embraie avec cette réponse:

"Ben c'est pas compliqué, sachant qu'une pale mesure 75 mètres, ce qui correspond au rayon.  La formule pour calculer la surface d'un disque, c'est Rayon*Rayon*3.14

A savoir, 75*75*3.14

Et pour calculer le carré d'un multiple de 5, il suffit de prendre le chiffre des dizaines, le multiplier par son suivant, puis  coller 25 à la fin...

Dans notre cas 7 fois 8= 56  On obtient  donc en un premier temps  5.625.

Que j'arrondis à 6.000 et que je multiplie par  3 pour que ce soit plus simple... A la louche, ça fait donc approximativement 18.000m²

Sachant qu'un terrain de foot c'est environ un hectare soit 10.000m²,  la surface balayée équivaut à presque 2 terrains."

Le type me regarde avec un drôle d'air, se demandant d'où sort ce zombie en face de lui. Qui manipule les nombres avec une telle aisance.

 

Et il finit par me poser la question fatidique: "Mais... vous faisiez quoi comme boulot?"

"Ben j'étais instit', chargé d'une classe de CM2... Et j'enseignais tout simplement les rudiments du calcul mental."

Il est resté coi...

Ce qui me remet en mémoire une réflexion de mon petit fils qui me dit un jour:

"Dis-donc, Papy, pourquoi tu calcules aussi vite?"

Et moi de répondre: "Bah... tu sais depuis que j'ai quitté l'école, j'ai pourtant tout oublié..."

Et le gamin de me renvoyer malicieusement:

"Han... c'est malin! T'as été maître! Ces trucs-là, ça s'oublie pas."

Il avait sans doute raison!!!

PS:  revenu à la maison, j'ai utilisé une calculette, qui m'a fourni...17.662,5    Comme quoi mon approximation était loin d'être ridicule!😀

Lire la suite

Quand mon SkySurfer survole la chapelle de Montaigu

8 Janvier 2021 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Modélisme, #photos, #Eoliennes

La nuit a été froide, très froide...

Et la météo annonce un ciel dégagé au moins pour la matinée. Avec un vent quasi nul!

Qu'à cela ne tienne... Il suffit de bien se couvrir... et dans la mesure où il est encore dans l'ombre, d'aller jouer non pas côté Nord comme je le fais si souvent, mais sur la façade Ouest,  pour décoller à partir de la prairie qui se trouve  en contrebas dans l'axe de la chapelle.

Sortie du modèle... (Les bovidés ne sont pas encore le museau collé à la clôture, ils n'arriveront qu'à la fin de mes vols! J'ai beau être d'origine espagnole, je ne me sens pas l'âme d'un torero!)

Quand mon SkySurfer survole la chapelle de Montaigu

Visite pré-vol... Obligatoire en aviation grandeur... Et pas inutile en modèle réduit.  Puis mise en route de la caméra installée sur le dos... Vous aurez remarqué que je lui ai fabriqué un "joli" carénage aérodynamique à l'aide d'une imprimante 3D. Pièce gruyérée de petits trous afin que je puisse appuyer sur les boutons et visionner les voyants lumineux sans avoir à tout démonter.

Quand mon SkySurfer survole la chapelle de Montaigu

Et hop, c'est parti!

Toutes les 10 secondes, la télémétrie annonce l'altitude via le haut parleur installé dans l'émetteur.  Je ne dépasserai jamais 120 mètres/sol.

Un passage bas pour les besoins d'un petit selfie... avec l'ombre  du modèle se projetant au sol.

 

Quand mon SkySurfer survole la chapelle de Montaigu

Mais ça, je ne saurai si c'est réussi qu'après être redescendu à Bais pour  visionner les 4 vidéos réalisées ce jour.

Sur certaines images, vous apercevrez pile dans l'axe le capot vert transparent du motoplaneur... et sur d'autres, il se trouve sur la droite, dans la mesure où après l'atterrissage j'ai légèrement fait pivoter la petite Moebius. Caméra toujours aussi étonnante par la qualité des clichés qu'on peut  en extraire. (Logiciel VLC Media Player... Video...  Ralentir le débit du film avec la touche "moins" du pavé numérique... et Faire une capture d'écran)

 

J'avais donc environ 15 minutes de film... J'en ai "tiré" 31 captures... allégées en Mo, et j'ai encore fait du tri pour ne conserver que  ce qui me semblait  intéressant.

Voici donc ma sélection.

Tout au fond, l'antenne du mont Rochard.

Tout au fond, l'antenne du mont Rochard.

Le village de Montaigu, comme transi de froid.

Le village de Montaigu, comme transi de froid.

La chapelle Saint Michel sous le soleil.

La chapelle Saint Michel sous le soleil.

Hambers, sous une couche de brume.

Hambers, sous une couche de brume.

Et sur la droite, la bourgade de Bais où je réside...

Et sur la droite, la bourgade de Bais où je réside...

Voici donc le résultat de mes tribulations matinales, en espérant que ces clichés vous seront agréables.

Lire la suite

Pour une poignée de givre

2 Janvier 2021 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes, #photos

Samedi 02 janvier 2021...

Le soleil pointe à peine le bout de son nez dans un ciel limpide.... et le thermomètre oscille entre -5 et -6°.

Je me couvre chaudement, et je pars avec mon Sony "sous le bras".

Un premier arrêt sur la côte de la Beslière...  Pour savourer les couleurs rosées.

Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre

Puis je file vers le Montaigu... où j'arrive un peu trop tard, puisque l'astre est déjà passé au-dessus de l'horizon. Tant pis... On fera avec...

Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre

Au loin se profile le mont Rochard avec sa grande antenne..

Pour une poignée de givre

Mais la plaine d'Evron est "ensuquée" dans une sorte de brume tenace.

Pour une poignée de givre

Je pars vers la chapelle... tout en m'arrêtant de-ci de-là pour jouer avec mon ombre.

Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre

Quant au  bois de résineux, il   propose ses silhouettes verticales... raides comme des mercenaires romains.

Pour une poignée de givre

Un peu plus haut, certains arbres semblent frigorifiés par ce froid quasi sibérien... sous le regard impavide de la lune...

Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre

Et près de la chapelle,  en l'absence de vent... il fait presque bon...

Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre

Sauf que tout au fond en direction du Nord...  une sorte de crasse semble gagner assez rapidement du terrain. Gangrénant les éoliennes d'Hardanges qui ne sont déjà plus sous le soleil...  et celles d'Hambers vont  subir graduellement le même sort... pour passer du blanc brillant au gris triste.

Pour une poignée de givrePour une poignée de givre
Pour une poignée de givre

N'ayant plus rien d'intéressant  à mettre dans ma boîte à images, je décide de redescendre vers Bais... non sans avoir salué les chèvres de l'éco-pâturage..

 

 

Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre

 Et si je faisais un  tour du plan d'eau?  Pour me rendre compte  qu'il  n'est pas gelé... mais sa surface immobile permet d'obtenir de jolis effets miroirs.

Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre

Je regrette toutefois que les nuages aient voilé le soleil... La lumière est nettement moins belle.

Ce qui ne m'empêchera pas de filer vers le château de Montesson, figure incontournable de notre village.

Pour constater que l'eau de ses douves commence à se couvrir d'une pellicule de glace.

Pour une poignée de givre
Pour une poignée de givre

Ayant effectué  une grosse moisson d'images, je n'ai plus qu'à retourner me mettre au chaud, visionner, trier... et vous proposer ce rapide compte-rendu hivernal.

Assorti de mes meilleurs voeux!

Pour une poignée de givre
Lire la suite

Du haut du Montaigu

20 Décembre 2020 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Eoliennes, #Photo et poésie

Dimanche 20 décembre 2020.

Les nuages jouent à cache cache avec le soleil.

Vent de secteur Ouest-Sud-Ouest... inutilisable avec mes modèles réduits.

Bah... tant pis, j'irai quand même au Montaigu, pour prendre l'air, et si par hasard???

Ben ouais, faut que je vous dise: Entre la Gueffière et le Val Auray  niche vraisemblablement une buse que je retrouve parfois postée sur un poteau téléphonique, au sol, ou dans un chêne.

Même si la dashcam de ma voiture m'a permis de filmer la bête avec une faible résolution, jamais je n'ai eu la possibilité de capter une image "propre" de la bestiole.

C'est pourquoi je pars cette fois avec mon Sony HX220... équipé d'un zoom optique de 30x.  Et on va bien voir ce qu'on va voir...

Après le virage des Ormeaux, je ralentis afin de passer la Gueffière...  et...

 

 

Du haut du Montaigu
Du haut du Montaigu

Bingo...   A travers le pare-brise... J'appuie longuement sur le déclic!

Il y a certes du cadrage raté, forcément, mais...

Pas mécontent de mon coup, je monte jusqu'au parking, où se trouvent de nombreux véhicules.  Et je poursuis mon chemin à pied vers la chapelle.

D'où je peux observer les chèvres éco-paturagesques... ainsi que l'antenne du Rochard dont le sommet est dans la crasse.

Du haut du Montaigu
Du haut du Montaigu

Près de la table pour pique-nique,  je rencontre   quelques vététistes crottés de partout, qui se désaltèrent en évoquant les chemins creux boueux à souhait.

Et moi, d'admirer le paysage qui s'offre à mon regard.

Sur la gauche...  Sainte Suzanne dans la brume... dommage. Puis Evron... Guère plus visible.

Neau, l'usine de la Dolomie, le plan d'eau de Gué de Selle... Crasseux...

Je devrais pouvoir apercevoir Laval... Impossible aujourd'hui...

On tourne un peu vers la droite.

La ville romaine de Jublains, au clocher très caractéristique.

 

Du haut du Montaigu

On pivote encore un peu vers la droite... pour apercevoir Mayenne... ainsi que  les grands silos situés entre Aron et le carrefour de Coulonges.

Du haut du Montaigu
Du haut du Montaigu

Encore un peu vers la droite... Cette fois, c'est le village d'Hambers, nettement plus proche...

Du haut du Montaigu

Et puis ce vent, pas très chaud, humide, qui vous pénètre.

Tant pis, après avoir programmé l'appareil en retardateur, on fera tout de même un petit selfie... masque sur le museau, Covid oblige!!!😊

Du haut du Montaigu

Avec tout de même une folle envie de redescendre se calfeutrer au chaud... non sans avoir mis auparavant dans la boîte quelques éoliennes proches, ou lointaines (plateau d'Hardanges?)

 

 

 

Du haut du Montaigu
Du haut du Montaigu

Et dans une zone où le vent se montre moins impétueux, prendre le temps  de capturer au vol un arbre entièrement dénudé...

Du haut du Montaigu

La descente vers Bais se déroulera sans encombre... avec une halte au lotissement du Montaigu afin d'effectuer une livraison de gadgets à insérer entre le masque et la bouche... Chose promise, chose due... N'est-ce pas Jacqueline et Guy?

Qui  reviendront sur  les dernières parutions de mon blog, dont celles consacrées à la statue géante du mont Rochard.

Et qui me diront avant que je ne les  quitte: "Mais où vas-tu chercher tout ça?".

J'sais pas, moi...😉

Lire la suite

Franchir la voie ferrée

3 Novembre 2019 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes

Fallait sûrement être très motivé pour que le loir qui "sommeille" en moi reste éveillé jusqu'à des heures indues! Tout ça  dans le simple but d'assister à un spectacle son et lumière...

Mais pas n'importe lequel.

J'avais en effet appris qu'une opération très particulière devait se dérouler à Conlie (72) dans la nuit de samedi 2 à dimanche 3 novembre.

Le but de la manoeuvre? Faire jouer à saute-moutons trois pales d'éoliennes... devant franchir la voie ferrée. Leur taille empêchait de passer sous le pont voisin!

Mais la météo annonçait une tempête nommée Amélie... Jouera? Jouera pas?

Très au courant des choses qui se passent chez Energie Team, mon compère Michel  m'informe que la manoeuvre est maintenue.

OK, je prépare tout mon petit matériel et à 23 heures, nous filons vers la gare de Conlie, en évitant d'emprunter les routes barrées pour l'occasion.

Le vent se montre clément, et la pluie très discrète.

Mais... les spectateurs sont cantonnés derrière un grillage, assez éloigné des opérations.

C'est alors que mon coéquipier avise une gros engin agricole, et qu'il m'enjoint d'aller m'installer sur la plate-forme près de la cabine.

De là-haut, j'y vois nettement mieux... Mais nous sommes tout de même à plus de 300 mètres, et en biais.  Avec un arbuste, une haie et un poteau qui masquent en partie le champ de vision..

 

 

 

Franchir la voie ferrée

L'attente commence... Il paraît qu'on doit laisser passer un train de marchandises...

Qu'on ne verra pas!

Attache des élingues de couleur bleue...

Franchir la voie ferrée
Franchir la voie ferrée

Et on lève....

jusqu'à ce que la pale se vide de son eau!

Franchir la voie ferrée

Lentement... avec une belle coordination entre les deux grutiers...

Franchir la voie ferrée

Le vent ne semble pas forcir... mais quelques gouttelettes m'obligent à nettoyer périodiquement mes objectifs...

Après avoir été délesté de son chargement, le camion replie sa remorque à la manière d'une canne à pêche  télescopique...

Puis, guidé par un autre véhicule, il effectue le parcours en passant sous le pont... et vient se positionner sur la route de l'autre côté de la voie...

......

Franchir la voie ferrée
Franchir la voie ferrée

Du haut de mon perchoir, j'observe  un léger balancement de cette immense pale: presque 75m  de long, 4 mètres de corde (largeur) pour 16 tonnes!

Franchir la voie ferrée

Et là...  dans la mesure où la haie s'interpose... ben je ne vois plus grand'chose!

Je décide alors de descendre de mon poste d'observation... pour me positionner sur la route, dans l'axe du chargement...  Où les projecteurs éblouissent mon appareil photo.

Franchir la voie ferrée

Dans cette belle nuit noire, il restera donc encore deux manoeuvres identiques à effectuer.

Mais nous en avons assez vu pour aujourd'hui... Il est presque 3 heures du matin...  Et la fatigue se fait nettement sentir...

De plus, nous sommes quelque peu frigorifiés! Nous décidons alors très sagement de rentrer dans nos foyers, où une couette bien douillette nous attend!

Mais ce spectacle son et lumière inhabituel méritait qu'on y consacre quelques heures! N'est-ce pas?smiley

Lire la suite

Pales de Conlie en attente

31 Octobre 2019 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes

Nous savions Michel et moi que des pales d'éoliennes devaient faire  l'objet d'une manipulation très spéciale.

Nous nous sommes donc rendus près de la gare à Conlie (72), où nous avons pu observer trois camions portant chacun une looooonnnnngue pale d'éolienne.

 

 

Près de la gare de Conlie

Près de la gare de Conlie

Le même camion la veille au péage de La Gravelle

Le même camion la veille au péage de La Gravelle

Le but de la manoeuvre?

A l'aide de deux grues, faire passer chaque pale par-dessus la voie ferrée afin qu'un autre camion puisse effectuer le transport jusqu'au site d'installation. (Points bleus sur la carte)

 

Pales de Conlie en attente

Les opérations devraient démarrer dans la nuit de samedi 2  à dimanche 3 novembre 2019, si le vent souffle à moins de 12m/s (43km/h environ).  Ce qui n'est pas garanti du tout au vu des prévisions météorologiques.

 

Pales de Conlie en attente
Pales de Conlie en attente

En attendant, j'ai pu prendre quelques clichés...

Note:

La Ferme Eolienne Plaine Conlinoise est composée de 2 aérogénérateurs d’une puissance unitaire de 4.2MW  

Marque Vestas  Réf: V150-4.2 MW

Diamètre du rotor : 150 mètres (une pale=73.7m)

Lire la suite

Avril... la vie en jaune!

12 Avril 2019 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes, #Photo et poésie, #VTT

Il faisait grand soleil.

Mais j'hésitais entre prendre un planeur pour filer au Montaigu ou sortir mon VTT qui somnolait au fond du garage.

Finalement... c'est la seconde option qui fut choisie.

Départ vers l'Ouest, virage à droite direction l'Hôtellerie... avec un premier arrêt afin de photographier les colzas à la couleur jaune d'or.

 

 

Avril... la vie en jaune!

Mais pourquoi donc le résultat de mes selfies est-il flou avec le smartphone?

Je change alors d'outil  pour utiliser mon petit Nikon...  Quelques autres clichés, et en me retournant, que vois-je?

Avril... la vie en jaune!

Une éolienne à 6 pales!

Juste avant de remonter en selle, un cycliste plus tout jeune me lance: "Ah! saloperie de vent, on l'a en pleine goule!"

Effectivement, cette bise de nord-est nous cingle le visage... et c'est là que j'apprécie l'aide apportée par mes électrons...

Je parviens enfin à la voie verte... dans laquelle je m'insère avec bonheur, bien à l'abri des rafales...

 

Avril... la vie en jaune!

Passage devant le centre équestre  qui connaît une grosse activité en cette période de vacances scolaires... Puis la gare de la Chapelle au Riboul... désaffectée...

Quand sur ma gauche, un amas de rondins m'incite à arrêter mon périple.

Quelques clichés encore...

Avril... la vie en jaune!
Avril... la vie en jaune!
Avril... la vie en jaune!

Ce devait être un arbre à la taille imposante.

Et on repart... pour admirer le tapis de pétales blancs... et les pissenlits... aux fleurs jaunes jaunes comme celles du colza! Mais ne dégageant pas l'aigrelette odeur de chou caractéristique de certaines plantes crucifères. (Les  Brassicacées)

Avril... la vie en jaune!

Mais en visionnant mes clichés, je me rends compte à quel point ils semblent pâlots...  Mon numérique est réglé comme d'habitude... N'aurait-il pas décidé de me jouer des tours?

Bof... je continue...  Avec des fleurs blanches... encore et encore...

Avril... la vie en jaune!Avril... la vie en jaune!
Avril... la vie en jaune!Avril... la vie en jaune!

Pour quelques autres fantaisies photographiques..

Avril... la vie en jaune!
Avril... la vie en jaune!

Et après quelques bons kilomètres, je vois se profiler le château de la Cour, datant du XVIème siècle...

 

 

Quelques chevaux paissent une herbe bien verte...

Passage devant une ferme qui annonce la couleur...  Bienvenue aux cyclistes et aux pèlerins...

 

Avril... la vie en jaune!
Avril... la vie en jaune!

Et j'arrive  dans le village de Grazay.

Où je peux admirer quelques constructions de caractère... ainsi que la chapelle  Saint Denis...

linteaux de portes sculptés dont l'un date de 1615
linteaux de portes sculptés dont l'un date de 1615
linteaux de portes sculptés dont l'un date de 1615

linteaux de portes sculptés dont l'un date de 1615

Traversée de la RD 35... très passante...

Puis direction la chapelle de Doucé... et Jublains... où, tradition oblige, je m'en vais rendre visite à mon pote le soldat!

 

Avril... la vie en jaune!

Qui me souhaite bon courage pour la suite, car il sait, lui, à quel point  je redoute ce vent très  contrariant!

Lorsque j'arrive à Hambers, je m'offre un  tour du plan d 'eau...  puis ascension de la sévère côte qui mène au centre de handicapés "les Bleuets"... près duquel je m'arrête afin d'emmagasiner encore quelques clichés... que j'espère bien jaunes...

Mais de retour au bercail après avoir parcouru 32 km... je constate en effet que la couleur de mes colzas est comme délavée.

Avril... la vie en jaune!

Il me faudra attendre le lendemain afin que je me penche sur le problème... et constater que mon appareil photo semble avoir  égaré ses réglages de base.

La solution? Tenter une réinitialisation du système... comme on peut le faire avec de nombreux appareils électroniques en espérant retrouver les réglages "usine"

Ce que je m'empresse de réaliser pour constater, enfin, que tout est revenu comme avant!

La preuve:

Avril... la vie en jaune!

Voici donc le compte-rendu de ma virée d'hier... au cours de laquelle je me suis confronté au vent, et aux caprices de mon appareil numérique.

N'empêche que c'était quand même très sympa... et que je suis prêt à repartir sur ce circuit... pourtant effectué de nombreuses fois... mais offrant au piètre pédaleur que je suis toujours de nouvelles anecdotes à rapporter!

 

Lire la suite

Le brouillard a tout pris...

21 Février 2019 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes, #Photo et poésie, #Modélisme

Le brouillard a tout pris...

En ce matin frisquet de février... le brouillard semblait avoir englué une bonne partie de mon horizon...

Mais dans la cuvette de Bais, il n'avait pu empêcher le soleil de s'infiltrer par quelques petits trous.

Qu'à cela ne tienne: j'enfourne deux ailes volantes dans la voiture, et je file vers le Montaigu.

Sauf que, dès le chemin de la Beslière,  le spectacle qui s'offre à moi me contraint à l'arrêt.

 

Le brouillard a tout pris...
Le brouillard a tout pris...
Le brouillard a tout pris...

Une langue de brume tente de s'infiltrer entre les éoliennes et le château de Montesson. Mââââgique!

 

Quelques clichés, une vidéo... et je repars vers ce qui était mon objectif premier.

Sur la petite route que j'utilise habituellement comme "champ d'aviation", j'ai la chance de pouvoir bénéficier d'une trouée.  Et je balance mon aile Rainbow II.  Avec ses deux gros yeux jaunes qui devraient transpercer le brouillard!

Le brouillard a tout pris...

Sauf que, les 4 éoliennes d'Hambers que je devinais tout au fond de l'horizon... ben... petit à petit, elles finissent par s'estomper... pour finalement disparaître de ma vue.

Le volume d'évolution de mon petit oiseau se restreint graduellement... et je loue la capacité de mon modèle à pouvoir évoluer tout près de moi... toujours plus près,  et sans prendre d'altitude... ce qui signifierait perte de contrôle visuel... avec les conséquences que je vous laisse imaginer.

Jusqu'au moment où il me paraît déraisonnable de  poursuivre  ce petit jeu.

Atterrissage obligé.

Pour me "consoler" de ce vol écourté, je me livre à quelques prises de vues...

Le brouillard a tout pris...
Le brouillard a tout pris...
Le brouillard a tout pris...

Puis je monte au parking...

Encore quelques clichés grappillés en cours de route...

Le brouillard a tout pris...
Le brouillard a tout pris...
Le brouillard a tout pris...
Le brouillard a tout pris...

Et comme la crasse ne semble pas vouloir céder de terrain, je finis par capituler...

Mon "carnet de vol" ne va guère capitaliser sur ce ce coup-là... mais en contrepartie, j'aurai bénéficié d'un spectacle qui méritait tout de même  de mettre son nez dehors!

Le brouillard a tout pris...
Le brouillard a tout pris...
Lire la suite

Sur le plateau de mille caches

13 Septembre 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes, #geocaching

Sur le plateau de mille caches
Non, non, il n’y a pas d’erreur.    J’étais tout dernièrement sur le plateau de 1000 caches.
Comme vous le savez sans doute, je pratique le géocaching, variante moderne et  connectée du jeu de piste.
A chaque cache trouvée et enregistrée via Internet, on augmente son  score.
C’est ainsi que je suis parti de Bais début septembre afin de me rendre dans le Sud, et plus précisément le département de l’Hérault.
Passer une dizaine de jours dans la ville de Mèze qui a vu naître mes parents… et dans laquelle j’ai moi-même passé une année complète chez mon oncle et ma tante, lorsque j'étais minot.  Un Pitchoune en quelque sorte!
C’était pour moi comme un retour aux sources.
Mais depuis ma dernière « descente », j’avais ajouté à mes nombreux  hobbys le fameux géocaching.
Excellente occasion de me prêter au jeu… d’autant plus que la région n’est pas avare de sites à la densité étonnante.
Sur le plateau de mille caches
Rien que sur la voie verte entre Mèze et Balaruc, il y a de quoi faire !
Mais j’avais jeté mon dévolu sur le circuit des éoliennes situé légèrement au Nord de Villeveyrac.
Ce qu’en disent les créateurs :Nous sommes fiers de vous présenter notre toute dernière série consacrée aux enfants. Les boites ont été spécialement conçues pour faire plaisir à nos jeunes Géocacheurs afin qu'ils puissent échanger des objets.
Le parcours est une boucle de 7,3 Km entre les imposantes Eoliennes au dessus de Villeveyrac, d'où le nom de la série "Les moulins des Pitchounes". En été, pensez à prendre assez d'eau et à bien protéger les enfants car la végétation est basse avec peu de points d'ombre.
Je suis donc parti un beau matin avec la voiture… et j’ai eu bien du mal à trouver le chemin pierreux qui conduisait à l’entame du circuit.
Puis, sac au dos et boisson fraîche à la ceinture, muni de mon smartphone dans lequel j’avais prudemment enregistré les caches via cgéo, et de mon tout nouveau Garmin GPSMAP64s, j’ai attaqué dans l’ordre des caches.... 
Presque toutes  sont identifiables à l’aide d’un personnage ou d’un animal caricaturé.

 

J’avais hésité à embarquer mon VTT électrique dans l’aventure, mais je crois qu’il aurait été à la peine dans ces chemins aux cailloux rugueux.
Dans le creux du vallon, le réseau est quasi absent. Puis au fur et à mesure que l’on remonte, on retrouve du signal.

 

Après la cache N°16, on bifurque vers le Sud-Ouest, pour découvrir une éolienne qui a subi un incendie. Pales et mât noircis par la combustion de l’huile contenue dans les rouages de la boîte de vitesse.  Triste spectacle que cette machine totalement inerte et infiniment crasseuse!
Les dégâts de l'incendie

Les dégâts de l'incendie

Un peu plus loin lors de la descente, j’aperçois des ouvriers pendus dans une nacelle. L’un d’entre eux est au sol…
J’essaie d’engager le dialogue… mais le bonhomme me fait comprendre qu’il ne parle pas français. Anglais ? Non, non ! Allemand ? Non, non ! Espagnol ? Que si !
Et moi tout heureux de retrouver la langue de mes ancêtres.
Il m’explique alors qu’ils sont en train de recharger le bord d’attaque des pales avec du tissu de verre et de la résine polyester…
Mais je lui trouve un petit accent curieux.
C’est alors qu’il me dit, toujours avec la langue de Cervantès : «  Mais je ne suis pas Espagnol, je suis Tchèque ! » 
Nous sommes partis à rire tous les deux ! Il m’a demandé ce que je faisais là, perdu dans ce causse écrasé de soleil.
J’ai expliqué: géocaching. Il m’a dit pratiquer de temps en temps… et m’a même aidé à dénicher une cache toute proche.
J’ai poursuivi mon chemin…
Et c’est en découvrant la N°29 que j'ai  constaté béatement avoir atteint ma 1000ème !
D’où mon titre : sur le plateau de 1000 caches !  (1)
Merci à tous ceux qui nous permettent d’arpenter notre territoire d’une façon plus fine en nous amenant vers des sites que nous n’aurions sans doute jamais visités sans le géocaching !
 

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Plateau_de_Millevaches

Mon parcours analysé via Endomondo

Mon parcours analysé via Endomondo

Lire la suite

Une virée à VTT du côté de Saint Thomas

15 Novembre 2017 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes, #Scènes de la vie rurale, #Billet d'humeur, #VTT, #geocaching

Il faisait beau...  Le ciel était parfois un peu couvert... et le vent quasi nul.

Où allais-je traîner mes bottes en pareilles circonstances?  Disons... Saint Thomas de Courceriers! Cela faisait un bon moment que je n'avais pris cette direction.

Et forcément, cela démarre par la grimpette vers Trans. Mon moteur est donc sollicité d'entrée de jeu.  (carte du circuit en fin d'article)

Les grands moulins à vent sont pour la plupart à l'arrêt, et les trouées de nuages laissent filtrer quelques rayons qui "colorent" les machines de façon curieuse...   Du blanc étincelant au gris clair...

Une virée à VTT du côté de Saint Thomas
Une virée à VTT du côté de Saint Thomas
Une virée à VTT du côté de Saint Thomas

Arrivé en vue du village, je bifurque à droite vers Fief Garnier pour m'engouffrer ensuite dans le petit chemin creux.

Je m'arrête un instant devant le cairn près duquel se trouve une boîte du jeu de piste géocaching.

Une virée à VTT du côté de Saint Thomas
Une virée à VTT du côté de Saint Thomas

Et je débouche alors sur la route qui me conduit à la Petite Touche. Seule la  chienne m'accueille, de façon très cordiale... comme les habitants du lieu savent le faire. Une chose me frappe: le sirop disposé sur la table extérieure, et le nombre de pièges à guêpes, particulièrement nombreux autour du tas de pommes...

Une virée à VTT du côté de Saint Thomas

Avant de quitter la ferme dont les propriétaires sont visiblement absents, je pose fièrement devant le petit moulin qui en marque l'entrée... 

Une virée à VTT du côté de Saint Thomas

Un autre cliché pour signifier que nous sommes là en présence de "paysans bio"...

Une virée à VTT du côté de Saint Thomas

Et je remonte gentiment la pente en direction de la chapelle... où je trouve la boîte de géocaching complètement découverte...

Mais je ne trouverai pas un seul caillou susceptible de la camoufler...

La boîte sur ma gauche... à la vue de tous.

La boîte sur ma gauche... à la vue de tous.

Dans la descente, j'aperçois le four à chanvre  situé sur l'autre versant de la vallée...

 

Je continue alors mon chemin pour me rendre à Courceriers...

Sauf qu'à un moment, je me retrouve coincé par une barrière  délimitant une prairie... Etant donné que j'en vois une deuxième un peu plus loin,  et que je n'ai aucune affinité pour le cyclo-cross, je décide prudemment de faire demi-tour.  Ce sentier est donc praticable pour les marcheurs, mais pas pour les vététistes! Dommage...

Stop... et demi-tour!
Stop... et demi-tour!

Stop... et demi-tour!

Débouchant  au lieu-dit "le Portail", je file vers le pont romain...

Quelques clichés, vérification que la cache est bien encore à sa place...

Une virée à VTT du côté de Saint Thomas
Une virée à VTT du côté de Saint Thomas

Et je reviens sur mes pas, si l'on peut dire.

Attiré par le sympathique bruit d'une roue à aubes, je descends un petit raidillon... et je découvre le moulin de Courceriers, tout près du château.

 

Roue à aubes fonctionnelle et château de Courceriers.
Roue à aubes fonctionnelle et château de Courceriers.
Roue à aubes fonctionnelle et château de Courceriers.

Roue à aubes fonctionnelle et château de Courceriers.

A nouveau, passage devant le Portail... un cliché...  un poil travers... c'est la faute au guidon du vélo qui supportait l'appareil, et qui a tourné...

 

Et je remonte le versant de la vallée en direction du village. C'est là que j'apprécie particulièrement la présence d'électrons pour filer un petit coup de main... ou plutôt un coup de pédale.

Traversée de Saint Thomas... où l'on ne trouve plus aucune trace des épouvantails...

Mais encore et toujours une rue de la bourgeoisie!

Et alors que je suis presque au château d'eau de Trans...  je m'apprête à croiser une camionnette,  qui s'arrête... et dans laquelle se trouvent les habitants de la Petite Touche.

Au cours de notre  brève conversation, ils m'apprennent qu'ils sont envahis par les frelons asiatiques... que leurs ruches souffrent énormément, et qu'ils cherchent en vain où pourrait se trouver leur nid.  Voilà donc l'explication des pièges à insectes...

La suite du parcours sera relativement aisée... à tel point que je décide de tourner à droite pour grimper aux Batailles.

Tout là-haut, je jouis d'un panorama fort plaisant... d'où l'on aperçoit de nombreuses éoliennes, presque toutes à l'arrêt. 

Une fumée monte d'ailleurs mollement à la verticale.

 

La descente vers Bais est un réel plaisir...

Et je rejoins mon point de départ avec pas tout à fait  30 kilomètres au compteur...mais peu s'en faut.

 

 

 

 

Le parcours du jour (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Le parcours du jour (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Sympa, non?

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>