Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur /  Géocaching / Modélisme / Années 50
Articles récents

La Folle Journée de Bais

6 Février 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Humour et modélisme

(Titre emprunté aux organisateurs des animations musicales de la ... Folle journée de Nantes)

 

Ce dimanche 5 février, notre petit club de modélisme organisait une rencontre amicale de vol en salle.

Mais la météo nous a  joué un vilain tour! De la neige en quantité....
Vous me direz que les prévisions n'étaient pas très optimistes...

C'est pourquoi, dès les premières heures de la matinée, mon téléphone portable s'est mis  à sonner, et celui de notre président  itou.
Que devions-nous faire?  Annuler?
Dans la mesure où notre ami René avait fait le déplacement depuis la Manche en camping-car et qu’il s'était installé la veille près de la salle polyvalente, nous nous devions d'honorer sa présence, pour lui qui espérait trouver de l'aide auprès de nos spécialistes de l'hélicoptère.
Messagerie électronique  et SMS ont fonctionné un max, avec cette invite: "Vient qui peut et qui veut. L'accueil  sera assuré."

DSCN3394.JPGC'est ainsi que nous nous sommes malgré tout retrouvés une bonne vingtaine. (Quelques membres sont même arrivés après la prise du cliché de groupe ; Elsa, Patrice et quelques autres…)
Ont évolué des hélicos, des "cireuses" (tout à droite du cliché), des avions de voltige, des modèles de début... certains avec des illuminations par LED.
Un concours a été mis en place: il s'agissait d'atterrir et de décoller sur des tables disposées au milieu de la salle. Technique « porte-avion » !
Puis un autre jeu  a été pratiqué :  casser des baguettes en polystyrène en les percutant  avec le modèle en vol... Quelques hélices y ont perdu la vie, mais rapidement remplacées.
D’autres « oiseaux » ont également "ramassé une pelle", le nez arraché, mais avec  un coup de colle rapide et une giclée d'activateur,  cela repartait dans les secondes suivantes.

Vive le matériau EPP  qui est à la base de nos petits modèles électriques! D'une maintenance à la rusticité époustouflante! Ah ! Il est loin le temps des nervures en balsa!!!!

En fin de matinée, on  a même vu un Polyclub équipé de skis décoller et atterrir sur le terrain de foot attenant! (Faut dire que je  me  plais à faire voler dans toutes les conditions, ou presque!!!! Même quand je  n'ai pas installé de mini-caméra sur mes modèles!)DSCN3373.JPG

Sur le coup de midi, nous avons eu  la surprise de voir arriver un visiteur, de nationalité hollandaise! Fort intéressé par nos activités, il nous a dit avoir fait les 20km entre Saint Aubin du Désert et Bais sur des routes  un peu « bizarres ».
Tout ça parce qu'il avait vu l'annonce dans le journal.

Nous lui avons offert l’apéritif…(ça le valait bien !) puis  il a très  volontiers accepté notre invitation quand nous lui avons proposé de partager notre repas.
Et là, je peux vous assurer que s'il faisait froid dehors, à l'intérieur, il y avait un chaude ambiance !
Quant au cassoulet "maison" préparé par notre ami Manu, membre du club, il  a rencontré un franc succès! (bien évidemment, il en reste quelques parts, qui  seront  congelées...)

 

Nous avions envisagé de faire du vol de nuit avec nos petits modèles  équipés de LED'S.
Mais chacun a jugé plus sage de rentrer avant la nuit... Les routes pouvant réserver bien des surprises.

Ah… j'ai omis de signaler qu'un petit avion fait actuellement fureur parmi nos membres, Il s'agit d'une réduction du célèbre Polyclub.
Il mesure 58 cm d'envergure... et pèse, tout équipé, la masse respectable de... 71 grammes!!!!
DSCN3400.JPGMa montre et le réglet métallique  donnent une idée de l'échelle!

Dans la mesure où certains récepteurs de radio-commade peuvent maintenant être pilotés par des smartphones, il ne m'étonnerait pas d'apprendre qu'on vient de mettre au point un micro Polyclub... transportable dans un petit  attaché case, et que certains s'amusent  à le  faire voler au bureau,  au moment de la pause café, bien sûr!

Par ces temps où la  neige  ne fond pas, vous ne serez pas surpris de constater que les modélistes sont des gens un peu... fondus!!!

Rappelons que le vol en salle se pratique chez nous chaque jeudi à la halle de sports, de 20h30 à 22h...

D'autres renseignements sur le site internet du club:
http://clubaerobais.weebly.com/

 

 

Lire la suite

Minimag à skis

31 Janvier 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Humour et modélisme

Hier, il a neigé toute la journée... Photo-neige-028-copie-1.jpg

 

Une neige lourde gorgée d'eau.

Mais ce matin, il gèle dur; le ciel s'est un peu dégagé, et  le soleil tente de pointer le bout de son nez derrière une couche de crasse...

 

Mon fidèle Minimag piaffe dans un coin de mon atelier.

Il est vrai qu'hier, en voyant tomber les flocons,  j'ai eu tout loisir de remplacer  les roues par des skis...

 

Voir l'album réalisé  il y a quelque temps déjà (janvier 2010)

http://bernardino.over-blog.net/album-1543090.htmlDSCN1078

 

J'ai même trouvé une photographe qui a osé braver la froidure... merci Danielle!

 

Direction le terrain situé derrière le Foyer Blanche Neige..

Et voici un court extrait de mes nombreux "touch and go"...

  Vive la neige!!!!

 

Emballé par la séance du matin, j'y suis retourné dans l'après-midi...
Mais la couche -déjà  limite au niveau épaisseur- avait fondu en surface,   et  surtout, elle  collait aux "sabots", appliquant sous les skis de gros "croûtons"  de glace qui   freinaient le décollage, voir  l'empêchaient totalement.
De plus, mes accus semblaient ne pas apprécier le froid, et mon Minimag manquait singulièrement de pêche.
 

 Décevant.
 
DSCN1058Comme quoi la qualité de la neige a une importance capitale, même en aéromodélisme!!!!
C'est la raison pour laquelle,  dans nos régions fort peu "nivales", il est important de  vite saisir le créneau quand il se présente!

Malgré tout,  ce matin, c'était quand même bonnard!
Lire la suite

C’est la crise… encore !

24 Janvier 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

 Si vous débarquez sur ce blog pour la première fois, je vous conseille tout d’abord la lecture du texte qui précède, intitulé «En avant pour le changement ! »

 

Moyennant quoi, vous allez pouvoir suivre les méandres de ma pensée.

Or donc vous avez appris qu’il ne m’est plus possible de me faire entretenir mes ratounes, mes gentils chicots, mes pauvres dents, celles qui me permettent de croquer la vie avec enthousiasme…

Hé oui…

Contrairement à nos chères bagnoles, le corps humain n’a non seulement pas le devoir,  mais même pas le droit à un contrôle technique obligatoire ! Un comble !

 

Alors en ces temps de crise et de chômage,  là où la création  d’emplois semble être un véritable problème, le gentil et paisible retraité que je suis va essayer d’apporter quelques suggestions !

 

crisebox-toubib.jpgIl serait bon par exemple de créer une société (une start-up !)  qui  vendrait des « box », vous savez, ces trucs pré-payés que l’on peut offrir, et qui permettent de passer une ou plusieurs nuits  dans un gîte,   un hôtel… ou  un établissement de thalasso. De sauter en parachute, de faire du canyoning.. Que sais-je encore ?

 

En se positionnant sur une niche spécifique, l'un des  thèmes  pourrait être :

Offrez-vous (ou mieux encore :  faites-vous offrir !) 6 jours 5 nuits  dans une résidence à la montagne ou  près  de la mer,  avec soins dentaires  chaque matin, bains de boue l’après-midi. En prime, si vous venez en demi-saison, une visite gratuite chez un ophtalmo agréé par les mutuelles et dégustation de produits locaux.

 

Partant de là, je conseillerais  aussi à quelque auto-entrepreneur  de  monter une agence de voyage qui, en automne ou au printemps, là où il y a moins de monde,  conduirait les gens vers les sites touristiques surchargés en période estivale afin de rentabiliser  les infrastructures hôtelières… et médicales ! Au programme…  soins dentaires, toujours, mais aussi ophtalmo, massages, rhumatologie… Toutes prestations qu’il est difficile –voire impossible – d’obtenir dans nos contrées rurales plus ou moins  sinistrées sur le plan des soins.

 

Et puis, me permettrais-je  de conseiller à certain(e)s Maires de prendre conscience du problème, eux qui sont toujours à la recherche de créations d’emplois afin de développer leur commune. En effet, s’associant à l’office de tourisme, à la chambre de commerce, au syndicat des hôteliers… il leur suffirait de signer un partenariat avec les professionnels de santé qui peuplent leur bassin de vie,  afin d’attirer  tout un tas de patients  (c’est bien le mot !)  qui accepteraient  de partir au soleil lors des périodes « creuses ».

 

Tout le monde y gagnerait ! Y compris  tous ces jeunes diplômés des facs de médecine qui s’entassent paraît-il autour du bassin méditerranéen…. Et qui pour certains ont du mal à faire leur beurre.

Un véritable consensus ! 

C’est pas beau, ça,  comme idée ?

 

Comment dites-vous ? Que j’ai les neurones qui commencent à flétrir ? Ben  c’est pas grave, vous n’avez qu’à ajouter à vos prestations une visite chez un neurologue ou  chez un psychiatre, et comme ça, on aura un contrôle technique absolument parfait, prenant en compte toutes les parties vitales de la mécanique humaine !

 

Vous allez dire que je débloque complètement… Et vous n’aurez pas tort.

 

Cependant, face à cette situation de crise, et avec mes faibles moyens, je n’ai pas l’intention de me taire !

 

La liberté de penser ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.

Et  en plus,   il paraît que faire fonctionner ses neurones, ça évite  Alzheimer !

 

Alors, que demander de plus ?

 

Bonne santé à tous !

  

PS : Et puis autre idée, que je trouve géniale, mais si,  mais si !!!

Je m’en vais envoyer une petite annonce aux grands quotidiens nationaux ainsi libellée :

  

Couple de retraités encore valides et solvables, dotés d’une bonne moralité, possédant  pour peut-être encore peu de  temps  quelques  petits moyens financiers, cherche villégiature en  zone touristique au printemps.  Objectif : séjourner le temps nécessaire  à une remise en état de la partie bucco-dentaire.

Appréciant la gastronomie et les concerts…

Pouvant participer à  une animation locale au travers d’une activité aéromodéliste ou informatique.

Possibilité d’arriver avec caravane.   Faire offre au 06 86 xx xx xx 

Si pas sérieux, s’abstenir.

Lire la suite

En avant pour le changement

23 Janvier 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

En ce début d'année 2012, je viens de recevoir  une petite carte de voeux envoyée par  Monsieur Guillaume Garot,  député de ma circonscription électorale. 

Le slogan? "En avant pour le changement!"(sic)

Je viens de lui répondre en ces termes:

 

Monsieur le Député, cher Guillaume...

Vous avez pris le temps de me faire envoyer vos voeux  à l'occasion de la nouvelle année.

Permettez-moi de vous  remercier pour votre sollicitude.

Et puisque nous sommes au tout début d'une année qui promet d'être riche en événements  de toutes sortes, j'aimerais  formuler au moins un souhait.

Motivé par un banal(?)   fait de la vie courante.
Que je vous explique:

Ma femme et moi avions pour habitude de nous faire soigner les dents au cabinet mutualiste de Mayenne.
Choix opéré par conviction, peut-être?

Mais courant décembre, je téléphone afin de prendre un rendez-vous pour "contrôle technique"... Ben à nos âges, c'est qu'il faut veiller à la "mécanique"...

Et voilà-t-y pas que la secrétaire me dit tout de go:
"Ah, ben ça va pas être possible, parce que le docteur Mxxxx qui vous suivait a pris sa retraite!
- Mais il en a parfaitement le droit, cependant...
- Ah, non, y'a pas de cependant, ses deux collègues sont déjà surchargés de travail, ils ne peuvent pas vous incorporer à la liste de leurs clients!!!!
- ????
- C'est comme ça!
- Ah oui? Et comment fait-on???? Parce que si on essaie de se mettre sur les rangs chez un autre praticien, vous connaissez fort bien la réponse!
- Recontactez-nous  fin janvier, on devrait "toucher" une jeune dentiste...
- Ok!" dis-je fort marri!

Aujourd'hui 23 janvier, ayant l'opportunité de passer par Mayenne je m'arrête donc au cabinet mutualiste.
Dès l'entrée, j'avise avec bonheur une nouvelle plaque: Docteur Alma Martin-Gallegos ( je crois me souvenir à peu près), diplômée de la faculté de Madrid.
Bonnard, elle est arrivée!!!

Survient alors  la secrétaire, qui me demande ce que je veux.
"Ben un rendez-vous avec la petite nouvelle! dis-je tout guilleret...
- Ah, non,  ça va pas être possible!
- Ah, bon, mais pourquoi?
- Parce qu'elle ne parle pas suffisamment bien le français!!!
- Mais moi, je parle espagnol, je  suis d'une famille ibérique, je me nomme Munoz (avec tilde sur le n)
- Ah mais ça suffit pas! Faut attendre qu'elle ait satisfait à  son examen de français!!!!
- Et ça peut prendre?
- Ben... on sait pas... re-contactez-nous dans 15 jours/3 semaines... (Le temps sans doute  qu'elle dévore à belles dents "la méthode à 6.000!"  Note humoristique mais désabusée de l'auteur!!!)
- C'est ça! Quand mes chicots seront complètement irréparables et demanderont un travail et  des frais bien supérieurs à ce que cela aurait été  si...
- J'y peux rien, c'est comme ça!!!" ponctue la secrétaire toute désolée...

Et voilà!

Je suis sorti complètement écoeuré!

Alors, Monsieur le Député, mon cher Guillaume, si vous avez un quelconque pouvoir, maintenant, ou dans les mois à venir... pourriez-vous souffler à votre  candidat François H.  qu'il a au moins sur  ce plan  une importante carte à jouer.

S'il ne veut pas qu'on garde une dent contre lui!  (Humour)

Bien cordialement... et tout aussi chaleureusement!

 

Bernard Munoz

 

 

PS: j'aurais pu aussi évoquer le désert médical qui va bientôt toucher nos campagnes, faute de généralistes désireux de s'installer chez les ploucs!!!!

Lire la suite

D'hier à demain...

22 Janvier 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Hier, je me suis retrouvé face à  quelqu'un qui m'a demandé: "Mais d'où vient votre avatar, ce personnage en culottes courtes derrière lequel vous vous cachez?"

C'est alors que je me suis replongé dans mes souvenirs.

C'était en 1994.  Je suis directeur de l'école du village.... Ecole neuve... Inauguration...  Discours...  Voici ce que j'écrivais à l'époque:

--------------------------------------------------

Au moment  d'occuper une nouvelle école, je suis monté dans le grenier de mes  souvenirs; et les dépoussiérant quelque peu, je me suis aperçu que j'avais déjà vécu un pareil événement, en tant qu’élève.  J'étais au CE2, ou au CM1, je crois; j'habitais une commune dont je représentais la fraction 1/170, et cette minuscule commune avait consenti un gigantesque effort : elle avait investi l'avenir de ses enfants dans un « monumental » groupe scolaire… à deux classes.  Consultant les photos jaunies, quelques détails de l'inauguration me reviennent ; mais en fouillant plus profondément dans ma mémoire, d'autres images surgissent.

 

Lorsque j'étais écolier, le Maître régnait sur un empire dont les bornes atteignaient tout juste l'enceinte de l'école.  Ses jugements étaient indiscutables, tout comme devait l’être son savoir, car il ne semblait jamais consulter la bible qu'était l'unique dictionnaire Petit Larousse de cette classe.  La sévérité du Maître se devait d’être  à la hauteur de sa noble tâche; et lorsque nous avions fait quelque bêtise, il était inutile d'aller nous plaindre auprès de nos parents.

 

frondeurbis.jpgPourtant, je me plaisais à imaginer qu'un autre personnage lui disputait son autorité.  Ce personnage, ne l'avait-on pas enfermé dans une cage grillagée?  De plus, il trônait bien en évidence au milieu de la pièce, son corps de fonte était prolongé par une queue qui montait vers le plafond, puis bifurquait à angle droit avant de disparaître dans le mur.  Il reposait sur quatre pieds dont la forme rappelait les pattes d'un lion, Roi de l’Afrique ! Il était plutôt silencieux, et n’intervenait jamais au  cours des leçons.  Pourtant. il lui arrivait de ronronner bruyamment, lorsqu'on l'avait trop bien nourri.  En effet, il faisait l'objet d'un culte assidu, dont les "vieux" de quatorze ans étaient les grands prêtres.  Ces élèves, qui devaient passer le Certificat d'Etudes, lui préparaient ses repas quotidiens.  Pour le petit déjeuner, il s'ouvrait l'appétit avec du papier froissé, du fagot, et enfin du bois coupé menu à la hachette par les grands, ceux du Certif. Ce cérémonial se déroulait dans le bûcher ; et à l'évocation du mot « bûcher » surgissait l'image de Jeanne d'Arc brûlée vive par la faute de l’infâme évêque Cauchon.  En plat de résistance, mon fauve ingurgitait quelques seaux de charbon. On m'avait bien expliqué que des mineurs descendaient au fond de la terre pour extraire ce combustible.  Mais comment la Nature avait-­elle pu fabriquer de tels boulets, bien lisses, tous identiques, parfois ornés de deux au trois équateurs en leur milieu?

 

Toujours est-il que mon fauve avalait sans sourciller ses différentes rations.  Mais lorsqu'on l'avait un peu trop gavé, il se mettait à ronfler: il en rougissait de plaisir, et rayonnait de bonheur.  C'est alors qu'avait lieu le miracle.  Son corps devenait translucide, et l'on pouvait distinguer tout ce que contenaient ses intestins.  C'était comme quand le Maître, profitant du malheur des autres, saisissait l'opportunité d'un bras cassé pour récupérer les radiographies de la victime : nous pouvions  ainsi  "voir" l'humérus, le radius et le cubitus.  Comme j'aimais ces leçons de sciences!

 

Mon fauve, c'était vraiment le Roi; en classe, il marquait son territoire à l'odeur; parfois à l'aide d'une fumée épaisse et irrespirable; parfois il crottait  sur le parquet quelques braises incandescentes; c'est peut-être pourquoi, nous autres, les « petits », nous ne pouvions pas l'approcher; nous devions, comme au zoo, rester derrière les grilles.

 

Inévitablement, je me prenais à rêver que le royaume de mon fauve figurait sur les cartes de géographie "Vidal-Lablache" qui ornaient les murs de la classe.  Ses territoires, dont l'A.O.F. et l'A.E.F., m'apparaissaient en vert sale et marron délavé qui symbolisaient            mal à mes yeux sa Toute-puissance sur le continent africain.

 

C'est grâce à Tintin, le célèbre compagnon du capitaine Haddock, que j'avais appris à connaître l'Afrique ainsi que  l'existence du Congo… ( et aussi certains jolis jurons tels que Australopithèques, bachibouzouks, ou mille millions de mille sabords!) Mais cela, bien évidemment, à l'insu du Maître; car à cette époque, les albums n'étaient pas en odeur de sainteté dans les écoles ( on ne disait pas encore B.D.); nous faisions donc circuler discrètement "le sceptre d'Ottokar" ou "les 7 boules de cristal", sachant que nous prenions des risques délicieux... En matière de littérature, Victor Hugo était le Maître incontesté, mais son poème "Océana nox" demeurait bien mystérieux pour le jeune enfant que j'étais.  J'y préférais le bon La Fontaine, ou les aventures de l'enfant d'éléphant, au bord du fleuve Limpopo.

 

poele-godin.JPGAu printemps, avec le retour des hirondelles, mon fauve disparaissait de la classe.  Tout comme les cloches partaient pour Rome à Pâques, je m'imaginais qu'il retournait en Afrique afin d'inspecter son royaume, et faire des réserves de chaleur qu'il nous distribuerait à son retour.  Effectuait-il un voyage inverse à celui des oiseaux migrateurs?  Hibernait-il, prenant la place des ours  ou des marmottes ?  Je  n'ai jamais bien su...

 

Ce fauve n'était qu'un banal poêle à charbon, mais il avait pris dans mon imaginaire une place de choix.

 

 

Refermant mon livre de souvenirs, j'étrenne donc une école neuve.  Sommes-nous si nombreux, les instituteurs ayant connu cette expérience deux fois? l'une encore enfant, l'autre à l'âge adulte?

 

Je mesure l'importance de l'événement.

 

Cependant, à l'évocation de ce qu'était l'Ecole il y a quelques décennies, je ne peux me défaire d'une question; les enfants d'aujourd'hui auront-ils, comme moi, connu un "monstre" dans leur scolarité, un "monstre sacré" qui pourrait "faire de l'ombre" au Maître, ou qui permettrait de "s'évader"'?  Je crois, peut-être à tort, qu'ils évoqueront l'informatique et ses multiples développements, que nous commençons à peine à entrevoir: ordinateur corrigeant les "fautes d'orthographe", jouant une symphonie de Beethoven, contenant tous les volumes du Grand Larousse illustré, ou détaillant les tableaux des maîtres de la  peinture...

Et tout cela grâce à la mémoire d'éléphant d'un simple CD ROM, pas plus gros qu'un disque compact.

 

Chaque époque n'aurait-elle pas droit à ses dinosaures?

 

 Monstrueux, non?

 

Bernard Munoz

Texte rédigé en 1994, à l’occasion de l’entrée dans le groupe scolaire neuf

Paru dans le Bulletin Municipal… accompagné de la caricature, due au talent de François Soutif.

http://leszateliersdelatetedebois.wordpress.com/creations/francois-soutif/

 

 

Lire la suite

Mes oiseaux...

18 Janvier 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Humour et modélisme

Ce mardi matin, il gèle, et  le soleil rit dans un ciel sans nuages.

Je m’habille chaudement, et je pars à pied vers mon circuit favori : le tour des Batailles.

Premiers oiseaux rencontrés, deux pigeons qui décollent précipitamment dans le chemin creux juste derrière le lotissement des Lilas. Frouououou….

 

buse.variable.dico.3p.jpgUn peu plus haut,  c'est un geai aux ailes multicolores qui s'en va bruyamment.

 

Quelques dizaines de mètres... et je reste planté un bon moment face au spectacle que m’offre une buse.

Elle vole au ras du sol, effectue de brusques virages, se pose, re-décolle, modifiant  constamment sa trajectoire. J’admire le travail des ailes, la géométrie variable que le génie humain a bien du mal à imiter dans ses créations d’appareils volants… Puis le rapace  s’envole… et, à mon grand regret,  disparaît derrière une haie.

 

A l’attaque du raidillon après le « Carrefour », ce sont trois vanneaux trahis par leur plastron blanc. Mais pourquoi ne sont-ils que trois,  alors que d’habitude ils vivent en groupes fort nombreux lors des migrations….

A mon approche, ils décollent et filent vers le Sud.

 

 

Je grimpe encore... vanneau.jpg

Au détour du chemin, j'avise dans un pré   une multitude de petites  taches noires qui semblent avancer en désordre au ras de l'herbe... Et d'un seul coup, une nuée d'étourneaux forme un imposant nuage aux contours variables... qui va  se poser tout aussi brusquement  une centaine de mètres plus loin... devenant alors presque invisible.


Sous le château d’eau des Batailles, c’est une tache verticale  grise et  immobile qui m’indique la présence d’un héron. Piquet rectiligne qui se met subitement en mouvement, avec une démarche sèche et mécanique digne des plus mauvais automates. Quand il jugera que je suis trop proche de lui, l"échassier  finira par décoller lui aussi, avec un vol puissant et lourd…

 J'entame la descente vers les Noës du Haut…  Où un petit coq chamarré s’éraille la voix en se pavanant au milieu de ses poules.

 

Je bifurque à droite vers la A380_Emirates_A6-EDC.jpgChauvière… Dans le tunnel boisé,  mon attention est attirée par le bruit puissant de réacteurs qui laissent derrière eux un imposant sillage de 2 fois 2 traînées blanches. Malgré une altitude voisine sans doute de 10.000m, je peux apercevoir le ventre rouge orangé de cet oiseau métallique qui file vers l’Ouest. Je pencherais volontiers pour un Airbus A380 de Emirates Airline...

C'est alors que  je dérive vers un tout petit problème de calcul mental.

Sachant que ces avions nous survolent à 10km environ... que le son parcourt presque 1km en 3 secondes... je me dis alors qui a fallu près de 30 secondes  au  bruit des réacteurs  pour me parvenir.... Et comme l'oiseau vole à 900km/h, il a eu tout loisir  de parcourir 7.5km pendant le même temps!!! Ben oui, ça fait du 250m à la seconde ces p'tites bêtes-là!!! Avec leurs  90km/h, nos bagnoles vont 10 fois moins vite....

 

D’autres oiseaux  à réaction vont ainsi me survoler…presque tous en direction du Sud-Ouest...   jusqu’à ce que je rentre à la maison, avec 10km au compteur.

 

Et puis, en soirée… le vent étant calme, apparemment orienté SSO, je m’en vais au Montaigu,  sur la butte St Michel.

J’ai emporté mon Polyclub électrique. Décollage du parking face à la plaine d'Evron, et là, le plaisir intégral.
Sur un fond de ciel changeant à souhait au niveau des couleurs, avec des rouges vifs se mêlant au sombre gris ardoise des nuages, je fais  évoluer mon zoizo.

Dans  de la ouate... pas de turbulences... Un calme reposant.

Il y a un léger effet de pente. J'en veux pour preuve le fait que j'ai atterri au bout de 20 minutes, n'ayant à peine  bouffé que  35% de la batterie!!!2011-2716.JPG

Dans la mesure où il m'est difficile de piloter et  réaliser  simultanéme nt des clichés en vol…je me suis offert une 'tite photo au sol, un peu floue... parce que mon fichu appareil n'a jamais voulu faire sa mise au point  automatique sur le premier plan!!! Il aurait fallu que je passe en manuel, mais  comme je commençais à cailler des miches (un tout petit degré C° au compteur de la voiture), j'ai abandonné la partie, préférant descendre me mettre au chaud près de la cheminée du salon.

 

Mais tout au long de cette riante journée, je n’ai cessé de prendre plaisir  grâce aux « oiseaux » de toutes sortes…

Lire la suite

L'accord du Participe passé

7 Janvier 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Vaste sujet, et  grosse prise de tête!
Une des plus belles "vacheries" de la langue française.
Qui, avant d'en arriver à l'expliciter,  demandait à l'instit de CM  que j'étais, un énorme travail  d'imprégnation sur les structures de la phrase. (Grammaire implicite d'abord, pour en arriver à la grammaire explicite, celle  qui dit pourquoi ça fonctionne de cette façon...  mais je ne suis pas là pour faire un cours de pédagogie appliquée...)

Les exercices utilisés peuvent être du style:
- De l'actif au passif, 
- Reprise du COD par un pronom personnel (le, la, les, l'...)
- Utilisation du pronom relatif (souvent "que")... TELEFON4jpg

- Autres structures de phrase, (mais essayons de rester simple)

Ces propos seront illustrés par quelques exemples dans  la synthèse jointe en annexe.

Pour ce qui me prenait en effet un bon paquet de leçons dans ma classe de CM, j'ai tenté de synthétiser...
Pas facile..

 

Et pourquoi ça me direz-vous?

Parce que ce matin, j'ai reçu un appel au secours  émanant de mon petit-fils:

"Allo Papy Hot-line?  J'ai un problème à te soumettre, cette fois, c'est à propos de l'accord du participe passé..."

J'ai tenté d'expliquer par téléphone. (C'est bien la première fois que je faisais cours de cette façon.)

Par la suite, j'ai essayé de rédiger une synthèse, que je lui ai envoyée. (Tiens un accord du Participe passé, voir cas  3b ci-dessous!)

Voici donc ce que je peux aussi  vous proposer.

Vous ferez de ce document ce que bon vous semble.
Mais n'hésitez pas à me dire s'il a pu ou non vous rendre service.

L’accord du participe passé (Pp)

 

Considérons trois cas (les plus usités):

1- le participe passé (Pp) est relié directement au mot (ou au pronom qui le remplace) : Exemple : La tarte confectionnée ce matin était excellente.

 

2- Il est utilisé avec l’auxiliaire être, et dans 99.9% des cas, il s’accorde en genre et en nombre avec le sujet.  Ex : Les tartes (sujet) sont cuites.  Féminin pluriel

 

3-Il est utilisé avec l’auxiliaire avoir… et là, les choses se compliquent.

a-      Les poules ont mangé les graines.  Pas d’accord avec le sujet parce que le Complément d’Objet Direct (COD) se trouve après le participe passé.

b-     Voici les graines que les poules ont mangées.   (structure "pronom relatif")

 

  Le pronom relatif « que » remplace les « graines ». Il se trouve placé avant le participe passé « mangé ». La grammaire française veut que dans ce cas, le participe passé s’accorde, non pas avec le sujet, mais avec le complément d’objet direct (COD).

  Et dans ce cas, le participe passé va fonctionner comme s’il se trouvait à la voix passive, qui utilise toujours  l’auxiliaire être, et donc oblige à effectuer l’accord du Pp avec le  sujet de cette voix.  Cette situation nous ramène forcément  au cas 2

 

Rappel :

Voix active : Les poules ont mangé les graines.  (cas 3a)

 

Voix passive :  Les graines ont été mangées par les poules. (cas 2)

En transformant la phrase active en phrase passive, du point de vue « fonction », le COD devient  sujet de la phrase. (Quant au sujet, il devient  complément d’agent, mais là n’est pas l’essentiel)

 

Quelques structures de phrases identiques au cas 3b :

 

Les poules ont mangé les graines que (mis pour « les graines) les enfants avaient apportées.

La tarte, nous l’avons mangée. Structure "reprise" ou "mise en valeur". (Voix passive : la tarte a été mangée (prise) par nous)

Voici les pages que nous avons écrites.

 

Conseil :

Toujours s’aider de la forme orale  avec le Pp d’un verbe du 3ème groupe (faire, écrire, prendre…), ce qui permet de percevoir à l’oreille si un accord a été fait. Voir l’exemple qui précède : Voici les pages….

 

 

 

 

Lire la suite

Avoir peur sur la route

2 Janvier 2012 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Ce matin, j'ai éprouvé un "choc"...

Occasionné par cette image "choc" en première page de mon quotidien Ouest France...

Où on nous explique l'histoire d'un jeune couple que le journal qualifie de "miraculés du périph".

 Miraculés du périph 2

Une bille de bois est tombée d'un camion. Lui est indemne et  son épouse s'en tire avec des blessures, mais dont elle se remettra sans doute...

 

Et je ne parle  pas du traumatisme moral...

Parce qu'il ont dû l'un et l'autre éprouver LA peur de leur vie!!!

 

Je n'ai pourtant pu m'empêcher de  me souvenir...

 

Cette  fois où, circulant sur l'autoroutre un soir de novembre... bruine et brouillard...

Je me trouve derrière un camion semi-remorque qui dégage des embruns  brouillant la visibilité...

Je m'apprête à le doubler, lorsque j'ai subitement l'impression de rouler sur un tas de débris...puis mon pare-brise se voit maculé de pustules noires... odeur de caoutchouc grillé... et d'un seul coup, une masse noire gicle sur mon côté droit!

 

En un instant, je viens de comprendre: un pneu de la remorque a éclaté, et la masse noire est vraisemblablement la carcasse métallique du pneu! Voire la bande de roulement!

Sur le moment, je n'ai pas eu le temps d'avoir peur...

Non, j'ai éprouvé  la peur  seulement quand j'ai eu stoppé mon véhicule juste derrière le camion,  qui s'est lui-même arrêté sur la bande d'arrêt d'urgence... C'est là  que j'ai senti mes jambes flageoler en descendant de voiture.

 

Et puis tout dernièrement... autre méga-trouille.

Lundi 26 décembre 2011 dans l'après-midi,  je rentre chez moi.

Je viens de quitter la forêt de Sillé le Guillaume, j'amorce les virages  situés peu avant Saint Pierre sur Orthe, 500 mètres avant la scierie.

Lorsque je vois déboucher un petit camion qu'utilisent les dépanneurs automobiles. Il semble rouler assez vite.

Et là où la courbe à droite se resserre  brusquement pour lui qui va vers Sillé... je vois...

 

La voiture qu'il transporte se met à bouger, elle danse sur les cahots... puis se met à glisser des roues avant,    qui sont maintenant dans le vide!!!.

Et brusquement je me dis: "Elle est pour nous!!!"

Mais fort heureusement,  la voiture  arrête sa tentative de fugue lorsque son bas de caisse se met à raboter le rebord du plateau.

 

Les roues avant dans  le vide et complètement en travers, la voiture danse encore, comme si elle ricanait de m'avoir joué un bon tour... et elle dépasse d'un bon mètre la gauche du camion.

Instinctivement, j'ai  levé le pied et  me suis rabattu sur  l'accotement à ma droite.

 

Ouf, c'est passé. Miracules-du-periph-3.jpg

 

Dans le rétro, j'ai juste le temps d'apercevoir les feux stop du camion.

A ma droite, mon épouse n'a qu'entrevu la fin de la scène... Tant mieux pour elle!

 

Mais  c'est alors que j'éprouve comme une drôle d'impression.

 

Je me sens vidé, sans jambes... Dans ma poitrine cogne  une grosse boule...à cent à l'heure!

 

Et après?

Je n'aurai même pas le courage de m'arrêter et  d'effectuer un  demi-tour... pour quoi faire d'ailleurs? Et puis je n'aurais peut-être pas été en mesure de me contenir face au conducteur du plateau...

 

J'ai quand même la présence d'esprit d'alerter les automobilistes que je vais croiser afin qu'ils ralentissent à l'approche du camion...

Il a bien dû finir par  s'arrêter, lui!!!...

Il me  semblait en effet très déraisonnable que son conducteur puisse envisager  de poursuivre sa route...  avec la bagnole en travers!

 

 

Suite à cet incident que certains pourront qualifier de mineur, je considère que ma femme et moi, nous sommes aussi des miraculés de la route.

 

Mais il me semble toutefois que les   trouilles dont je viens de vous faire part sont dûes à la négligence,  ou à l'inconscience de certains usagers...

 

Parce que j'aurais pu évoquer une autre  fois où je roulais vers Mayenne, lorsqu'un type venant de Jublains  a grillé un stop et est passé  à toute allure à deux mètres devant mon  capot... là où la route Bais/Mayenne  croise celle de Jublains/la Chapelle au Riboul... A chaque fois que je passe à cet endroit, il y a comme des images qui reviennent.

 

Et si  maintenant je vous avouais que j'éprouve de plus en plus souvent une certaine appréhension avant de prendre le volant?

 

 

Lire la suite

Pourquoi payer une amende à cause du téléphone portable?

31 Décembre 2011 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur

Pourquoi payer une amende à cause du téléphone portable?

Il est vrai que cette question, je me la suis posée fréquemment!

 

Je veux bien croire que certains ont un impérieux besoin de cette extension qui fait partie de leur travail...

Mais dans ce cas, pourquoi risquer une amende?

 

La loi française autorise  (encore, et pour combien de temps) l'utilisation de kits dits "mains libres".

 

Certains véhicules en sont maintenant équipés dès leur sortie d'usine.

DSCN3321.JPGMais pour  ceux qui n'ont pas cette opportunité?

 

J'ai reçu l'autre jour par mail une pub  qui vantait les mérites d'un kit...

J'ai cliqué...

J'ai noté les caractétristiques... et au vu du prix, je me suis dit que je n'engagerai pas les finances du ménage en faisant venir un tel gadget..

 

Je l'ai reçu... je l'ai essayé...

Et alors?

 

Je me retrouve avec un bidule relativement discret,  que je branche dans la prise allume-cigare de ma bagnole. Pas de fil à traîner...

Bidule qui, une fois l'apparaige bluetooth effectué, se connecte tout seul à mon téléphone portable. (Et grâce à la technologie multipoint, il peut même être appairé à un second mobile!!!)

Ce kit mains libres  est muni d'un haut-parleur  en façade (déconnectable) qui permet de converser tout en roulant. (la petite grille noire sur l'avant) Ne vous attendez tout de même pas à une qualité de son style surround... Mais c'est correct.... 

Au dessus du socle, se trouve la niche pour insérer (et recharger) la petite  oreillette amovible, que l'on peut utiliser avec son tour d'oreille même quand on a quitté le véhicule, puisqu'elle est munie d'une batterie li-on! (Autonomie annoncée: 4-6 h en conversation et 80 heures en mode veille ou stand by...)

 

Le socle est d'autre part équipé latéralement  de deux prises USB (masquées par un cache en caoutchouc) qui  permettent de connecter d'autres appareils tels que le GPS...  On fournit également un câble de charge... compatible avec mon Nokia 5800 lorsque je dois le connecter avec mon PC!!!

 

Ah, je vous vois venir... "Et combien ça t'a coûté ton gadget?"

 

Nettement moins qu'une "prune!!!!

Puisque j'en ai eu pour moins de 20 Euros, port compris! DSCN3325-copie-1.JPG

 

Et là, je me dis: "Faudrait vraiment être couillon pour s'en priver!!!"

 

J'ai acheté le mien chez Zoombits  http://www.zoombits.fr/

http://www.zoombits.fr/pour-la-voiture/kit-mains-libres-bluetooth/kit-automobile-nexxus-drivehybridpro-3en1/20944

 

S'il n'est plus en stock, grâce à un moteur de recherche où l'on tape Nexus drivehybridPro, on peut le trouver ailleurs, par exemple:

 

http://www.mobilefun.co.uk/nexxus-drive-hybrid-bluetooth-headset-and-car-kit-p29685.htm

ou encore ici:

http://www.mobilefun.fr/29685-oreillette-bluetooth-et-kit-voiture-nexxus-drive-hybrid-pro.htm

 

Et maintenant, si  vous avez encore l'audace de risquer une prune et des points en moins sur votre permis... c'est vous qui voyez!

 

 

PS1: Une video à propos de ce Nexus http://www.youtube.com/watch?v=5Hxcn2kVnlw

PS2: la notice qui m'a été fournie étant en anglais, j'en ai fait une adaptation dans un français aussi correct que possible... et  dont  je peux vous faire cadeau... Suffit de demander!

PS3: à ceux qui poseraient la question de savoir quel pourcentage je touche sur les ventes, je m'empresse de répondre que je suis totalement bénévole...

Lire la suite

Sbach 432 EPP

30 Décembre 2011 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Humour et modélisme

Je suppose que certains d'entre vous ont découvert  au pied du sapin un objet ayant un rapport avec leur hobby.
Pour ma part, il s'agit d'un modèle réduit   du Sbach 342  en  EPP (www.pichler-modellbau.de)

Acheté ici:
http://www.intermodel.fr/42-epp-voltige/823-sbach-342-90cm.html
Vous voulez savoir à quoi ressemble  le vrai? Il suffit d'aller là:

http://www.xtremeair.de/web/342.php

DSCN3303.JPGAvec son envergure de 900mm, le mien est de taille plus modeste et d'un coût nettement plus raisonnable. A l'image de son moteur dont la puissance est de 150W... comparés aux 300 CV et plus du réel...


Dans la mesure où je destinais  ce voltigeur à des vacances itinérantes en caravane, je voulais un modèle qui ne craigne pas les chocs inhérents à ce mode de vie, et puis aussi qu'il soit  très facile à réparer...  Quelques gouttes de cyano, un coup d'accélérateur en bombe... et hop, c'est reparti!

  

Je viens donc de terminer l'assemblage du Sbach 432 (Prononcer "Sbarrrrrr..."  Ach, sehr gut mein Herr!)

 

Juste quelques remarques.  

Le kit arrive dans une boîte cartonnée, contenant tous les éléments de base afin de construire le modèle. On y trouve les roues, les guignols, les raccords de tringlerie, les renforts en tige carbone... Décoration effectuée... sauf pour l'intrados de l'aile et du stab qui sont blancs...

La notice fournie sur un livret comprenant 12 pages et  abondamment illustré de photos en noir et blanc  indique la marche à suivre... dans la langue de Shakespeare... Dommage, mais les images parlent d'elles-mêmes!

Contrairement à ce qui est prévu dans la notice où l'aile est solidiaire du fuselage, j'ai absolument voulu que la voilure soit démontable...Notice page de garde
Je me suis donc livré à quelques aménagements qui ont sans  doute fait monter un peu la masse finale.

Découpe de la partie inférieure du fuselage  qui sera collée à l'intrados de l'aile, un têton à l'avant, vis nylon à l'arrière.

En raison de ce fuselage plat comme une limande, impossible de camoufler  les fils à l'intérieur comme dans un fuseau classique. Il est donc nécessaire de pratiquer dans l'EPP  une saignée avec un un cutter bien aiguisé, et d'y insérer à force la tresse de chacune des rallonges de servos vers le récepteur. Mais cela reste toutefois assez discret. 

Pour équiper mon modèle, j'ai utilisé les éléments suivants (préconisation par le site d'achat Intermodel  http://www.intermodel.fr/  :

Moteur 2835-8T 1038KV 68grs, 4 Servo MG90S Tower Pro (1 profondeur, 1 direction, 1 par aileron), Controleur 30A BEC,

 

Et de mon propre chef, j'ai rajouté les indispensables:

accu 1050 mAh en 3S, et récepteur  Assan 7 voies...

 

D'autres photos chez Flickr. Penser à cliquer en haut à droite sur l'option:  "Afficher les infos" afin d'obtenir les commentaires de mes clichés.

http://www.flickr.com/photos/22950196%40N08/sets/72157628621127433/show/

 

 

La masse finale était annoncée à 395 grammes... mais on dépassait déjà le devis en pesant les différents éléments avant construction!
Avec mes bidouilles, et un poil de peinture rajoutée à l'intrados, j'en suis à 450 grammes...

 

 Les débattements?

 La notice donnait 80mm de chaque côté pour les ailerons... je n'ai pu obtenir que 50mm... ce qui est déjà assez impressionnant  (mais il me faudra peut-être rallonger les bras de servos ci-dessous. L'aile est présentée  démontée.) DSCN3310.JPG

Sans souci, j'ai pu mettre les 40mm de chaque côté au volet de stab et les 85 mm du volet de dérive.

Centrage à 100mm  du bord d'attaque...

A noter que j'avais sous la main une bombe de peinture orange exactement dans le même ton que celui utilisé par le fabricant!

Ainsi décoré, mon modèle a fière allure.

  

Je suis sorti un matin frisquet afin de procéder au premier vol...

Tenu par le haut du fuselage... le modèle est balancé dans son élément... et on se rend compte très rapidement que  c'est du tonique.

 

Le décrochage "classique" arrive tardivement et se rattrape avec aisance.

Les figures de base sont sympathiques. La boucle est une formalité, les tonneaux passent rapidement sans désaxer, et le vol dos ne nécessite qu'un infime pression à piquer..

Renversement? Avec un tel battoir à l'arrière, c'est  sans souci!!!.

  DSCN3308.JPG

Après  quoi, yapuka travailler les enchaînements de figure.

 

L'atterrisage est facile: il serait même possible de coupler les ailerons en "snap flap"   (agissant en volet de courbure avec un couplage  géré par la commande de profondeur...ce que je ne saurais tarder à faire...)

 

Cependant, je ne me suis pas livré  à la voltige 3D... pas eu le temps au cours de ce premier et unique vol...!

 

Durée 5 minutes, accu ayant néccesité une recharge de  500 mAh. On peut donc espérer un vol d'environ 10 minutes.

 

Mais il me semble que'n raison du poids supérieur à ce que préconise le fabricant (presque 14% de plus)  mon Sbach est plus proche d'un  voltigeur classique que d'un "3D".

 

Quoi qu'il en soit, il correspond  à ce que j'en attendais: un modèle passe-partout, utilisable dans des espaces assez restreints, capable de voltiger même avec un poil de vent.

 

DSCN3311.JPGSûr qu'il va m'accompagner lors de mes prochains déplacements...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Lire la suite