Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Photo / VTT / Billets d'humeur /  Géocaching / Modélisme / Années 50
Articles récents

Sur le plateau de mille caches

13 Septembre 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Eoliennes, #geocaching

Sur le plateau de mille caches
Non, non, il n’y a pas d’erreur.    J’étais tout dernièrement sur le plateau de 1000 caches.
Comme vous le savez sans doute, je pratique le géocaching, variante moderne et  connectée du jeu de piste.
A chaque cache trouvée et enregistrée via Internet, on augmente son  score.
C’est ainsi que je suis parti de Bais début septembre afin de me rendre dans le Sud, et plus précisément le département de l’Hérault.
Passer une dizaine de jours dans la ville de Mèze qui a vu naître mes parents… et dans laquelle j’ai moi-même passé une année complète chez mon oncle et ma tante, lorsque j'étais minot.  Un Pitchoune en quelque sorte!
C’était pour moi comme un retour aux sources.
Mais depuis ma dernière « descente », j’avais ajouté à mes nombreux  hobbys le fameux géocaching.
Excellente occasion de me prêter au jeu… d’autant plus que la région n’est pas avare de sites à la densité étonnante.
Sur le plateau de mille caches
Rien que sur la voie verte entre Mèze et Balaruc, il y a de quoi faire !
Mais j’avais jeté mon dévolu sur le circuit des éoliennes situé légèrement au Nord de Villeveyrac.
Ce qu’en disent les créateurs :Nous sommes fiers de vous présenter notre toute dernière série consacrée aux enfants. Les boites ont été spécialement conçues pour faire plaisir à nos jeunes Géocacheurs afin qu'ils puissent échanger des objets.
Le parcours est une boucle de 7,3 Km entre les imposantes Eoliennes au dessus de Villeveyrac, d'où le nom de la série "Les moulins des Pitchounes". En été, pensez à prendre assez d'eau et à bien protéger les enfants car la végétation est basse avec peu de points d'ombre.
Je suis donc parti un beau matin avec la voiture… et j’ai eu bien du mal à trouver le chemin pierreux qui conduisait à l’entame du circuit.
Puis, sac au dos et boisson fraîche à la ceinture, muni de mon smartphone dans lequel j’avais prudemment enregistré les caches via cgéo, et de mon tout nouveau Garmin GPSMAP64s, j’ai attaqué dans l’ordre des caches.... 
Presque toutes  sont identifiables à l’aide d’un personnage ou d’un animal caricaturé.

 

J’avais hésité à embarquer mon VTT électrique dans l’aventure, mais je crois qu’il aurait été à la peine dans ces chemins aux cailloux rugueux.
Dans le creux du vallon, le réseau est quasi absent. Puis au fur et à mesure que l’on remonte, on retrouve du signal.

 

Après la cache N°16, on bifurque vers le Sud-Ouest, pour découvrir une éolienne qui a subi un incendie. Pales et mât noircis par la combustion de l’huile contenue dans les rouages de la boîte de vitesse.  Triste spectacle que cette machine totalement inerte et infiniment crasseuse!
Les dégâts de l'incendie

Les dégâts de l'incendie

Un peu plus loin lors de la descente, j’aperçois des ouvriers pendus dans une nacelle. L’un d’entre eux est au sol…
J’essaie d’engager le dialogue… mais le bonhomme me fait comprendre qu’il ne parle pas français. Anglais ? Non, non ! Allemand ? Non, non ! Espagnol ? Que si !
Et moi tout heureux de retrouver la langue de mes ancêtres.
Il m’explique alors qu’ils sont en train de recharger le bord d’attaque des pales avec du tissu de verre et de la résine polyester…
Mais je lui trouve un petit accent curieux.
C’est alors qu’il me dit, toujours avec la langue de Cervantès : «  Mais je ne suis pas Espagnol, je suis Tchèque ! » 
Nous sommes partis à rire tous les deux ! Il m’a demandé ce que je faisais là, perdu dans ce causse écrasé de soleil.
J’ai expliqué: géocaching. Il m’a dit pratiquer de temps en temps… et m’a même aidé à dénicher une cache toute proche.
J’ai poursuivi mon chemin…
Et c’est en découvrant la N°29 que j'ai  constaté béatement avoir atteint ma 1000ème !
D’où mon titre : sur le plateau de 1000 caches !  (1)
Merci à tous ceux qui nous permettent d’arpenter notre territoire d’une façon plus fine en nous amenant vers des sites que nous n’aurions sans doute jamais visités sans le géocaching !

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Plateau_de_Millevaches

Mon parcours analysé via Endomondo

Mon parcours analysé via Endomondo

Lire la suite

Amerrissage forcé

12 Septembre 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Modélisme, #Billet d'humeur

Mèze au soleil levant

Mèze au soleil levant

Un soir de septembre, à Mèze où je séjourne…

Le vent s’étant apaisé, je décide de sortir un moto-planeur pour le faire évoluer entre le camping et l’étang de Thau, comme j’ai pu le faire les années passées.

Décollage impeccable…

Et j’enchaîne les tours de piste.

Des spectateurs s’approchent… posent des questions…

Quand tout à coup, je me rends compte que je ne commande plus mon engin. Il n’obéit plus aux ordres !

Il entame un large virage à gauche fuyant vers le mont Saint-Clair.

Stable comme pas possible… mais moi, totalement impuissant.

Aura-t-il assez d’altitude pour terminer son virage et s’approcher de la rive ?

Ben non, la descente est inexorable… et l’amerrissage tout proche.

Les roues touchent l’eau, et le bidule passe cul par-dessus tête. Sur le toit.

Un spectateur me propose alors d’aller le chercher :

« C’est pas profond. On a pied assez loin !

- Heu ? Vous croyez ? »

Et il s’engage…

Un autre me dit :

« Merde ! Et dire qu’il y a deux jours, mon bateau était encore à l’ancre juste en face ! »

Un autre encore :

« J’ai un kayak gonflable. Mais faut que je le gonfle. Je reviens... »

Sauf que la nuit commence à nous prendre…

Je le vois revenir… dépité,

« Mon compresseur ne veut pas démarrer ! »

Et merde encore.

L’homme parti à pied est contraint de revenir, car l’eau lui arrive au sommet des cuisses.

Tant pis… On verra ça demain.

J’observe toutefois le lent déplacement de mon « hydravion » qui, poussé par le petit vent, semble dériver vers les parcs tout proches.

Je reviens au mobile home… et j’annonce à Annie… qui croit tout d’abord à une plaisanterie de ma part…

Mais qui finit par ajouter :

« Ben… vaut mieux que ton truc ait fini à la baille plutôt que sur le camping où il aurait pu blesser des gens ! »

Ce qui est fort vrai.

 

Je passe rapidement sur la nuit peuplée d’insomnies.

Sept heures moins le quart.

Vite, j’enfile mes vêtements, et je fonce vers la zone conchylicole de Loupian.

Je m’arrête dans chaque atelier où j’aperçois des gens… à qui j’explique…

« Si vous trouvez, n’hésitez pas à téléphoner au camping ou sur mon portable. »

Je reçois à chaque fois un accueil chaleureux.

Et je repars, scrutant les parcs aux jumelles… jusqu’à ce que… tout à coup…

Amerrissage forcé
Amerrissage forcé
Amerrissage forcé

« Mais on dirait mon oiseau… retourné à la surface de l’eau… pris dans les cordes d’un parc ! »

Amerrissage forcé

Je m’en vais dare-dare en direction de la cabane la plus proche… J’explique à nouveau. Et on me dit :

« C’est les parcs à William… sa cabane est un peu plus loin…

Je reprends la voiture… et j’entre dans le premier atelier ouvert.

« Ah, vous n’avez pas de chance ! William ne travaille pas le lundi.

Mais dites-moi donc où il est votre avion ? »

Je pointe du doigt… et sans attendre, le gars me dit :

« Montez dans le bateau, on va aller le chercher. Faites attention… ça glisse »

Et me voilà embarqué de bon matin pour une « visite » des parcs à huîtres.

Plus on s’approche, plus on distingue mon fugueur.

Lorsqu’on est juste à côté, mon sauveteur me dit :

« Restez assis, je vais aller le repêcher... »

Il se penche sur l’avant du bateau, et me sort un bidule dégoulinant de flotte…

Amerrissage forcé

Je ne sais comment le remercier.

Et lui de me dire :

« Vous ne me devez rien. C’est ma BA du jour ! Je suis très heureux de vous avoir rendu ce petit service ! »

 

Et voilà.

 

J’ai donc récupéré mon oiseau… dont certaines  prises sont déjà complètement oxydées après un bain nocturne dans l’eau salée…

Toute l’électronique a dû déguster, et donne des signes de corrosion.

Rien ne fonctionne… évidemment.

Amerrissage forcé
Amerrissage forcé

J’ai abondamment rincé l'ensemble  à l’eau douce…

Et je me suis dit: "Je verrai tout ça en détail quand je serai revenu à Bais."

Où je suis rentré dix jours plus tard.

J'ai re-rincé... j'ai soudé une nouvelle prise en remplacement de celle qui était corrodée... Vérifié les contacts... passage d'un coup de bombe idoine... Accu neuf.

Je branche, et???

Miracle, tout fonctionne!

Il me reste donc maintenant à tester cet oiseau aquatique en vol...

Mais quelle histoire!

Que l'on pourrait résumer ainsi:

"Fluctuat nec mergitur!"

 

PS: après avoir analysé cet incident, il semblerait que son origine se trouve au niveau d'une soudure sèche qui a lâché juste avant le contrôleur. 

Avant cette prise, tout est oxydé... Après la prise, pas de dégâts... Ce qui signifierait qu'il n'y avait pas de courant pour provoquer l'électrolyse... Et c'est ce qui a sauvegardé toute l'électronique!


 

Lire la suite

Le festin de l'araignée

19 Août 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #photos, #Scènes de la vie rurale

Le festin de l'araignée

je vous ai dit que dans mon buisson courant sur le talus j'ai trouvé 3 araignées nommées "argiope".

 

Du style de celles décrites par wikipédia:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Argiope_frelon

Je m'en vais souvent leur rendre visite...

 

Et ce soir, je suis tombé sur l'une d'entre elles, qui était en train d'entortiller sa proie dans une sorte de "garde-manger".

Une proie quasiment aussi grosse qu'elle!

J'ai tenté de prendre tout ce petit monde en photo...

Mais je ne suis pas vraiment satisfait du résultat.

Vous pouvez toutefois apercevoir mon argiope en haut à droite du cliché... et sa réserve de bouffe légèrement en contrebas à gauche.

 

 

Avec le caractéristique stabilimentum, motif blanc de soie en zig-zag

Avec le caractéristique stabilimentum, motif blanc de soie en zig-zag

Bon appétit  madame Argiope!

Lire la suite

Geoart geocaching

18 Août 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #geocaching

Depuis que je me suis lancé dans le géocaching, je vais de découverte en découverte.

La dernière en date concerne le geo-art...

Certains poseurs de caches s'amusent  à  vous proposer un magnifique dessin sur la carte, mais...ce joli dessin est composé à partir de  caches mystères... dont les coordonnées ne correspondent en rien aux véritables coordonnées.

Intrigant, n'est-ce pas?

C'est ainsi que j'ai vu tout dernièrement apparaître un geoart situé à une vingtaine de km de mon domicile...  Dans la forêt de Sillé le Guillaume (72)

 

 

En jaune sur cette "rondelle", les caches trouvées ce vendredi 17 août...

En jaune sur cette "rondelle", les caches trouvées ce vendredi 17 août...

Mais comment accéder aux coordonnées de ces caches mystérieuses?

Je suis alors parti sur le Net afin de trouver un site qui me donnerait quelques informations.

Parallèlement, j'ai lancé la patte en direction de géocacheurs émérites qui semblaient avoir trouvé l'astuce.

Et, c'est la que l'obstination peut finir par payer... parce que je suis tombé sur ce que je cherchais.

En l'occurrence, on nous disait que...

On nous disait... mais ne croyez tout de même pas que je vais vous révéler la solution du problème. Le jeu perdrait tout son intérêt.

J'ai essayé... et puis ayant obtenu ce qui ressemblait à des coordonnées, j'ai modifié pour les rendre conformes, et ensuite... direction Google Earth... qui semblait me donner une amorce de parcours en forêt de Sillé.
Moyennant quoi, je suis parti tester sur le terrain.


Et là, bingo! la cache N°1 correspondait à ce que j'avais trouvé...
J'ai enchaîné avec la 2... puis la 3....
A pied, j'ai parcouru un bon paquet de kilomètres, pour découvrir 17 caches sur 18 cherchées. Un seul échec sur la N° 17.

Alors?

Je suis tout  content d'avoir encore gravi un échelon dans la maîtrise de ce jeu... que certains qualifient de puéril. Sauf que pour le pratiquer, il est nécessaire de faire fonctionner ses méninges et de maîtriser suffisamment l'outil informatique!


 

Un petit aperçu du domaine

Un petit aperçu du domaine

Une petite anecdote en passant.  Hier, alors que je cherchais la cache N°2, je vois arriver deux sexagénaires, qui me demandent:

"Pardon monsieur, pouvez-vous nous dire où est l'étang? Parce que à force de tourner, on est un peu perdus!"

Et moi d'exhiber mon smartphone, en leur montrant où on se trouvait, et en leur indiquant la route à suivre...

Eux marchaient... tout simplement.

Moi, je marchais, certes, mais d'une toute autre manière, sans doute un peu plus "réfléchie"...

Une partie de mon parcours du jour enregistré avec Endomondo

Une partie de mon parcours du jour enregistré avec Endomondo

Suite à quoi, j'ai poursuivi mon chemin au travers cette magnifique et vaste forêt... où j'ai pu dénicher le tout début  de ces 64 caches.

Il m'en reste donc encore un bon paquet.

Mais, suivant le conseil des poseurs,  qui écrivent:

" La série, qui est une boucle, a été pensée pour être faite à pied ou en VTT..." 

je pense que, dans la mesure où les chemins à emprunter semblent relativement roulants,  j'utiliserai mon "deux roues électrifié"!

Grand merci  au team Masterle72 pour l'énorme boulot réalisé avec ce géoart... qui me laisse présager encore de bonnes heures au grand air.

Lire la suite

Ticky 750 bis

15 Août 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Modélisme

A propos de ma Ticky... j'en ai relaté la genèse dans un article de mon blog.  Voir ici:

http://bernardino.over-blog.net/article-ticky-750-51577512.html

 

Mais très vite, j'ai eu envie d'en construire une deuxième, pour le plaisir... et au cas où... On ne sait jamais.

Je l'ai décorée de façon... comment dire... A vous de choisir l'adjectif qui vous conviendra.

Cellule sans radio ni moteur. Servos intégrés à peine visibles.

Cellule sans radio ni moteur. Servos intégrés à peine visibles.

Et puis tout ça est resté dans un coin de mon atelier... jusqu'à ce que me prenne comme assez souvent une folle envie de refaire voler des bidules qui s'ennuyaient...

C'est ainsi que j'ai remis en vol ma Ticky 1.

Et comme elle avait quelques stigmates du passé, j'ai décidé de passer à sa version 2.

Mais j'ai voulu que toute la filerie soit aussi discrète que possible.

Avec un logiciel de dessin 3D, j'ai alors conçu un capot supérieur et un capot inférieur qui contiennent tout le nécessaire au vol: accu, récepteur, variateur...

Et même le moteur a reçu un cône aérodynamique. Le luxe, non?

Impression avec mon imprimante 3D Anet 8.

Quelques photos pour illustrer mes propos.

 

A gauche la version 2, prête au vol.  L'autre déjà dépouillée de ses attraits.
A gauche la version 2, prête au vol.  L'autre déjà dépouillée de ses attraits.

A gauche la version 2, prête au vol. L'autre déjà dépouillée de ses attraits.

Après le côté pile... Voici le côté face... enfin, disons plutôt l'intrados.

Ticky 750 bis

Bien sûr, les capots imprimés avec ma petite Anet 3D lui font prendre un peu de poids.

Mais avec ses 235 grammes, cela reste encore raisonnable.

Et en vol, me direz-vous?

Ben je reviens tout juste de la séance d'essais.

Dont le premier lancer s'est terminé par un "poireau" dans l'herbe haute. C'est toujours difficile d'évaluer le neutre des élevons sur ces fichues ailes volantes. Un peu de trim à cabrer... Deuxième lancer... Et là, je retrouve ma première Ticky!

Joueuse à souhait. Pouvant évoluer dans un mouchoir de poche.  Tournant les tonneaux jusqu'à plus soif... Tenant le vol dos impeccable. Je vais juste devoir harmoniser le débattement profondeur pour que la boucle ne désaxe pas.

Et au plané?

Si je vous disais qu'avec un accu de 610mAh poussif, j'ai effectué un vol de 15 minutes pour 6 minutes de moteur... Et qu'au retour, la batterie contenait encore 30%...

Pas mal, non?.

Et le bruit? Vous savez tous qu'une hélice en propulsif émet souvent un cri strident. Ben là, non. J'entends davantage le grognement métallique d'un roulement du moteur qui accuse déjà pas mal d'heures de vol..

Ah! Un dernier détail: les deux dérives sont repliables (pratique pour le transport)  articulées avec un adhésif, et maintenues verticales par de petits aimants.

Voir clichés ci-après.

 

Ticky 750 bis
Ticky 750 bis
Ticky 750 bis
Ticky 750 bis

Et voilà.

Comment on peut jouer pour pas très cher... n'est-ce pas?

Lire la suite

Au théâtre

8 Août 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Scènes de la vie rurale, #Tranches de vie

J’ai horreur d’attendre… j’ai horreur des salles d’attente...

Et pourtant.

Un type comme moi toujours aux aguets devrait apprécier ce lieu clos qui offre d’étranges situations.

Une sorte de théâtre, commedia dell’arte,  où les acteurs jouent un rôle souvent très naturel.

Au théâtre

 

Acte 1, scène 1

Hier après-midi, j’entre dans la salle d’attente du cabinet médical.

J’adresse un bonjour aux personnes présentes.

En face de moi, une maman avec son bébé sur les genoux.

Le bambin est très souriant, joueur.

Il me regarde, fait des mimiques, me tend son doudou, puis le retire brusquement.

Parfois, il demande :  « A boi... » (c’est vrai que nous sommes en période de canicule)

Et sa mère lui tend un récipient muni d’une paille.

De temps à autre, elle sort un brumisateur en bombe, et le gamin se délecte à chaque jet.

Puis il taquine sa mère, lui pince le nez, se retourne, me sourit…

Le jeu dure ainsi un bon moment…

 

Acte 2 scène 1

Arrive un couple visiblement âgé.

Qui adresse un bonjour poli, et qui s’assoit.

Quelques instants.

Et la dame me demande :

« Vous avez rendez-vous ?

- Oui.

A quelle heure ?

- Moins le quart. »

S’adressant alors à son mari :

« T’as vu, il est d'jà moins dix ! »

 

Acte 2 scène 2

L’homme entre alors en jeu, et jette à sa femme, sur un ton qui n'admet pas la réplique :

« Té tâ ! »

Je comprends alors qu’il lui intime l’ordre de se taire. (Tais-toi! En patois mayennais)

Et à chaque fois qu’elle cherche à démarrer une phrase, elle a droit au fatidique et insistant.

« Té tâ ! »

 

 

Acte 2 scène 3

Soudain, la femme clame :

« Faut qu’je vas pisseux ! 

- Mais t’as d’jà fait avant d’veni’ !

- Ouais, mais j’ai cor’ envie ! »

 

Elle se lève, prend la direction des toilettes…

 

Face à cette situation pour le moins inattendue… autant burlesque que douloureuse…

avec la jeune maman située en face de moi, nous échangeons un sourire discret, voire complice.

 

Quand survient l’un des deux médecins qui me demande d’entrer dans son cabinet.

 

Le rideau vient de tomber.

Unité de temps, unité d’action, unité de lieu.

Comme dans le théâtre classique.

En un espace de temps très court, je viens en effet d’observer au moins deux âges de la vie.

Son tout début, avec ce bébé rieur, qui ne demandait qu’à échanger et jouer. Ouvert à la vie!

Et puis ces deux personnes âgées, à l’hiver de leur séjour terrestre, enfermées dans leur lourd quotidien qui me semblait fort pénible à vivre.

 

J’ai revu par la suite les deux actes de ma pièce.

Et plusieurs fois.

 

Mais je revenais systématiquement à l’acte 1…

Plein d’espoir… lui !

 

 

 

 

 

Lire la suite

Canicule

4 Août 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Bidouilles en tout genre, #Modélisme

Fait chaud... très chaud.

Alerte orange... Alerte rouge que disaient les pouvoirs publics.

Et moi, de me réfugier dans mon atelier situé en sous-sol.

Où la température est déjà inférieure à celle des pièces situées au-dessus.

Mais quand, en plus, je me fais mon propre aménagement... ça devient presque artistique... enfin, presque un tout petit peu ...

Que je vous décrive ma bidouille...

 

Canicule

Je me suis créé un ventilateur à pas cher: moteur brushless récupéré sur un petit modèle réduit, ainsi que son hélice et le contrôleur/variateur qui va avec.

Ce qui me permet de  régler la vitesse, donc le débit d'air.

Et pour peaufiner le tout: j'ai détourné de sa fonction première  un pulvérisateur pour plantes d'intérieur. Rempli d'eau fraîche.... quelques appuis sur la pompe pour mettre en pression...

Et de temps à autre, j'envoie mon brouillard dans le souffle généré par l'hélice.

Le dispositif  s'avère rafraîchissant à souhait,  et je peux vous assurer que c'est le grand confort.

Une clim perso... D'un coût très abordable...Va peut-être falloir que je songe à déposer un brevet...  

Hé, chacun lutte et/ou s'adapte à la situation.

Je vous laisse deviner dans quel camp je me place.

Et pensez à vous humecter les papilles... sinon, vous allez tomber en poussière!

Lire la suite

Petits plaisirs matinaux

4 Août 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Humour et modélisme, #Tranches de vie, #Modélisme

Depuis quelques jours, la France est soumise à des températures caniculaires.

C'est pourquoi l'actuel meilleur moment de la journée est pour moi le matin qui nous offre sa fraîcheur (toute relative!)

Petit déjeuner sur le balcon... à l'ombre.

Après quoi je m'en vais "cueillir" mon journal. C'est là que je découvre en contre-jour les trémières encore épargnées par mes voisins bovidés.

Petits plaisirs matinaux

Un peu plus loin... tiens, une nouvelle argiope a fait son apparition dans le massif!

 

Petits plaisirs matinaux
Petits plaisirs matinaux

Lecture du quotidien Ouest-France... Puis je décide d'aller essayer  un motoplaneur que j'ai re-sorti la veille de mes étagères.

 

Un Sirius tout plastique acheté chez Topmodel et mis en vol pour la première fois en octobre 1999.  C'était hier... Bon, disons avant-hier.

J'ai viré le récepteur Multiplex qui fonctionnait en 41 MHz pour le remplacer par un Frsky plus contemporain et sa fréquence imbrouillable en 2.4GHz.

Quelques soudures pour harmoniser les prises... Tapotages sur l'émetteur afin  de lui fournir les réglages "kivontbien"...

Et il est un peu plus de 9 heures à la pendule quand  je me dirige vers la Pagerie.

Petits plaisirs matinaux

 

Dernières vérification avant de lancer... et hop, c'est parti.

Juste un chouïa de trim aux ailerons, et je retrouve avec grand plaisir ce compagnon que j'avais délaissé fort injustement.

Si mon Sirius  a pris un peu la poussière, il n'a  apparemment pas pris une ride au niveau du vol. 

Toujours aussi performant le bougre.

J'en arrive à penser que mes modèles vieillissent mieux que leur propriétaire.


 
 
 
 
 
 
Petits plaisirs matinaux

Qu'importe! Ce qui compte, c'est le plaisir qu'on peut encore éprouver.

Petit ou grand.

Mais encore bien  présent!

Have fun... et pensez à vous hydrater!

 

 

Lire la suite

Return to home

1 Août 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Scènes de la vie rurale, #Photo et poésie

Cela faisait bien longtemps...

Bien longtemps  que nous n'avions quitté notre domicile... aussi longtemps.

Pensez! Trois semaines d'affilée. Avec notre fidèle caravane qui était restée sagement dans  son garage durant toute la saison 2016 et celle de 2017.

Nous avons séjourné à Erquy, au camping Saint Michel. Avec vue directe sur la mer, l'îlot St Michel et le cap Fréhel. Un décor de carte postale.

Mais tout a une fin, et il est parfois bon de retrouver son "home, sweet home".

Avec quelques petites surprises.

C'est ainsi que, en débarrassant le talus des ronces qui commençaient à le coloniser, j'ai trouvé... une argiope. Aussi pimpante que celles   qui y avaient élu domicile  en 2014.

http://bernardino.over-blog.net/2014/08/araignee-argiope-frelon.html

Return to home
Return to home

Et au sommet du talus...  des trémières. Dont les graines sans doute poussées par le vent y ont élu domicile.

Et qui... miracle! ont échappé à la gourmandises des jeunes bovins du pré voisin.

Rappelez-vous:

http://bernardino.over-blog.net/2015/06/i-will-survive.html

Cette fois, elles se dressent fièrement... et cela durera le temps que cela durera.

Return to home
Return to home
Return to home
Return to home

Petits plaisirs accompagnant notre retour dans nos foyers.

Et puis allez savoir si d'aucun(e)s ne vont pas être ravi(e)s que le scribouillard qui entretient ce blog ne se remette à l'ouvrage?

Have fun!

Return to home
Lire la suite

Bonsoir, jeune homme!

8 Juillet 2018 , Rédigé par Bernardino Publié dans #Billet d'humeur, #Scènes de la vie rurale

Après avoir vaillamment poussé le caddie dans la supérette locale, je me retrouve forcément à la caisse. Passage obligé, n'est-ce pas?

Reconnaissant la jeune fille qui officie pendant ses vacances scolaires, je me penche un peu tout en lui adressant un jovial:

"Bonjour mademoiselle!"

Ce à quoi elle répond par un non moins jovial:

"Bonsoir, jeune homme!"

Le tout accompagné d'un malicieux sourire.

Et moi de renvoyer la balle avec:

"Ah, si je ne te connaissais pas, je t'aurais dit: Mais, on se  moque?"

Et sans se départir le moins du monde, elle continue le jeu de ping-pong en me lançant:

"Mais je savais qu'en vous saluant de la sorte, j'allais vous faire sourire... 

Parce que, vous pourrez dire tout ce que vous voulez, mais pour un homme de votre génération... hein...  Toujours  au courant des nouvelles technologies...  Votre smartphone à la main pour faire scanner la carte de fidélité du magasin... J'en connais pas beaucoup qui soient à ce point branché...

Et puis votre humour... celui d'un galopin...  l'esprit toujours jeune... celui d'un jeune homme en quelque sorte."

Pendant que les articles continuent de défiler devant la lucarne magique enregistrant leur prix,  je la laisse dérouler son argumentaire. Sous le regard amusé des deux personnes présentes sur la file d'attente et qui  semblent apprécier la scène.

Et... Moi, dans tout ça?

Ravi qu'une si jeune fille puisse ainsi me chambrer.

Faut dire que j'ai eu la maman en classe, ainsi que le reste de sa famille... son oncle, sa tante.  Ceci expliquant sans doute le fait que l'on me connaisse presque sous toutes les coutures...

 

 

 

 

 

Jeune homme?

Jeune homme?

Petit à petit, j'ai récupéré mes articles sur le tapis, les ai remis au fond du caddie...

Ma femme a payé l'addition... et je suis retourné à ma voiture, sans oublier auparavant d'adresser un espiègle:

"Bonsoir tout le monde..."  auquel je me suis empressé d'ajouter  un non moins espiègle:

"Et... bonsoir mademoiselle!"

Je me suis donc proposé de vous faire partager cette courte scène de la vie rurale... dont ont pu également bénéficier les quelques clients présents.

Avec cette question: Serait-ce possible en milieu urbain?  Permettez-moi d'en douter...

Mais merci à toi, souriante hôtesse de caisse intérimaire, merci  de m'avoir offert ces quelques instants... totalement  gratuits... et ô combien rafraîchissants!

Non monnayables,  et pour moi nettement  plus précieux que les points accumulés sur la carte de fidélité!

Lire la suite